Bréviaire des vaincus - Expérimentations littéraires

Bréviaire des vaincus - Expérimentations littéraires

Par maitrenanar Blog créé le 30/04/10 Mis à jour le 26/07/14 à 13h50

Le Bréviaire des vaincus vous proposent une plongée originale dans la littérature : science-fiction, romans noirs, fantastique ou oeuvres inclassables. Nous sommes ouverts à toutes les propositions, ceci est un terrain propice aux expérimentations littéraires !

Ajouter aux favoris
Signaler
Ecriture

Après la publication du premier chapitre, "Prise de conscience", voici le second chapitre du roman Le Goût de rien, en cours d'écriture. Son nom "Début de stage".

 
Les fonctionnaires sont un petit peu comme les livres d'une bibliothèque. Ce sont les plus hauts placés qui servent le moins.
                          Paul Masson
  
 
 
Chapitre II - Début de stage
 
Le plus dur dans le stage, c'est l'avant. Avec son système bureaucratique post-soviétique, l'administration de nos chères universités a de quoi rendre fou. Se frotter un peu au monde du travail, deux/trois mois, à peine, nécessite déjà une débauche d'énergie assez incroyable.
Demande de convention, remplissage, signature du professeur référent, trouver une entreprise, soumettre la feuille signée, décrocher un accord écrit, retour à la case départ, attente de plusieurs mois, etc. Avec une organisation centralisée et décentralisée, rapide et lente, ordonnée et désordonnée à la fois, nos lieux de savoirs donnent souvent l'impression de tout faire pour nous empêcher de travailler. Travailler pour de vrai, je ne parle pas ici de ce microcosme puéril où s'ébattent joyeusement quelques professeurs spécialisés en quelques matières occultes.
Avec mes études, littéraires de surcroît, ma valeur sur le marché du travail approchait le zéro absolu. Du coup, la perspective d'un stage, même de quelques mois, devenait pour moi le symbole d'une ouverture salutaire. Enfin, j'allais sortir de ma léthargie étudiante pour devenir quelqu'un.
Anticipant un peu le moment fatidique, j'avais commencé, bien avant l'annonce officielle du stage, à chercher une bibliothèque capable de m'accueillir. Et si possible de m'intéresser. Seulement, chaque coup de téléphone prenait l'allure d'une fuite en avant kafkaïenne. On me faisait languir de longues minutes, les responsables ne répondaient jamais et quand j'obtenais enfin quelqu'un digne de confiance, le petit grade à l'épaulette, il me renvoyait en plein visage un discours abscons de fonctionnaire.
Demande de convention, non. Une convention, oui. Seulement pour avoir l'une il faut l'autre et l'ordre imposé n'est pas celui accepté. Du coup, je tentais en piètre rhétoricien que j'étais de convaincre mon interlocuteur, aussi borné que mal élevé la plupart du temps, du non-fondé de son raisonnement.
Peine perdue, on ne discute pas avec un fonctionnaire. Il exécute ou pire, il esquive. Après une bonne dizaine de tentatives avortées, je tombai enfin sur une bonne âme. Compréhensive et logique, deux traits de caractère globalement absents chez cette frange de travailleurs, elle me proposait tout simplement un rendez-vous.
Oui, un simple rendez-vous. Avec une journée, une heure. Le jour J, je découvris avec un plaisir non dissimulé la finesse de ma future responsable. Femme mûre, les cheveux presque tous blanchis, encore coquette malgré son âge, elle me décrivit mes futures tâches et avança même quelques idées pour le mémoire sur lequel je devais plancher. La semaine suivante,  je revins la voir avec les papiers nécessaires pour conclure au plus vite ce premier entretien.
***
Travailler en bibliothèque nécessite d'être en contact, quelques heures chaque jour, avec le public. Le problème, c'est que là où j'étais, le public n'était pas très porté sur la culture. En pleine zone commerciale, dantesque, on trouvait plus de beaufs, de banlieusards et autres touristes égarés que des férus de livres.
Du coup, je déchantai rapidement lorsque je pris conscience de la qualité de nos fréquentations. Dès la première semaine, j'eus à traiter un cas. Bien installé dans mon fauteuil molletonné, j'attendais patiemment l'arrivé d'un curieux souhaitant s'inscrire. Faute de « clients », terme à bannir dans ce milieu, je surfais gentiment sur quelques sites inutiles.
Du coin de l'oeil, je vis s'avancer vers moi, la mine renfrognée et le pas rapide, une jeune femme brune. Dans les trente ans, maghrébine. A peine arrivée à mon niveau, elle saisit d'un geste vif et brutal l'écran de mon ordinateur pour le tourner vers elle.
Sur le coup, ma conscience professionnelle vacilla. J'hésitai entre l'hypocrisie du travail, mon beau sourire de faux-cul, et mon instinct animal qui me poussait à remettre à sa place cette conne. Mon geste fut forcément hybride. Arrêtant immédiatement son geste inconsidéré, ma main droite vint bloquer l'écran tandis que mon visage affichait à grand renfort de contractions une mine enjouée et bienveillante.
« Oui ? », je ne savais quoi répondre de plus pour ne pas paraître trop rustre. Ses yeux affolés traduisaient son manque de lucidité. On aurait dit une camée à mi-chemin entre la féministe hyper impliquée et la gauchiste attardée. Ou un mélange des deux.
-       « Vous l'avez vu ? »
-       « De quoi ? »
-       « Ben si, vous pouvez le voir. Vous l'avez vu. »
-       « Vous avez un problème avec un ordinateur ? ». Réponse formatée que l'on sort lorsqu'on ne comprend pas la question.
-       « Vous pouvez aller sur Internet ici, avec votre poste. »
-       « Heu...oui ». La question me semble atrocement stupide, peut-être parce qu'elle l'est.
-       « On peut aller sur Internet d'ici. »
-       « ...oui ». Je nage en plein dialogue absurde, à la Ionesco. Je ne comprends absolument rien de ce que cherche à me dire ma foldingue. Elle me parle d'ordinateur, d'Internet, de voir, pas voir. Où veut-elle en venir ?
-       « On peut aller sur Internet alors. »
-       « Oui, enfin nous, les bibliothécaires. Pour les usagers, vous avez les postes de recherche. Il y en a quatre », je commence à esquisser un geste de la main, déblatérant comme un robot mon discours de base tandis qu'elle me coupe à nouveau.
-       « Donc vous l'avez vu...mon compte lecteur ». 
-       « Heu...non ». Je rigole, plus nerveusement qu'autre chose, je viens de comprendre que ma foldingue l'est vraiment. Une authentique parano. De toute façon, on ne peut pas consulter les comptes des lecteurs...enfin c'est interdit, et puis, c'est impossible de toute manière.
-       « Comment vous le savez ? ». Le pire dans les paranos c'est cette interrogation perpétuelle, un peu comme les gosses en bas âge qui, dès leurs premières paroles, ne peuvent s'empêcher de vous dire « Pourquoi ? » à la moindre chose vue.
-       « Ben...heu...c'est comme ça. Parce que ». Je souris une fois encore, essayant de sortir de ma gorge serrée quelques sons amicaux.
-       « Et vous regardiez quoi là ? ».
-       « Comment ça ? ».
-       « Les sites, vous étiez sur Internet là, j'ai vu. Vous regardiez mon compte. J'vous ai vu fermer les fenêtres quand je suis arrivé. Vous cachez quelque chose. ».
-       « Oui », ça y est elle commence à m'interroger sur des choses personnelles, je m'efforce de garder ce vernis indispensable lors de tout service public mais je sens que ma carapace craquelle de partout. « Oui, parce que c'est personnel, des mails, des choses comme ça. De toute façon, vous n'avez rien à regarder ici, ni à toucher. Je m'occupe des inscriptions. C'est tout ».
-       « ... »
Ma dinguo repartit furax vers la sortie. Vexée et anxieuse au possible, pensant que je venais de violer son intimité. A moitié hilare, mais également en colère, j'en parlai à mes collègues lors de la pause qui suivit mon service histoire de partager ma mésaventure.
Un des employés, vieux garçon à la calvitie naissante et adepte des pulls en laine façon grand-mère, me rassura. Mon cas était une habituée des micro-scandales. Elle avait déjà accusé un type la semaine dernière, un professeur d'université. Alors que notre besogneux à lunettes planchait sur quelques textes de théoriciens du cinéma, sa voisine paranoïaque l'avait accusé de la mater.
L'agrégé père de famille, plan-plan, devenait un pervers hautement nocif. Une telle anecdote me fit comprendre, plus que n'importe quel discours, toutes les limites du contrat social.
***
Autre semaine, autre cas à traiter. Preuve s'il en est que les grands centres commerciaux attirent les pires rebus de l'humanité. Petites vacances en cadis, déambulations entre les néons, parlottes insignifiantes au milieu du vacarme porté par des enceintes de qualité médiocre. Tout ce beau monde vient chercher dans ces endroits artificiels quelques menus plaisirs, pour pas trop cher. En particulier, les week-ends.
Mon cas était cette fois-ci plus violent, verbalement mais aussi physiquement. Toujours tranquillement installé à la banque de prêt, tuant le temps avec diverses astuces, j'entendis comme une agitation sur ma droite. Un grand type, d'aspect clochard, noir, se dirigea, le pas pressé, jusqu'à moi.
Tactique d'esquive numéro un, je me mis à ranger tranquillement la pile de films qui se trouvait sur le chariot derrière moi. Le geste appliqué, l'oeil scrutateur, je m'efforçais de remettre dans l'ordre alphabétique les fameuses côtes des DVDs rendus par les derniers visiteurs. Secrètement, j'espérais que ce nouvel énervé abandonnerait toute volonté de vengeance en me voyant ainsi dans ma bulle. Le cliché vivant du bibliothécaire autiste.
-       « Hep ! », il siffle, « toi ! »
-       « ... », je poursuis mon travail de fourmie sourde.
-       « Hé ! ». Il ressifle.
-       « Oui ? ». Je me tourne à moitié dans sa direction.
-       « Remets le film. »
-       « Pardon ? ». Le tutoiement, le sifflement, ce type vient de combiner en l'espace de deux secondes les pires méfaits à mes yeux. Un vulgaire qui mériterait, au moins, un petit redressement civique dans un camp de travail.
-       « On m'a coupé le film, tu l'remets s'te plait. »
-       « Si on l'a coupé, je ne peux rien faire, c'est que... », ma voix s'éteint doucement en voyant mon homme repartir en sens inverse tout en invectivant quelqu'un que je ne voyais pas d'où j'étais.
J'étais intrigué. Trop curieux, je reposai les films que j'avais dans les mains pour suivre mon énergumène. On n'entendait pas grand-chose mais déjà les regards se focalisaient vers l'espace se trouvant pile dans mon angle mort.
La conservatrice de la bibliothèque, grisonnante, un peu coincée, bourgeoise, coupe à la garçonne, débarqua enfin dans mon champ de vision. Le dos courbée, de l'air de celle qui n'écoute pas, elle griffonnait je ne sais quoi sur un bout de papier. Mon clodo la talonnait.
Il lui lança la même question : le film, coupé, le remettre. Son discours était syncopé, fruit de son énervement et d'un suivi hasardeux à l'école. Chaque mot était comme mangé par sa grande bouche entourée d'une barbe épaisse et sale. La conservatrice tenait tête en continuant à le feinter.
Et puis d'un coup, comme une claque après une discussion un peu intense, notre second cas se mit en transe. Il gueula, rameutant cette fois-ci tous les regards en direction de la banque de prêt. C'était de l'injustice, on n'avait pas le droit de lui couper le film, il voulait le voir.
Après l'esclandre en public, théâtre mesquin des médiocres, le voilà qui insultait désormais notre brave responsable, les lunettes bien fixées sur le nez, le visage un poil trop proche de l'énervé. C'était une conne, une salope. Après un festival de délicatesses, notre clodo, qui n'en était peut-être pas un d'ailleurs mais le préjugé est malheureusement tenace chez moi, la menaça d'une future expédition punitive. Il note, il reviendra.
Pour finir en beauté, on ne peut pas clore une telle performance ainsi, notre homme se mit à casser les moindres objets qui vinrent rencontrer ses mains aux veines seyantes. Le présentoir avec les horaires, par terre ; le cavalier avec le plan de la bibliothèque, vol plané de quelques mètres avant un atterrissage raté en tous points. Tel le diable de Tasmanie, brutal et un peu crétin, notre homme réduisit en miette le mobilier petit budget de l'établissement.
Après avoir joué les discrets, comme toujours, le type chargé de la sécurité, une espèce de petit gros, évangéliste jusqu'au nombril, vint à la rencontre du problème sur pattes. Avec ses bras courts et ses doigts boudinés, il tenta de calmer la tornade en la guidant discrètement vers la sortie. Notre clochard se calma un peu.
Il arrêta de menacer d'un doigt rageur la conservatrice, de casser les présentoirs, pour insulter copieusement notre petit gros avant de partir définitivement. Après quelques minutes encore agitées, l'établissement retrouva son calme relatif. Ce nouveau cas provoqua quelques discussions entre les collègues, sans jamais déboucher sur rien de précis si ce n'est le simple partage de faits divers. On m'expliqua que le sujet de la discorde portait sur ces fameux films qu'on permettait de voir sur place.
Affalé sur un des ordinateurs prévus à cet effet, notre vrai-faux clodo s'était littéralement endormi devant son film. Après avoir attendu près d'une heure, la conservatrice avait finalement pris la décision de couper la projection privée. D'une part parce que le type squattait une place et d'autre part parce qu'il n'en était pas à son coup d'essai.
A la pause, de retour à mon bureau, à l'étage, je vis la responsable dans le sien, rédigeant avec application une lettre. J'appris plus tard qu'elle avait alerté la mairie de la dangerosité du personnage afin de lui interdire la fréquentation de la bibliothèque, voire des autres établissements du réseau. Au terme de mon stage, et au détour d'une conversation anodine, on m'annonça en rigolant que malgré l'ancienneté de la plainte la lettre n'avait eu à ce jour aucune réponse.
Bizarrement, j'eus du mal à rire devant ce mépris souverain des élus pour nos petits tracas du quotidien. Plus exactement, l'absence d'actions concrètes pour neutraliser les quelques parasites qui pouvaient pourrir l'ambiance d'un établissement en quelques coups d'éclat seulement. On ne s'occupe pas du « petit personnel », le plus important c'est l'électeur. Une leçon que j'allais revivre de nombreuses fois par la suite. 

 
Pour nous suivre plus facilement, abonnez-vous à notre flux RSS :http://feeds.feedburner.com/BrviaireDesVaincus 

Suivez-nous sur Facebook : https://www.facebook.com/LeBreviaireDesVaincus

Suivez-nous sur twitter : https://twitter.com/breviairelitt

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Édito

Oeuvrant sous le pseudonyme d'Alfoux, je vous propose ici de découvrir les talents d'hier (oubliés) et les talents d'aujourd'hui et de demain. Des personnes intelligentes et proposant des écrits sortant des sentiers battus.

Archives