Bréviaire des vaincus - Expérimentations littéraires

Bréviaire des vaincus - Expérimentations littéraires

Par maitrenanar Blog créé le 30/04/10 Mis à jour le 26/07/14 à 13h50

Le Bréviaire des vaincus vous proposent une plongée originale dans la littérature : science-fiction, romans noirs, fantastique ou oeuvres inclassables. Nous sommes ouverts à toutes les propositions, ceci est un terrain propice aux expérimentations littéraires !

Ajouter aux favoris
Signaler
Extrait
Pierre Desproges se définissait comme un "écriveur" plus que comme un "écrivain". Derrière ce néologisme, il y a surtout beaucoup de modestie par rapport à son propre travail. Pourtant, si l'on prend la peine de lire, et non plus seulement d'écouter, la prose de l'homme on est étonné d'une telle richesse doublée d'un sens très fin de la satire.
 
 
Les phrases sont longues, le style est volontairement ampoulé, les adjectifs pleuvent, les mots rares ont la vedette et surtout les cibles sont joyeusement égratignées. Il y a du panache dans ces écrits, du lyrisme un peu bouffon dans ces chroniques. On est très loin d'un Stéphane Guillon ou de ces chroniqueurs se réclamant de cette culture de l'écrit et du rire. Desproges avait une vraie plume de satyriste qui ne gâtait en rien son humour.
 
Sous ses airs de précieux, Desproges développait une critique souvent juste des tares de la société de son époque. On ne peut que regretter une disparition si jeune. Il faut redécouvrir Pierre Desproges pour ce qu'il fut, un écrivain joyeusement polémiste. 
 
L'extrait choisi égratigne avec joie le festival de Cannes. Ce festival aux choix souvent plus idéologiques qu'artistiques (la palme attribuée par Tarantino, Sean Penn...), cette espace de liberté d'expression qui n'en a que le nom (on pense à l'interdiction de projection du film, qui n'est qu'une farce, assez mauvaise d'ailleurs, L'Antisémite de Dieudonné), cet éloge du clinquant et du vulgaire occidental sous l'oeil du beauf qui s'attroupe pour voire un bout de fesse. 
 
"Haut lieu du tourisme balnéaire international, célèbre pour sa croisette bordée de palmiers et pleine de connes emperlousées traînant des chihuahuas, Cannes brille surtout pour son festival annuel du cinéma où les plus notables représentants de la sottise journalistiques parasitaire côtoient les plus éminentes incompétences artistiques internationales, entre deux haies de barrières métalliques où, sinistrement empigouinés, le havane en rut ou la glande mammaire au vent, pressés, tassés, coincés, luisants comme des veaux récurés qu'on pousse à l'abattoir, tous ces humanoïdes chaleureusement surgelés se piétinent en meuglant sous les brames effrayants des hordes populaires."
 
Dictionnaire superflu à l'usage de l'élite et des biens nantis, Pierre Desproges.
 
 
 
 
Pour nous suivre plus facilement, abonnez-vous à notre flux RSS :http://feeds.feedburner.com/BrviaireDesVaincus

Suivez-nous sur Facebook : https://www.facebook.com/LeBreviaireDesVaincus

 

Ajouter à mes favoris Commenter (13)

Commentaires

Jonah
Signaler
Jonah
Je comprends l'expression "joyeux polémiste". Ça convient pas si mal, parce qu'à mon sens, Desproges réfléchissait aux polémiques de la société tout en s'en moquant. Y'avait comme un côté paradoxal. Comme s'il se prenait au sérieux sans se prendre au sérieux.
maitrenanar
Signaler
maitrenanar
"Desproges se souciait parfois", le "parfois" est important. Je pense que parfois la phrase était importante pour Desproges, de ce fait il exagérait son propos, comme emporté par son lyrisme.

D'autre part, j'utilise l'expression "joyeux polémiste" pour justement ne pas en faire qu'un polémiste, au sens strict du terme. Desproges est difficilement classable pour moi, le fait même qu'il se dise "écriveur" et non "écrivain" est un signe.

Mais bon, tout cela, comme tu le dis, a peu d'importance en effet car c'était une belle plume et c'est bien là l'essentiel. Quelque soit le nom qu'on veuille lui donner.
Celimbrimbor
Signaler
Celimbrimbor
Eh bien, justement, si tu affirmes que Desproges se souciait plus du style que du fond, tu amènes de l'eau à mon moulin.
Un polémiste (diable, que ce mot est laid. Faudrait que je consulte Robert pour vérifier s'il existe vraiment ou s'il s'agit d'un néologisme de nos chers amis les journalistes) va chercher à créer la polémique. C'est son job.
Le satiriste, lui, va épingler les petits défauts de la société sans jamais vouloir aller plus loin. Enfin, pas plus loin que la garde du couteau dans la plaie.
De sorte qu'il est possible de conclure que Desproges était un satiriste et pas un polémiste.
Enfin, on s'en fiche un peu. L'important est que vous avez tort et que j'ai raison et qu'il était sacrément bon, le monsieur.

Celim.
maitrenanar
Signaler
maitrenanar
C'est bien ce que je dis Célim : "on est étonné d'une telle richesse doublée d'un sens très fin de la satire.". Dire également qu'il était joyeusement polémiste n'est pas contradictoire. Un satiriste peut déclencher des polémiques, bouffonnes ou non car Desproges se souciait parfois plus du style que du fond.
Jonah
Signaler
Jonah
:lol: Quand je pense que je l'ai cherchée pendant un petit moment, alors qu'elle était sous mes yeux... On va dire que c'est de la faute des deux personnes qui m'accompagnaient. :P
BaNDiNi
Signaler
BaNDiNi

@BaNDiNi
Père-Lachaise, si je ne m'abuse ? J'ai regretté d'avoir loupé sa tombe, la dernière fois que j'y suis allée, mais je m'étais trop attardée sur celle de Chopin et le temps manquait. Enfin je dis ça mais j'habite à quelques stations de métro, donc pas d'excuse, faudrait juste que je me bouge les fesses.


Oui, Père Lachaise... Par contre, c'est ballot : la tombe de Pierre Desproges est quasiment en face de celle de Frédéric Chopin... !
Jonah
Signaler
Jonah
@BaNDiNi
Père-Lachaise, si je ne m'abuse ? J'ai regretté d'avoir loupé sa tombe, la dernière fois que j'y suis allée, mais je m'étais trop attardée sur celle de Chopin et le temps manquait. Enfin je dis ça mais j'habite à quelques stations de métro, donc pas d'excuse, faudrait juste que je me bouge les fesses.


Au-delà de ses émissions radio et télé, je n'ai vraiment découvert Desproges il y a seulement quelques années, un peu au hasard d'ailleurs, en tombant sur les rares one-man-shows qu'il a faits peu avant de mourir. Je suis tombée amoureuse de son style presque instantanément ; il avait une maîtrise des mots que je lui envie ! C'était jamais trop lourd ou trop pompeux (sauf quand il le voulait), et allier une telle verve à un humour pareil, c'est vraiment un régal pour les oreilles.

Franchement, j'ai jamais retrouvé un "Desproges-like" dans les humoristes d'aujourd'hui. Certains disent que Gaspard Proust est dans le même genre, mais je suis pas vraiment d'accord, je trouve qu'il a moins de classe. Enfin après, c'est peut-être la nostalgie qui parle.
BaNDiNi
Signaler
BaNDiNi
Ah, Desproges...
Je suis allé lui rendre une petite visite de courtoisie, il y a peu. S'il savait.

Image IPB
Celimbrimbor
Signaler
Celimbrimbor
On appelle cela un satiriste. Si, si, je vous jure, regardez dans un dictionnaire.

Celim.
maitrenanar
Signaler
maitrenanar
C'est pour cela que je dis "joyeusement polémiste", parce qu'il y a je pense beaucoup de distance par rapport au propos (de la mauvaise foi parfois). C'est un humoriste mais qui emprunte à certaines traditions de la plume acide en littérature. Bref, quelqu'un d'assez rare finalement et d'introuvable, sous d'autres traits, aujourd'hui.
Jonah
Signaler
Jonah

Je ne pense pas qu'il aurait récusé le terme d'humoriste, au contraire, mais il volait tellement au-dessus du reste que c'est difficile de le mettre dans le même panier. Image IPB


:yes:
Tycho
Signaler
Tycho
Polémiste je ne sais pas... c'est un qualificatif trop "premier degré" je trouve. Mais peut-être ai-je une vision déformée par les polémistes actuels qui sont d'un sérieux à mourir d'ennui. Au contraire, Desproges tournait le monde entier en dérision et tapait sur tout et son contraire avec une mauvaise foi et une jubilation communicatives. :D Et ce style bordel! Ce style!

Je ne pense pas qu'il aurait récusé le terme d'humoriste, au contraire, mais il volait tellement au-dessus du reste que c'est difficile de le mettre dans le même panier. :)
Jonah
Signaler
Jonah
Sans conteste un de mes humoristes préférés. Je sais pas s'il apprécierait cette appellation, cela dit.

Édito

Oeuvrant sous le pseudonyme d'Alfoux, je vous propose ici de découvrir les talents d'hier (oubliés) et les talents d'aujourd'hui et de demain. Des personnes intelligentes et proposant des écrits sortant des sentiers battus.

Archives