Bréviaire des vaincus - Expérimentations littéraires

Bréviaire des vaincus - Expérimentations littéraires

Par maitrenanar Blog créé le 30/04/10 Mis à jour le 26/07/14 à 13h50

Le Bréviaire des vaincus vous proposent une plongée originale dans la littérature : science-fiction, romans noirs, fantastique ou oeuvres inclassables. Nous sommes ouverts à toutes les propositions, ceci est un terrain propice aux expérimentations littéraires !

Ajouter aux favoris
Signaler
Extrait

On ne se rend pas compte à quel point la sensibilité d'aujourd'hui, en Occident, est clairement le fait d'une influence chrétienne qui se fit sur plusieurs siècles. Les notions de pudeur, de résistance à la vulgarité sont autant de marques de la pensée biblique. La sensibilité qui en émane est profondément en opposition avec ce que l'on pouvait lire, par exemple, à Rome quelques décennies avant la naissance du Christ.

Au temps de l'Antiquité romaine, la liberté de ton était plus forte. Certaines pratiques, réprouvées par l'Église, comme l'homosexualité, étaient tolérées. En découvrant Catulle, poète romain, je découvris également un nouveau rapport au corps mais aussi à ce que l'on appelle encore parfois "les bonnes moeurs". Les poèmes de Catulle sont souvent vulgaires pour nos oreilles d'occidentaux christianisés, de gré ou de force, mais sont surtout d'une grande drôlerie. La poésie ne se résume pas à quelques pauses mélancoliques de romantique français, elle peut aussi se faire plus directe et cocasse. Voici un extrait d'un poème de Catulle illustrant à merveille ce poète de l'outrance.

Catulle
 
 
« Thallus l'enculé, plus mou que le poil du lapin, que la moelle de l'oie, que le fin bout de l'oreille, que le membre flasque du vieillard, que la toile moisie de l'araignée, Thallus, plus rapace aussi que les tourbillons de la tempête, quand la lune tem ontre les hens du vestiaire qui bâillent, renvoie-moi mon manteau que tu m'as volé, mon moncoir de Saetabis et mes broderies thyniennes, que tu étales à tous les yeux, imbécile, comme un legs de tes ancêtres. Décolle-moi tout cela de tes ongles et renvoie-le moi, sinon sur tes petites côtes velues et sur tes mains mollettes les coups de fouet brûlants laisseront leurs traces honteuses et tu t'agiteras de manière insolite comme un frêle esquif surpris sur la mer immense par un vent furieux. »


Pour nous suivre plus facilement, abonnez-vous à notre flux RSS :

http://feeds.feedburner.com/BrviaireDesVaincus

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Commentaires

_Mrrockpsy95_
Signaler
_Mrrockpsy95_
Si tu veut du poeme hard, crito, lit les pièces condamnés de Baudelaire, tu va rigoler ;)
Critobulle
Signaler
Critobulle
En ce qui conçerne Catulle, j'aime beaucoup son poème qui se termine par : "Si tes mauvais instincts et une folie perverse te poussent, scélérat, à un si grand crime que de t'en prendre par tes manoeuvres à notre personne, ah ! Alors quel sera ton malheur, ton triste sort ! On t'écartera les jambes, et par la porte ouverte on fera courir le raifort et les murges" :lol:

Hormis ces poèmes un peu "hard", il ne faut pas oublier que Catulle est un poète élégiaque dont les vers sont parmi les plus beaux de la poésie antique :)

Édito

Oeuvrant sous le pseudonyme d'Alfoux, je vous propose ici de découvrir les talents d'hier (oubliés) et les talents d'aujourd'hui et de demain. Des personnes intelligentes et proposant des écrits sortant des sentiers battus.

Archives