Bréviaire des vaincus - Expérimentations littéraires

Bréviaire des vaincus - Expérimentations littéraires

Par maitrenanar Blog créé le 30/04/10 Mis à jour le 26/07/14 à 13h50

Le Bréviaire des vaincus vous proposent une plongée originale dans la littérature : science-fiction, romans noirs, fantastique ou oeuvres inclassables. Nous sommes ouverts à toutes les propositions, ceci est un terrain propice aux expérimentations littéraires !

Ajouter aux favoris
Signaler

Notre époque a cela d'étonnant qu'elle est perpétuellement dans la négation de la critique. Au développement raisonné et intelligent de l'initié, on préfère l'ectoplasme modulable à souhait qui hoche tranquillement de la tête en disant "J'aime" ou "J'aime pas". Autrement dit, la subjectivité toute puissante éradiquant la critique constructive. L'émotion plutôt que la raison.

 Marc n'est qu'amour


Pourtant, on peut dire qu'un livre est mauvais, ou bon. On peut le démontrer. En abordant ce sujet, je me souviens que lors d'une discussion en classe, cette année, je me suis heurté à l'incompréhension de pas mal de mes camarades. Une de mes collègues m'a même dit, "Qui est-on pour juger ?". La réponse est simple, un initié. Par ma culture, le travail effectué sur des oeuvres, ma capacité à réfléchir je peux dire qu'un Marc Levy est une merde infâme. Car, les personnages sont des stéréotypes grossiers (contrairement à un Djian qui les déforme avec malice), des histoires qui se confondent dans le pathos le plus mièvre qu'il soit doublées d'un style à peine digne de la prose d'un enfant de cinq ans.

En lisant il y a peu Comme un roman de Daniel Pennac, je suis tombé sur un passage expliquant merveilleusement bien cette distinction que l'on doit opérer entre les bons et les mauvais livres.

 Le vilain romancier qui ose réhabiliter la critique


"Pour être bref, taillons très large : disons qu'il existe ce que j'appellerai une "littérature industrielle" qui se contente de reproduire à l'infini les mêmes types de récits, débite du stéréotype à la chaîne, fait commerce de bons sentiments et de sensations fortes, saute sur tous les prétextes offerts par l'actualité pour pondre une fiction de circonstance, se livre à des "études de marché" pour fourguer, selon la "conjoncture", tel type de "produit" censé enflammer telle catégorie de lecteurs.


Voilà, à coup sûr, de mauvais romans.

Pourquoi ? Parce qu'ils ne relèvent pas de la création mais de la reproduction de "formes" préétablies, parce qu'ils sont une entreprise de simplification (c'est-à-dire de mensonge), quand le roman est art de vérité (c'est-à-dire de complexité), parce qu'à flatter nos automatismes ils endorment notre curiosité, enfin et surtout parce que l'auteur ne s'y trouve pas, ni la réalité qu'il prétend nous décrire.

Bref, une littérature du "prêt à jouir", faite au moule et qui aimerait nous ficeler dans le moule."

Merci Daniel.

Le blog d'origine : http://breviairedesvaincus.blogspot.com/

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Commentaires

Numerimaniac
Signaler
Numerimaniac
Je suis un faible parce que j'avais bien aimé "Et si c'était vrai" de Marc Levy. Ensuite, c'est clair, le reste est un recyclage. Pareil pour Dan Brown. C'était très rigolo Da Vinci Code. Tout le monde s'était affolé. Personnellement, cela m'avait fait penser aux gens qui étaient sortis dans la rue lors de la diffusion sur les ondes du roman "La Guerre des Mondes". Il y avait eu un mouvement de panique tant le récit paraissait réel. Mais là encore, la suite, c'est du recyclage. Du point de vue analytique, c'est passionnant. Peut-être plus qu'un bon roman ;-)

Cela étant, je ne me pose pas vraiment la question de ce qu'est un "bon" ou un "mauvais" roman. Je crois que j'en suis incapable. Tout ce que je sais, c'est quand quelque chose m'intéresse. Par exemple, je travaille actuellement sur l'analyse d'un film qu'on qualifie aisément de mineur dans la filmographie du réalisateur. Pourtant, tout mon travail consiste à dire que les pistes lancées par ce film sont analytiquement très intéressantes à étudier. Et au final... je me dis que c'est vraiment un bon film!

Édito

Oeuvrant sous le pseudonyme d'Alfoux, je vous propose ici de découvrir les talents d'hier (oubliés) et les talents d'aujourd'hui et de demain. Des personnes intelligentes et proposant des écrits sortant des sentiers battus.

Archives