Bréviaire des vaincus - Expérimentations littéraires

Bréviaire des vaincus - Expérimentations littéraires

Par maitrenanar Blog créé le 30/04/10 Mis à jour le 26/07/14 à 13h50

Le Bréviaire des vaincus vous proposent une plongée originale dans la littérature : science-fiction, romans noirs, fantastique ou oeuvres inclassables. Nous sommes ouverts à toutes les propositions, ceci est un terrain propice aux expérimentations littéraires !

Ajouter aux favoris
Signaler
Eric Zemmour n'est pas le seul, ni le premier, à parler de la féminisation de la société. Des gens comme Yukio Mishima ou Julius Evola en parlèrent quelques décennies plus tôt. Ou même Alain Soral, quelques années avant. Pourtant, Zemmour synthétise, comme souvent lors de ses diverses interventions à la télévision, les pensées marginales, réactionnaires au bon sens du terme (en réaction par rapport à). Un vulgarisateur de qualité.
Avec Le Premier sexe, il se fait connaître. Un court essai sur la question mélangeant anecdotes personnelles et réflexions se basant sur des éléments tangibles ainsi que quelques intuitions. Livre salutaire, accessible même si peu original pour celui qui s'intéresse à ce vaste sujet. L'extrait ci-dessous, issu de ce fameux brûlot, évoque la féminisation de la politique.

« Cette féminisation atteint l'ensemble de l'échiquier politique. Le Pen lance sa fille pour « adoucir » l'image du FN. Même les trotskistes, jadis les purs et durs de la Révolution, découvrent la tendresse : « Les sentiments ont choisi notre camp. Aimer, c'est partager. Faire la révolution aussi. La révolution est le contraire de la violence. Elle est un tendre engagement. Elle répond à l'aventure collective qui sommeille en chacun de nous. Elle est un principe de vie. » Ces quelques lignes sont tirées de Révolution, 100 mots pour changer le monde d'Olivier Besancenot, un ouvrage qu'il faut comparer aux textes martiaux, véritables appels au meurtre de masse, de Léon Trotski. Autrefois, la Révolution, c'était donner la mort aux ennemis de classe sans hésiter. Aujourd'hui, c'est un geste d'amour. La vie plutôt que la mort. Accusé d'antisémitisme sur le plateau de Thierry Ardisson, Olivier Besancenot pleure. Ses larmes sont le degré zéro dans le monde d'hommes de la casuistique révolutionnaire ; elles sont l'arme absolue dans un monde féminin de l'émotion télévisuelle. Avec Besancenot, les trotskistes ont renoncé définitivement à prendre le pouvoir réel ; ils visent à influencer la médiasphère virtuelle, pour transformer la société par l'influence médiatique. ».
Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Commentaires

Dacka
Signaler
Dacka
Il ferait mieux de s'en tenir à son émission conceptuelle...
Lushlife_
Signaler
Lushlife_
Parler de la menace trotskyste (inexistante) alors qu'on est l'un des chantres du néo-conservatisme à la française, bien plus prégnant dans notre société, ça ne manque pas de sel ! :D
Ityfalik
Signaler
Ityfalik
En disant 'tu' je m'adresse à X, ne prends pas la critique pour toi. Et quand je parle de l'article, je parle de l'article que tu as linké. Non parce qu'en me relisant, j'ai constaté que ça pouvait porter à confusion...
Ityfalik
Signaler
Ityfalik
J'ai vomi en lisant l'article. Un bon ramassis de clichés. Si tu tu assimiles encore les larmes et l'émotion aux femmes, on est très très loin d'entrer dans une féminisation de la société. On est encore cantonner dans un bon vieux sexisme à l'ancienne, et ton article en est la preuve...

Édito

Oeuvrant sous le pseudonyme d'Alfoux, je vous propose ici de découvrir les talents d'hier (oubliés) et les talents d'aujourd'hui et de demain. Des personnes intelligentes et proposant des écrits sortant des sentiers battus.

Archives