Bréviaire des vaincus - Expérimentations littéraires

Bréviaire des vaincus - Expérimentations littéraires

Par maitrenanar Blog créé le 30/04/10 Mis à jour le 26/07/14 à 13h50

Le Bréviaire des vaincus vous proposent une plongée originale dans la littérature : science-fiction, romans noirs, fantastique ou oeuvres inclassables. Nous sommes ouverts à toutes les propositions, ceci est un terrain propice aux expérimentations littéraires !

Ajouter aux favoris
Signaler
Yukio Mishima reste indéniablement un des grands romanciers japonais de la seconde moitié du XXème siècle. Sa tétralogie, La Mer de la fertilité, était la preuve que l'on pouvait encore, malgré des imperfections, des longueurs, à cette époque, entreprendre de grandes entreprises littéraires. A la manière d'un Balzac avec sa Comédie Humaine ou d'un Zola avec la saga des Rougon-Macquart un siècle avant.
Peu de temps avant sa mort spectaculaire, un seppuku qui suivit un putsch plus symbolique que réellement efficace, en novembre 1970 Yukio Mishima rédigeait un court essai dans lequel le romancier japonais se référait au Hagakure. Ce livre rédigé au XVIIIème siècle par un samouraï développait des principes de vie, référence ultime pour l'auteur du Pavillon d'or. Dans Le Japon moderne et l'éthique samouraï, Mishima s'en prend au Japon pacifique, lui qui revendiquait un héritage brutal, on est loin des cerisiers fleuris. Seulement, l'extrait que je vous propose aujourd'hui ne parle pas du Japon mais des livres et de la jeunesse. Un court paragraphe d'une grande justesse où Mishima distille une fois de plus, avec élégance, sa pensée.

 

Mishima ou la virilité à la japonaise

« L'amitié et la lecture sont les compagnes spirituelles de la jeunesse. Les amis ont des corps de chair et de sang et changent incessamment. Les enthousiasmes de tel ou tel âge retombent avec le temps et laissent place à d'autres que l'on partage avec un nouvel ami. En un sens, il en va de même des livres. Nul doute que tel livre qui a inspiré notre enfance, repris et relu des années plus tard, n'exercera plus sa séduction aiguë et semblera le cadavre de celui dont nous gardons le souvenir. Mais les amis et les livres présentent cette différence essentielle que les premiers changent et non les seconds. Même abandonné à la poussière sur un coin de rayonnage, le livre persiste opiniâtrement dans son style et dans sa philosophie. L'accepter ou le rejeter, le lire ou pas, ne modifient le livre que dans la relation que nous avons avec lui, et c'est tout . »
Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Commentaires

Lushlife_
Signaler
Lushlife_
En effet, à en lire sa page Wikipédia, c'était un véritable personnage de roman...

Excellent, cet extrait.
Slaanesh
Signaler
Slaanesh
Ce bon vieux Mishima. A mon avis il reste dans les mémoires pour le personnage qu'il représentait plus que pour ses oeuvres littéraires, aussi bonnes soient-elles. Un artiste hors du commun.

Édito

Oeuvrant sous le pseudonyme d'Alfoux, je vous propose ici de découvrir les talents d'hier (oubliés) et les talents d'aujourd'hui et de demain. Des personnes intelligentes et proposant des écrits sortant des sentiers battus.

Archives