Premium

Breizh Geeks Blog

Par Simatural Blog créé le 13/11/11 Mis à jour le 25/04/12 à 17h27

Le blog de trois frangins un peu geeks sur les bords.

Ajouter aux favoris
Signaler
Jeux vidéo



    Après la semi-déception constituée par Uncharted 3, était-ce au tour de Batman Arkham City de me décevoir. Je veux dire : après avoir été un Indiana Jones en demi-teinte, allais-je enfiler le costume d'un Batman pâlot ?

    Tin...tintintin... (roulement de tambour)...tintintintin !

    Cinq minutes à peine aux commandes, et vos soupçons s'envolent dans le ciel étoilé d'Arkham City. Pas de doute, le nouveau bébé de Rocksteady surpasse son aîné à tous les niveaux. Là où premier se révélait un outsider et possédait un budget en conséquence, le second confirme tous les espoirs placés en lui... Du coup, les Anglais ont joué la carte de la démesure : plus grand, plus beau, plus varié, « plus mieux » en fait.

    Si le terrain s'est agrandi, surfant sur la vague de mondes type « bac à sable », le développeur anglais n'a pas pour autant oublié tout ce qui faisait le charme du premier. À l'heure où beaucoup privilégient le réalisme, dans les graphismes comme dans les mécaniques de jeu, Batman Arkham City ne s'embarrasse pas des mêmes questions (limites ?) et propose un gameplay fondé sur le plaisir de jeu ; tout simplement. Dès lors, on ne s'étonne pas de trouver ici des gargouilles ou des conduits, non, on imagine déjà comment on va assommer un ennemi, achever tel autre, variant les attaques, les techniques comme Batman sait si bien le faire dans les comics ou les adaptations éponymes : avec rapidité, classe, efficacité. En silence aussi. Pour sublimer l'ensemble, et comme pour enfoncer la concurrence, le jeu incorpore le système de combat le plus fun du monde. C'est simple, alors que l'on presse les touches à toute vitesse, des frissons vous parcourent, une excitation s'empare : vous êtes Batman. Hop, je plonge dans le vide, je chope un type par le colbac, je lui colle un gnon, j'attrape au vol le pied du mec qui essaie de me prendre à revers, et je lui décolle une droite qui lui fait voir les étoiles de plus près ! Putain, quel sentiment de puissance ! On court sur les toits, sautant de l'un à l'autre, volant entre les buildings aux constructions gothiques. On croise le Joker, Le Pingouin, et tous les autres méchants de l'univers de la chauve-souris. On découvre leur passé, leur lien dans des menus très bien foutus. L'histoire, sans être une merveille, lie efficacement les intrigues et les personnages, jusqu'à la toute fin, et cette chanson au cours du générique... Chut !

    Et le pire dans tout ça, c'est que le jeu possède encore une marge de progression ahurissante. On voit tout ce qu'il peut améliorer, en gardant ses acquis, et on se dit que la prochaine production de Rocksteady sera juste énorme - qu'il soit un Batman 3, ou Urban Chaos 2 - je sais... je rêve, mais qu'est-ce que j'ai pu l'aimer ce jeu pourtant bardé de défauts.
   
    Enfin - à la condition que vous ayez l'immense fortune d'acheter le boitier neuf -, il y a les parties avec Catwoman. Outre la joie d'incarner la féline préférée de Batou, j'ai retrouvé un peu de ce plaisir malsain que je prenais à jouer à Tenchu, le taillage de colliers en moins. On escalade toutes les surfaces, on s'accroche au plafond, on atterrit derrière les méchants et on les élimine, ni vu, ni connu. Raahhh, j'en ronronnerais presque !

    8.5/10 Batman est gâté : Nolan au cinéma, Rocksteady dans les jeux vidéo. Ce second opus enfonce le clou : mieux à tous les égards, plus fun à jouer, il installe définitivement la série dans le top 10 des licences qui auront marqué cette génération de consoles. Vous l'aurez compris : rater ce jeu pourrait bien la pire faute de goût que vous pourrez commettre cette année.

Simatural

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Commentaires

PsyKoP4t
Signaler
PsyKoP4t
Yop par Rocksteady à Londres et quel studio put** !
BlackLabel
Signaler
BlackLabel
Je le pensais aussi (^^), mais dans l'interview du français qui s'occupe de je sais plus quoi sur le jeu, j'avais le vague souvenir que le jeu avait été dev à Londres.
Simatural
Signaler
Simatural
Oui, bien vu. J'ai bêtement supposé que le jeu était développé par une équipe américaine.

Je corrige ça tout de suite. :-)
BlackLabel
Signaler
BlackLabel
Du coup, les Américains ont joué la carte de la démesure : plus grand, plus beau, plus varié, « plus mieux » en fait.



Je crois que c'est un jeu anglais.

Édito

Ici vous trouverez pêle-mêle des critiques, des dossiers, des coups de gueule, des coups de coeur, bref, la même chose que sur les autres blogs, mais à notre sauce. On causera surtout de jeux vidéo, bien sûr, mais on se réserve aussi le droit de parler de séries télé, de film et même de bouquins si l'envie nous en prend.
Le truc qui est drôle, c'est que n'étant pas toujours d'accord entre nous (on nous a diagnostiqué une "versusite aiguë" bien connue des gameblogueurs), le blog risque de partir un peu dans tous les sens. C'est pas grave, c'est le fonctionnement même d'un blog. N'hésitez pas à réagir ! Bonne lecture !

Intervenants :
- Simatural (plate-forme, action/aventure, foot et jeux bizarres)
- Wonsul (Action/aventure, FPS, beat'm all, RPG, TPS)
- Br3izhGam3r (FPS, TPS, action/aventure, plate-forme)

Archives

Favoris