Premium

Breizh Geeks Blog

Par Simatural Blog créé le 13/11/11 Mis à jour le 25/04/12 à 17h27

Le blog de trois frangins un peu geeks sur les bords.

Ajouter aux favoris
Signaler
Jeux vidéo

 Modern Warfare 3Dans la lignée des opus précédents, nous avons affaire ici à une campagne bourrée aux testostérones, 100% action, un titre musclé, pop-corn, bref du Call of.

Mw3 se veut plus explosif que jamais, ne nous laissant aucun répit ni temps mort ; le titre veut nous tenir en haleine tout au long de la campagne. C'est pourquoi il emploie les grands moyens. On retrouve donc la même recette que d'habitude avec différentes situations pour varier le plaisir. Ainsi, on se retrouvera au contrôle d'un char téléguidé, d'un bateau à esquiver de nombreux aléas ou encore au poste de mitrailleur dans un char, en plus des éternelles phases d'infiltrations, etc. Vous l'aurez compris, ce procédé est devenu récurrent dans les FPS modernes.

Certaines séquences sont viscérales, prenantes, elles prennent littéralement au trip ; par exemple, le passage de l'avion russe qui subit une attaque en plein vol ou alors celui avec le char téléguidé, etc. Je ne vous cacherai pas, à ma plus grande surprise,  que j'y ai pris du plaisir. Mais ces moments sont trop rares pour sauver le reste de la campagne (bateau) qui est restée, à mes yeux, ennuyeuse   et sans intérêt.

Le scénario, quant à lui, est la suite directe des événements des deux premiers opus. Pour ne pas trop vous spolier, les prémices de la 3e guerre mondiale qui avait éclaté lors de Mw2 et qui s'intensifie suite à des attaques répétées un peu partout dans le monde. Le terrain de jeux ne se limite plus seulement aux USA et à quelques pays arabes/russes mais à une bonne partie du globe. C'est dans ce cadre que notre commando va se retrouver à sillonner les quatre coins du monde : France, Grande-Bretagne, Allemagne, Afrique, Russie, etc. Nos soldats d'élite vont donc devoir mettre un terme à cette 3e guerre mondiale mais aussi aux agissements du grand méchant russe Makarov - un peu à l'instar des méchants dans Dragon Ball, celui-ci est encore plus méchant et vicieux que les précédents. Manette en main, vous devrez déjouer ses tours malfaisants ! Il faut l'avouer le scénario n'est pas original pour deux sous, on nage en pleins stéréotypes, mais après tout, c'est ce qui marche le mieux auprès du grand public alors pourquoi changer ?

Comme à l'accoutumée, Il y quelques séquences émotions dont une qui a fait mouche chez moi ; sans surprises, c'est celle qui a fait polémique comme vous devez vous en douter.

<!> Attention spoiler <!>



Je vous l'accorde cela fait bel et bien son effet mais malgré tout on ne peut s'empêcher de se demander pourquoi il n'en va pas de même lorsqu'il s'agit de notre commando... Ce dernier va subir bon nombre de désagréments, avec un bilan plutôt lourd il faut l'avouer... Et pourtant on ne ressent strictement rien envers notre groupe de soldats d'élite ! Certaines situations qui devraient toucher le joueur ont l'effet inverse, elles frisent le ridicule tant les dialogues me semblent inappropriés, surjoués et clichés, laissant comme seule impression un aspect tantinet « bidon » à ces scènes sensées remuer le joueur. Pour ma part la réponse est sans appel; c'est pleinement compréhensible ; comment voulez-vous vous identifier voir même à vous attacher à une équipe de « Rambo » aussi charismatique que des petits pois surgelés ?

5/10 Si on doit retenir quelque chose de ce Mw3, c'est bien que l'on arrive au bout d'un cycle, le manque d'originalité se fait réellement sentir de bout en bout tant toutes les situations ont été utilisées et réutilisées à un moment donné ou à un autre. Alors oui le jeu est certes loin d'être moche, mais lorsque l'on voit les chiffres de ventes, on ne peut s'empêcher de se demander où part l'argent?! Alors quand on sait en plus que le studio Sledgehammer Games est composé de deux studios différents épaulés par une troisième équipe de développement (un effectif très conséquent en somme) et qu'ils ont énormément de moyens derrière eux (Activision, 1er éditeur de jeux vidéo) ; excusez-moi pour l'expression mais « WTF » ?
Alors, oui, le cahier des charges a été tenu et respecté, mais bon sang, un peu de sang neuf ferait le plus grand bien à la série ! Plus le temps s'écoule, plus j'avoue avoir du mal à comprendre cette politique de l'inertie et du gain facile que pratique Activision depuis maintes années et qui continu à s'étendre dans tout le domaine du jeu vidéo...

Wonsul

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Jeux vidéo

Pour rappel, la fonction Remote Play permet de jouer à des jeux PS3 sur PS Vita située, bien sûr, à proximité de sa grande soeur. Sony a annoncé peu de temps avant la sortie de la nouvelle console portable que cette dernière ne serait pas compatible avec tous les jeux PS3, suite à des problèmes techniques.

En vérité, rares sont les jeux compatibles. Le plus drôle dans cette histoire, c'est que, lors du Tokyo Game Show, Sony avait fait la démonstration avec Killzone 3. Seulement, il y a un "hic", c'est que même ce dernier ne fonctionne pas "officiellement".

Heureusement pour nous, un utilisateur possédant une PS3 hackée et la Vita à réussi à démontrer le contraire en effectuant une petite manipulation: faire reconnaître la console portable en tant que "téléphone portable" et non comme "console" ( le custom firmware 3.55 ne supportant pas les focntionnalités PS Vita ). Ceci fait,  vous pouvez désormais simuler le Remote Play et donc naviguer dans le XMB avec votre console portable. Pour jouer, il vous suffit de lancer l'application multiMAN, puis un back up du jeu.

Les touches L2, R2, L3 et R3 sont remplacées par des zones bien définies du pavé tactile, au dos de la console portable.

 

Voici une vidéo explicative, suivie de quelques démonstrations de jeux:

Battlefield 3:

Red Dead Redemption:

Batman Arkham Asylum:

Mortal Kombat:

Alors, problèmes techniques ou incompétence de la part de Sony? Vous connaissez déjà la réponse... Il ne reste plus qu' à espérer une mise à jour officielle corrigeant ces "soucis techniques" avant la sortie de la petite dernière sur notre continent qui, pour rappel, est prévue dans un mois précisément.

Sourcehttp://www.youtube.com/user/homer49, ps3gen.fr

Br3izhGam3r

Ajouter à mes favoris Commenter (13)

Signaler
autres

Voici une peinture sur vitre que j'ai réalisée pour Noël avec comme vedette le célèbre plombier en pleine bataille de neige. Je vous laisse regarder par vous-même:

Ps: C'est ma toute première, soyez indulgents!

Br3izhGam3r

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Jeux vidéo

Santa Monica Studio, pour ceux qui ne le savent pas, est le talentueux studio californien ayant créé l'une des franchises faisant la fierté du line-up exclusif à Sony. Si je vous dis, un « Beat'em All » où vous incarnez un demi-dieu grec qui n'a qu'un seul but, casser la gueule des autres dieux. Là, vous me répondez évidemment: « God Of War».

Les deux premiers opus sont sortis sur Playsation 2, et ont été remasterisés depuis sur Playstaion 3, laquelle a accueilli le génialissime God Of War III le 17 mars 2010. Récemment est d'ailleurs sorti God Of War Collection Volume II, reprenant les deux excellents épisodes sortis sur PSP, mais cette fois-ci développés par Ready At Dawn, studio ayant d'ailleurs été racheté par Sony il y a quelques mois.

Depuis quelques mois également , les rumeurs autour d'une éventuelle suite à la franchise se multiplient sur le net. La plus récente parlant même d'un « mode coopératif » dans God Of War IV, qui serait prévu pour le 28 septembre 2012. Rien d'officiel n'a encore été annoncé pour le moment.

Santa Monica recrutant des employés depuis quelques temps déjà, a communiqué par le biais d'une offre d'emploi : « Santa Monica Studio embauche pour une nouvelle IP non annoncée ». Pas besoin de lire entre les lignes pour comprendre que le studio travaille sur une nouvelle franchise.

Cela veut-il dire que nous devons dire « à dieu » à Kratos? Non je ne pense pas, le studio doit vouloir s'agrandir et ainsi pouvoir développer deux jeux simultanément. Rien d' étonnant à cela, c'est une pratique de plus en plus courante dans le jeu vidéo, prenons par exemple Naughty Dog, ayant secrètement développer The last of us tout en travaillant sur Uncharted 3.

Une chose est sûre, Sony a encore des exclusivités dans sa manche. Wait & See

Source : ps3gen.fr

Br3izhGam3r


Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

En cette fin d'année, je me suis enfin décidé à vous délivrer mes impressions sur l'année écoulée qui a  été en somme plutôt riche en suites! Bon je vous l'accorde; cette année n'était pas des plus rafraichissantes: manque de nouveautés, peu ou pas de réelles nouvelles exclues, les jeux commencent à tourner un peu en rond mais cette dernière n'en reste pas moins une très bonne année en terme de jeux vidéo, ce qui n'a pas forcément été le cas pour le cinéma... Et sans plus attendre, voici mes tops 2011:

Top jeux vidéo
Deus ex: Human Revolution (Eidos Montréal)
Batman Arkham City (Rocksteady)
Dead Space 2 (Visceral Games)
Déception: Crysis 2 (Crytek)

Top manga
Berserk de Kentaro Miura
Vinland Saga de Yukimura Makoto
Pluto de Urasawa Naoki et de Tezuka Osamu

Top cinéma :
Arriety le petit monde des chapardeurs de Hirosama Yonebayashi
Je m'arrête là, cette année était vraiment médiocre...

Top série :
Game of thrones - saison 1
Justified - saison 2
Breaking Bad - saison 4
Scrubs - la série complète sauf la dernière  (j'ai découvert cette série avec un peu de retard mais elle n'en reste pas moins mon coup de coeur de l'année)

Bonnes fêtes de fin d'année à tous,

Sparda

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Jeux vidéo

Vous vous demandez sans doute de quoi il s'agit, et non ce n'est pas l'annonce d'une potentielle exclusivité PS Move, mais d'une expérience cinématographique magique réalisée à partir de ce dernier. En effet, des personnes du site greatfilmsfillrooms ont merveilleusement produit différentes vidéos avec pour objectif de représenter une projection en trois dimensions, sous des perspectives différentes, et tout cela en temps réel ! C'est-à-dire sans retouche post-production : pas d'effets spéciaux, filmée d'un seul bloc et tout ça pour un résultat pour le moins bluffant .

L'expérience a été financée par le Video Store du Playsation Network. Je vous laisse apprécier le résultat de vos propres yeux.

et

Et voici le making-off pour les bilingues:

Si vous voulez en savoir davantage, je vous laisse ici l'adresse du site : http://greatfilmsfillrooms.com/en/

Source : Ultimateps3, greatfilmsfillromms.com

Br3izhGam3r

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler

Ça y est, on y est : la fin d'année. Et alors que les fêtes de fin d'année approchent à grands pas, l'heure des bilans aussi. Alors, après quelques "discussions dans ma tête" enflammées, voilà mon top à moi. Même si, plus je le lis, plus je me dis que j'ai forcément oublier quelque chose. Enfin, c'est pas grave...

Top musique
We are Augustines : Rise Ye Sunken Ships
Fleet Foxes : Helplessness Blues
Beirut : The Rip Tide
(pas sorti cette année mais découvert cette année : Other Lives : Other Lives)

Top jeux vidéo
Skyrim (Bethesda)
Batman Arkham City (Rocksteady)
Rayman Origins (Ubisoft)
(pas sorti cette année mais mais découvert cette année : Limbo (Playdead))

Top bouquins :
The City & the City de China Miéville
Dead Kennedy de Sean Stewart
Le Dragon Griaule de Lucius Shepard
(pas sortis cette année mais mais découverts cette année : Vorace de Oisin McGann et La Religion de Tim Willocks)

Top films :
Drive de Nicolas Winding Refn
The Artist de Michel Hazanavicius
Et pis c'est tout... Pour moi 2011 n'aura pas été une grande année cinéma

Top séries télé :
Justified - saison 2 (très loin au-dessus du reste)
Game Of Throne - saison 1 (parce que l'adaptation vaut le détour)
Homeland (les 7 premiers épisodes... le reste est très décevant)

(pas sortis cette année mais mais découvert cette année : tout Community même si la troisième saison est moins sympa).

Bonnes fêtes de fin d'année à tous,

Simatural

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Bouquins



Quatrième :
Ignatius Martin Perrish passa la nuit ivre, à faire des choses terribles. Il se réveilla le lendemain matin avec une terrible gueule de bois et... une paire de cornes qui lui sortait des tempes. 

Au début, Ig croit que les cornes sont une hallucination, celle d'un esprit malade, rongé par la colère et le chagrin. Cela fait un an que Merrin Williams, sa bien-aimée, a été violée et tuée dans des circonstances inexplicables. Depuis, reclus dans sa solitude, il vit un enfer, et il a plus de raisons qu'il n'en faut pour sombrer dans la dépression. Pourtant les cornes sont on ne peut plus réelles. 
Jadis, Ig le vertueux faisait partie des privilégiés : né dans une famille riche, second fils d'un musicien renommé et frère cadet d'une star montante de la télé, il avait la sécurité, l'aisance, une place reconnue au sein de sa communauté. Ig avait tout pour être heureux, plus encore il avait Merrin et un amour réciproque, auréolé de magie, fondé sur les mêmes rêves. Mais la mort de Merrin a tout détruit. Seul véritable suspect, Ig n'a pourtant jamais été accusé ni jugé. Et donc jamais innocenté. Pour le tribunal que constitue l'opinion publique de Gideon, sa ville natale du New Hampshire, Ig aura beau dire ou faire, il est et restera toujours coupable, car ses parents riches et influents ont exercé des pressions pour faire boucler l'enquête. Il est abandonné de tous, Dieu y compris. De tous, sauf de son démon intérieur... Et voilà qu'Ig se retrouve soudain doué d'un nouveau pouvoir, assorti à son nouvel aspect et tout aussi terrible, un macabre talent qu'il compte bien utiliser pour retrouver le monstre qui a tué Merrin et détruit sa vie. Être bon, prier... tout ça ne l'a mené nulle part. Il est temps de prendre sa revanche... Il est temps de donner sa part au diable...

Mon avis :
Joe Hill a commencé avec Le Costume du Mort, un premier roman juste excellent.
Ensuite, Joe Hill s'est tourné vers la forme courte et nous a pondu le non moins qualitatif recueil Fantômes.
Enfin, Joe Hill est aussi le scénariste du comics multiprimé Locke & Key ; pour moi, le meilleur comics actuellement.
Vous l'aurez compris : Joe Hill est un touche-à-tout de génie.
Alors, on a le choix : soit on peut le prendre en grippe, soit on ouvre une de ses oeuvres et on découvre l'une des voix plus singulières de la littérature américaine.

Cornes est son deuxième roman donc.
C'est l'histoire d'un type qui se réveille un jour avec des cornes.
Même s'il en a pas mal abusé la veille, ça n'a pas l'air d'être la faute de l'alcool. Pas cette fois en tout cas.
Ce n'est pas non plus sa petite amie qui l'a fait cocu ; celle-ci est morte dans d'affreuses circonstances il y a un an.
Depuis, Ignatius s'en veut. Parce que d'une certaine manière, il n'est pas innocent. Alors, il boit. Pour oublier.
Pire, autour de lui, tout le monde le croit coupable. Même sa famille. Surtout sa famille. Ig est seul, terriblement seul depuis que Merrin n'est plus là. Ig n'a plus rien, alors, oui, Ig boit pour oublier, pisse sur des tombes, couche avec une femme qu'il n'aime pas en pensant à celle qu'il a aimée, et injure dieu autant qu'il le peut.

Et, puis, arrivent ces saletés de cornes que son entourage semble à peine remarquer ; mieux, tout le monde se met à lui raconter ses plus noirs secrets, ses désirs inavoués, ses souvenirs les plus malsains. L'occasion pour Ignatius d'enquêter et de découvrir l'assassin de la femme qu'il a aimée plus que tout. Car quand dieu vous a tourné le dos, il ne reste que le diable...

Comme Sean Stewart dans Dead Kennedy par exemple, le fantastique est un prétexte. À une chronique sociale, à un roman noir. Dans le cas présent, il sonde les âmes, les explore, les révèle. Pêle-mêle, Cornes parle de conneries d'adolescent, de parents absents, d'amour, de noirs secrets, de solitude, et de toutes ces choses dont on a déjà causé cent fois, mais dont Joe Hill a réussi à en tirer une histoire intéressante, touchante, profonde, intelligente, et ce, jusqu'à la toute dernière page.

Ah, oui, Joe Hill est le fiston de Stephen King. Mais, vous savez quoi, on s'en fout. Dans quelques années, Stephen King sera le père de Joe Hill.

9/10 Entre roman noir et roman fantastique, Joe Hill nous raconte une histoire diablement touchante. Une future référence du genre.

Simatural

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Jeux vidéo



    Après la semi-déception constituée par Uncharted 3, était-ce au tour de Batman Arkham City de me décevoir. Je veux dire : après avoir été un Indiana Jones en demi-teinte, allais-je enfiler le costume d'un Batman pâlot ?

    Tin...tintintin... (roulement de tambour)...tintintintin !

    Cinq minutes à peine aux commandes, et vos soupçons s'envolent dans le ciel étoilé d'Arkham City. Pas de doute, le nouveau bébé de Rocksteady surpasse son aîné à tous les niveaux. Là où premier se révélait un outsider et possédait un budget en conséquence, le second confirme tous les espoirs placés en lui... Du coup, les Anglais ont joué la carte de la démesure : plus grand, plus beau, plus varié, « plus mieux » en fait.

    Si le terrain s'est agrandi, surfant sur la vague de mondes type « bac à sable », le développeur anglais n'a pas pour autant oublié tout ce qui faisait le charme du premier. À l'heure où beaucoup privilégient le réalisme, dans les graphismes comme dans les mécaniques de jeu, Batman Arkham City ne s'embarrasse pas des mêmes questions (limites ?) et propose un gameplay fondé sur le plaisir de jeu ; tout simplement. Dès lors, on ne s'étonne pas de trouver ici des gargouilles ou des conduits, non, on imagine déjà comment on va assommer un ennemi, achever tel autre, variant les attaques, les techniques comme Batman sait si bien le faire dans les comics ou les adaptations éponymes : avec rapidité, classe, efficacité. En silence aussi. Pour sublimer l'ensemble, et comme pour enfoncer la concurrence, le jeu incorpore le système de combat le plus fun du monde. C'est simple, alors que l'on presse les touches à toute vitesse, des frissons vous parcourent, une excitation s'empare : vous êtes Batman. Hop, je plonge dans le vide, je chope un type par le colbac, je lui colle un gnon, j'attrape au vol le pied du mec qui essaie de me prendre à revers, et je lui décolle une droite qui lui fait voir les étoiles de plus près ! Putain, quel sentiment de puissance ! On court sur les toits, sautant de l'un à l'autre, volant entre les buildings aux constructions gothiques. On croise le Joker, Le Pingouin, et tous les autres méchants de l'univers de la chauve-souris. On découvre leur passé, leur lien dans des menus très bien foutus. L'histoire, sans être une merveille, lie efficacement les intrigues et les personnages, jusqu'à la toute fin, et cette chanson au cours du générique... Chut !

    Et le pire dans tout ça, c'est que le jeu possède encore une marge de progression ahurissante. On voit tout ce qu'il peut améliorer, en gardant ses acquis, et on se dit que la prochaine production de Rocksteady sera juste énorme - qu'il soit un Batman 3, ou Urban Chaos 2 - je sais... je rêve, mais qu'est-ce que j'ai pu l'aimer ce jeu pourtant bardé de défauts.
   
    Enfin - à la condition que vous ayez l'immense fortune d'acheter le boitier neuf -, il y a les parties avec Catwoman. Outre la joie d'incarner la féline préférée de Batou, j'ai retrouvé un peu de ce plaisir malsain que je prenais à jouer à Tenchu, le taillage de colliers en moins. On escalade toutes les surfaces, on s'accroche au plafond, on atterrit derrière les méchants et on les élimine, ni vu, ni connu. Raahhh, j'en ronronnerais presque !

    8.5/10 Batman est gâté : Nolan au cinéma, Rocksteady dans les jeux vidéo. Ce second opus enfonce le clou : mieux à tous les égards, plus fun à jouer, il installe définitivement la série dans le top 10 des licences qui auront marqué cette génération de consoles. Vous l'aurez compris : rater ce jeu pourrait bien la pire faute de goût que vous pourrez commettre cette année.

Simatural

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
autres

Je ne me lasse pas de regarder cette vidéo. On dirait des monstres steampunk, mais en bois. C'est juste magique !



Simatural

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Édito

Ici vous trouverez pêle-mêle des critiques, des dossiers, des coups de gueule, des coups de coeur, bref, la même chose que sur les autres blogs, mais à notre sauce. On causera surtout de jeux vidéo, bien sûr, mais on se réserve aussi le droit de parler de séries télé, de film et même de bouquins si l'envie nous en prend.
Le truc qui est drôle, c'est que n'étant pas toujours d'accord entre nous (on nous a diagnostiqué une "versusite aiguë" bien connue des gameblogueurs), le blog risque de partir un peu dans tous les sens. C'est pas grave, c'est le fonctionnement même d'un blog. N'hésitez pas à réagir ! Bonne lecture !

Intervenants :
- Simatural (plate-forme, action/aventure, foot et jeux bizarres)
- Wonsul (Action/aventure, FPS, beat'm all, RPG, TPS)
- Br3izhGam3r (FPS, TPS, action/aventure, plate-forme)

Archives

Favoris