Le beulogue que tu lis pendant que tu trempes ton camembert dans ton café

Par Baz Grey Cat Blog créé le 27/02/15 Mis à jour le 03/03/15 à 17h47

Un blog c'est fait pour donner son avis. Alors je le donne.
Un avis c'est fait pour donner une idée. Alors je la donne.
Une idée c'est fait pour être créatif.
Alors soyons le.

Ajouter aux favoris

Édito

Et si on stoppait toutes les guerres dans le monde pour laisser les pays s'envoyer sur la tronche à Bomberman ?

J'ai créé ce blog pour parler jeu vidéo. Oui, ça on s'en douterait un peu, je ne viens pas vanter les mérites de la boucherie chevaline en bas de chez moi. Mais je me répète quand même, je viens pour parler du jeu, du jeu vidéo dans son ensemble. Ne comptez pas sur moi pour rentrer dans le débat "ma console est mieux que ta soeur en short".
Laissons plutôt la place à mes pérégrinations dans l'univers du jeu vidéo. Promis, je ne suis pas égocentrique. Enfin pas au point de rédiger cet édito depuis une chambre que je n'aurais pas quittée depuis plus de 72 heures.........
Oh merde ! Je suis égocentrique !

Baz : Ancien rédacteur en chef en culture asiatique. Conseiller artistique pour le jeu indépendant.

Archives

Le beulogue que tu lis pendant que tu trempes ton camembert dans ton café
Signaler

Photos ? jeu vidéo ?

Hier soir je me suis octroyé la liberté de faire un tour en ville après une journée de travail studieuse et richement agrémentée de coms sur facebook. Et oui le travail est partout, même sur le réseau bleu foncé. J'en ai profité pour m'acheter une baguette de pain, ce qui n'intéressera personne j'en conviens bien et j'en ai aussi profité pour me rendre à une exposition de photographies. La galerie n'était pas grande et les photos présentées étaient immenses. Ah tiens, les prix aussi étaient immenses. Parce que dans les mots « expo photos » il faut surtout comprendre « vente pour gros chèques ». Mais qu'importe. Art rime avec Commerce depuis l'antiquité et si le second booste le premier je ne vais pas m'en plaindre non plus. 
Fidèle à mon sens poète du jeudi soir, baguette franchouillarde à la main, je contemple les ½uvres, tantôt noir et blanc, tantôt couleur et je m'attarde sur l'une d'elle. Le pont de Brooklyn.
Alors oui, je vous vois venir, le pont de Brooklyn, photographié depuis des lustres de décennies. Quoi d'original ? Bah moi j'aime bien. Ca me rappelle le bon souvenir d'une grande ville du monde que j'ai très bien connue …. Par l’intermédiaire de Friends. Chacun ses moyens hein.
Et pendant que je me fais fondre la cervelle sous une tonne de réflexions métaphysiques, un homme d'une quarantaine d'années et l'air brusque vient se poster à côté de moi et regarde la photo à son tour. Sans me regarder, sans baisser la voix, sans même porter un regard admiratif sur l’½uvre, le mÔssieur me dit : « Oui bon bin c'est un pont quoi ! ».
Et …. Je dois reconnaître que sous son allure de gros plouc du dimanche ce monsieur avait raison. On nous proposait la photo d'un pont pour un peu plus de 1200¤. Logique ?

 

Aux débuts de la photographie, à l'époque où il fallait quatre heures sans bouger pour fixer sur des plaques d'étain des images noir et blanc assez floues pour ne pas reconnaître une personne en second plan, de quoi pouvait on rêver ? Que les photos soient aussi ressemblantes de la réalité que la réalité elle même non ? Ca me rappelle le début du jeu vidéo. Vous savez, ce fameux début où on sautait au plafond de voir qu'après Pong on passait à une génération de consoles et à de jeux capables de nous montrer des personnages, des immeubles, des arbres ou des ponts. Le bon temps du 8 bits et ses couleurs flashies qui se comptent sur les doigts d'une main tronçonnée. Oui sauf que bon hein, ton pont 8 bits il est gentil mais il ressemble pas vraiment à celui de Brooklyn ?
Ok ok, pour les exigeants on va passer sur du 128 bits. 128 bits rien que pour toi ! Et dans cette orgie de pixels je t'offre un George Washington Bridge clinquant et un Metal Gear Solid 2 beau comme un camion …. Tûûûût Tûûûût !

 

 Allez ! Je vais me priver de manger pour me l'acheter !

 

Sauf que, réaliste ou pas. On en est encore au point de vouloir plus. On balbutie les mecs ! Alors on cherche de la ram, on cherche de la mémoire vive, du super mega HD Blue DVD, de la nvidia GTXSSDF 12554301 au prix de 15 ans de salaire et on commence éventuellement à entrevoir des images réalistes qui font penser que « Ah oui, on dirait la réalité. »
Parce qu'à entendre aujourd'hui les clameurs et aussi les réclamations d'une partie des joueurs, se vantant eux mêmes du titre de "gamers", le but du jeu vidéo est le même que celui de la photo. Il faut copier la réalité. Le but ne sera atteint que lorsque l'image sera la copie à l'identique de ce que la réalité nous propose de voir.


Les consoles New Gen sont de belles machines. J'en pense de même pour les ordis. Ils permettent des jeux où les ponts sont réalistes. Houla ! Que dis-je ?! Photo réalistes pardi ! Alors oui on est content, on voit son pont de Brooklyn, si tenté qu'il existe en jeu vidéo, avec le nombre exact de haubans, sa double voie routière, tous ses luminaires, toutes ses échelles de secours. On souhaiterait quasiment voir traîner les papiers gras du MacDo de la rue d'en face.
Mais …. le pont de Brooklyn reste un pont. Et de la même manière que je ne suis pas près à mettre un mois de salaire dans sa photo présentée en expo, je ne suis pas forcément près à mettre 70¤ dans un jeu rien que pour savoir que le nombre de bancs est respecté. Si la photographie dans son ensemble m'intéresse c'est pour son sens artistique. Prendre une photo de pont, je peux le faire. Tu peux aussi, toi lecteur de mon blog fraîchement créé. Et ta petite s½ur, pas celle qui est étudiante en droit de la famille mais celle qui n'a pas encore de dent, refuse de prendre son biberon et fait des prouts dans l'eau de son bain en serait capable également. Qu'est-ce que le domaine artistique ou tout du moins créatif doit défendre ? La copie de la réalité ? Est-ce là le but du jeu vidéo ?

 

Ma console est tellement puissante que .... ! Ah non rien ....

Au nom du réalisme, on nous bassine avec la puissance des machines. Ou plus exactement, je rends à César ce qui lui appartient, une certaine « catégorie » de joueurs, pas les plus nombreux, nous rasent le ponpon à mette en scène une guerre supposée qui opposerait les consoles entre elles alors que cette guerre existe principalement dans leurs têtes et passe bien au dessous du cigare des créateurs de jeux. « Ta console elle pue avec ses 30FPS », « Ta console elle pue avec son 720p », « Ta console elle pue avec sa basse déf ».
Oui c'est vrai, pour du réalisme, il faut de la puissance. Là dessus nous sommes entièrement d'accord. Et dans ce cas nous sommes aussi d'accord sur le fait qu'un film d'animation 3D se montrera bien plus photo réaliste qu'un jeu vidéo. Même la plus modeste des animations réalisée en agence d'architecture sera plus photo réaliste qu'un jeu PS4 et ce pour des tonnes de raisons techniques à commencer par celle du pré calculé. Mais alors, ça voudrait dire que le jeu vidéo ne propose finalement pas ce qui se fait de mieux en terme d'image de synthèse photo réaliste ??!! Bah nan.... Tu croyais vraiment ça toi ?
Si tu veux veux côtoyer de l'image photo réaliste, achète toi un bon PC, un logiciel de modélisation 3D et arme toi d'une patiente d'huître déjà sèche parce que ce n'est en aucun cas le jeu vidéo qui va te fournir le Graal que tu convoites tant. Le jeu vidéo à ses limites. Limites dues à de multiples gestions parallèles à l'image seule. Et au fur et à mesure que la technologie avance, ces limites seront toujours là. Moindre car l'image devient de plus en plus fine mais on est pas encore en 2050 non plus.

 

 Projet en architecture d'intérieur réalisé via le moteur de rendu Indigo, téléchargeable sur internet y compris en version gratuite.

 

 Et The Order le si beau jeu qui en comparaison pique un peu les n'yeux.

 

Si aujourd'hui je vois la démo d'un Final Fantasy XV, j'y vois un jeu beau. Très beau. Mais sa beauté qu'on peut juger de réaliste appelle à vouloir du réalisme partout dans le jeu. Et quand on cherche la petite bête, on la trouve très vite. C'est comme ça que certains passages peuvent trahir des limites évidentes, des endroits, des détails, des lieux moins fins, moins réalistes ou bien présentant des éléments du décor assez ressemblant avec les capacités de consoles plus anciennes. Textures plates, modélisations brutes, hachées et taillées à la batterie de cuisine. On a du beau, et à force de chercher le beau on trouve du moins beau parce que la puissance des machines ne peut pas offrir du beau partout. Est ce la faute du jeu qui n'est pas parfait ou bien est-ce notre faute, nous, joueurs pêcheurs, qui sommes tentés de chercher l'absolue perfection.

Et si c'est la perfection que nous recherchons, nous la recherchons dans quel sens ? Dans le sens du réalisme ? Un jeu parfait serait un jeu assez photo réaliste pour nous donner l'illusion que le dit jeu soit en fait la réalité ?

 

LIENS SPONSORISÉS

Nouvelle Smart forfour. 4 vraies places. 1 vraie offre.

Nouvelle Smart forfour. 4 vraies places. 1 vraie offre. 

Disponible à partir de 149 ¤ TTC/mois* seulement, sans apport et sans condition de reprise.  La nouvelle Smart forfour vous procure un plaisir de conduite à la puissance 4. 

Adyoulike
Sponsorisé par Smart
 

Et maintenant ! Le ninja copieur au Sharingan !

« Ah tient ! Pute 1 ! Ta vu les arbre de ce jeu ?! Ont direr des vrais !  Cé trop un bon jeu»
(Citation tirée du joueur lambda basique de 15-25 ans qui a connu le jeu vidéo par la génération PS2 et qui cherche à dénigrer bêtement le jeu sur smartphone parce que c'est pas assez beau pour son esprit hautement qualitatif et avisé).

 

Ah bah oui. Si un jeu propose des arbres super mega photo réalistes on a atteint le fantasme absolu, le Graal pour tous « vrais » joueurs. Sauf que moi, des arbres, j'en vois tous les jours. J'en vois depuis les fenêtres de chez moi, même si j'habite en ville. J'en vois en allant au travail, en sortant acheter du pain, j'en vois le midi quand je mange au restaurant ou sous un pont, j'en vois le weekend quand je sors faire un tour en vélo. J'en vois tous le temps. Normal, quoi de plus commun qu'un arbre. Et dans ce cas, pourquoi j'irais fantasmer à regarder un arbre modélisé avec assez de réalisme pour pouvoir voir la nervure de chacune de ses feuilles ? Quelle prouesse technique de voir la nervure de chaque feuille de chaque arbre de chaque forêt de chaque région de l'ensemble de la map d'un jeu. Mais quelle grosse inutilité aussi.

 

Qu'on me comprenne bien. Je ne suis pas en train de dire que le réalisme n'est pas une qualité pour un jeu. Je suis en train de dire que se cacher derrière le réalisme est une illusion stupide. Illusion qui rend les joueurs bien bêtes quand ils défendent bec et ongle les qualités supposées de leurs machines et qui devient scandaleuse quand un studio décide de mettre en avant le réalisme d'un jeu pour en développer un minimum de sens purement créatif.
Je ne comprends pas bien le comportement de certains qui vise à encenser un jeu pour ses qualités visuelles alors qu'on ne voit rien de plus qu'une réalité telle qu'on la verrait en vraie. Je ne comprends pas comment on peut se laisser berner devant des effets de brillances d'une carrosserie de voiture dans un Forza alors que les outils 3D les gèrent depuis plus de 15 ans. Je ne comprends pas comment on peut s'extasier devant un reflet de flaque d'eau dans un MGS Ground Zero alors qu'il n'y a rien de plus simple que de demander à un ordinateur de calculer les algorithmes nécessaires pour rendre ce type d'effet. Je ne comprends pas comment on peut se rouler par terre devant les textures de bois et métal d'un The Order alors qu'il n'y a rien de plus courant dans la vie de tous les jours que ces deux éléments là. A voir peut être pour le papier toilette .... Peut être l'un des éléments les moins modélisés, c'est pas faux.
Et surtout, je ne comprends pas bien comment on peu encenser un jeu qui se borne à représenter une réalité copiée sur la vie réelle à l'heure où le jeu vidéo prétend à être, ou à devenir, un média Artistique avec un A majuscule.

 

Sony l'a dit, la PS4 présentera sont lot de jeux indé créatifs à commencer par Don't Starve.


Mesdames, mesdemoiselles, Messieurs, relativisez bien vos propos lorsque vous, en 1, défendez votre console soit disant plus puissante que sa concurrente et lorsque vous, en 2, dénigrez le jeu sur smartphone sous prétexte qu'il ne correspond pas à la plus haute technologie visuelle. La technologie au service du jeu vidéo, j'ai toujours été pour. Le jeu vidéo au service du réalisme, ça me gonfle grave. 
Et entendre sur certains réseaux sociaux que le jeu de moindre qualité visuelle n'a pas le droit d'exister ça me donne une image de plus en plus déplorable envers tout ceux qui attaquent les jeux indé, portables ou de Last Gen.
Le jeu vidéo ce n'est pas que FIFA et ses brins d'herbes bien taillés, c'est aussi Angry Bird et Candy Crush, les jeux les plus joués dans le métro, dans les centres commerciaux, dans les lits et dans les avions pour peu qu'on ne soit pas le pilote.

 

Ma voie ? Pas seulement la mienne.

Je ne suis pas du genre joueur "hater" qui dénigre quoi que ce soit. J'aime le jeu vidéo, j'ai l'occasion de travailler dans ce domaine également. Je ne pars pas en croisade pour défendre une console face aux autres. Les consoles n'intéressent que ceux qui les achètent en bavant. Moi je bave quand j'achète un jeu, pas la console qui va avec. Je me moque de la suposée puissance et je me moque qu'un jeu me propose un réalisme avéré. Ce que je veux c'est un visuel affirmé et assumé ! Beaucoup me disent qu'ils prennent une claque visuelle avec The Order. NON ! La qualité graphique de The Order on la doit à l'utilisation d'éléments informatiques qui permettent de gérer des possibilités. Moi je prends une claque visuelle avec Zelda The Wind Waker parce que là je me dis que des mecs ont vraiment mis en place un background travaillé, fin, créatif et racé. The Order est une étape vers une image qui cherche le photo réalisme sans pouvoir l'atteindre faute de puissance allouée par les machines. Zelda The Wind Waker a atteint, en 2003 déjà, une allégorie de styles qui se suffit à elle même. La boucle est bouclée, le sens artistique est assumé et le passage entre la GameCube et la Wii U, outre de rendre l'image plus "propre" qu'elle ne le fût dans les années 2000, n'a en rien changé au style parfaitement abouti et arrivé à maturité de sa recherche artistique. 

J'apprécie que la puissance d'une console mette à profit une image propre. Une image, si possible, nettoyée de tout effet d'aliasing, de flou, de crénelage, de pixellisation. Tout ce qui n'est pas souhaité par les créateurs eux mêmes. A partir du moment où un jeu est à peu près « propre », je lui réclame surtout un background créatif. Qu'importe qu'un arbre soit réaliste au point qu'on puisse voir les rainures de son écorce. J'ai envie de voir des arbres qui ne ressemblent pas forcément à des arbres. Où les feuilles touffues font penser à une peinture, ou le bois est « dessiné » comme si il sortait d'un carnet de croquis de voyages. Un peu dans l'esprit de Zelda Skyward Sword qui, même si le visuel n'est pas exempt de défaut mal venus, propose un style inédit et très particulier. Je salue Borderland qui assure une ambiance visuelle recherchée pendant que celle de The Last Of Us m'ennuie totalement. Je salue le style d'un Flower, d'un Journey là où Watch Dogs me donne une impression de GTA copié collé où l'effet wouah des reflets de flaques d'eau est désormais totalement tombé à plat pour laisser voir les détails qui fâchent, les espaces vides, les plantes placés en blocs pour combler les espaces et les textures qui se répètent de manière pas toujours hyper esthétique.
Dans un autre genre, pour d'autres plates-formes, je salue aussi l'esprit graphique d'un Angry Birds, d'un Candy Crush, de l'ensemble des jeux indé qui souvent apportent une patte graphique vraiment sympa, qui sort de l'ordinaire.

 

Quelle est la finalité des joueurs alors ? Que les consoles s'engraissent de puissance, encore et toujours ? Pour aller vers le réalisme assuré ? Et après ? Quand une limite sera atteinte, quand l’½il de chacun ne sera plus capable de distinguer la différence entre visuel de jeu et réalité, que souhaiterons nous ?
Car disons le clairement. Aujourd'hui on arrive encore à s’extasier devant une prouesse visuelle visant à rendre un jeu très réaliste. Mais lorsque tous les jeux triples A auront baigné dans ce jus, copie de la réalité, les joueurs ne seront ils pas très envieux de nouveauté, de différent et de créatif ? Peut être pas hein ? Peut être qu'on ne s’intéressera plus du tout au jeu vidéo si ça se trouve ?

 

    

 Le prochain Zelda en 2015 ?                                              Le même Zelda photo réaliste ?

 

Cet article de blog est une lettre. Une lettre adressée à toutes celles et tous ceux qui achètent des jeux pour se prendre une claque visuelle avec des titres qui ont pour talent principal de laisser les composants informatiques calculer ce qu'il faut calculer pour nous impressionner les mirettes. Ah oui les mirettes. Parce que c'est clair que voir de belles voitures via son écran est bien mieux de les voir en vrai n'est-ce pas ?
Le jeu vidéo fonctionne par générations. Et de la même façon qu'un enfant grandi pour gagner en hauteur chaque année, le jeu vidéo gagne en possibilités à chaque génération. Mais quand un enfant grandi, il ne le fait pas d'un bon, en passant d'une taille nourrisson à une taille adulte du jour au lendemain. Il passe par des tailles intermédiaires, multiples et successives. Tailles jamais arrêtées, toujours en mouvance et tailles qui ne trouveront une fin et un aboutissement qu'à l'âge adulte. Le jeu vidéo n'a pas atteint son âge adulte. Il est un grand ado post pubert qui joue à être un adulte alors que sa voix n'a pas totalement muée et que ces trois poils sur le torse se battent en duel pour savoir lequel est le plus long. L’ironie, c'est de dire que le jeu vidéo est aujourd'hui un média "mature" alors qu'il s'adresse à une large gamme de joueurs qui ne cherchent qu'une partie bien mince de ce qu'il pourrait apporter si les développeurs et surtout si les éditeurs étaient moins frileux à innover et proposer du concept on va dire inattendu.
Enfin, je rappelle qu'un enfant, en grandissant, ne gagne pas qu'en taille. Il gagne aussi en personnalité, il gagne en enrichissement culturel intérieur. Chose que le je vidéo semble déserter au profit de qualités bien plus simplistes. Le jeu vidéo qui fait le plus parler de lui se rapproche souvent davantage du divertissement qui joue au chef d'oeuvre qu'au chef d'oeuvre qui divertie. Et il s'éloigne de son aspect créatif. 
Les casques de réalité virtuelle vont ils susciter un élan créatif ou bien vont ils donner encore plus envie aux joueurs de réclamer par foules et par milliers qu'on leur ponde des jeux criant de réalisme visuelement terre à terre ?

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Commentaires

Waldotarie
Signaler
Waldotarie
J'ai l'impression d'avoir déjà lu cette réflexion mille fois depuis que je suis arrivé sur ce site, mais il n'en demeure pas moins qu'elle est parfaitement formulée, respectueuse, raisonnable, et en accord avec ma manière de voir les choses (enfin la manière de l'essentiel de la C&B je crois, je n'ai jamais vu quelqu'un s'extasier sur les capacités techniques d'une machine...) :yes:
D'une manière générale, vouloir juger une oeuvre quelle qu'elle soit uniquement sur des critères techniques me parait bien absurde...

Un grand bienvenue, donc ! :)
(Ah oui, et puis merci la galère pour faire des images d'intérieur du niveau de celle montrée... ;))
Strife
Signaler
Strife
C'est beau :yes:
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
Ha mais il y a encore des blogs de qualité, sur ce site ? O_______________o
mouette99
Signaler
mouette99
Top! Une bouffée d air frais ton article!