Premium
The Bast-Cave

The Bast-Cave

Par Bast6 Blog créé le 21/08/10 Mis à jour le 19/03/16 à 11h12

Le blog d'un monteur vidéo ayant biberonné à grands coups de sprites et polygones.

Ajouter aux favoris
Signaler
Cinéma

 

Un nouveau navet pour la soupe cinématographique du monde des jeux vidéo.

Hier matin, j'ai "enfin" eu l'occasion de voir l'adaptation cinématographique de Tekken.Je vais tout de suite rassurer les inquiets : ce film n'est pas réalisé par Uwe Boll. Alors d'accord, vous allez me dire "Ok what else ?" n'est-ce pas George, mais ceux qui ont eu la malchance de voir des films comme Alone In The Dark savent de quoi je parle. Mais tachons de ne pas trop casser de sucre sur le réalisateur teuton car il pourrait nous prendre à la boxe... "lol"

Revenons donc au film qui nous intéresse : Tekken. S'il ne semble toujours pas décidé à pointer le bout de ses galettes chez nous, il est sorti en direct to DVD/Blu-ray aux USA, en Chine et au Japon... Encore que les infos à ce sujet diffèrent selon la source donc je vais finalement me fier à IMDB :

Ce qui est sûr c'est qu'il a été tourné en numérique avec les mêmes caméras que les derniers Star Wars, qu'il a été réalisé par Dwight H. Little et que c'est avec Jon Foo, Cary-Hiroyuki Tagawa (!!!), Chiaki Kuriyama... Bon sang, Heihachi est joué par Tchang Tsung (Mortal Kombat premier du nom de Paul WS Anderson, l'immonde réponsable de l'adaptation ciné de la saga Resident Evil). Si ça, ça ne sent pas déjà bon le plan foireux !!! Mais trève de commentaires vaseux et entrons dans le vif du sujet.

It's time for The King of Iron Fist Tournament

Le scénario du film est pour le moins surprenant pour les fans des jeux...

En 2039, une guerre mondiale a détruit toute trace de notre civilisation actuelle, et des sociétés font office de gouvernements, la plus puissante étant la Mishima Zaibatsu. Pour contrôler les populations, Mishima organise le King of Iron Fist Tournament, ou Tekken, où tous les participants s'affrontent jusqu'à ce qu'il n'en reste qu'un, gagnant le droit à une vie de rêve. Le film suivra Jin Kazama, un adolescent qui décide de participer au tournoi pour venger la mort de sa mère dont il accuse le dirigeant de la Mishima zaibatsu, Heihachi Mishima. C'est pour lui le seul moyen d'atteindre l'homme d'affaires pour le tuer, mais au cours des combats, il découvre son propre passé, les forces obscures qui menacent le monde, et l'amour...

C'est le synopsis du film que l'on peut trouver sur Wikipedia. Celui d'Allocine est visiblement complètement erroné. Ce que le synopsis de Wikipedia ne précise pas par contre c'est que la ville s'appelle Tekken City, et que c'est aussi le nom de la corporation, pas Mishima Zaibatsu. Il est aussi dit dans le film que ces compagnies sont connues sous le nom collectif "d'Iron Fists".

Et donc, dans le film, nous suivons Jin, qui comme le synopsis de Wikipedia le dit à moitié, va sortir de l'Anvill (le bidonville de Tekken City, vous suivez ?) pour participer au tournoi et venger sa mère. Laquelle, on apprend plus tard était une championne du tournoi organisé par Tekken qui eut une courte relation avec Kazuya, le fils colérique d'Heihachi, avant d'être battue et finalement aidée par Heihachi à s'échapper et à se cacher dans l'Anvill tout en étant enceinte. Pfiou... Si on peut saluer l'effort fait pour écrire le scénario (que le résultat soit bon ou mauvais), on ne peut s'empêcher quand on connait les jeux d'être secoué par tout l'amalgame et le sac de noeuds qu'ils nous ont fait avec les noms des corporations ou de la ville. Sérieusement la première minute et demi du film fera un choc aux fans des jeux. Mais bon, on va se lancer dans le film en se disant : "ok ouais pourquoi pas ? Après tout, c'est une ADAPTATION"...

Eternels clichés

Si j'ai eu un léger sourire face à la référence grossière au Metropolis de Fritz Lang (l'Anvil en tant que ville basse, Tekken-City en tant que ville haute), je ne peux que m'indigner devant la facilité des ficèles scénaristiques. La pseudo quête initiatique/quête de vérité, le bien et le mal balisés en gros, les bons snetiments. Tout y est ! Tout ou presque. En effet, contrairement à pas mal d'infos qui circulent sur Internet, point de Xyaoyu, ni de Hwoarang ou encore de Lee Chaolan et encore moins de Lei Wulong ou de Marduck.

On le sait que le scénario n'est pas la qualité première d'un jeu de combat, mais pourtant pour faire un bon... Enfin un film correct dans l'univers de Tekken, il suffisait plutôt de regarder du côté des années 80 et de nanards de baston tels que Bloodsport avec Mister Aware. Dans ce genre de films on retrouve finalement les bases de l'univers de Tekken : des personnages de tous horizons, une ou des sociétés foireuses, mafias, traffiques etc, le tout lié par un tournoi de baston clandestin. Une pointe de SF et de trahisons dans tous les sens et ça nous donne Tekken.

Le roster : oui mais pourquoi pas les autres ?

C'est la question que je me suis posé tout le long du film. Avec la demi tonne de personnages que compte la série, pourquoi avoir choisi ceux-là et pas d'autres ? En effet, on retrouve donc Jin et Jun Kazama, Steve Fox (présenté comme ex champion, aucun lien avec Nina), Marshal Law (qui se retrouve Badguy), Eddy Gordo, Christie (qui ne fait pas capoeira, et qui n'a aucun lien avec Eddy), Nina et Anna Williams (qui se font des parties à trois avec Kazuya), Miguel (de Tekken 6... Je crois), Bryan Furry (qui est un cyborg !), Yoshimitsu (qui semble être le mec le plus dangereux du tournoi), Kazuya, Raven (qui n'essaie pas du tout de tuer Kazuya ou Heihachi...), Sergei Dragunov et Heihachi. Où sont passés les autres ? Pourquoi pas de Paul Phenix (qui est quand même évoqué) ou de Lei Wulong  par exemple ? Mystère. Ah, j'ai oublié, les gardes, appelés "Tekken Forces" dans les jeux, sont appelés les "Jacks" dans le film...

(Notez sur cette image : Kazuya a tout sauf l'air japonais et pour cause l'acteur ne l'est pas ! Même s'il en a des origines, vous serez d'accord avec moi pour dire que c'est le côté Américain qui a pris le dessus non ?)

(Heihachi a quand même une tronche exceptionnelle !)

(Cette magnifique paire de gants que porte Jin dans le film seraient en fait les anciens gants de Steve Fox, qui les lui donne entre deux combats...)

Ralentis-moi si tu peux !

La réalisation du film est loin d'être aussi catastrophique qu'on pourrait l'imaginer, et est à mon sens bien plus réussie que celle de Mortal Kombat, par exemple. Les angles de caméra choisis sont certes très bateaux, mais le rythme est plutôt pas mal lors des scènes de combat. Ça se gâte carrément dès qu'on parle d'éclairage et d'effets de lumière en dehors des scènes d'actions. Entre les flash backs étalonnés avec un effet d'une kitchittude digne des boeufs d'la bourre ou les scènes de... oui de sexe, oui c'est le mot (!), éclairées avec une vulgarité digne d'un mauvais film érotique des années 80... On peut dire que c'est le ponpon ! De plus, le film abuse un peu trop, à mon sens, de l'effet "bullet time". Mais c'est relativement la mode depuis que Matrix l'a popularisé (et non pas "inventé" !).

Les acteurs non plus ne sont pas terribles et fnt juste leur boulot, sans plus. On aura quand même un peu de mal à trouver certains personnages crédibles ceci dit.

Mmmmh, mais c'est que y a du son !

Le film est rythmé par de la musique soit électro soit metal soit symphonique selon les situations mais passe au mieux inaperçue, au pire et comme c'est souvent le cas dans le film : mal choisie ou superflue. Pas de bol ! Les bruitages quant à eux restent honnêtes. Point.

Au final, si on est pas en présence du plus mauvais film adapté d'un jeu vidéo, on est très loin d'être devant un bon, et ça, c'est quand même bien dommage quand ils auraient pu faire quelque chose de plus réussi, surtout avec 35 millions de dollars de budget ! M'enfin, comme disait l'autre : "bisou, je te zappe".

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Édito

A vous qui me lisez, je n'ai qu'une chose à dire : souvenez-vous que le mieux est l'ennemi du bien. Ainsi, je ne chercherai pas à faire de ce blog le meilleur, mais juste à faire quelque chose de bien.

Et sinon, comme dirait l'autre : in front of a chicken, a corn is always wrong !

Indie Games Supporter

Archives

Favoris