Le Gentil Bordel de Babouille.

Par Babouille Blog créé le 03/11/11 Mis à jour le 01/05/15 à 18h40

Un blog en construction perpétuelle.

Ajouter aux favoris

Catégorie : Je pense donc j'écris

Signaler
Je pense donc j'écris (Sexy)

Plug.Dj pour ceux qui ne connaissent pas, c'est un site communautaire pour partager des musiques et des vidéos via le site de YouTube ou celui de Soundcloud. L'intérêt étant bien sûr de pouvoir discuter via le chat du site tout en écoutant et découvrant de nouvelles sonorités du monde entier.

La Communauté Gameblog y a posé ses bagages depuis quelques mois maintenant et de nombreuses soirées ont vu les liens se resserrer entre les membres de cette communauté. Une manière OFF de poursuivre les discussions ou d'en commencer en dehors des forums et des statuts en tout genre. C'est un peu le bistrot du coin : des rires, de la boutade, des polémiques et de la passion. Et tout ça dans le respect. 

J'invite donc cordialement le plus de monde possible à venir vous essayer à ces soirées musicales pour partager et renforcer la Communauté qui, comme vous l'avez certainement vu, s'est un peu étiolé pendant l'été (et bien avant, on ne va pas se le cacher). 

Depuis hier, j'ai tenté d'amorcer une nouvelle façon d'échanger. Car si la musique a une part majeur sur le site, YouTube permet aussi d'avoir accès à un catalogue de vidéos en tout genre. On ne compte plus le nombre de chaines YouTube qui ont vu naître des programmes et des stars en tout genre. Pour tous ceux qui désirent partager autour d'un programme TV, reportages , chaine YouTube sur des thématiques tout autre que la musique, il existe deux chaines Gameblog. Une manière habile de partager autre chose sans avoir à déranger ceux qui veulent continuer à écouter de la musique. 

Chaine Gameblog musicale : https://plug.dj/gameblog/

Chaine Gameblog Bis : https://plug.dj/gameblog-1

J'ouvre donc les commentaires de ce post à tous pour proposer des vidéos, pourquoi pas pendant des soirées dédiées, qui pourront nous faire découvrir autre chose et partager un peu plus autour de nos différentes passions. Un artiste à faire découvrir, un programme humoristique ou culturel à partager ? Venez sur le dancefloor et vivez au rythme de la Communauté. 

Ajouter à mes favoris Commenter (21)

Signaler
Je pense donc j'écris (Séries TV)

Aujourd'hui, j'aimerais revenir sur un anime qui n'a pas fait l'unanimité. Parut l'hiver dernier en simulcast sur Wakanim, Space Dandy faisait partie des animes que le net attendait et que je vais tenter d'interpréter dans cet article.

La promesse : C'était le nouveau projet de Shinichiro Watanabe qu'on ne présente plus pour l'intemporel Cowboy Bebop et Samourai Shamploo. Mais aussi avec la participation de Yoko Kanno (si si) sur la musique. Et pas seulement! Space Dandy est avant tout, et ça fait partie de ses forces, un projet choral, en retrouvant plusieurs des petits camarades de Watanabe ( Dai Sato, Keiko Nobumoto ayant tous les deux travaillés sur Cowboy Bebop et Samourai Shamploo) dans l'écriture et presque la totalité des épisodes sont storyboardés et dirigés par une personne différente! Ce n'est pas nouveau dans l'animation japonaise mais ce n'est clairement pas la norme non plus. 

Le postulat de départ avait aussi de quoi mettre tout le monde d'accord :

Dandy est un chasseur de prime de l'espace. Avec ses camarades QT, le robot ménagé obsolète et Meow, le chat de Bételgeuse, ils vont  devoir capturer des espèces aliens exotiques pour récupérer le pactole et mener la belle vie. Pour une raison inconnue, l'empire Gogol les pourchasse à travers l'univers

Tout un programme.

Revenons un peu maintenant sur les personnages :

Dandy

Ce héros est un cliché aberrant du looser et empreinte sa faciès au loubard japonais comme on en voit souvent dans l'animation japonaise. Maladroit mais chanceux, paresseux et dragueur, son passe-temps favori est d'aller siroter un verre, le regard lubrique, dans un des nombreux restaurants de la franchise BooBies. 

Meow :

Le chat de Bételgeuse est un side-kick qui joue la carte du Lolcat ultra connecté. Coïncidence? C'est avec lui que Dandy passe la plupart de son temps et s'accorde pour se chamailler joyeusement.

QT :

Le robot ménagé obsolète parodie gentiment le mecha et fait office de tsukkomi quand ses compères sont des boke. Le Manzai étant une forme de comédie japonaise basé sur un duo, sureprésenté dans les animes. L'un est intelligent et rationnel, l'autre est un idiot fini. QT joue largement la rationalité, préférant "calculer" avant d'agir.

Pour le reste, on retrouve le Dr. Gel (et son acolyte), ce grand singe savant mais brut d'apparence qui échoue à attraper Dandy et son équipage. Ou encore deux personnages féminins dont l'une, Scarlet, s'occupe de répertorier les aliens, l'autre, Honey, est une serveuse du BooBies.

Du coup, même si certains épisodes sont centrés sur les personnages principaux (qui a dit Cowboy Bebop?), l'anime donne plus volontiers place à l'action et à l'interaction des personnages entre eux. On veut que ça swing baby!

Space Dandy joue la carte du conte humoristique. C'est toujours très varié. Et cette variété, on la doit notamment à une direction artistique fulgurante et définitivement barrée. Des couleurs, des couleurs et...du WTF. Certaines références m'ont surement échappé tellement l'impression de virulence visuelle et thématique est prégnante. J'ai vu du Hokuto no Ken, du Beebop, du Romero, du Gundam, La Planète des Singes et j'en passe. On a cette furieuse impression que la créativité au sein de l'équipe a été en roue libre. Des aliens qui ne ressemblent à rien, au milieu de planètes qu'on dirait tout droit sortie du Petit Prince ou d'un Mario Galaxy. C'est très plaisant à voir tant l'esthétique captive.

Chaque épisode justement, donne la part belle à un thème : tantôt l'écologie,  les zombies, les réseaux sociaux, le western moderne, les mechas, la dualité du taoïsme, le jour sans fin, la filiation parentale, l'amnésie, les kaijus, les courses galactiques, etc. Même la situation actuelle de l'animation japonaise en prend implicitement pour son grade. 

Space Dandy est un espace hétéroclite où il est possible de tout y trouver. L'anime est un véritable terrain de jeu. Et le point suivant, à mon avis, n'a pas été suffisamment pris en compte car l'anime se moque de tous les genres, tourne à la parodie le moindre sujet et cumule les clichés. On ne peut pas prendre cet anime au premier degré sous peine de ne rien piper et de trouver ça fade. Sauf dans les quelques passages plus terre à terre où une certaine tendresse peut poindre, quand même. Alors même si tous les épisodes ne sont pas ultra réussis à cause d'un manque de profondeur ou un humour pas toujours pertinent, on voit bien la démarche de toujours vouloir se renouveler et proposer un divertissement différent.

A mesure que les épisodes passaient, j'ai trouvé une grande ressemblance avec Gintama, un autre anime qui joue aussi sur l'auto-dérision, parodiant les codes de l'anime traditionnel, et de l'absurde des personnages anachroniques qui doivent cohabiter.

Space Dandy n'est certainement pas ce à quoi on s'attendait, moi le premier, et c'est justement ça qui est génial. Bariolé et punchy, plus rarement tendre, loin des conventions et pourtant si proche par ses thématiques, il a su me divertir et m'étonner le temps de 13 épisodes bien différents avec un sourire non dissimulé.

Les producteurs ont décidé de faire une seconde saison prévue pour juillet prochain (au même moment que le nouveau projet de Watanabe, Terror in Tokyo!) Il faut croire que Dandy n'a pas encore fini de nous faire voyager. Et je replongerai avec plaisir dans cet univers ouf-dingue pour peut-être en apprendre plus sur l'intrigue. L'espace s'ouvre de nouveau à nous, baby!

P.S. : on se quitte en musique avec une opening version longue qui fait plaisir avant le week-end.

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Je pense donc j'écris (Humour)

Je me retenais depuis bien trop longtemps pour continuer à vous laisser dans l'ignorance. J'ai découvert depuis plus d'un mois un homme d'exeption:

KOJI SETO

J'ai toujours du mal à savoir qui il est vraiment mais avec au moins un homonyme connu, le bonhomme pourrait presque passer inaperçu. Avec un passé à jouer au théâtre, le monsieur sévit sur YouTube depuis 2010 dans des vidéos de présentation de produits en tout genre. Une sorte d'homme sandwich 2.0. Adepte des jumpcuts, ses vidéos sont tout aussi hilarantes que terriblement bien montées. Sa grande force est bien sûr l'omniprésence de gags visuels. 

Comme tout japonais, il est malheureusement conseillé d'avoir quelques notions pour comprendre un minimum la vidéo mais même sans ça, le talent humoristique explose à l'écran et fait mouche. Il pourrait être l'ambassadeur d'un humour universel, celui de la mise en scène et de la bonne humeur.

Si je vous en parle aujourd'hui c'est grâce à son unboxing de la PS4 , qui est sorti il y a moins d'un mois au Japon. Je trouvais ça tellement drôle que je ne pouvais décemment pas garder ça pour moi. 

Après un dérapage contrôlé sur Anpanman (un personnage mythique de la TV japonaise), Koji se lance dans ce qui pourrait être le meilleur unboxing de la galaxie Internet. 

Je vous laisse savourer.

En Bonus, je vous encourage à regarder ses vidéos et surtout l'intro de celle là. Pour le reste, il a aussi une chaîne dédié au jeu vidéo. Comme quoi, il a toute légitimité à apparaître dans vos favoris YouTube.

Voir aussi

Plateformes : 
PS4
Ajouter à mes favoris Commenter (13)

Signaler
Je pense donc j'écris (Cuisine)

 Je tenais à vous faire partager une petite recette pour, si vous avez le temps, égayer votre soirée. La création du cookiche, vous l'aurez deviné, est la merveilleuse fusion d'un cookie et d'une quiche.

Ingrédients :

  • 200g de farine
  • 100g de fromage
  • 2  tranches de jambon émincés
  • 1 oeuf
  • 100 g de beurre
  • ½ cc de levure
  • Sel/poivre et de l’amour.

 

Parce que la Saint-Valentin, c’est aussi un jour un peu spécial pour les célibataires, je me suis proposé de vous faire, à vous aussi les célibataires, le cookiche de l’amour !

Pour faire un bon cookiche de l’amour, 

Il te faut ramollir le beurre à température ambiante dans un contenant. Incorpore le fromage au beurre, puis un ½uf. Mélange le tout avec le power of love. Coupe le jambon en petits morceaux, en prenant soin de ne pas te couper la main. Tu devrais encore en avoir besoin.

Dans un même temps, incorpore la farine (mais pas dans le nez) avec la levure, une pincée de sel et de poivre, puis les dés de jambon. Mélange afin d’avoir une pâte homogène. Poing final.

Tu laisses reposer 10min au frigo puis tu préchauffes gentiment ton four à thermostat 6 (180°). Il va pouvoir accueillir avec amour ta préparation. Mais avant, tu vas prendre un bout du rouleau (rires) à pâtisserie et tu aplatis la pâte. Quand l’épaisseur te convient (parce qu’on le rappelle, c’est ce qui compte vraiment) tu prends l’emporte-pièce en forme de c½ur et tu découpes tes cookiches dans la pâte.

Ensuite ce n’est plus qu’une question de temps une fois enfourné. 25min ou plus. Sauf pour les précoces.

Histoire de conclure avec la recette, je te conseille un bol de la sauce tomate de ton choix (j'ai choisi tomate/basilic) dans lequel tu vas pouvoir tremper ton cookiche. Une victoire en soi.

Bon appétit.

 

P.S : l'actu cookiche.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Je pense donc j'écris

Bonjour à tous, 

Avec les changements liés au site, je me suis dit que c'était le bon moment pour reprendre la main. Se remettre à écrire. Sur quoi? Un peu de tout je suppose. Je suis plutôt du genre à moduler au besoin.

Vous trouverez dans ce blog mes impressions sur des jeux, des films et surement d'autres choses. Des réflexions sur notre média et des billets d'humeur. De quoi continuer à faire vivre la passion du partage. 

P.S : j'ai laissé d'anciens billets qui m'ont fait sourire. Ils sont à votre disposition. 

Bonne fin de journée. 

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Signaler
Je pense donc j'écris

Après avoir écouté le podcast 207, j'ai eu envie de m'exprimer sur la question. Les consoles portables vont-elles mourir ?

Pour moi, c'est un oui teinté d'un non. Cela vous avance hein ? Je m'explique.

Ce qui est sûr, c'est que les consoles portables comme on les conçoit actuellement( 3DS et PSVita) sont vouées à disparaitre à court terme. Et ce, à cause des smartphones et des tablettes. Ce n'est un secret pour personne, ces derniers deviennent de plus en plus puissants et lorgnent « dangereusement »,pour les consoles portables, vers le jeu vidéo. Et pour en revenir à la question, c'est que clairement, le device portable est un vrai plus dans notre société, donc ce qu'il adviendra des consoles susdites, si elles veulent perdurer, c'est de devenir elles mêmes des hybrides, et plus seulement des machines de jeux. Vous me direz, c'est déjà un peu le cas avec la possibilité de naviguer sur internet, sur un magasin d'achat en ligne. Le hic, c'est que ça manque encore d'ergonomie, surtout si elles souhaitent se vendre auprès d'un large public, comme ses concurrents smartphones qui s'utilisent de plus en plus comme console de jeux alors qu'ils sont des téléphones. Plus c'est simple, plus ça se vend. C'est une philosophie on ne peut plus évidente.

C'est d'ailleurs ce sujet qui m'a fait penser à une théorie qui fonctionne plutôt bien en biologie : le darwinisme. En effet, même si là, le hasard n'est pas dans la nature, il se fait disons-le grâce au public. Comment savoir si un produit fonctionnera ? Je ne crois pas qu'il y ait de secret , il faut tester, parier sur l'avenir pour voir l'attractivité de son produit. J'en veux pour preuve à la 3D qui ne fonctionne pas, au support HD DVD ou aux AMD sur le continent européen ou même à la Dreamcast. J'en viens donc à dire que si les portables veulent survivre, elles vont devoir s'adapter à leur milieu au risque de disparaitre purement et simplement. C'est cruel mais c'est la loi implacable de l'économie de marché. Si ça ne se vend pas, ça n'a plus de sens d'être produit. Et vu le marché actuel, je ne pense pas me tromper.  À moins que 2012 ne passe par là...

Voir aussi

Plateformes : 
Dreamcast, Nintendo 3DS, PS Vita
Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Je pense donc j'écris

Etant un peu en manque d'inspiration cette semaine, je vais faire l'impasse de rester dans le média vidéoludique bien que le grand monsieur dont je vais parler ai inspiré de nombreux jeux vidéo. Je vais vous faire part d'un ressenti qui saura peut-être vous parler.

Je vais vous parler d'un artiste que j'apprécie de plus en plus et d'un autre qui est devenu, pour moi, indissociable de ce dernier.

Howard Phillips Lovecraft, est un nouvelliste du début du XXème siècle qui aura su en l'espace de quelques décennies, marquer de son emprunte le genre de l'horreur et de la science fiction.

J'ai commencé à le lire l'année dernière à cette même période, poussé par la curiosité d'un écrivain qui inspira de nombreux contemporains tels que le réalisateur John Carpenter ou le romancier Stephen King. Son style singulier d'écriture, entre journal de bord et roman psychologique, donne à ses récits une portée réaliste saisissante.

J'ai commencé par Le mythe de Cthulhu aux éditions J'ai Lu et j'ai dévoré peu après Night Ocean et Les Montagnes Hallucinées dans la même édition. Ce sont tous des recueils de ces nombreuses nouvelles. Dans le lot, rares sont celles qui ne m'ont pas plu. Ses histoires sont brèves mais, tellement prenantes et inventives qu'il est difficile d'en décrocher avant la fin. D'ailleurs, pour les fêtes je compte bien dévorer L'Abomination de Dunwich. Le seul bémol dans sa lecture sera votre imagination, qui pourra achever de vous propulser dans des histoires folles.

Ce qui me fait parler de cette auteur aujourd'hui, c'est aussi parce que depuis mes premiers pas dans ces sombres histoires, j'avais sur les oreilles le compositeur Ludovico Einaudi. Ce dernier, encore parmi nous, est un pianiste italien qui se range lui-même volontiers en tant que musicien minimaliste. Il fait partie, pour moi, de ces compositeurs qui, un peu à la façon d'un Joe Hisaishi (compositeur des films de Hayao Miyazaki entre autres), vous transporte dans un univers sur l'intégralité d'un album. Son dernier opus, Nightbook, diffuse une sensation d'effroi et de mélancolie toute particulière.

Là où la magie opère, autant qu'au cinéma avec la bande originale, c'est lorsque les deux hommes se conjuguent pendant ma lecture. Je trouve qu'ils se marient merveilleusement bien et transcendent les émotions du récit. Je ne peux donc que vous inviter à lire et à écouter H.P Lovecraft et Einaudi pour, ce qui me semble être, le meilleur.

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Édito

Salut , moi c’est Babouille et j’'ai des choses à te dire.

Ainsi va renaître (et évoluer)mon blog, qui sera un bon moyen de vous faire

partager ce qui nous rassemble : la culture vidéoludique et le reste. 

Vous pouvez d'ailleurs me retrouver chez Mandorine.

http://www.mandorine.fr/

Ou là, à faire le con.

http://association-mandora.tumblr.com/

 

Archives

Favoris