Scratch Art Blog !

Catégorie : Jeux Vidéo

  
Signaler
Jeux Vidéo (Jeu vidéo)

Star Fox Guard est un spin-off de la série des Star Fox se présentant comme un Tower Defense conceptuel où vous devez protéger votre compagnie minière des attaques incessantes de robots.


Sous ses allures de jeu à deux balles, Star FoxGuard se révèle être en réalité une dénonciation du système capitaliste et de l’hégémonie du grand capital ainsi que de l’état d’obéissance dans laquelle se trouve les travailleurs de grands conglomérats. Evoluant dans un monde dominé par des grandes compagnies telles qu’Andros (la force du fruit), Nintendo a donc pris la décision, comme  La Fontaine à son époque, de représenter la race humaine aux travers d’une communauté animale. Vous incarnerez donc un jeune employé travaillant sous les ordres d’un crapaud dirigeant d’une multinationale intergalactique. Rapidement, votre corps et votre âme ne feront plus qu’un avec les caméras de surveillances vous permettant de défendre l’entreprise et l’idéologie du capitalisme. L’impossibilité de refuser les missions ou de questionner l’autorité vous mettra alors dans un état agentique comme décrite dans l’expérience de Milgram, et vous n’hésiterez donc pas à tuer « les vils robots » s’approchant de trop près du capital financier de vos patrons. Vous irez même jusqu’à implanter l’une de vos mines directement sur une planète de l’ « ennemie » et tels des américains prêts à déclarer la guerre pour la moindre goutte de pétrole, vous déglinguerez toutes présences s’approchant trop près de vos sites. Finalement, afin d’optimiser au mieux le rendement de votre compagnie vous irez même jusqu’à récupérer les matières premières sur les cadavres encore fumant, des robots que vous venez de tuer. Ces mêmes robots étant une représentation des hommes sous l’influence du communisme à combattre. Le jeu offre aussi un mode en ligne où vous pouvez proposer votre propre combinaison d’attaque de mine mais vous vous rendrez très vite compte qu’il est quasiment impossible de gagner si vous incarnez le « camp ennemi ».

Finalement, Star Fox Guard est un jeu qui vous mettra face à votre aveuglement à défendre un système capitaliste pour enrichir la classe patronale.

Enfin je crois.

 

Genre: Tower Defense
Développeur: Nintendo/Platinum Games
Date de sortie : 22 avril 2016 (France)
Durée de vie : 6h34 (Any%)

Voir aussi

Groupes : 
StarFox
Jeux : 
StarFox Guard, StarFox Guard (Wii U)
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Jeux Vidéo (Jeu vidéo)

Shovel Knight est un jeu de plateforme indépendant développé par Yach Club Games et financé grâce à une campagne kickstarter réussi. Le jeu est sorti sur Wii U et 3DS en novembre 2014 et sur PS3, PS4, PS Vita et Xbox One en avril 2015.

Le jeu vous met donc dans la peau d’un chevalier parti à la rescousse de sa bien-aimé et coéquipière Shield Knight (parce que la meilleure attaque c’est la défense) enlevé par l’enchanteresse. Notre héros qui a troqué son épée contre une pelle devra donc affronter des hordes d’ennemis pour atteindre son but, mais ne vous y méprenez pas, un coup de pelle ça fait mal aussi. 

L’originalité de Shovel Knight est qu’il s’inspire des jeux de l’ère 8bits, ainsi on retrouvera une carte qui rappellera celle de Super Mario Bros 3, une attaque coup de pelle imitant le coup de canne de Picsou de Duck Tales, l’utilisation d’objets façon Castlevania, des boss à la Megaman, des villages à la Zelda 2… Mais bien sûr, à tout cela, Shovel Knight ajoute des mécaniques un peu plus dans l’air du temps, avec par exemple un système similaire à la série des Souls et ses âmes à récupérer après chaque mort. Ici, les âmes sont remplacées par de l’argent qui servira à acheter des améliorations dans l’un des deux villages. Il faudra alors choisir entre augmenter ses points de vie ou de mana, ce qui donne un petit côté RPG très agréable. Question amélioration, Shovel Knight pourra aussi obtenir certains objets spéciaux, tels que des gants de boxes, des boules de feu ou encore des ancres à larguer sur les ennemies. Malheureusement ces éléments ont été très peu intégrés dans le gamedesign et seront là plus en tant que bonus que réel élément de gameplay.

Je parlais des Souls il y a quelques lignes, et il semble que le jeu ait aussi hérité de sa difficulté. En effet si les meilleurs d’entre vous termineront le jeu en à peine 3 ou 5 heures, il en faudra quelques une de plus pour les amateurs tant le nombre de retry sera important. Certains reprocheront une maniabilité un peu rigide mais c’est aussi une partie du charme de jeu. Ainsi vous l’aurez compris, Shovel Knight un jeu très court mais tout à fait acceptable pour son prix. Surtout que le jeu se paye le luxe d’offrir des DLCs gratuit qui permettent de refaire l’aventure avec un personnage différent et donc un gameplay différent tout cela dans un nouveau scénario, seuls les niveaux restent inchangés. De plus, si vous vous offrez le jeu en boîte vous noterez que le jeu possède une véritable notice, poussant l’hommage aux jeux des anciennes générations jusqu’au bout. On notera même la présence d’un code pour télécharger la bande son du jeu sur internet.


Le jeu possède même son amiibo sur Wii U et 3DS permettant de débloquer un mode coopératoire ou compétitif, la fonction custom Knight et la possibilité de faire du level up avec son héro jusqu’au niveau 50.

Finalement, Shovel Knight s'inspire de tous les bons crus de l'ère 8 et 16 bits pour n’en garder que le meilleur en y ajoutant des mécaniques actuelles. Mais le problème étant que si un Castlevania ou un Super Mario Bros 3 a pu marquer son époque, Shovel Knight est un jeu qui s'oubliera très vite malgré toutes ses qualités. Car celui-ci se termine rapidement, innove très peu et n’apporte pas beaucoup d’idées originales de gameplay. Néanmoins, que vous ayez connu l’air des 8 bits ou non car, on a ici un jeu très recommandable qui permettra de passer un bon moment et de se replonger dans une époque révolue.

Genre: Plateforme 8bits
Développeur: Yacht Club Games
Date de sortie: Novembre 2016 (France, Wii U)
Durée de vie: 6h15 (Any% sans DLC)

Pour les intimes, je suis aussi sur SensCritique.

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Jeux Vidéo (Jeu vidéo)

Bonjour tout le monde, aujourd'hui, je vous propose une petite critique de Captain Toad Treasure Tracker sur Wii U.

Après être apparu dans Super Mario 3D World dans des niveaux bonus, Toad revient avec son propre jeu. Nous avons donc affaire, ici, à un puzzle game et jeu de plateforme, mais attention, un jeu de plateforme où l’on ne peut pas sauter. Fallait oser ! En effet, équipé de son sac de 3 méga tonnes, notre ami Captain Toad sera voué à rester coller au plancher des vaches.

Ainsi, le principe du jeu consiste à déplacer Toad dans des tout-petits niveaux confinés cubiques où vous avez un contrôle total sur la caméra. Il faudra alors déplacer celle-ci sous tous les angles pour trouver le chemin qui mènera Toad jusqu’à l’étoile tant convoitée. Et c’est sur ce principe tout simple que Nintendo nous offre un petit jeu composé de 80 niveaux. Bien sûr, les développeurs ont redoublé d’imagination pour intégrer des dizaines et des dizaines de petites idées qui parsèmeront tous les niveaux. Malgré un côté très classique dans les mécaniques, les environnements et les ennemis, le level-design de chaque niveau fait preuve d’assez ingéniosité pour toujours surprendre. À tel point que même les niveaux les moins bons (si tant est qu’il y en ait) relèvent de plus d’idées et d’ingéniosité que je n’en aurai jamais été capable. Tout cela dans des décors extrêmement mignons et des musiques toujours très agréables à écouter.

Néanmoins, le jeu souffre de son concept, malgré une quantité de niveaux acceptable, ils se bouclent tous très rapidement, même en prenant en compte les 3 petits joyaux à récupérer dans chaque niveau et les Time Attack. Ce qui influe donc directement sur la durée de vie qui ne doit pas dépasser les 6 heures en ligne droite. Ce qui n’est pas forcément le plus recommandé pour profiter pleinement du jeu. Le 100%, lui, se termine en une douzaine d’heures. (Sans compter cette saleté de niveau bonus labyrinthique sur lequel j’ai passé plus de 4 heures pour atteindre l’étage 50 !) On pourra aussi reprocher au jeu son manque d’ambition, probablement limité par son concept et la volonté de Nintendo de proposer un petit jeu à petit prix.

Captain Toad, est donc un petit jeu mignon et très agréable à jouer, un peu facile et un peu court mais parfait pour les petites sessions de jeu et les petits porte-monnaie. Ce qui en fait un jeu parfait pour la 3DS… Oh Wait !

Et si vous avez envie de lire des critiques rédigées par mes petits doigts tous les 36 du mois, vous pouvez me retrouver sur Senscritique.
Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
Jeux Vidéo (Jeu vidéo)

Bonjour ! Après, environ, un an d'absence, je vous propose une critique de Fast Racing Neo rédigée par mes petites mains.

Dans le paysage vidéoludique actuel, il est difficile de trouver des jeux de course futuriste comme on pouvait en trouver à l’époque de F-Zero et Wipeout chez Nintendo et Sony. Néanmoins, la sortie de Fast Racing Neo, le dernier jeu du développeur allemand Shin'en Multimedia, nous prouve que le genre n’est pas encore mort avec cette suite spirituelle des grands noms du genre.

Le jeu se décompose en 4 coupes, chacune d’elles composées de 4 courses avec 3 niveaux de difficultés. Se classer premier à la première coupe en mode « facile » débloquera la seconde coupe et ainsi de suite. Le jeu laisse le choix entre 10 véhicules différents caractérisés par : leur accélération, leur vitesse de pointe et leur poids qui a une influence directe sur la maniabilité. Le jeu propose aussi un contre-la-montre dans lequel il faudra battre le temps des développeurs. De plus, on trouvera un mode héros dans lequel la barre de boost est liée à la santé du véhicule. Concrètement, si l’on entre en collision trop fréquemment avec les murs ou si l’on utilise trop souvent le boost on verra partir le véhicule en fumée très rapidement. Ce mode héros est bien sûr un clin d’½il au gameplay des F-zero qui fonctionnent sur le même principe. On notera aussi la présence sympathique d’un classement en ligne des records de temps des coupes. Finalement, un mode multi-joueurs hors ligne en écran splitté à quatre vient se joindre à la fête. Même si le jeu devient moche comme un pou, on appréciera l’effort de Shin’en d’en proposer un tant ces modes de jeux se font rares de nos jours. Il sera aussi possible d’affronter les joueurs du monde entier dans un mode en ligne pour le moins anecdotique tant celui-ci est simpliste.

Le mode multijoueur se fait au détriment de la qualité graphique

Mais la particularité de Fast Racing Neo réside avant tout dans son gameplay. En effet, tous les véhicules possèdent deux phases : une phase bleue et une phase orange que l’on peut changer à tout moment. Si l’on traverse une bande accélératrice bleue en étant en phase bleue on se retrouvera propulsé à toute vitesse. Si l’on se trompe de phase, on se retrouvera à l’arrêt. Il sera donc très important de toujours rester attentif à la couleur de phase de son vaisseau si l’on veut avoir une chance de remporter la victoire. De plus, à cela s’ajoute des sphères de couleurs qu’il faudra collecter pour augmenter sa jauge de booster à utiliser au moment opportun. Car, dans Fast Racing Neo, la vitesse est le mot d’ordre, les effets de vitesse sont d’ailleurs assez impressionnants surtout une fois arrivé dans le mode de difficulté le plus élevé. Il sera donc nécessaire de mémoriser les circuits afin d’optimiser au maximum son trajet pour collecter le plus de sphères de boost et ne pas se tromper sur les couleurs de phases du vaisseau. Une mémorisation des circuits d’autant plus importante que la mort et le hors-piste dans Fast Racing Neo sont souvent synonymes de défaite tant il devient dur de rattraper ses adversaires.

Les effets de vitesses sont vraiment impressionnants

Néanmoins, le jeu n’est pas exempt de défauts. Personnellement, je pense que l’un des gros défauts du jeu repose dans sa maniabilité. Si, dans un premier temps, je m’inquiétais de me bouffer tous les murs, j’ai très vite compris que lancer un boost après un choc permettait de retrouver sa vitesse de pointe. Ainsi, les compétences de pilote et les réflexes ne seront pas particulièrement utiles pour décrocher la victoire. Il suffira de connaitre la position des sphères de couleurs et des bandes d’accélération pour toujours avoir du boost en réserve. De plus, généralement, se contenter de ne pas mourir garantira une bonne place au classement. Et finalement après avoir compris cela, on se contente d’apprendre rapidement le tracé des circuits, on prend un vaisseau full vitesse, qu’importe que l’on se prenne tous les murs tant que l’on sait où se placer pour prendre les accélérateurs. De cette manière, la difficulté hypersonic ne cause plus de difficulté, les records de temps des développeurs sont battus haut la main. Et même le mode héros où les circuits sont en miroir ne cause plus aucuns problèmes, il m’a fallu en moyenne deux ou trois tentatives par circuit.

Un petit gif, cela fait toujours plaisir.

A cela s’ajoute les effets de vitesses. Si ces derniers sont vraiment impressionnants ils rendent aussi le tout très confus, d’autant plus que la caméra se complait à trembler dans tous les sens à la moindre occasion. Même si ces effets de vitesses sont nécessaires au jeu, ils sont aussi très gênants. Cela devient même chaotique en mode héros où les couleurs se « dissocient » à chaque fois que l’on reçoit un coup (même si cela reste en accord avec le côté « néon » du jeu). Néanmoins, les circuits souffrants d’un cruel manque d’imagination, on retrouve très vite le droit chemin.

Finalement, ce que je reproche réellement à ce jeu, c’est son côté très arcade qui ne demande pas au joueur d’apprendre à manipuler son véhicule mais juste à connaître le circuit et à jouer comme un vieux bourrin quitte à se manger tous les murs. Murs qui sont de toute façon durs à voir venir avec ces effets de vitesses à outrance et cette caméra indomptable. Même si je suis un peu méchant sur ma critique, le jeu n’est pas non plus mauvais et j’ai quand même aimé jouer à celui-ci tant le genre se fait rare. De plus, je suis bien obligé d’avouer que grâce à ce jeu, j’ai rebranché ma Gamecube, je me suis refait une partie de F-Zero GX et cela m’a fait beaucoup plaisir.


C'est quand tu veux pour un nouvel F-Zero, Mr Nintendo.

 

Je suis ouvert à toute remarque pour m'améliorer dans l'écriture de critique.Vous pouvez aussi retrouver ma critique sur Senscritique. Bisous !

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Jeux Vidéo (Jeu vidéo)

Comme vous le savez Pokemon X et Y débarquent bientôt sur 3DS, l'occasion pour moi de partager ces quelques images qui mixent vrai paysage et Pokemon des premières générations.

En espérant que personne n'ai déjà posté cette galerie d'images.

Source

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Jeux Vidéo (Jeu vidéo)

Aujourd'hui je sors un peu de la routine habituelle du blog pour vous parler de jeux vidéo. Et plus particulièrement de mes PNJ préférés. D'ailleurs, peut être que certains parmi vous ne savent pas ce qu'est un PNJ. Et bien, il s'agit tout simplement d'un Personnage Non Jouable, ils vous aident dans votre quête ou non et ont souvent un rôle de figurant. Petit tour d'horizon de ces personnages au second rôle :

  • N°5 Princesse Harmonie

 
Cela sera Rosalina pour les intimes

Ce n'est pas souvent que Nintendo nous propose de nouveaux personnages et pour l'occasion, j'apprécie la performance. La Princesse Harmonie est un PNJ de Super Mario Galaxy, ce que j'aimais chez ce personnage c'est son caractère très discret et mélancolique. Un personnage assez mystérieux que l'on apprenait à connaître au travers d'un livre d'histoire racontée par elle même. En fait c'est l'un des rares personnages de l'univers de Mario a posséder un background, elle fera peut être une apparition dans le prochain Super Smash Bros, non ?

  • N°4 Kaepora Gaebora

Auparavant je me demandais toujours si sa tête était à l'endroit ou à l'envers

Premier PNJ qui m'aura vraiment marqué, Kaepora Gaebora est apparu dans The Legend Of Zelda Ocarina Of Time. Ce qui me plaisait particulièrement avec notre ami le hibou c'était la musique qui l'accompagnait car oui Monsieur se payait le luxe d'avoir un thème pour lui seul. Je me souviens aussi qu'il parlait beaucoup, un peu trop à mon goût, ce qui me poussait à mitrailler le bouton A pour passer le texte. Jusqu'au fatidique moment où il demandait s'il devait répéter, le choix par défaut étant "oui" je pense que beaucoup d'entre nous se sont fait avoir...

  • N°3 Le marchant

Welcome stranger !

Alors que notre ami le hibou avait une musique dédiée, ce PNJ là n'a même pas de nom... Apparu dans Resident Evil 4, le marchant était une aberration du jeu. Peut être l'un des seul personnage à ne pas être contaminé par cette saleté de virus, notre gangster espagnol se baladait avec assez d'arme pour fournir une armée et avait probablement assez de thune pour financer une révolution. Bien sûr il préfère rester dans sa contrée pourrie remplie d'infecté pour faire commerce avec le seul type encore vivant du jeu, vous.  En réalité c'était un type bien... Et je ne pense pas qu'il méritait que l'on lui tire dessus juste pour vérifier s'il allait mourir...

  • N°2 Daxter

Oh Jak ! T'es une vraie fillette, même moi j'aurai pu le faire !

Personnage emblématique de la série des Jak and Daxter de Naughty Dog, le petit animal de compagnie Daxter nous suit tout au long de l'aventure. Ce qui rendait ce personnage si attachant ce sont toutes les petites répliques qu'il lançait au cours du jeu. En effet à chaque fois que l'on mourrait Daxter s'adressait directement à nous et n'hésitait pas à se moquer du joueur. Parfois moqueur, ironique ou même sarcastique, ce petit personnage me faisait toujours rire.

  • N°1 Elizabeth

 


Are you real ?

Beaucoup d'entre vous ont déjà longuement parlé de ce magnifique personnage qu'est Elizabeth apparu dans Bioshock Infinite. Je me contenterai donc d'utiliser cette citation issue de la critique de Gameblog : La plus belle représentation en jeu du caractère unique d'Elizabeth est que c'est un PNJ qui court non pas derrière vous, mais devant vous.

 

  • Les abonnés absent :

Le vendeur de masque de zelda Majora's Mask : PNJ atteint de la maladie de la Jump Cut
Navy d'OOT : PNJ le plus énervant de l'histoire des PNJ
Mr. Resetti d'Animal Crossing : PNJ qui n'aimait pas que l'on reset la console
Pyramid Head de Silent Hill 2 : PNJ charismatique le plus flippant
Psycho Mantis de Metal Gear Solid : PNJ le plus ingénieux jamais créé
Et tant d'autre...

Et vous ? Quels ont été vos PNJ préférés ?

Ajouter à mes favoris Commenter (10)

Signaler
Jeux Vidéo (Jeu vidéo)

Des polygones ! Des milliers de polygones ! Mais que dis-je ?! Des millions de polygones !!! Voilà ce que nous offre les dernières nouveautés vidéoludique... Et pourtant lorsque je vois cette galerie d'image des jeux d'aujourd'hui comme ils auraient pu être auparavant, je n'ai qu'une envie, c'est d'y jouer. Je dois déjà être un vieux con. Je vous laisse vous faire votre avis.


Super Mario Galaxy 2

 


Bayonetta

 


Uncharted 3: Drake's Deception

 


Halo

 


Mario Kart Wii

 


Sin & Punishment 2

 


Bioshock

 


Metroid: Other M

 


Soul Calibur IV

 


Final Fantasy XIII

Un travail réalisé par un artiste suédois.

Source

Ajouter à mes favoris Commenter (14)

Signaler
Jeux Vidéo (Jeu vidéo)

Voici un court métrage réalisé avec Source Film Maker (un logiciel qui permet de réaliser une animation à partir des personnages du jeu vidéo Team Fortress 2) ainsi que le Source SDK. Enfin je crois... Je ne sais absolument pas de quoi je parle...

En tout cas, ça poutre !!!

Voir aussi

Jeux : 
Team Fortress 2, Left 4 Dead 2
Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Jeux Vidéo (Jeu vidéo)

Hmmmm...

Je vous conseil vivement d'aller jeter un oeil aux autres strips ici. Attention l'humour est parfois particulier...

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Jeux Vidéo (Jeu vidéo)

Peut être que vous êtes au courant mais un Super Smash Bros a été annoncé sur Nintendo 3DS ce qui sera la première adaptation de la série sur console portable. La première ? Et bien pas vraiment car Dan Fornace probablement un fan de retro gaming a réalisé sa propre version de Smash Bros s'il était sortit sur cette bonne vieille Gameboy.

Super Smash Land, probablement un petit clin d'oeil à Super Mario Land sorti en 1990 sur Gameboy.

Et cette version est bien sûr jouable par . Personnellement je n'ai pas essayé.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Scratch Art Blog !

Par Antoinesk8 Blog créé le 12/11/11 Mis à jour le 01/04/17 à 16h42

Des artistes en tout genre, des plus banals au plus originaux, en passant par les farfelus et les insolites. J'espère qu'ils ne vous laisseront pas indifférent.

Ajouter aux favoris

Édito

http://www.kazaam.net/wp-content/uploads/2010/06/senscritique.pnghttp://i17.servimg.com/u/f17/11/02/59/35/20010.jpg

Archives

Favoris