LE PHYLACTERE
Signaler
DEBATS

         Au début de l'année 2001, comme beaucoup de joueurs de l'époque j'entrais dans mon kiosque à journaux pour tomber sur les gros titres des magazines spécialisés dans le jeu vidéo. Un titre d'une violence inoubliable, doublé d'un sentiment d'injustice que nous avons vomi des mois durant : Sega arrête la Production de la Dreamcast. Cette période, les possesseurs de Dc s'en souviennent encore avec une boule dans la gorge. Comment une machine aussi généreuse, tournée à ce point vers le jeu et les joueurs... Comment la meilleure console de Sega a-t-elle pu être boudée par le public ? Au-delà de la santé financière catastrophique de Sega et le gouffre financier que représentait le projet Shenmue, il faut se souvenir qu'en 2000, alors que la Dreamcast était sur le marché depuis pas loin de deux ans, la « masse » bavait sur l'Emotion Engine bullshité par Sony pour nous dire « attendez un peu, vous allez voir, notre Playstation 2  va être révolutionnaire ». Et alors que sur Dreamcast nous étions trop peu nombreux à nous éclater sur Jet Set Radio, Shenmue ou autre Skies of Arcadia, Sony offrait au Monde des expériences hallucinantes comme Kessen ou Fantavision. 

A cette époque de transition, alors qu'on sentait dans les cours d'école que finalement on parlait avant tout de l'aura d'un nom plus que de la qualité des jeux ; j'ai détesté Sony. Mais vraiment. J'avais passé des centaines d'heures magiques sur la toute première Playstation, mais en ce début de XXIème siècle, alors que j'entrais en pleine adolescence, Sony et sa Playstation 2 représentaient une menace terrifiante pour mon plaisir de joueur. L'impression maladive de faire partie du « petit groupe qui voit la réalité brute », comme l'équipage du Nebuchadnezzar dans Matrix qui lutte dans l'ombre pour la liberté du troupeau abruti par la tentaculaire corporation. C'était ainsi, je luttais corps et âme, bien naïvement, pour que mes amis pensent avant tout au jeu avant de baver devant cette Marque encore fraîche de son récent succès.


        L'arrêt de production de la Dreamcast fut un coup très dur. Aujourd'hui nous avons de la chance de voir trois constructeurs vendre chacun leur console à plus de 70 Millions d'exemplaires, mais en 2001, encore plus que le symbolique duel Nintendo Vs Sega qui s'arrêtait, on ressentait aussi l'avènement d'une Ere VidéoLudique où la qualité des jeux passait au second plan. Ne nous y trompons pas, si la Playstation 2 est devenue au fil des ans la plateforme que l'on connaît, qui a vu passer tant de pépites, c'est aussi car elle a été couronnée dès son arrivée. Autoproclamée Reine des 128 bits, il était ainsi plus simple d'attirer les exclusivités mythiques qui ont nourri son succès précipité.

Un fait qui alimente également ce sentiment d'injustice face à la Dreamcast, vient de cette période où on pouvait trouver pour une cinquantaine d'euros, des Dreamcast neuves stockées près des gadgets électroniques aux rayons des Gifis et autre enseigne de hard-discount. Durant cette période, nombre sont les joueurs à s'être dit qu'à ce prix ça serait toujours l'occasion de découvrir les « quelques titres » de qualité disponibles sur cette console morte. De là commença le statut presque culte de cette machine, puisque petit à petit une masse de joueurs se rendit compte de la qualité indéniable de la Dreamcast. Elle proposait du jeu, du bon jeu.

Pour moi, cette période fut très partagée, émotionnellement parlant. J'avais fini par me ranger avec la masse sur Playstation 2, perdant peu à peu cette amertume envers ce qu'elle représentait ; et voilà qu'on rouvrait la plaie par ce regain tardif de notoriété. Il y avait d'un côté le sentiment heureux de ne pas avoir été fou, de me sentir d'un coup moins seul face à cette certaine idée de ce qu'est avant tout le jeu vidéo. Mais ça a rajouté un peu d'huile sur le feu de l'injustice, puisque cette période surligna un peu plus cette panurgie montante des joueurs qui sortaient enfin la tête de leur sac de grain pour réaliser qu'ils étaient finalement passés à côté d'une des meilleures consoles de cette génération.

     Il n'est finalement pas anodin de se retourner vers cette période de l'Histoire vidéoludique, car à bien des niveaux on retrouve une similitude des plus inquiétantes sur le sort actuel de la Playstation Vita. L'ironie retiendra que Sony se retrouve dix ans plus tard dans la situation où il avait mis Sega ; et les plus vils diront que ce n'est qu'un juste retour de bâton.

Il y a cependant, à mon humble avis, une grande différence. Si autrefois l'arrogance de Sony a alimenté chez les joueurs cette idée qu'il valait mieux attendre les mauvais jeux d'une console hors de prix plutôt que de s'éclater sur les pépites d'une machine plus abordable ; aujourd'hui le problème vient plus de l'importance mal venue de la toile et du web 2.0. Une panurgie virtuelle presque inconsciente, qui sacrifie le jeu vidéo au profit d'une sorte de cynisme généralisé servant à se détacher d'une masse, pour finalement en créer une nouvelle qui ne serait pas meilleure, loin de là. 

Il est assez terrifiant de voir ponctuellement à quel point l'orientation libertaire d'internet force nombre d'internautes à se ranger derrière une idée ou une philosophie qui n'est pas forcément la leur, par simple besoin d'appartenance à un groupe. Pour le jeu vidéo c'est sensiblement équivalent ; les joueurs préférant suivre un mouvement plutôt que leurs propres goûts et leur simple sensibilité d'individu. Mais attention, ce sentiment se retrouve également dans le discours de la presse vidéoludique, pour des raisons certes plus complexes qui mériteraient qu'on s'y intéresse plus longuement.  On pourrait évoquer la gloriole d'une presse complaisante qui dira d'un Call of Duty qu'il sacrifie toute velléité ludique sur l'autel du grand spectacle assumé , lorsqu'un joueur qui dans certains cas n'a pas l'expérience du dit-jeu, se contentera d'un simple « c'est de la merde » particulièrement gratuit.

J'expose évidemment les extrêmes car il me semble primordial de mettre de l'eau dans mon vin avant d'étaler ce qui va suivre. Les louanges aveugles et les piques gratuits ne m'intéressent pas ; ces discussions de comptoir demeurant une diversion face au véritable sujet. Ce cercle vicieux entre des joueurs craignant un mauvais investissement, et une presse communicante se trouvant par miracle une âme d'analyste financier, clamant chaque semaine ses craintes concernant la Playstation Vita, entraînant de ce fait une accentuation de la crainte des joueurs hésitants, et ainsi de suite...

Si je ne remets absolument pas en question le fait de relayer les chiffres de vente hardware et software du marché ; je suis en revanche beaucoup plus sceptique face au discours qui en ressort et qui finit par transparaître chez certains joueurs comme un fait avéré et indiscutable.

Nous avons eu premièrement la question du prix. La Playstation Vita est passée du stade de console au prix très agressif, à une console trop onéreuse, et ce sans que ce prix se voit modifié. La raison, les baisses successives de la Playstation 3 et de la Nintendo 3DS. On est donc dans la psychologie la plus primaire, à savoir comparer son chibre à celui du voisin. Alors que la plupart des intéressés auraient dépensé avec la bave aux lèvres 250€ pour la Vita en Day One ; d'un coup ce prix se voit trop élevé. Premier frein.

Il y a également l'importante question des jeux. « Il n'y a pas assez de jeux sur Vita ». Effectivement, cet argument est celui qui actuellement ressort le plus. Pourquoi ? Parce que les joueurs ne remettent pas (et finalement ne l'ont jamais fait) en question les qualités intrinsèques de la machine, et le syndrome du prix élevé s'atténue avec force de promotions de la part de Sony. Donc, le nouveau cheval de bataille est qu'il n'y a pas de jeux. Propos alimenté par la presse bien entendu, et qui s'avère un peu douteux lorsqu'on nous raconta à l'E3 2012 que c'était mort quand, entre autres, un certain Sine Mora était jouable sur le showfloor...

       Il me parait inutile d'étaler ici la ludothèque détaillée de la Playstation Vita ; ce n'est pas une liste obscure qui serait étonnement passée inaperçue.  Je vais me contenter de développer une pensée assez simple.

La Playstation Vita s'étale sur plusieurs fronts à la fois. Si on peut s'accorder à dire qu'elle n'en domine aucun à l'heure actuelle, il convient aussi de prendre un peu de recul et réaliser que mises bout à bout, ces différentes offres en forment une seule, variée et généreuse, qui représentait en d'autres temps la recette parfaite d'une console de jeux qui plait à tous les publics. Des gros titres comme Uncharted ou Gravity Rush, aux mid-games comme Sine Mora ou Sound Shape, en passant par du snack gaming free2play comme Ecolibrium ou Montezuma... Sans oublier bien sûr toute la ludothèque PSP qui se voit offrir le confort d'un second stick pour une véritable renaissance, ou même la  gamme Psone Classic.. Plus que l'idée très fédératrice et un brin utopiste de croire que la Playstation Vita offre une proposition adaptée à tous les joueurs, elle met aussi en exergue le fait qu'en tant que ludophile, je ne me consacre pas qu'à un seul pan du médium, et qu'avoir cette pluralité d'offres et de gameplays dans une seule bécane, c'est une luxe que j'ai longtemps cru impossible et qui trouve une réalité dans cette Vita mal aimée.

Si j'ai bien sûr cité ci-dessus les gros titres les plus connus en terme d'exclusivité, n'oublions pas les jeux d'éditeurs tiers qu'on peut retrouver aussi sur console de salon. On me renverra certainement au visage cette idée parisianiste que le jeu portable ne doit pas être du jeu de salon dans ta main, mais doit plutôt s'adapter à nos habitudes de joueur nomade... A comprendre par là qu'un jeu portable doit s'adapter à un trajet de bus ou de métro.

C'est oublier un peu hâtivement ce qui fit le succès de la Gameboy, à savoir l'émancipation des jeunes face à la télévision familiale. Tout comme on se souviendra, émus, de la Turbo GT qui nous permettait de jouer à nos jeux PC-Engine sur portable sans passer une nouvelle fois à la caisse. Ce système est d'ailleurs repris sur Playstation Vita avec le fameux Cross Buy qui permet d'acheter un titre à la fois sur Playstation 3 et Vita, pour le prix du jeu PS3. Tu le crois ça ?

De plus, si les jeunes possesseurs de la Gameboy sont aujourd'hui devenus adultes, voir père de famille ; il ne faut pas oublier que « le jeu de salon dans ta main » est une proposition salvatrice pour le père qui peut se lancer dans une expérience de jeu classique sans pour autant vampiriser le poste. C'est d'ailleurs un argument marketté par Nintendo vis-à-vis du Gamepad de la Wiiu, qui pour le coup trouve un écho complice là où la Vita se voit là opposer une fin de non recevoir. Curieux.

C'est d'autant plus difficile de répondre encore et toujours à cette idée d'une machine sans jeu, quand ces mêmes détracteurs vont se ruer sur la Wiiu qui sort avec une ludothèque malheureusement encore mince. On en revient finalement à cet effet de hype internet, où on s'extasie du nouveau sujet à la mode avec autant de précipitation qu'on s'en séparera quand le Ramdam se sera essoufflé. Car ne nous voilons pas la face, combien ont acheté la Vita sur un coup de tête pour se vanter d'avoir le petit bijou technologique à la mode, puis l'ont rapidement refourguée pour se prendre un Ipad 3... Ce phénomène a également une part de responsabilité dans le désamour conditionné pour la Vita. 

 

     J'ai finalement autant de mal à trouver l'argument d'or en faveur de cette Playstation Vita, que j'en avais à l'époque de la Dreamcast. Pourquoi ? Parce qu'en tant que possesseur, nourri d'une expérience prolongée avec cette console, je n'arrive tout simplement pas à comprendre pourquoi nous ne sommes pas plus nombreux dans ce cas. Alors qu'en 2000 la Playstation 2 fut autoproclamée vainqueure d'une génération avant la moindre confrontation ; voilà que nous reproduisons le schéma parfaitement inverse sur la Playstation Vita.

Je n'ai aucune leçon à donner, je ne suis pas là pour vous dire comment dépenser votre argent. J'ai juste envie de relayer le message d'un jeune garçon qui se sentit dégoûté dans un kiosque à journaux en janvier 2001...

Arrêtez de vous demander quel est le truc à la mode, ne cherchez pas à brouter dans la même direction que le reste du troupeau si finalement le foin qu'on vous propose n'est pas à votre goût. Pour la même raison qu'il est dangereux de tous crier au génie face à un succès marketté en tant que tel sans qu'aucune critique ne soit permise, il serait dramatique que nous condamnions une machine à ce point dirigée vers les joueurs, quand nous râlons jour après jour contre la fin d'une époque et d'un médium qui nous file entre les doigts.

Moi qui achetai la PSP le premier jour, j'ai hurlé à la mort des développeurs qui nous faisaient émuler un second stick via les boutons de la machine. Un désespoir  immense tant la PSP était la reine de la 2D ; et j'ai eu autant de chagrin à la délaisser que j'ai pris du plaisir à la transformer en ma Megadrive portable.

Moi qui fus donc biaisé dans ma vision de joueur sur la PSP, je n'ai pas foncé sur la Vita. J'ai attendu, j'ai regardé, j'ai essayé, et au final, j'ai pensé avant tout à mes envies de joueur plutôt qu'à cet avis qu'on veut nous imposer comme étant général. A croire que nous sommes revenus à la belle époque des Salons de Cigare où une pseudo élite se masturbe sur sa vision étriquée du monde dans cette petite pièce enfumée, un Brandy à la main et le cigare au bec.

Malgré mes réticences de départ, j'ai découvert dans cette Playstation Vita, la première de l'ère post-Kutaragi, l'une des machines les plus complètes de ma carrière de joueur, et ce seulement pour sa première année.

Elle possède plus de jeux intéressants que je n'ai d'argent dans ma poche ; alors quand on me dit qu'il n'y a pas assez de jeux dessus qui valent le coup, soit vous êtes blindés de caillasses, soit vous vous réfugiez derrière ce chant de la masse pour vous protéger d'une terrifiante réalité : Même si c'est le grand méchant Sony, même si on ne cesse de vous répéter que cette console est morte-née, elle vous fait envie parce qu'elle ne se fout pas du joueur, et ceux qui ont eu l'audace de franchir le pas semblent prendre un pied terrible dessus.

 

      Il y a un peu plus de dix ans, j'ai vécu l'injustice d'une console remarquable qui succomba face à la puissance évocatrice d'un nom. Il y a dix ans nous avons mis le jeu vidéo au second plan derrière une marque. Ce fut une erreur, et si aujourd'hui la Dreamcast a ce statut de console culte, il ne faut pas oublier qu'elle représente notre propre faiblesse face à l'avis de masse.

Arrêtez de vous dire « je me laisserai peut être tenter si... quand... à condition.. », pensez d'abord à votre envie de joueur, au Jeu Vidéo que vous aimez, et lancez vous. A trop attendre de suivre le mouvement, il sera trop tard, et l'échec injuste de la Playstation Vita sera la démonstration cruelle que nous n'avons rien retenu de la fin de la Dreamcast. Et quand vous l'achèterez pour une bouchée de pain, seulement pour voir ce qu'elle avait dans le ventre au final, on se retrouvera avec la même mélancolie qu'à l'époque de la Dreamcast.

Le regret d'avoir passé trop de temps à râler contre une vision de l'industrie qui ne nous convient pas, alors que nous aurions pu défendre notre voix en militant pour cette proposition plurielle et généreuse du jeu vidéo.

Je n'ai aucune affection pour Sony, comme je me fiche de Microsoft et de Nintendo. Depuis la mort de Sega je ne défends plus aucune bannière, si ce n'est celle du jeu. Je retrouve tant de similitudes entre la Playstation Vita et la Dreamcast, qu'il m'a paru important de partager ce cri du coeur, avant qu'il ne devienne véritablement un cri d'alarme. Je n'ai même pas senti le besoin de mettre en avant toutes les fonctionnalités annexes de la Vita qui en font une petite tablette à part entière. J'ai voulu me concentrer sur notre propre incohérence, en tant que joueurs. Plus que jamais, nos choix de consommateurs représentent un acte militant, et chaque voix compte. Alors, s'il vous plait, arrêtez de vous dire que votre vote ne compte pas face à la masse, car c'est faux. La Playstation Vita, présumée coupable, mérite un jugement équitable, qu'il nous appartient à nous, joueurs, d'apporter. 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (78)

Commentaires

Anfalmyr
Signaler
Anfalmyr

....


Je t'arrête tout de suite, sur le billet du temple de l'eau, à aucun moment je n'ai parler en détails de la Wiiu. J'ai même dit que ce n'était pas la but du papier, et que je me garderai de donner mon avis tant que je n'aurais pas vu les propositions de Sony & Microsoft.

Tu vois, tu me portes des propos que je n'ai pas tenu, juste parce que pour toi ça correspond à une idée que je ne peux pas évoquer deux sujets indépendamment l'un de l'autre. Dans les deux billets Sony & Nintendo je parle des joueurs. Dans celui-ci, sur la Vita, je parle aussi des joueurs.
Spooky54
Signaler
Spooky54
Pour Nintendo, le prétendu favorable, vient surtout du bashing incessant qui est fait à son égard. D'autant plus que sur GB, on est assez loin de ce que tu décris. La preuve que l'article sur le Temple de l'eau n'est pas si pertinent que ça (et encore une fois, je le répète, la forme l'est vraiment): la Wii U se vend pas. La comparaison avec Apple est un brin hyperbolique faisant perdre en crédibilité ton propos.

Et pour la Vita, je vois même pas de moutonisme. (encore une fois, je parle uniquement de GB, la communauté des autres sites me hérissent un peu le poil) Tu peux pas résumer ses ventes à un phénomène de masse, c'est ridicule. Sans cesse tu prends en comparaison la Wii U pour finalement dire que la Wii U c'est un problème, la Vita non, c'est hypocrite. Personne ne se rue sur la Wii u et personne se rue sur la Vita. Pour la simple et bonne raison que ces deux consoles manquent clairement de jeux vendeurs.

En l'état, à force de répéter que tu es au dessus de tout ça ("je suis pas raciste, j'ai un ami arabe") tout en appliquant les mêmes arguments aux deux mais pour aller dans un sens différent fait que j'ai du mal à y croire. En ta bonne foi.

La Vita se vend pas car elle n'a pas de jeux déclencheur d'achat (rien que Gravity Rush est pas si extraordinaire que ça visiblement: court, histoire qui part un peu en sucette, un brin répétitif; il a suffisamment de qualité pour qu'on puisse le trouver réellement excellent, mais pas suffisamment pour faire vendre des machines) tout comme la Wii U. Zombi U est à l'image de Gravity Rush, et un Mario resucé, normal que tout le monde s'en fout. A coté de ça, on a des portages qui eux aussi, n'intéressent personne, peu importe la machine.

Sony paie les pots cassés de sa politique sur cette gen et commence seulement à être l'invité du diner de con. C'est seulement avec l'annonce de la PS4 que j'observe ce que tu décrits dans un autre article. Où le bashing gratuit envers Tendo se retourne contre Sony.

Pourquoi? Car la roue tourne, tout simplement. Le mouvement de masse est rarement une fumée sans feu, les goûts changent, les gens se lassent. Peut-être que finalement, en avril, c'est Crosoft qui prendra cette place après quelques choix douteux.

Et pour répondre à une dernière question: qu'est ce que j'attends comme jeu sur Vita? Patapon!
Anfalmyr
Signaler
Anfalmyr

C'est bizarre de lire le billet Temple de l'eau puis juste après celui-ci... Il y a comme une certaine contradiction dans la manière de pensée. On peut dénoncer le moutonisme d'un coté, mais l'accepter de l'autre.


En fait je le dénonce dans les deux cas :) Avec Nintendo je parlais du "moutonisme favorable", et là c'est plutôt le "moutnisme défavorable" pour résumer grossièrement :)
Spooky54
Signaler
Spooky54
C'est bizarre de lire le billet Temple de l'eau puis juste après celui-ci... Il y a comme une certaine contradiction dans la manière de pensée. On peut dénoncer le moutonisme d'un coté, mais l'accepter de l'autre. Au final, on a tous notre crémerie, et la notre c'est la meilleure quoi qu'en disent les autres.

Et c'est pas en se la jouant au dessus de la mêlée qu'on l'est forcément. C'est un fait, pour beaucoup de gens, la Vita n'a pas de jeux intéressants. Pour tout un tas de raison. Elle a un planning maigre qui là, souffre de son image. Et refuser de l'accepter, ça fait un peu sectaire et flipper.

Néanmoins, très bonne plume et c'est très agréable à lire. Ça a le mérite d'ouvrir le débat de bien bel manière.
Sirocco
Signaler
Sirocco
Je rejoins Seblecaribou, je veux bien croire que la console est une merveille, mais si j'ai acheté la PS3 trois ans après sa sortie, c'est parce-que j'estimais que la ludothèque était suffisamment intéressante et fournie.

Pour la Vita, ce n'est pas encore le cas pour moi, j'aimerai bien jouer à Gravity Rush mais dépenser 250 billes pour ça, ça n'est pas justifié selon moi. Quant aux petits jeux, pareil, y'en a tellement sur Steam ou sur téléphone, je vois vois pourquoi j'investirai dans cette console.

C'est le problème selon moi, en ne tenant pas compte de l'avis des autres, d'autant que je trouve la communication très faible autour de la console. Après, ce serait intéressant qu'elle perce mais je vois pas les arguments honnêtement ^^

Excellent billet, anyway, vivement les prochains, je comprends un peu mieux ta position sur cette console, maintenant :)
Monkey King
Signaler
Monkey King
C'est dingue comme je suis totalement de ton avis Anfalmyr. je faisais partit des gens qui hésitaient à prendre la console et qui n'hésitaient pas à dire "trop cher je la prendrait jamais". Finalement, j'ai vu Gravity Rush qui me faisait envie et je me suis dit "m*rde il y a des chances que je craque quand il sortira...". Et puis on m'a offert une carte cadeau (de 80 euros quand même) et Sony a lancé sa toute première offre de remboursement de 50 euros (ce qui me faisait quand même 130 euros de baisse). Arrive ce qui devait arriver, j'ai craqué sur la console dés que Gravity Rush a pointé le bout de son nez. Et là ! La claque monumentale que je me suis pris dans la gueule ! Depuis, je ne regrette pas une seule seconde de l'avoir prise (j'ai déjà plus de jeux en boîte sur ma PSV que de jeux m'attirant sur la 3DS). Entre le catalogue vraiment pas si maigrichon du tout (encore une fois je le dit, autant je suis d'accord que la 3DS et loin devant en terme de quantitatif, autant les deux sont au coude à coude en terme qualitatif), le fait qu'elle fasse AUSSI du multimédia (les vidéo sur un tel écran :') quel bonheur) ET (je le rappelle à pas mal de gens qui oublient) le fait qu'elle soit complètement dézonée pour les jeux en version boîte je ne comprends toujours pas qu'elle ne se vende pas.
Et malheureusement quand je vois que MÊME des chaînes comme Nolife contribuent à répendre le coup du "elle n'a pas de jeux" c'est assez désespérant.
fremen73
Signaler
fremen73
bah moi je l'ai acheté la vita...j'ai 3 jeux (little big planet, uncharted et gravity rush)...mais je n'en ai fini aucun...et pas grand chose dans les sorties annoncées de 2013 ne me fait envie...résultat je songe à la vendre...
Peut être y a-t-il bcp de jeux (comme tu le souligne) mais le problème c'est que ces jeux finalement de m'intéresse pas. Et pour ce qui est des jeux indé...bah c'est pas la panacée non plus. Pour tout dire je pense même que la console de nvidia a un potentiel bien meilleur que cette vita.
3uReka
Signaler
3uReka
Personnellement je fais tout pour économiser pour m'en procurer une lorsque je vais me retrouver tout seul dans mon rikiki apart' d'étudiant l'an prochain. Elle correspondra bien plus a ce que je pourrai recevoir du jeu vidéo en cette période qui sera assurément chargée et déroutante que se soit en matière d'heure dispo que des environnements dans les quels je passerai du temps.
Sleepy prince
Signaler
Sleepy prince
Tout ce qui manque à cette console ce sont de vrais jeux. C'est dit et c'est re dit, mais c'est parce que c'est VRAI. Il n'y aucune autre raison. Pas de complot, pas d'effet de groupe, pas de cynisme attitude... Des jeux.

La console propose une puissance de malade ? Exploité là. Vendez moi du rêve. De l'exclusif que je ne pourrai pas avoir sur ma console de salon actuelle. Proposez moi du remote play qui fonctionne avec tous les jeux ps3. Histoire que je puisse jouer sans squatter l'ecran LED des parents.

J'en ai rien à foutre de jouer à du tactile, à de l'indépendant sur une console comme ça. J'ai déjà mon smartphone pour ça.
Des gros titres AAA, du grand spéctacle ? J'ai ma console de salon.

Ce qu'il faut ce sont des jeux intermédiaires. Des jeux qui se situent entre l'indépendant et le AAA.

Des jeux aussi envoûtant que Okami, Kingdom hearts... Ca ce sont des jeux qu'on ne verra jamais sur les consoles de salons actuelles et pas non plus sur smart phone.
Ichikyo
Signaler
Ichikyo
Billet très instructif Anfalmyr :).
Mais pour le coup, tu m'as également rappelé la tristesse de la mort de la Neo Geo Pocket et Color, la console portable que tant de gens ont sous estimé pour les Gameboy. La console qui m'avait donné de la joie de jouer à des jeux type arcade dans la poche (avec le meilleur mini stick au monde).
Je possède aussi une PSVita dont je me suis jamais ennuyé avec (les gens qui disent que la vita n'a pas de jeux, ne connaisent pas le mot "import", regrettable quand on sait que les meilleurs jeux sont également hors de l'europe, même traduit du japonais) et je suis mon motto, je vais là où les JRPG et les jeux que j'aime iront. Je ne suis aucun parti, je joue beaucoup à la Playstation 3 depuis que cette dernière m'a ouvert les portes de l'import sans devoir racheter une extension Cartouche de contournage de zone, bidouillade de consoles, freeloader et autres magic swap. Va de même pour la PSP, la Vita et la DS (la 3DS est zonée). J'avais d'ailleurs 2 Dreamcast quand j'étais plus petit, beaucoup de jeux interessants des deux contrées. Mais je m'étais effondré comme toi à l'epoque quand le dernier Dreamzone/GameDream annoncait la mort de la console, ca donnait le même effet Mort d'SNK... c'est triste et vu que le public boude la Vita, elle risque de suivre le chemin de la Dreamcast avec un tel complot.
Papi Culo <3
Signaler
Papi Culo <3
@Kelun: mais je fais complètement la différence perso, et en effet si y a que Gravity Rush qui t'intéresse c'est tout à ton honneur d'attendre ce qui va arriver par la suite, après tout l'argent ne pousse pas sur les arbres :D Moi je l'ai prise en day one import jap parcequ'il y avait plein de jeux qui m'intéressaient et que c'était la transition parfaite pour succéder à ma PSP qui était ma console favorite depuis quelques temps grâce à l'import et au fait que je pouvais de moins en moins squatter la télé, vie de famille oblige.

Enfin comme je disais j'ai un peu laissé tomber le JV depuis 2-3 mois mais clairement la Vita est la proposition parfaite pour moi. C'est d'ailleurs la seule à laquelle il m'arrive encore de jouer. Il en faut pour tous les goûts et j'espère qu'elle se construira un catalogue à sa hauteur au fil des ans, que les journalistes et autres mettront un peu plus en avant ses pépites et ses qualités plus que ses chiffres de vente, et qu'elle soit enfin reconnue à sa juste valeur. En tout cas je lui souhaite une longue vie ne serait-ce que pour les quelques millions de personnes qui s'éclatent déjà dessus, et un catalogue au moins aussi bon que celui de la PSP, ça sera déjà génial ^^


@Twister: bien sûr mais à part quelques passionnés je pense que la masse est plus occuppée à lire la merde ambiante qui pullule de partout qu'à aller chercher les vrais articles de fond. C'est dans ce sens que pour moi l'internet abrutit les masses. Heureusement qu'il restera toujours des passionnés pour faire ce que les médias ne font pas, ou mal, et qu'il y aura toujours des personnes assez curieuses pour s'y intéresser. Mais malheureusement je pense que c'est une infime minorité. Après sans doute que la télé joue déjà très bien son rôle abrutissant, j'en parlais un peu plus haut. Mais maintenant la vie sociale se résume pour beaucoup de personnes à rester bloqué derrière un écran d'ordi à jouer à des MMO, à entretenir des dialogues de sourds sans fin sur les forums (et je sais de quoi je parle ><), ou à liker des conneries sur facebook et tweeter et se faire plus de potes virtuels que de vrais amis de chair et d'os. Et ceux qui sont pris là-dedans ont du mal à en sortir à moins d'un électrochoc, encore une fois je sais de quoi je parle...


Par contre je m'insurge, le dernier clip du Colonel est une merveille, je ne peux pas laisser passer ça! :o

:genre:
Twister
Signaler
Twister
@Papi culo Internet n'a pas abruti les masses. A toi d'aller chercher les informations pertinentes plutôt que de mater en boucle le nouveau clip de Colonel Reyel sur Youtube.

Au contraire, internet a permi un énorme nivelage social. Tout le monde peut désormais accéder à la connaissance, aux films ou autre médias à moindre coût. Bref, comme toute chose, il appartient à chacun d'utiliser les médias comme bon leur semble. Et ceux qui s'abrutissent sur internet seraient les mêmes qui s'abrutiraient devant la télé si le dit internet n'existait pas.
Kelun
Signaler
Kelun
@Papi: Moi je veux seulement que vous fassiez la différence entre ceux qui disent "y'a pas de jeux, c'est de la merde" et ceux qui disent "il n'y a aucun jeux qui m’intéresse"

Après, comme tu le dis, peut être que dans 6 mois, il y aura une pléthore de jeux qui vont sortir et que je vais aimer. Mais pour l'instant je ne vais pas acheter la Vita que pour Gravity Rush. Et je fais ça pour toutes les consoles.
AlexKidd
Signaler
AlexKidd

Dans mon cas je vous rejoins sur la qualité que semble avoir la console (je ne l'ai jamais eu dans les mains), mais au moment du choix j'ai acheté la 3DS (enfin ce sera effectif en Décembre) et je veux prendre la wiiU dans 6 mois - un an. Résultat la console peut être bien tout ce que tu veux, pour moi la 3DS est meilleure et la vita n'est pas une priorité.

On peut être attiré par cette console et la faire passer après d'autres. Et là c'est juste une question de temps et d'argent : je n'achète jamais 2 consoles en même temps (déjà la wiiU après la 3DS ce sera limite). En plus en attendant les prix des jeux peuvent baisser (la console aussi mais de base 250 euros ça me va aujourd'hui et ça m'ira plus tard tant que la console ne change pas).

J'ai eu le choix entre la 3DS et la Vita au printemps dernier mais ce manque de visibilité me faisait peur j'ai donc penché pour la 3DS en me disant qu'à Noel la Vita aurait réglé ses problèmes de jeunesse et qu'à ce moment là je la prendrai. Bah ces problèmes sont pas réglés mais la Wii U m'attire pas du tout pour le moment alors que la Vita malgré ses problèmes m'attire toujours +. Je vais donc me lancer en espérant que Sony améliore sa stratégie mais j'y crois vraiment moyen. J'espère au minimum une chose : même si ils arrivent pas à attirer les tiers faut moins qu'ils ouvrent les jeux psn de la ps3 à la Vita car ya pas mal de jeux qui ferait mon bonheur sur Vita mais que j'ai pas envie de jouer sur console de salon.
akuma2002
Signaler
akuma2002
Superbe article, que toute personne bien née se devrait de lire tellement c'est bien écrit et représentatif de la (triste) réalité du monde actuel. C'est marrant mais à la sortie de la 3DS, tuot le monde trollait, tellement le line-up était pitoyable, le prix abusé, etc... Après une pbaisse de prix et les sempinernels Mario et co, elle est devenue super hype. La Vita subit le même sort, si ce n'est qu'elle est produite par le grand Satan (enfin bon, tout ce qui n'est pas Nintendo est Satan, c'est bien connu), donc la presse et les moutons (90% de la population mondiale) répètent les mêmes arguments la bave au lèvre et la main au chibre. À croire que c'est joussif de casser une console, un système, une personne, etc...

Pour ce qui est du manque de jeux, faut quand même ouvrir les yeux aussi, c'est pareil pour toutes les consoles. À part le AAA ricain fortement imbitable, les jeux casuals et le sport (automobile y compris), on n'a rien ici. RPG's, shmups, beat-them-all, rhythm games, jeux niche WHERE? Bizarrement, il y a plein de bons jeux hors Europe sur Vita. (Project Diva f, Virtue's Last reward (bon ok il doit être sorti au moment où j'écris), Persona 4 Golden (qui va sans doute faire un foin ici, j'attends de pied ferme les tests kikoolol), Senran kagura Shinovi versus en 2013, etc...) La 3DS n'est pas mieux lotie, det depuis que j'ai une 3DS jap, ma 3DS EU prend la poussière sur une étagère...
Luciole
Signaler
Luciole
Dans mon cas je vous rejoins sur la qualité que semble avoir la console (je ne l'ai jamais eu dans les mains), mais au moment du choix j'ai acheté la 3DS (enfin ce sera effectif en Décembre) et je veux prendre la wiiU dans 6 mois - un an. Résultat la console peut être bien tout ce que tu veux, pour moi la 3DS est meilleure et la vita n'est pas une priorité.

On peut être attiré par cette console et la faire passer après d'autres. Et là c'est juste une question de temps et d'argent : je n'achète jamais 2 consoles en même temps (déjà la wiiU après la 3DS ce sera limite). En plus en attendant les prix des jeux peuvent baisser (la console aussi mais de base 250 euros ça me va aujourd'hui et ça m'ira plus tard tant que la console ne change pas).
Papi Culo <3
Signaler
Papi Culo <3
:lol:

@kelun: je sais pas si tu parles de moi mais c'est pas du tout mon propos. T'as tout à fait le droit de ne pas, ou du moins pas pour l'instant, te retrouver dans l'offre de la Vita. Après de là à en tirer des propos réducteurs comme le font certains en disant qu'il n'y a pas de jeux intéressants y a un monde.

Je pense que dans la plupart des cas c'est dû à un manque d'informations et du fait que la plupart des meilleurs jeux passent complètement inaperçus malheureusement. Je suis certain que tu prendrais un pied monstre sur pas mal de jeux de la vita si t'avais l'occasion de les tester comme beaucoup de joueurs réticents.

Après le problème de la thune en est un autre et à un moment donné faut faire des choix, surtout si tu as plus l'habitude et la possibilité de jouer sur consoles de salon. Peut-être que d'ici quelques années tu te payera une Vita lorsque l'offre sera bien plus complète et que le prix aura bien baissé, ou que t'auras de moins en moins la possibilté de squatter la télé du salon et sans doute que tu kifferas d'autant plus tous ces jeux auxquels tu ne t'étais pas vraiment intéressés jusqu'à présent quand ils seront à des prix bien plus abordables qu'aujourd'hui et bien plus nombreux, tout comme j'ai découvert la PSP sur le tard (j'étais un joueur exclusivement salon passé l'époque Gameboy/Gamegear et j'ai attendu plus de 3 ans pour me payer une PSP avant qu'elle ne devienne l'une de mes consoles cultes).

C'est du moins tout le mal que je te souhaite ;)
AlexKidd
Signaler
AlexKidd
Papi serait Tyler Durden? :o
Anfalmyr
Signaler
Anfalmyr
@Akenab : ça dépend de quelle catégorie de jeu, par exemple les indés peuvent s'abonner au sdk pour 99$ par an, c'est déjà super avantageux. Et pour les éditeurs tiers, avec le cross buy ya des chances que les moteurs développés pour la ps3 peuvent trouver une nouvelle jeunesse pour la portable. L'unreal engine 3 fonctionne sur Vita, et EA a montré qu'il pouvait porter le Frosbyte 2 sur la vita aussi... Donc effectivement le risque vient plus d'un développement exclusif à la machine, plutôt que de la possibilité de portage. Enfin c'est un peu comme ça que je vois le truc.
Akenab
Signaler
Akenab
Excellent article!

Je n'y connais pas grand chose, mais le problème ne serait pas que les jeux vita serait trop chers à développer,pour toucher un public relativement restreint? Et Il est clair que Sony n'a pas assuré au niveau com'.

J'adore la vita, mais si j'étais développeur, pour produire un hit de qualité identique à ce qu'on peut faire sur un console de salon, j'hesiterai à miser sur la portable.

En même temps, je ne le suis pas, alors hésitez pas à m'éclairer!
Kelun
Signaler
Kelun
Mais merde quoi vous descendez deux minutes de vos piédestals ?

Vous voulez ouvrir l'esprit des non possesseurs de Vita mais vous gardez le votre fermer quand ils vous disent qu'il n'y a aucun jeu qui leurs plaît dessus !
Alors parce que la plupart des jeux sortis dessus ne nous disent rien on est forcement un gars pas curieux, un kikoolol ou un joueur exclusivement AAA ? Non mais faut arrêter la connerie.

D'accord, vous ne le dites pas implicitement mais quand on lit entre les lignes c'est exactement ça.

Croyez pas que je sois un défenseur de la 3DS, je ne l'ai pas non plus et pour les mêmes raisons que la Vita et je ne prendrais pas non plus la Wii U pour encore les mêmes raisons.

Après, même si vous pensez le contraire je suis un garçon très curieux, vous pouvez toujours m'envoyer par la poste une Vita et un jeu, y'a aucun souçi. Curieusement je pense que le problème des 200 brouzoufs va plus vous parlez. ;)
MRLEBLONDALUNETTE
Signaler
MRLEBLONDALUNETTE
J'aimerais de mon coté intervenir . L'amalgame entre la Dreamcast et la Psvita est , je pense un peu erroné . La dream était une grande console et il y avait de grands jeux et sa suivi presque tout les mois pendant sa courte carrière . Tu peux soutenir ce que tu veux , ce n'est pas qu'il n'y a pas de jeux , mais pour ma part de jeux qui m'intéresse . Je n'ai pas envie de vivre le syndrome d'une console qui ne me sert pas au quotidien.Je suis resté la bouche grande ouverte devant Gravity Rush mais pas au point de m'acheter la console .

N'oublions pas le prix de développement d'un jeu sur PsVita . Les éditeurs ne peuvent se permettre de jouer un coup de poker sur une console plus ou moins vendu . Pour exemple , le prix d'un jeu Ds à sa fabrication , un jeu 3DS vaut le double à produire , un jeu PSvita vaut le quadruple à produire d'un jeu 3DS . Sa fait réfléchir.

J'ai toujours dit que la Psvita est sorti trop tôt . Dans un an elle commencera à voir le bout du tunnel , ou pas .

Mais je te rejoins sur le fait que la console est génial . Elle a des bons jeux , mais pas des hits comme sur Dreamcast .Et personnellement comparé à la Dreamcast , si cette console disparaît je ne pense pas que beaucoup de gens vont la pleurer , et d'un sens ils n'auront peut être pas tord.
ainessette
Signaler
ainessette

Malheureusement, que ce soit les médias ou la plupart des joueurs plus nous avançons dans le temps, plus il est facile d'en rajouter pour créer le buzz (une sacrée mode à notre époque). Mais à quel prix? Au point de dire tout et n'importe quoi?
Enfin bref, tout le monde connaît le phénomène et je ne m'attarderai pas la dessus.
Tu démontres d'ailleurs avec passion qu'il faut revenir à l'essentiel.
C'est donc avec plaisir que je suis tombé sur un article comme le tien.
Une vraie bouffée d'air frais dans ce raz de marée médiatique.
Avoir envie de découvrir avec passion de nouveaux jeux avec une nouvelle façon de jouer reste une priorité pour moi. Arrêter la guerre des consoles, les courses technologiques pour je l'espère un jour découvrir de nouveaux styles de jeu qui revolutionneront le jeux-vidéo comme ce fut le cas avec les jeux de plates-formes à l'époque. Il faut donc avant tout essayer une console pour profiter du fun que le matos peut procurer. Cependant, ton article confirme aussi mes pires craintes sur l'avenir du jeu-vidéo dans quelques années. L'avenir quand tu nous tiens!
Papi Culo <3
Signaler
Papi Culo <3
Je suis pas vraiment d'accord Chocolat, à l'époque y avait plein de journalistes passionnés et c'était pas systématiquement les gros jeux qui étaient mis en avant plus que les "bons". Les gens achetaient les magazines pour leur contenu global, y avait bien plus de tests et pourtant on peut pas dire qu'il y avait plus de jeux qu'aujourd'hui, et les tests étaient rarement sous-traités sauf en cas de daube monumentale.

Ce que tu dis par contre, je sais pas si y a une cause à effet, mais c'était de plus en plus présent dans Joypad au fil des ans, et c'est d'ailleurs pour ça que j'ai arrêté de le lire. Trop de partis-pris, de sensationnalisme, de AAAisation, de peopolisation, etc...

Je t'assure je te ressors mes C+ et Player One de l'époque sur 200 pages t'avais grosso modo 170 pages c'était que du jeu, du vrai, 20 pages de pub, et 10 pages de blabla autour du JV. Aujourd'hui j'aurais tendance à dire que la proportion s'est inversée :/
Papi Culo <3
Signaler
Papi Culo <3
Je parlais de ton travail en général, c'est pas comme si tu avais écrit un seul article hein! :D

Je comprend ton fatalisme quant à un media qui gagne son pain avant tout grâce au click, au raccolage et aux grosses majors pour lesquelles il fait le tapin, mais je pense pas que la passion doive disparaître pour autant. Je sais pas mais quand je vois des rédacteurs comme Kamui ou quelques autres je me dis qu'il y a encore de la place pour les vrais passionnés et qu'on n'est pas obligés de se mettre en missionnaire et de baisser le pantalon pour faire son boulot de journaliste.

Autant pour les "actionnaires" du sites comme Julien C ça se comprend mais pour les autres j'ai plus de mal à comprendre.

Tu vas me dire qu'ils sont tous actionnaires à leur échelle vu qu'ils gagnent leur vie grâce au site, mais perso dans tous les boulots que j'ai eus j'ai travaillé par passion, ou du moins selon mes convictions, et en aucun cas pour le confort de mon patron. C'est pas comme si Gameblog était au bord de la faillite, au contraire il est en pleine expansion, ce qui laisse quand même une marge pour faire autre chose que du sensationnalisme. De la passion y en a mais pas assez, ce sont toujours les mêmes merdes qui sont mises en avant et les mêmes sujets qui sont sous-traités, bâclés ou tournés en dérision pour entretenir la polémique et le click. En fait c'est surtout ici dans les C&G qu'on la trouve la passion, grâce à des types comme toi, Kaminos et beaucoup d'autres. Dommage que ce genre d'articles ne soit pas plus mis en avant, c'est tellement plus intéressant que ce qu'on trouve dans la section news...

Pour moi les journalistes ont un rôle primordial dans le succès des consoles et surtout des jeux, partant de là je pense qu'ils devraient avoir une certaine éthique et voir un peu plus loin que le click et les gros chèques des majors. Ou alors c'est qu'ils ont complètement perdu la passion... Enfin ça semble être perdu d'avance, c'est pour ça que je regrette l'époque des magazines papier :/

LE PHYLACTERE

Par Anfalmyr Blog créé le 28/12/09 Mis à jour le 02/04/16 à 12h56

Ajouter aux favoris

Édito

 

 

 

Archives

Favoris