LE PHYLACTERE
Signaler
CRITIQUES

Moi je suis en deuil depuis la fin de LOST. J'aimais me retrouver chaque année sur cette île extraordinaire, à en découvrir les mystères avec des personnages géniaux. En me plongeant dans cette aventure j'ai dévoré tous les making of possibles, et j'ai appris à aimer les gens derrière ce projet. Quand ils ont lancé Fringe sur la FOX, je me suis dit que ça deviendrait un jour MA série après la fin de LOST. Malgré des débuts un peu génériques, Fringe est effectivement devenue la Série que je suis à fond. D'un X-files-like très correct elle s'est transcendée en une toile de fond juste hallucinante et particulièrement brillante. Alors forcément, quand ces gens talentueux qui m'ont ébloui avec Lost et surpris avec Fringe, viennent avec Alcatraz.. Forcément je vais regarder !

Alcatraz parle de la fermeture de cette fameuse île-prison dans la baie de San Francisco. En 1963, la prison fut fermée pour des raisons budgétaires, et la totalité des détenus fut transférée sur le continent... Sauf que ce n'est pas ce qui s'est passé... pas du tout. Ainsi se lance l'intrigue d'Alcatraz, avec cet évènement mystérieux nous replongeant dans le passé brumeux de la célèbre prison fédérale : la disparition mystérieuse de l'intégralité des prisonniers ainsi que de leurs geôliers. Où sont ils passés? Qui est derrière tout ça? Une Scène d'Intro qui pose une caravane de questions comme aime à le faire l'ami J.J Abrams. De retour à notre époque, alors qu'Alcatraz est une des visites touristiques les plus prisées à San Francisco, un homme se reveille dans une vieille cellule d'isolement. Il sort du bloc principal et se dirige vers le ferry pour retourner sur le continent. Dans une brochure sur l'histoire de la prison, l'homme examine d'anciennes photos, et s'y trouve parmi les photos des détenus... Les prisonniers réapparaissent, et ils n'ont pas pris une ride... 

Nous suivons dans cette histoire la jeune inspecteur du SFPD, Rebecca Madsen, de retour au boulot après la mort violente de son coéquipier pendant la poursuite d'un suspect. La belle blonde reprend du service sur le meurtre d'un "ancien de la maison", en attendant qu'on lui trouve un nouveau partenaire. Très rapidement, l'ombre inquiétante d'Alcatraz s'étend sur l'enquête de la jeune femme lorsqu'un responsable d'une agence secrète, Emerson Hauser, lui reprend l'affaire. La belle Rebecca ne compte pas se faire écarter ainsi, et décide de mener sa propre enquête, de son côté. Elle va donc entrer en contact avec un expert de la prison insulaire, Diego Soto, et s'enfoncer dans le passé d'Alcatraz pour résoudre les meurtres perpétrés aujourd'hui. Au cours de son investigation avec le gros geek de Soto, Rebecca croisera à nouveau la route d'Hauser et de son agence, le début d'une longue aventure...

Dans les faits, Alcatraz ressemble énormément aux débuts de Fringe. Une femme flic douée et têtue qui enquête sur une affaire mystérieuse et qui entre en contact avec une agence tout aussi mystérieuse. Alors oui pour le coup, on peut dire qu'Alcatraz est une synthèse facile de Lost et Fringe : Des enquêtes mystérieuses sur une île mystérieuse. Est-ce réellement le cas? Est-ce tout ce que peuvent nous proposer les gars de la J.J Team? Après le cas Fringe, il me parait assez dangereux d'émettre un avis tranché sur l'avenir d'Alcatraz, tant cette équipe a prouvé par le passé qu'elle pouvait exploser à tout moment pour faire d'une série sympa  une série culte.

En terme d'univers, l'axe Alcatraz permet de se plonger via des flashbacks sur l'histoire de la prison, toujours du point de vue d'un personnage, qu'il s'agisse d'un détenu ou d'un geôlier. A l'instar des flashbacks de Lost, les actes du passé offrent une vision plus précise des actes d'aujourd'hui, ce qui permet de ne pas voir qu'un gros vilain sur le visage d'un ancien détenu d'Alcatraz. Ce petit voyage cinquante années dans le passé aurait pu également être un moyen de visiter les mêmes endroits avant et après; mais malheureusement ormis la prison elle-même, ce petit tour de passe-passe n'est presque jamais utilisé dans la série.. pour l'instant. Je précise bien "pour l'instant" car j'ai la nette impression, et là je suppute totalement, qu'il pourrait y avoir une connection beaucoup plus fine entre les flashbacks sur l'île et l'époque de Rebecca, autre que l'apparition des détenus qui n'ont pas vieilli en cinquante ans. Et si le fameux twist que nous attendons était le fait que Rebecca puisse voyager d'une époque à une autre pour ses enquêtes? Avec ça on resterait dans la logique qu'Alcatraz se veut un condensé grand public de Lost et Fringe. 

Car de l'aveu même d'Abrams, Alcatraz doit pouvoir être suivie à l'épisode. Lost et Fringe sont des séries cultes, mais elles ont rencontré exactement le même soucis d'audience à partir de quatre saisons : Les gens qui n'ont pas tout suivi ne comprennent rien. Et le problème c'est qu'aux usa, on ne peut pas se permettre de perdre les cinq millions de beaufs qui ne savent pas choisir entre Fringe et Dancing with the Stars... Alors forcément quand une série est feuilletonnante dans ses histoires, ses relations et sa mytologie, bah tu prends le risque de perdre en route des gens qui sont visiblement trop cons pour être attentifs au "previously on..". Après on m'expliquera pourquoi Les Feux de l'Amour perdure depuis 39 saisons... Donc, parce que l'audience américaine fait loi, Alcatraz doit conserver son système d'une enquête par épisode, avec un développement de mythologie le moins invasif possible. Et cette information, c'est le risque le plus dangereux pour Alcatraz. Oui, en brossant les zappeurs dans le sens du poil, Abrams peut espérer faire durer sa série dans le temps. Mais malheureusement, Fringe et Lost en sont des exemples flagrants : quand ça n'avance pas, ça ne plait pas non plus. C'est sur ce point précis que je pose ma petite crainte concernant Alcatraz, c'est qu'une série de geek qui essayerait de plaire le plus longtemps possible au grand public... bah j'y crois pas des masses. Il faudra faire un choix, durer dans le temps, ou durer dans les mémoires...

Pour la série en elle-même, le trio Madsen, Soto et Hauser marche plutôt bien, même si à mon sens ils n'arrivent pas à égaler leurs homologues frigiens. Je vois mal une histoire d'amour entre Rebecca et Diego, et Hauser reste plus dans une configuration à la Phillip Broyles que de Walter Bishop. Et c'est avant tout la difficulté d'Alcatraz, sa trop forte ressemblance avec la structure de Fringe qui ne peut empêcher une comparaison qui ne sera pas flatteuse pour la nouvelle venue. Si on me demandait de choisir entre les débuts de Fringe et ceux d'Alcatraz, je prendrais Fringe. Actuellement Alcatraz est un peu trop simple, trop conventionnelle, peu audacieuse. Bien entendu tout peut se dégoupiller pour laisser s'exprimer la mythologie qui pointe ça et là le bout de sa truffe, mais qui reste encore trop bridée par la structure grand public adoptée. Reste une réal' de qualité, une bande son de Michael Giacchino toujours aussi classe, des épisodes bien rythmés par un montage de qualité... En toute objectivité, Alcatraz est un bonne série, mais en toute subjectivité, je préfère infiniment plus le sourire triste d'une Anna Torv aux boobs de Sarah Jones, et pour moi Alcatraz ne peut pas se contenter de n'être qu'une bonne série. Après l'expérience de Fringe, je ne peux qu'attendre le fameux twist qui va lancer véritablement la série. Mais la véritable question n'est pas de savoir quand ce déclic va se produire, mais s'il se produira un jour. 

Alcatraz est la digestion mainstream de LOST et FRINGE. C'est une série de geek dont la cible principale est la masse feignante et lunatique qui ne veut pas prendre une série depuis son Pilot et la suivre religieusement chaque semaine. Conçue pour être une suite indépendante d'enquêtes à laquelle vient se greffer loin en retrait une toile de fond plus feuilletonnante, Alcatraz risque de passer à côté de son destin. La nouvelle série de J.J Abrams reste toutefois de qualité certaine, mais la bride de l'ouverture grand public l'empêche de s'exprimer totalement. Si vous faites partie de ceux qui au bout d'un moment ont arrêté de suivre Lost et Fringe, alors Alcatraz devrait vous plaire. Pour les plus hardcores comme moi, vous passerez un bon moment, mais ça ne va pas vous marquer autant que ses deux grandes soeurs. Pour l'instant ! 

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Commentaires

Monsieur Jojo
Signaler
Monsieur Jojo
Et bien moi je me suis arrêté à l'épisode 4, ça m'a suffit. Je n'ai pas trouvé les différentes enquêtes très passionnantes et encore moins originales. Et contrairement à Fringe qui commençait un peu de la sorte, je préférai le côté surnaturel des choses sans parler des personnages de Fringe qui dès le début m'ont paru plus intéressants.

Alors évidement on se dit qu'à un moment ça va "éclater", qu'il va vraiment se passer autre chose que juste capturer un nouveau gars dans chaque épisode, mais lorsque que ce jour arrivera je compte sur toi Anfa pour crier haut et fort au génie et alors seulement à ce moment là je me repencherai peut être sur cette série.

Allez je vais me regarder le dernier épisode des Feux de l'Amour... ou alors Barnaby, parce qu'apparement c'est devenu à la mode.
Jeuxvideo Import
Signaler
Jeuxvideo Import
Je me retrouve dans ta critique même si je n'ai jamais vu Fringe. Je reprocherai à Alcatraz le manque de charisme des acteurs, il n'y a aucun qui nous éblouit par son talent et je dois avouer que les trois acteurs principaux ne me plaisent pas trop. Sinon c'est vrai que ça n'avance pas beaucoup et j'aurais aimé plus de liens entre les épisodes m'enfin c'est sympa quand même.

Je donnerai également un carton rouge à la FOX qui diffuse la série dans le désordre. Suite à la diffusion du NASCAR l'épisode 8 a été repoussé puis diffusé après les épisodes 9 et 10. Et ce qui me préoccupe beaucoup ce sont les audiences, on a commencé à 10 millions de téléspectateurs pour en être qu'à seulement 5 millions aujourd'hui. Heureusement cette première saison ne compte que 13 épisodes.

LE PHYLACTERE

Par Anfalmyr Blog créé le 28/12/09 Mis à jour le 02/04/16 à 12h56

Ajouter aux favoris

Édito

 

 

 

Archives

Favoris