aegirsson thorgal  "le fils des dieux et l'enfant des etoiles"

aegirsson thorgal "le fils des dieux et l'enfant des etoiles"

Par aegirsson Blog créé le 24/03/11 Mis à jour le 07/08/14 à 18h27

étant d'abord et avant tout fan de manga et d'anim nippon, avant d'être amateur de jeux vidéo

ce blog va surtout et avant surtout essayer de "parler" (moins bien qu'ailleurs) de cette passion et d'autre aussi peu-être ...

Ajouter aux favoris

Catégorie : Société


Signaler
Société

 Le jeu video est il un art et l'art qu'est-ce que c'est, voici des questions auquel je repondrais point, mais d'autres si ?
  

Jeux Vidéo -

Le député Patrice Martin-Lalande s'est vu confié par Matignon une mission sur le cadre juridique des jeux vidéo. Selon qu'il s'agisse d'une oeuvre ou d'un logiciel, et selon le type d'oeuvre retenue, différents régimes peuvent s'appliquer, avec des conséquences importantes sur les cessions de droits et la rémunération des auteurs.

Le premier ministre François Fillon a confié au député UMP Patrice Martin-Lalande une mission "visant à formuler des propositions permettant de sécuriser le cadre juridique du jeu vidéo", auprès du ministre de la Culture Frédéric Mitterrand. La réflexion devra s'orienter principalement sur deux questions identifies par Matignon : "la première porte sur possibilité de qualifier d'"oeuvre" le jeu vidéo et les conséquences que cette qualification emporterait. La seconde porte sur la nature que revêtirait cette "oeuvre" au regard de son processus de création".

Nulle considération artistique dans ces questions. Le problème est juridique et financier. Des réponses dépendent en effet la manière dont les droits sont cédés ou non par les différents créateurs d'un jeu vidéo, du développeur qui code en C++ au graphiste qui utilise son pinceau pour dessiner les personnages, jusqu'au musiciens qui compose la bande son, en passant par les acteurs qui prêtent leur voix au doublage. Et donc, aussi, de la manière dont ces droits doivent être rémunérés, en salaire ponctuel ou en participation sur les licences.

"Le développement du jeu vidéo constitue un enjeu tant économique que culturel pour la France (...) ans ce contexte de fort dynamisme, la question du statut juridique des jeux vidéo est l'objet de débats récurrents, au sein de la communauté des professionnels du secteur aussi bien qu'entre ces derniers et les sociétés d'auteurs. En effet, en l'absence de régime juridique spécifique, le jeu vidéo est soumis aux règles de droit commun du code de la propriété intellectuelle. Celles-ci répondent parfois difficilement aux spécificités du processus de création des jeux vidéo. Combinée à une jurisprudence évolutive, cette situation est une source d'incertitude pour les entreprises du secteur", écrit François Fillon. Il dit le gouvernement "soucieux de favoriser la diversité de la création française et la vitalité de l'industrie dans ce secteur", qui est créateur d'emplois et générateur d'exportations".

Le Conseil Supérieur de la Propriété Littéraire et Artistique (CSPLA) s'était déjà penché sur le problème en 2005, dans un rapport (.pdf) sur le régime juridique des oeuvres multimédia, qui n'avait pas abouti à une proposition ferme. "Il suggère que le ministre de la culture et de la communication confie une mission destinée à concourir, en tant que de besoin, à ces travaux sectoriels et à faire rapport de leurs résultats", concluait l'avis (.pdf) qui accompagnait ce rapport. Six ans plus tard, la mission est confiée.

Article diffusé sous licence Creative Common by-nc-nd 2.0, écrit par Guillaume Champeau pour Numerama.com
Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Société

Je crois que vais rajouter une nouvelle categorie à mon blog, la catégorie "copier/coller", enfin bref, tout le monde sait déjà que l'armée americaine utilise des "jeux vidéo" pour s'entrainer, recruter et que sais-je encore ...

Jeux Vidéo -

C'est une publicité bienvenue pour Crytek. L'armée américaine est en train de s'équiper d'un système permettant d'entraîner des soldats dans un environnement virtuel. L'objectif est de les confronter à des situations très réalistes en toute sécurité. Le dispositif se compose notamment d'un casque à affichage virtuel, tandis que le "jeu" sera géré par le moteur CryEngine 3. Celui-là même qui est utilisé par Crysis 2.

C'est une très onéreuse console de jeux vidéo que vient de s'offrir l'armée américaine. Alors que les jeux de guerre sont de plus en plus réalistes, les forces armées des États-Unis n'hésitent plus à recourir à la technologie et à l'environnement virtuel pour entraîner les soldats. Cette fois, l'armée américaine a jeté son dévolu sur le "Dismounted Solider Training System" (DSTS), un appareil dont le prix est de 57 millions de dollars (environ 39,5 millions d'euros).

Concrètement, le DSTS permet au soldat d'évoluer dans un environnement numérique grâce à l'utilisation d'un casque à affichage virtuel. L'objectif est évidemment de plonger le militaire dans un univers aussi réaliste que possible, grâce à une batterie d'appareils et de systèmes permettant de le plonger au coeur de l'action. Et pour renforcer l'impression de réalisme, l'armée américaine a également misé sur le CryEngine 3.

Développé par l'entreprise allemande Crytek, le CryEngine 3 est un moteur de jeu 3D disponible depuis la fin de l'année 2009. Il est d'ores et déjà utilisé sur Crysis 2, qui est sorti en mars dernier, et sera le moteur de nombreux autres jeux en cours de développement. Pour Crytek, la décision de l'armée américaine de s'en remettre à CryEngine 3 est évidemment une publicité bienvenue.

"Le CryEngine 3 est la meilleure technologie vidéoludique sur le marché" a commenté Floyd West, le directeur des programmes stratégiques. Avec ce moteur, "cela nous permet de créer la simulation la plus réaliste. Nous sommes capables de transporter des soldats dans des environnements spécifiques comme en Afghanistan ou en Irak, où l'on peut simuler l'image et le son à 360 degrés" a-t-il expliqué à GamePro.

L'utilisation du jeu vidéo ou des matériels issus du marché vidéoludique par l'armée américaine n'est pas une pratique récente. L'an dernier, le département de la défense avait chapeauté la conception d'un supercalculateur basé sur 1 760 PlayStation 3. L'objectif de ce supercalculateur, baptisé Condor, est de traiter les données recueillies par les satellites d'observation.

L'entraînement des soldats via des jeux vidéo, aussi modernes soient-ils, n'est peut-être pas si surprenant. Une étude conduite par l'armée américaine et dont les conclusions ont été publiées au début de l'année 2010 a montré que les joueurs de jeux vidéo avaient des "capacités cognitives" jusqu'à 20 % plus importantes que le personnel militaire non joueur. Un avantage que l'armée américaine semble bien décidé à généraliser avec le DSTS.

Article diffusé sous licence Creative Common by-nc-nd 2.0, écrit par Guillaume Champeau pour Numerama.com
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Société

je reproduis ici un article vu sur numerama et qui traite des DRM dans les jeux vidéo, de leurs défauts et consort, son contenu en interressera peu-être certains ici

Jeux Vidéo -

Destinés à lutter contre le piratage, les DRM ne sont pas sans effet sur les performances d'un jeu vidéo. Commercialisé avec un DRM, le titre The Witcher 2 a reçu une mise à jour qui a permis de retirer cette protection numérique. D'après plusieurs retours, la disparition de cette mesure technique de protection a augmenté significativement les performances du jeu.

Les mesures techniques de protection (DRM) ne sont pas seulement un frein aux affaires. Elles limitent aussi l'interopérabilité et peuvent affecter considérablement les performances d'un appareil ou d'un logiciel. Parfois, ces dispositifs empêchent l'accès à un contenu, même lorsqu'il est acquis légalement dans le commerce. On se souvient par exemple de la version Blu-Ray du film Avatar, illisible sur certains lecteurs.

Dans l'univers vidéoludique, les DRM sont monnaie courante. Censés empêcher le piratage, les DRM constituent aussi un boulet inattendu. C'est ce que rapporte Ars Technica. D'après le site américain, le tout premier patch destiné à The Witcher 2 a permis de retirer le DRM du jeu. Le titre, développé par CD Projekt, aurait vu ses performances progresser de 30 % au niveau des images par seconde.

Même information du côté de Torrentfreak. D'après les calculs effectués par un joueur, le jeu sous DRM (SecuROM) mettait 41 secondes à se lancer, 16 secondes à effectuer une sauvegarde et le nombre d'images par seconde allait de 16 à 43. Sans la mesure technique de protection, le jeu met 9 secondes à se lancer, 8 secondes à sauvegarder une partie et atteint 24 à 73 images par seconde.

Ce n'est pas la première fois qu'un DRM est à l'origine d'une diminution de l'expérience et du plaisir du joueur. En 2008, Electronic Arts s'est retrouvé face au mécontentement de sa communauté, exaspérée d'être ligotée par un système de protection particulièrement envahissant sur le jeu Spore. En réaction, les joueurs avaient cloué au pilori le titre sur le site de commerce électronique Amazon.

Toute l'industrie du jeu vidéo n'est évidemment pas favorable aux protections numériques, même si les voix discordantes sont rares. Le fondateur et directeur actuel de Valve, Gabe Newell, avait pris ses distances avec ces dispositifs, estimant que les DRM "confèrent aux produits une valeur négative" et développent un "fort ressentiment" au sein de la communauté des joueurs.

Article diffusé sous licence Creative Common by-nc-nd 2.0, écrit par Guillaume Champeau pour Numerama.com
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Société

S.O.S JAPON

 

 

solidarité

 

A l'initiative de Jane Birkin, Les Visiteurs du Soir et le Théâtre du Châtelet organisent un concert de solidarité pour venir en aide aux victimes du tsunami. Chanteurs et comédiens se réunissent pour une soirée unique dont les bénéfices seront intégralement reversés à la Croix-Rouge Japonaise.

"Je connais bien l'amour que les Japonais ont pour la France, leur admiration, et leur affection. Comment alors leur montrer notre solidarité, notre fascination pour leur courage et notre compassion pour leur peine, leurs peurs, notre fraternité dans leur solitude? SOS Japon, c'est notre manière, à nous artistes et amis du Japon et des Japonais, de donner nos voix, en dédiant notre temps, nos chansons, poèmes et musiques, à la Croix-Rouge Japonaise dans l'espoir de dons et promesses d'argent à la hauteur de nos espérances. Je crois profondément que les pensées des autres AIDENT à surmonter le chagrin, que les Français veulent montrer leur soutien, leur affection à ceux qui ont vécu ce drame effrayant avec tant de dignité. Il y a tant de personnes à aider, tant de reconstructions à entreprendre, tant de vies bouleversées à tenter de reconstruire, il y a des traumatismes inimaginables. Comment revivre après 30000 vies perdues? Une petite réponse: en étant généreux et en affirmant notre solidarité, de tout coeur.



C'est notre CHANCE de pouvoir le MONTRER !

Rendez-vous au Théâtre du Châtelet pour SOS Japon, pour que les Japonais sachent que nous ne les avons PAS oublié".

 S.O.S JAPON

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Société

en consultant Numérama , je suis tombé sur un article parlant de world of warcraft et des prisons chinoises ...

 

Des gardiens de prison en Chine exploitent les détenus sur World of Warcraft, en les obligeant à jouer pour le compte d'autres joueurs. Un témoignage recueilli par le Guardian montre un phénomène d'ampleur conséquente. On estime à 80 % le nombre de Gold Farmers en provenance de Chine.


 Célèbre MMORPG, World of Warcraft  a su au fil du temps séduire des millions de joueurs à travers le monde. Populaire en Amérique et en Europe, le titre de Blizzard a également conquis l'Asie, et en particulier la Chine continentale. Plusieurs millions de joueurs chinois se connectent ainsi chaque jour sur les serveurs de l'entreprise américaine, afin de récolter gloire, honneur et expérience.
 
Cependant, tous ne se connectent pas au jeu avec plaisir. Pour certains, il s'agit en réalité d'un véritable calvaire qui peut durer jusqu'à douze heures d'affilée. C'est en tout cas ce qu'affirme Liu Dali (nom d'emprunt), un prisonnier chinois dont le témoignage a été rapporté par le Guardian. Selon lui, les responsables de sa prison (officiellement un camp de rééducation par le travail) forcent les détenus à jouer dans le cadre du "Gold Farming".
 
Intimement liée à l'univers des jeux en ligne, le "Gold Farming" est une pratique consistant à acheter les services d'un autre joueur afin qu'il remplisse une tâche ou un objectif dans le jeu. Dans le cas de World of Warcraft, cela peut consister à amasser une certaine somme d'argent dans le jeu, à accumuler des points d'honneur, des victoires honorables, de l'expérience, de l'équipement ou des objets spécifiques. Des tâches qui peuvent se révéler très répétitives, longues et rapidement lassantes.
 
Cette pratique est combattue avec plus ou moins de vigueur par les éditeurs des MMORPG, car elle peut déstabiliser l'économie d'un royaume de jeu ou fausser la compétition entre les joueurs. Surtout, elle expose les clients attirés par le Gold Farming à d'autres problèmes ultérieurs. Car en effet, il faut non seulement payer l'autre joueur, mais lui confier ses accès au compte de jeu.
 
"Les gardiens de la prison gagnaient plus d'argent en forçant les détenus à jouer en ligne qu'en les obligeant à faire du travail manuel. Près de 300 prisonniers étaient obligés de jouer. Nous travaillions pendant 12 heures d'affiliée. J'ai entendu dire qu'ils pouvaient gagner jusqu'à 656 euros par jour. Nous ne voyions jamais l'argent. Ils n'éteignaient jamais les ordinateurs" a-t-il expliqué, traduit par Le Monde.
 
"Si je ne pouvais pas atteindre mon quota, ils me punissaient physiquement. Ils m'obligeaient à rester debout avec les mains en l'air, puis me frappaient quand je revenais dans les dortoirs. On continuait à jouer jusqu'à ce qu'on puisse à peine voir l'écran" a-t-il indiqué. Cela s'est déroulé dans le camp de rééducation situé dans la ville de Jixi, province de Heilongjiang. Et il en existe des dizaines en Chine.
 
Selon le Guardian, le nombre de "Gold Farmers" (les joueurs pratiquant cette activité) sont essentiellement Chinois : 80 % sont localisés dans l'Empire du Milieu. Il y en aurait en tout près de 100 000. Des chiffres corroborés par une étude conduite par Richard Heeks de l'université de Manchester, qui indique que 80 à 85 des Gold Farmers viennent de Chine.
 
Le drame qui se joue dans les prisons chinoises ne doit pas faire oublier que les gardiens de prison ne sont qu'un des maillons de la chaîne. À l'autre bout, nous retrouvons les joueurs occidentaux qui achètent ces services sans savoir dans quelles conditions le service est réalisé. Si ces joueurs ne pourront probablement pas changer la situation en Chine depuis leur PC, ils peuvent au moins assécher cette économie en cessant de payer les Gold Farmers.

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Société

Si les sketches des guignols sur le tsunami et fukushima ont fait rire certains telespacteurs et deplu à d'autres, en ce qui concerne l'ambassade du japon et les japonais resident en france, eux n'ont pas du tout apprecié, si on n'en croit l'express et d'autres journeaux, l'ambassade du japon a donc, envoyé un lettre au siege de canal+ pour se plaindre, des skectches des guignols, sur le site de télé loisirs, on peu par exemple lire ceci :

"le Japon qui a dénoncé avec force un sketch faisant le parallèle entre l'explosion de la première bombe atomique à Hiroshima en 1945 et la ville détruite lors du récent séisme, Sendai, dans le nord-est du pays. Le commentaire de PPD, "décidément, les Japonais n'ont rien fait depuis la Seconde Guerre mondiale", n'a pas dû calmer la colère des Japonais.

Dans une autre séquence citée et condamnée dans la missive, on pouvait voir les employés qui luttent au péril de leur vie pour nettoyer la centrale nucléaire grimés en personnages du célèbre jeu vidéo Mario Bros. L'ambassade assure avoir reçu de nombreuses plaintes de la part d'expatriés japonais en France, qui ne digèrent pas ce qu'ils considèrent comme une grave insulte envers leur pays déjà si accablé.
"

http://www.lexpress.fr/actualites/1/economie/le-japon-n-apprecie-pas-l-humour-des-guignols_988066.html


 

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Signaler
Société

 

Attention, ames sensibles s'abstenir de lire ce qui suit, car on est trés loin du sujet du jeux video là et encore plus loin des sujets leger, mais à ceux qui liront ce billet et s'interressent à l'environnement et l'ecologie, si ils ne connaissent pas déjà le sujet, je leur conseille de se renseigner sur l'extraction du gaz de schiste, ainsi que sur le documentaire gasland qui traite de ce sujet, ci-dessous le résumé du contenu de celui-ci, ce documentaire est sorti en salle le 6 ...

"Un Américain ouvre le robinet de sa cuisine et il approche une allumette : l'eau s'enflamme. C'est l'une des nombreuses séquences ahurissantes de cette enquête nominée pour l'Oscar 2011 du meilleur documentaire.

Aux États-Unis, le secteur du Gaz connaît une petite révolution, depuis 2000 et l'apparition d'une nouvelle technique de forage (l'hydro-fracturation). Seul problème : ce nouveau mode d'extraction est extrêmement polluant pour les nappes phréatiques et il contamine les circuits d'eau potable. Il provoquerait aussi des maux de tête et des vomissements chez les riverains, peut-être même des cancers, et des morts d'animaux.

Des entreprises françaises veulent développer des forages par hydro-fracturation dans la Drôme, l'Ardèche, la Lozère et l'Aveyron, mais les écologistes s'y opposent."

affiche de film

 Les plus importantes recherches de gisements de gaz naturel sont en ce moment entreprises à travers tous les États-Unis. La société Halliburton a développé une technologie de forage, la fracturation hydraulique, qui va permettre aux États-Unis de devenir « l'Arabie Saoudite du gaz naturel ». Mais cette technique est-elle sans danger ? Lorsque le cinéaste Josh Fox reçoit une lettre l'invitant à louer ses terres pour y faire un forage, il va sillonner le pays et découvrir en chemin des secrets bien gardés, des mensonges et des toxines...


pour ceux qui en veulent encore sur le sujet de l'environnement, cette semaine est aussi sorti en salle  Plastic Planet

affiche de film

Commode et bon marché, le plastique semble être devenu incontournable dans notre vie quotidienne. Tous les secteurs de l'industrie mondiale dépendent aujourd'hui, d'une manière ou d'une autre, du plastique. Il est présent partout (emballages, matériaux de construction, électronique, vêtements...). Pourtant, le plastique est devenu un danger global, tant pour l'homme que pour la planète, symbole de sur-consommation et de pollution à grande échelle.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Édito

édito à éditer

édition à venir

Archives

Favoris