The Adrinukem & Darthspike's Saloon

The Adrinukem & Darthspike's Saloon

Par Adrinukem & Darthspike Blog créé le 17/07/12 Mis à jour le 04/12/17 à 05h26

Tu vois, le monde se divise en deux catégories : ceux qui ont un pistolet chargé et ceux qui creusent. Toi, tu creuses.

Ajouter aux favoris
Signaler
Jeu vidéo (Jeu vidéo)

Ce dernier épisode de la fameuse saga de Nintendo a déchaîné les passions avec son open-world aussi bien ficelé qu’un rôti d’Hinox. Épisode mémorable s’il en est, des notes maximales lui ont été attribué pour ce chef d’½uvre par la presse qui s’est mise d’accord sur la qualité du titre. Pour ma part, j’ai moi aussi été absorbé par l’univers d’Hyrule (surtout au début du jeu) mais de moins en moins sur la fin après 105 heures de jeu et le boss final terrassé. Après un peu de recul, ici au Saloon, je vous invite à découvrir ce que je pense de ce Zelda.

 

Link se réveille, après un repos de plusieurs années, comme le joueur qui attendait son retour. Un peu engourdi (car ses dernières aventures remontent à un petit moment quand même) Link, comme le joueur, retrouve ses marques sauf qu’il est maintenant possible de sauter et de succomber rapidement lors d’un premier combat. On a beau couper l’herbe pour espérer retrouver des c½urs afin de regagner un peu de vie mais, en vain. Notre héros est également très étonné d’obtenir les principaux pouvoirs quasiment dès le début de son aventure. Autre surprise également, il se demande bien où sont passés les fameux donjons ? Après quelques petites heures, Link se demande alors : «  Suis-je encore en Hyrule ? Ce monde a tellement changé ! ».

 

Le Link nouveau est arrivé 

Nintendo l’avait annoncé, le Zelda nouveau allait pour le coup être vraiment nouveau quitte à s’affranchir des codes de la série. Terminés les phases de quête pour accéder à un donjon qui lui, contient une arme spécifique permettant de battre le boss du-dis donjon. On ne trouve plus des c½urs et des rubis en cassant des jarres, en coupant de l’herbe, sous les pierres etc. Maintenant, il faut se préparer des bons petits plats pour regagner de l’énergie et commercer un maximum avec les marchants ambulants pour faire de la thunasse. Thune qui va rapidement devenir plus importante encore, conjointement aux éléments de monstres, pour votre stuff. Les quarts de coeur ne sont plus à glaner ici et là, mais à échanger contre des emblèmes de triomphe que vous aurez obtenu en venant à bout de multiples sanctuaires qui parsèment Hyrule. Link peut aussi désormais revêtir plusieurs tenues et équipement que vous pourrez améliorer grâce aux grandes fées contre des éléments de monstres. Exit aussi le scénario car ici il est très mince et la quête principale se résume à : « Tuer Ganon ».

Bref, autant de changement, de remaniement pour une série emblématique, ce qui est assez inédit chez Nintendo surtout dans l'adoption dans cet épisode d'un monde totalement ouvert et non plus de zones semi-ouvertes découpée en région comme avant.

 

Un monde ouvert organique 

Ce qui est le plus frappant concernant cette gigantesque map de ce Zelda, c’est non seulement son immensité qui donne le vertige mais aussi la manière dont celle-ci est conçue. Cette map est une leçon de level design car elle a été pensée pour le gameplay et ne fait pas de la figuration comme dans d’autres open world. Ce qui me vient tout de suite à l’esprit quand j’évoque ce monde ouvert, c’est le mot organique, qui lui sied à merveille. Ici, tout est logique et élémentaire mon cher Watson. Une flèche de feu peut déclencher un incendie, incendie qui apporte alors un vent chaud s’élevant dans les airs permettant à Link d’utiliser sa paravoile pour s’élever lui aussi… Couper un arbre à la hache peut entraîner sa chute et écraser des ennemis comme les moblins par exemple. Si le tronc tombe à l’eau, celui-ci flotte alors, dérivant au gré des courants, ce qui a par la même occasion fait fuir les poissons que Link aura pour le coup un peu plus de mal à attraper…

C’est tout ce processus qui fait qu’au premier abord on se dit que c’est là pour faire joli puis on découvre petit à petit toute la richesse de cet environnement presque palpable. Les quatre éléments sont présents et jouent tous un rôle qui ô génie, influent sur le gameplay. Ce tour de force est fabuleux et rend ce monde criant de vérité et unique. Tout a été pensé et mitonné aux petits oignons. Nintendo a clairement apporté sa pierre à l’édifice des très prolifiques mondes ouverts très en vogue depuis un moment déjà en donnant un gros coup d’Excalibur dans le matériau.

 

Un grand monde ouvert, trop grand en fait

Ce Breath of the wild est gigantesque, c’est un fait. Alors, est-ce une qualité ? Je dirais oui et non. Oui parce que ce monde ouvert est justement de qualité et non parce qu’au final je retrouve la même impression que dans tous ceux que j’ai parcouru (excepté Skyrim et The Witcher 3 je trouve) qui est symptomatique de ce choix de game design, une impression de vide. Une impression que je retrouve ici encore plus renforcée à cause de la taille conséquente du terrain de jeu de ce Zelda. J’ai cette désagréable sensation d’écumer une sorte de MMO mais en offline !

Je suis même surpris qu’un mode multijoueur n’ait pas été implémenté dans ce Zelda comme auraient pu faire penser les premières vidéos lors de l’annonce de cet opus. Un mode à la Four Swords en local splitté ou même en réseau local sur la Switch aurait fait le plus grand bien à ce titre puisque quitte à s’affranchir des mécaniques zeldaïennes éculées, autant le faire carrément !

Ce n’est qu’une impression, peut-être que cela ne vous fera pas çà à vous, amis joueurs et amies joueuses.

 

Un beau jeu aux couleurs un tantinet délavées

On est pas prêt de retrouver notre Link aux graphismes réalistes à la façon d’Ocarina of time ou encore à l’image de l’excellent Twilight Princess. Nintendo persiste et signe en proposant une version colorée et hybride de cell shading qui je l’avoue, est pas mal finalement. Il y a par contre quelque chose de bizarre, comme si certaines teintes étaient saturées à mort ou bien comme si d’autres avaient subi plusieurs lavages au Vanish et les tâches s’évanouichent. Quoi qu’il en soit, la direction artistique est malgré tout de haute volée.

Les environnements traversés sont le plus souvent désertiques mais lors d’explorations en forêt, c’est tout autre. On a vraiment l’impression que celle-ci « vit » avec tous ces petits animaux qui vadrouillent de partout et les jolis effets de lumière qui traversent les branchages et les hautes herbes.

Techniquement, il n’y a pas grand-chose à reprocher à ce Zelda qui reste évidemment magnifique et offre des panoramas somptueux.

 

Du fun partout et tout le temps

Le jeu à contrario des autres épisodes de la saga, vous laisse la totale liberté de vos choix et décisions notamment lors des combats où plusieurs solutions s’offrent à vous comme la possibilité d’y aller gaiement, une lourde hache à deux mains afin de trucider brutalement des moblins qui étaient simplement à danser autour du feu. Ou bien alors, lancer par exemple une flèche enflammée sur ces barils de poudre situés non loin du campement ennemi et créer une mortelle réaction en chaîne… Ou se la jouer à la Solid Snake en frappant dans l’ombre car il est maintenant possible de faire des « silent kill » et de one-shoter un ennemi en étant en mode discret. Ces approches différentes font tout le sel de ce Breath of the wild qui se montre généreux, fun et jouissif.

Sans oublier que la présence des chevaux ne sont pas là pour décorer et vous pouvez bien sûr monter ces équidés et même tirer à l’arc ou brandir votre épée tout en galopant, les cheveux au vent.

 

Mais où est passée la musique ?

Tout pourrait être rose dans ce Breath of the wild mais le truc qui m’a le plus dérangé est la musique, le sound design plus globalement que je trouve très moyen. En effet, on ne retrouve purement et simplement aucune mélodie connue de la série ! A la place, on a juste le droit à quelques accords discrets de piano par moment, quand le jeu a décidé. C’est vraiment pitoyable venant d’une saga aussi réputée que celle de the Legend of Zelda. C’est une série qui a une histoire, graphiquement parlant mais aussi et surtout musicalement parlant avec des mélodies symboliques à la manière de Super Mario que tout le monde a forcément entendu.

Nintendo a une richesse complètement démente avec la bibliothèque musicale de la saga Zelda et nous sert à la place déjà, aucun thème connu, et de la cochonnerie musicale que je trouve merdique et qui n’a rien d’épique. C’est vraiment très moyen à part quelques mélodies réussies comme celle du village d’Elimith, celle animant certains combats avec les Lynels ou bien encore la musique mystérieuse des bois perdus. Cette dernière musique qui représente une alternative intéressante mais moins entraînante que l’original se fait d’ailleurs également entendre lors d’exploration des grands labyrinthes qui parsèment Hyrule. Ce qui est complètement con puisque cette mélodie particulière des bois perdus a des notes qui font clairement penser à un environnement forestier surtout avec des tintements ressemblants à ceux des Korogus, habitants sylvains et enfants de l’arbre Mojo. Or, ces labyrinthes se trouvent le plus souvent sur des plaines arides vierges de toute végétation… Je vous laisse chercher l’erreur !

J’ai été donc globalement déçu par la bande-son et surtout par l’absence totale des thèmes musicaux connus, que l’on aurait pu aisément retrouver dans cet épisode dans une nouvelle version par exemple. Il aurait été logique d’avoir des ambiances sonores ou des compositions différentes et reconnaissables pour chaque région du jeu mais ici, non. Les musiques tonitruantes des boss ne sont plus, seulement des morceaux assez classiques accompagnent les combats, c’est bof bof. Avant, juste à l’écoute d’un morceau, on savait quel monstre on affrontait, là c’est très mou du genou et ça manque cruellement d’impact. On joue Link, le prodige Hylien tout de même ! Un peu d’accords héroïques auraient fait du bien à nos esgourdes.

 

Conclusion 

Ce Breath of the Wild est un très bon jeu mais un bon Zelda à mes yeux. J’ai vécu beaucoup plus de moments marquants dans les autres opus, surtout dans Skyward Sword puisque ma main s’en souvient encore (l’agitation de wiimote était de rigueur dans cet épisode). En fait, mon avis est assez paradoxal car je n’ai jamais eu autant de plaisir à jouer à un Zelda qu’avec cet opus mais en même temps, je le trouve moins bon que les autres. Je pense que cela est dû à cette formule de monde ouvert sans oublier le massacre musical qui accompagne cette épopée. Même si cet épisode ne déroge pas à la règle, il aurait été sympa à la manière du récent et superbe Mario Odyssey qu’il y ait une sorte de suite une fois le jeu terminé, histoire de voir ce qu’aurait donné Hyrule débarrassé du démon Ganon. Tant pis pour cette fois encore.

Un mot aussi sur les Korogus à dénicher pour ceux qui en veulent toujours plus, sachez qu’ils sont nombreux : 900 précisément et on se demande si il n’y a pas eu d’abus de saké chez Nintendo sur ce coup-là ! Pour finir, notez qu’il n’y a toujours pas de notice dans la boîte avec de belles illustrations comme avant, y’a d’ailleurs même pas la carte d’Hyrule ce qui est un comble pour un jeu de cette envergure ! Je persiste et signe comme un connard sur les boîtes de jeu vides comme vous pouvez le lire mais aussi sur ces saloperies de DLC qui polluent maintenant notre belle série. Libre à vous de dépenser vos sioux pour acheter du dématérialisé ou encore du « season chiasse ».

Pour conclure, ce Zelda manque la note maximale surtout à cause de sa bande-son et de son absence de multijoueur car avec une map aussi grande, c’était vraiment l’occasion d’incorporer cette option. A la place, on a encore cette impression de vide inhérente aux mondes ouverts qui entache quelque peu l’expérience, expérience vidéoludique qui reste malgré tout exceptionnelle sur WiiU et Switch. The Legend of Zelda Breath of the wild demeure un très grand jeu qui aura surtout donné une leçon cinglante à d’autres titres semblables se déroulant en open world, avec de surcroît une technique moindre par rapport à d’autres supports comme le PC et les consoles concurrentes de chez Sony et Microchiotte.

Retenez surtout que le monde d’Hyrule vous tend les bras, alors enfilez votre tenue de Prodige et lancez-vous !

Verdict : 18/20

 

Adrinukem B-]

Ajouter à mes favoris Commenter (10)

Commentaires

Malvik2
Signaler
Malvik2
Avis sympathique mais beaucoup trop entachés de grossièretés, un peu de respect pour ceux qui lisent, merci. Beaucoup d’incohérences également, sans doute liés je l’espère à un jeune âge.
Un avis largement dispensable, hormis la critique sur l’abscence De musique marquante en effet.
Ce Zelda m’aura pour ma part laissé de marbre pour ce que j’en ai joué, jusqu’au premier "donjon-boss ". A voir si un jour j’ai le courage de le reprendre malgré sa réalisation pas du tout au niveau de ce qu’on Est en droit de attendre en 2017, console soit disant portable oblige.
Adrinukem & Darthspike
Signaler
Adrinukem & Darthspike
Woaw, merci encore pour vos commentaires qui sont vraiment intéressants! C'est un réel plaisir d'être hébergé sur Gameblog car on est vraiment confronté ici à des vrais joueurs qui n'ont pas le QI d'une huître et celà amène à de l'échange riche et varié. Concernant les musiques, je suis d'accord avec toi Bakaarion sur le fait qu'elles collent parfaitement à ce Breath of the wild et sa ligne directrice mais il y a pour moi toujours ce problème, c'est que c'est un Zelda, quoi! Des musiques certes plus discrètes, auraient eu leur place dans les différentes régions d'Hyrule par exemple et je termine sur le fait qu'elles manquent cruellement d'impact comparé à tout ce que l'on a pu entendre avec d'autres opus de la saga. Merci Bakaarion pour ton commentaire fort intéressant :-) je rejoint Fessuducu sur le magnifique morceau entendu au château d'Hyrule, le plus beau thème musical de ce Breath of the wild je trouve, qui détonne complètement avec les autres musiques du jeu. J'aurais aimé retrouver ce type d'envolée lyrique plus souvent dans ce Zelda, c'est tout le problème... Merci à tous pour vos coms' ! Retrouvez très bientôt au Saloon l'autre gros morceau paru récemment sur Switch, un indice :on parlera du Dovahkiin :-)
Adrinukem B-]
Fabman01
Signaler
Fabman01
Hello,

Simpathique texte en effet, avec lequel je partage la plupart des analyses.
Cependant, prendre le risque de nous lacher seul dans ce monde gigantesque, de nous laisser nous débrouiller tout seul, c est magique.
C est ce qui fait qui j ai a chaque fois envie d y retourner, et d aller y travailler un peu mes méninges... j en suis à une centaines d heures de jeux et je me force à ne rien regarder sur le net pour aider. Maintenant oui le jeu n est pas parfait, mais pour un papa comme moi de 40 balais qui jouait à Zelda sur Nes à l époque, la magie ne s explique pas.
Je sais d avance que je ne vais pas avoir envie de le finir, comme Xénoblade X (sauvegarde a la derniere phase du dernier boss depuis 3ans), qui, après ce Zelda est la 2 éme claque vidéoludique de ma vie 😍.
Climaxe
Signaler
Climaxe
Très bonne analyse. Je partage ton point de vue sur la qualité des musiques du titre; de mon côté, ce n'est pas tant l'absence de musique qui me gène (car je trouve logique le fait d'être plongé dans la nature sans avoir une musique d'accompagnement en fond en permanence), mais surtout la qualité des thèmes musicaux... les thèmes ne restent pas en tête, souvent inadaptées au contexte, et je les trouve au final très décevants hormis un ou deux morceaux... ce qui est bien peu. Cela ne m'empêche pas de trouver ce Zelda exceptionnel, et cela a été pour moi clairement le jeu de de l'année 2017.
Bakaarion
Signaler
Bakaarion
Je te trouve très injuste avec la bo. Je trouve au contraire qu'elle est étudié au poil de fion, et qu'un foinfoin de trompettes dans la plaine d'Hyrule aurait été une identité sonore, certes, mais de très mauvais goût, parce que vite casse couille.
La bo, s'articule complètement avec l'esprit du jeu induit par son titre, breath of the wild. Je vois pas comment on pourrait apprécier la nature, l'environnement et ses interractions, avec une petite musique de fond, même pas trop intrusive.

Ce genre de choses marche dans un Skyrim, ou un Witcher 3, car ces types d'openworld ne poussent pas à rester naviguer sur la map, enfin, en tout cas bien moins que botw car les interactions sont bien moindres, on est quand même moins poussé à découvrir la map, même si ça reste un intérêt global d'un open world, on est d'accord. Mais on on se tape quand même plus de lieux communs dans ces jeux, et donc moins de monotonie dans la musique.
Et même dans ce cas... Faut bien avouer que la musique, on n'y fait plus du tout attention après 50 heures, et qu'elle est limite dérangeante pour celles qu'on aime le moins après 100 heures. Inimaginable dans un jeu comme breath of the wild.

Ensuite, c'est un très bon moyen de donner de l'importance aux musiques qui apparaissent dans les dongeons ou les villages. Putain mais moi je voulais rester dans le village cocorico juste pour sa musique apaisante. Juste à cause de ça, j'ai fait le tour du village, parlé à tout le monde, tenter des trucs, alors que je fais pas ça dans un open world, ou alors uniquement quand j'ai plus rien à faire.
Puis les frissons quand tu fais un donjon avec sa bande sonore qui te fait te dire que y a de l'enjeu derrière... Des frissons... Aucun doute que ça serrait fortement atténué si on s'était tapé des heures de musiques épiques avant ça.

Non franchement je dis chapeau pour l'étude qui a été faite sur la place de la musique dans le jeu. On a l'impression qu'on aurait aimer passer son temps avec des petites musiques douces à répétition, mais c'est pas possible pour l'expérience d'exploration que le jeu a à offrir.

J'ai que peu apprécié skyward sword, terminé en me forçant un peu 6 mois avant la sortie de breath of the wild, il y a un peu plus d'un an. Et je comprends pourquoi tu es déçu par la bo de breath of the wild.
Skyward sword est pour moi un chef d’œuvre musical. Tellement grandiose que je ne pense pas qu'un autre Zelda lui arrive à la cheville.
Je passe sur les questions de goût mais le travail musical sur SS est hors-norme, non seulement la musique est orchestrale et elle se ressent comme telle, mais en plus chaque intervention est tellement... Tellement appropriée. On dirait que le compositeur (Takeshi Hama, Et un peu de Koji Kondo) a passé son temps à jouer au jeu pour coller parfaitement à l’esthétique des niveaux, et plus particulièrement à celui des différentes maps ou personnages. C'est tellement approprié, qu'on dirait que la musique donne des indices de scénario, notamment dans le désert de Lanelle avec la désolation progressive du sable qui a fini par tout éradiquer. La musique mystérieuse et triste, avec un côté fataliste, te raconte presque ce qu'il s'est passé, et te donne envie d'en savoir plus.

Non, comparer breath of the wild avec skyward sword c'est à mon sens très injuste. Les musiques sont très bien adaptées à ces deux jeux, mais dans un jeu couloir comme skyward sword où la musique a pour but de remplir le petit monde et d'accompagner le scénario, breath of the wild c'est l'exact contraire, la musique se devait donc d'en être à l'opposé, et je pense que ce n'est pas non plus pour un mal.
Fessuducu
Signaler
Fessuducu
Tu as donc fini le jeu ? J'écris ça à propos de la musique. Je ne l'ai pas fini (je le savoure, je dois approcher les 100 heures, et encore beaucoup à faire...), mais j'ai fait il y a peu un tour dans le château ; la musique reprend parfois le thème principal de la saga.
Je trouve d'ailleurs cette track (celle du château) absolument sublime.

Maintenant, je comprends que ce soit peu pour qui s'attend à une BO plus "marquante". Mais pour ma part, je trouve sa discrétion absolument sublime.
Riccinho
Signaler
Riccinho
Bravo, interessant ton test ! Je partage le même avis sur beaucoup de points, un bon zelda mais pas le plus marquant, avec des défauts gênants, 4 vrais donjons et de qualités inégales, musique limite absente. Bref je ne comprends toujours pas comment il a put récolter autant de 20..
Adrinukem & Darthspike
Signaler
Adrinukem & Darthspike
Safedreams77 et Neves, merci pour votre commentaire, c’est toujours instructif d’avoir des retours sur mes écrits :-) concernant ce Zelda ça a été dur de mettre par écrit, j’ai essayé de sortir les qualités et défauts qui me sautent aux yeux. Ce Zelda n’en reste pas moins surprenant par rapport aux autres opus de la série et si je devais attendre quelque chose d’un prochain Zelda en 3D ce serait je pense, pourquoi pas un monde ouvert de ce type mais avec plus de vie et d’évenements aléatoires pour rendre le jeu plus vivant encore. Sans compter la possibilité d’y jouer à 2 si monde ouvert il y a et le retour réarrangé des musiques connues de la saga. Adrinukem B-]
Safedreams77
Signaler
Safedreams77
Hureusement que je ne fais pas un test sur ce Zelda, je serais beaucoup plus sévère que toi tout en étant également paradoxal comme toi sur le fait que j ai pris du plaisir à la faire.
Neves
Signaler
Neves
Sympathique retour :)

Qu'aimerais-tu retrouver dans le prochain Zelda 3D ?

Édito

Bienvenue dans notre saloon !!!

 

Ce lieu est fait pour mettre en avant ce qu'on aime le plus dans les jeux vidéo et tout ce qui touche de près ou de loin à ce loisir. Il proposera avant tout des articles sur le rétrogaming, sur des sujets plus ou moins chauds de l'actualité et surtout sur notre vision des jeux vidéo.

 

Mon associé Adrinukem s'occupera en grande partie à l'écriture des articles et à l'animation du blog. De mon côté je serais en charge de la partie technique et graphique. Etant nouveaux dans cette très charmante communauté de Gameblog, nous aurons besoin d'un peu de temps pour s'adapter et de proposer des articles de qualité à un rythme régulier.

 

Vous pourrez partager votre opinion dans les commentaires. Nous nous ferons un plaisir de vous répondre si on juge votre commentaire intéressant et/ou pertinent. Si vous n'appréciez pas du tout nos articles, que cela soit sur le fond ou sur la forme, je vous conseille de passer votre chemin. Pas la peine de laisser un message désobligeant. On ne répondra pas de toute façon.

 

Sur ce je laisse mon cher associé faire sa présentation. Il faudra que je lui demande d'où vient cette idée de parler de lui à la troisième personne !

 

Bonne lecture et à bientôt ;-)

 

 DarthSpike 

----

 

Adrinukem fait partie d’une génération de joueurs qui a eu la chance de connaître et de vivre la toute première et excitante période du jeu vidéo. De l’Atari 2600 jusqu’aux consoles d’aujourd’hui, il a pu constater les améliorations techniques au fil des ans sur ces machines ludiques qui ont envahi nos salons mais aussi nos poches de pantalon.

 

Il a vécu de sacrés bons moments de gaming avec Darthspike et c'est pourquoi, dans ses écrits, le multi-joueur aura une place très importante (le multi offline, hein !). La direction que prend petit à petit l’industrie du jeu vidéo ne lui plaît guère et, déçu par la génération de console actuelle dont il a du mal à trouver des titres intéressants et complets, il se tourne régulièrement vers le rétro-gaming.

 

Il animera ce blog par des avis concernant divers jeux (anciens ou même actuels) et proposera des articles divers et variés tournant autour de ses diverses passions et autres centres d'intérêt (bah oui, y‘a pas que le jeu vidéo dans la vie !).

 

Il vous souhaite une bonne lecture et vous invite à réagir intelligemment à ses publications.

 

Adrinukem B-]

 

 

Retrouvez-nous sur
notre Twitter :-)

Archives