The Adrinukem & Darthspike's Saloon

The Adrinukem & Darthspike's Saloon

Par Adrinukem & Darthspike Blog créé le 17/07/12 Mis à jour le 14/05/17 à 04h25

Tu vois, le monde se divise en deux catégories : ceux qui ont un pistolet chargé et ceux qui creusent. Toi, tu creuses.

Ajouter aux favoris
  
Signaler
Jeu vidéo (Jeu vidéo)

On continue aujourd'hui avec la suite et la fin de LES S.A.V (1/2) - Mon expérience des Services Après Vente et autres déconvenues -

 

Plaiestachionne 3, un mal insidieux

 

L'heure arriva où la Playstation 3 débarqua dans nos commerces. J'attendis cette fois-ci quelques mois avant de la prendre. Je refourgua ma Xcrotte 360 et pris le pack avec le Gran Turismo. Rien à signaler de particulier avec cette console, ça fonctionne niquel et tout. Je fais de temps en temps du Bad Company en ligne avec mes deux meilleurs potes, on fait aussi du Uncharted 2 en multi, bref on s'éclate quand on arrive tout les trois à être disponible pour une petite heure de jeu. Cependant, je remarque très vite un truc bien lourdingue qui se fait de plus en plus fréquent : les mises à jour ! De petites tailles par moment pour un temps d'attente moindre avant de pouvoir jouer, certaines sont par contre très très longues et ça devient vite gonflant d'attendre le téléchargement et l'installation de celles-ci. Je commence à en avoir marre de toutes ces MAJ de merde qui bouffent mon temps disponible pour faire du jeu vidéo, temps qui devient de plus en plus restreint à cause de la vie professionnelle et de la vie de famille dont il y a maintenant un enfant en bas âge à gérer. Le soir fatidique finit par arriver, je m'en souviens très bien encore aujourd'hui, d'ailleurs on en reparle parfois lorsque nous nous remémorant cette époque faste de la mise à jour en veux-tu en voilà.

 

Thursday, bloody thursday

 

C'était un de ses jeudis soirs pluvieux, début d'automne. J'avais eu au téléphone dans l'après midi un de mes amis qui s'était montré disponible pour faire un p'tit Uncharted 2 en duo dans la soirée. On s'était donné rendez-vous à 21h dans le salon en ligne des parties privées d'Uncharted. Seulement voilà, pour lui comme pour moi, ça faisait un p'tit moment qu'on avait pas allumé la PS3 et encore moins joué au jeu, ce qui fait que dès la mise sous tension de la console, des mises à jour système étaient présentes et il fallait les télécharger puis les installer... Allez bim, une vingtaine de minutes dans les dents pour nous deux (on était en liaison téléphonique pour suivre notre avancement de MAJ). Nos consoles redémarrent, on raccroche nos téléphones puis on lance Uncharted2. Et là, paf le chien ! Pas moins d'une dizaine de MAJ pour l'Uncharted pour un temps restant estimé à près de trente-cinq minutes ! Nous patientons un peu, beaucoup, passionnément sauf qu'on est le soir et le trafic internet y est plus dense ce qui fait que les minutes sont de plus en plus longues et finissent par devenir interminables. La journée de boulot n'arrange pas et on finit par être bien naze, à attendre comme des cons sur le canapé en espérant pouvoir jouer un jour. Il est maintenant 22h et y'a toujours de la mise à jour sous le feu. Excédés, on s'appelle puis on décide d'aller se coucher car ça devient trop chiant. On ne rejoua plus ensemble à Uncharted 2, snif. Plus tard, la PS3 me fit un coup semblable lors d'un RDV pour une partie online. Ma patience et ma tolérance avaient atteint toutes deux leur limite! La Nintendo 3DS se profilant à l'horizon, elle allait correspondre à ma vie de l'époque qui était, liée à mon boulot à ce moment-là, nomade. J'attendis la sortie de cette 3DS pour revendre ma PS3 à un collègue qui, je l'appris un mois plus tard, avait fini par rendre l'âme. Bien plus tard, la PS4 allait remédier à ces problèmes de mise à jour et je finis par l'acquérir par la suite. Mais pour l'heure, parlons de la 3DS...

 

 

 

Et ma gachette, rouge et jaune à petits pois

 

Ca y'est, je n'ai plus de console de salon à la maison ormis la Wii que j'allume quand y'a une soirée ou pour jouer à du Mario avec le fiston qui a bien grandi maintenant. J'ai une 3DS day one, bien content et tout, cette console portable me plaît beaucoup. Mais voilà qu'après une semaine d'utilisation, je remarque que ma gachette gauche a la facheuse tendance de bloquer ou de ne pas répondre correctement. Ayant encore en tête la mauvaise expérience du SAV de Microchiotte, je choisis de ramener directement la 3DS à mon revendeur. Deux semaines après environ, je récupère ma petite portable (c'est bien la mienne et pas une autre) et tout fonctionne parfaitement! Seulement deux semaines! Avec Nintendo, en deux semaines c'était réglé... Je continue alors ma vie de joueur tranquillement jusqu'à la sortie de la curieuse et incomprise WiiU.

 

 

La WiiU et sa mablette qui ne mablette pas

 

Une après midi de janvier 2013, La WiiU arrive à la maison. Après une attente d'une heure et demi de mises à jour et de transfer de données Wii-WiiU, j'espère peut être enfin jouer à Nintendoland, le jeu inclus dans ce pack Premium. Pas de pot encore une fois : si je ne me retrouve pas avec une WiiU "briquée", force est de constater qu'il y a visiblement un problème avec la mablette puisque celle-ci ne veut pas reconnaître la console. Je retourne chez mon revendeur qui connaissait un peu mes histoires de panne et de SAV multiples, il ne se prend pas la tête et m'échange la mablette défectueuse qui ira au SAV Nintendo. Merci l'ami! De retour à la maison, la mablette veut bien cette fois-ci se connecter à la console, ouf ! Depuis, aucun problème avec cette WiiU que j'ai encore sauf des "freezes" intempestifs sur certains jeux comme le Disney Infinity (en plus c'est le jeu du fiston donc c'est un peu chiant) et le Lego Marvel. Bon, c'est une console molle du genou avec une lenteur dans les menus mais bon, ça fonctionne et y'a des titres sympas jouables à plusieurs.

 

 

 

Vous connaissez la suite...

 

J'avais longuement hésité à prendre la PS4 puis finalement, certains jeux pouvant se faire en coop local m'ont conforté dans l'achat de cette console au demeurant sympathique, surtout très vive et multitâche. Au revoir les MAJ qui nous empêche de jouer! Le seul regret est surtout lié à l'actualité des jeux vidéo plus globalement puisque ormis quelques jeux multi, c'est toujours la même soupe qu'on nous sert : Des open world vides qui aurait eu le mérite de pouvoir se jouer à deux en local (Heureusement qu'il y a 7 Days to die! Voir : -7 DAYS TO DIE PS4- Le zinfecté coopératif par excellence  ), beaucoup de jeux solo et multi online, les abonnements payants PS+ sans oublier cette floppée de saloperies de DLC qui parsèment divers titres et qui sont devenus malheureusement monnaie courante... Bof bof tout ça finalement. Faut vraiment chercher pour trouver des jeux sympas en multi, en fait. Je vous ferai d'ailleurs peut être une petite liste de ceux-ci et ceux que je vous conseille si vous êtes adeptes de multi local.

Le temps passe et on entend maintenant bientôt parler de la fameuse Nintendo Switch. Les rumeurs vont bon train, on attend les spécificités de la machine, on est curieux de voir ce que ça donne. La machine sort début mars et là, je vous renvoie à l'article NINTENDO SWITCH - J'ai presque pu "switcher" - et la boucle est bouclée!

Pareillement, je vous invite à commenter si vous aussi vous avez eu ce genre d'expérience et vous souhaite bon jeu, en espérant que votre Switch fonctionne!

 

 

Adrinukem B-]

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Jeu vidéo (Jeu vidéo)

L'apparition d'une nouvelle machine s'accompagne toujours de moult déboires techniques. Celle de la Nintendo Switch qui a eu lieu le trois mars dernier ne déroge pas à la règle. Certains consommateurs ont été victimes de problèmes divers et variés comme les écrans colorés de la mort, les rayures sur écran, les désinchronisations de Joy-con etc. Sans oublier les problèmes de batteries dont je fais actuellement les frais. N'oublions pas que d'autres constructeurs ont eu eux aussi leurs lots de machines retournées au S.A.V et je profite alors de ma pose "Switch" pour vous proposer mon expérience personnelle liée aux différents S.A.V et autres joyeusetés auxquels j'ai eu à faire lors de ma vie de joueur.

 

On commence d'entrée de jeu par la sortie de la Xbox 360 : Console de jeu fortement attendue à l'époque car elle emmenait le jeu vidéo dans la "new gen": graphismes stupéfiants, console connectée avec la démocratisation du dématérialisé et du multijoueur online, du disque dur conséquent pour l'époque, bref la première console de nouvelle génération sur le marché avant la Playstation 3 qui arrivera quelque temps après. J'avais beaucoup aimé la première Xbox et j'attendais beaucoup de cette 360 notamment avec le rachat de Rare par Microsoft, ce qui ne pouvait augurer que du bon avec le plaisir de retrouver sûrement du Perfect Dark et du Banjo & Kazooie entre autre. Pour acquérir cette nouvelle machine, comme souvent j'ai dû vendre des jeux et ou d'autres consoles. J'ai donc pris day one la version "Premium" avec le bon gros disque dur et le casque micro pour jouer online. Mes premiers jeux ont été Call of duty2, Condemned, Perfect Dark zero et Kaméo. On ne va pas épiloguer là-dessus mais j'ai déjà parlé de la déception de ce Perfect Dark "new gen" dans le dossier du Saloon Perfect Dark avec Darthspike PERFECT DARK (2/2) - L'avis d'Adrinukem & DarthSpike - . J'ai beaucoup aimé les autres jeux celà dit. Cependant, après avoir utilisé quelque temps cette console, un truc chiant a fini par apparaître dessus...

 

 

L'internet pas net

 

Ce coup de vis tournevis qui a foutu en l'air mon expérience de joueur a été une sorte de bug lié à internet que Microsoft même n'a pu résoudre. Dans l'état, lorsque je téléchargeais des démos, des thèmes ou bien des jeux, je pouvais utiliser ceux-ci pendant que la console était reliée à internet. Dès que celle-ci se retrouvait offline, tous mes téléchargements disparaissaient ! Un truc bien lourd car je n'avais pas internet chez moi, je profitais d'être dans la famille ou chez des amis pour connecter la 360 et avoir ainsi accès au store en ligne et voir les nouveautés comme les démos par exemple. Ce truc m'a tellement gavé que j'ai fini par contacter Microsoft et donc son S.A.V comment dire, "pluri-culturel" et très "cosmopolite".

 

 

Micwosoft bonjouw

 

Me voilà donc à composer le numéro du SAV Microsoft. Après quelques minutes d'attente au téléphone, je finis par avoir une personne visiblement anglaise qui tente comme elle peut de me parler français pour au final me laisser en attente pour qu'un autre technicien prenne le relais. Ce technicien avec un fort accent anglais me dis que UPS passera courant semaine chercher ma Xbox 360. Je raccroche et j'ai cette douloureuse impression qu'en fait, ils n'ont rien compris au problème et force est de constater que j'allais avoir raison. Courant semaine, UPS passe prendre ma console. Je la récupère peu de temps après avec ce même transporteur. C'est bien ma Xbox, je reconnais mon profil et mes éléments téléchargés. Je m'empresse de la déconnecter du réseau pour vérifier que le problème a bien été résolu et là, c'est le drame : Rebelote mon pote ! Tout a disparu, tous mes "achats" en ligne, hop à la trappe ! Un peu énervé, je recontacte le S.A.V. Après dix minutes d'attente pour rien, je raccroche et rappelle plus tard. Après quelques minutes, une voix des iles me répond :"Micwosoft bonjouw, je suis à vot' écoute m'sieur". Alors je précise que je n'ai rien contre les noirs, les jaunes, les marrons, les blancs zé les violets mais admettez que là, ça a été coton pour se comprendre ! Je ne saisissais pas un traître mot de cette femme, elle me parlait de truc comme "étawonnage" (comprenez étalonnage) et d'autres mots barbares inconnus au bataillon, bref un vrai sketch ! J'ai surtout compris que UPS allait revenir chez moi pour reprendre la console...

 

 

Tiens, salut Jérôme! Un sucre comme d'habitude?

 

Revoilà le gars d'UPS avec qui on avait fini par sympatiser. C'est un peu comme le mécano de votre Renault qui finit par être invité au réveillon de Noël tellement vous faîtes appel à lui malgré vous, quoi. Et hop, ma Xbox est reparti pour son petit voyage hebdomadaire. Je la récupère une semaine plus tard et découvre que le problème persiste ! Rhaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa ! Je recontacte Microsoft, je comprends cette fois-ci quelqu'un qui parle français, il me dit que cette fois j'aurais une console de remplacement et qu'ils vont basculer mes données sur la nouvelle. Les jours passent puis c'est une nouvelle fois Jérôme d'UPS qui débarque. Après un p'tit café avec Jérôme, j'ouvre le colis et découvre que ce n'est pas une nouvelle console mais bien la mienne car il y avait des petites rayures repérables sur celle-ci. Grrrrr! Je reconnecte le tout puis la déconnecte de l'internet maudit et là, Paf le chien ! Encore le même bordel!

 

 

Un casque décasqué

 

Bon ben tant pis je laisse tomber, marre de me prendre la tête avec çà! J'ai quand même envie de jouer aussi! Les jours passent, je finis quelques jeux, puis arrive la sortie de Ghost Recon Advanced Warfighter. Génial ce jeu! On peut y jouer à deux en local tout en étant en ligne; une feature assez rare mais bien sympathique surtout qu'à l'époque le jeu en ligne était GRATUIT. Je fais quelques séances de cet excellent jeu puis un soir, pendant une partie avec mon escouade sur le mode online, mon équipe me fait savoir que l'on ne m'entend plus. Je débranche mon casque-micro, le rebranche, vérifie le tout mais rien, le problème persiste. Puis, en refaisant une énième fois la manoeuvre et en le remettant sur ma tête, je sens un truc tomber... Je regarde ce qui venait d'atterir sur mes genous : un morceau de casque! Ce micro-casque Microcrotte venait de se scinder en deux ! Putain de qualité de merde ! Là, la coupe était pleine : Je ne joua plus en ligne par la suite en achetant peu de jeux et attendis patiemment la sortie de la PS3 afin de revendre cette console maudite. Cette mésaventure "Xcrotte 360" fut la seule et la dernière pour moi, je n'acheta par la suite aucun produit Microcrotte et certainement pas la One aux allures de magnétoscope encombrant.

 

 

 

 

Retrouvez la suite de l'article en cliquant sur ce lien :

LES S.A.V (2/2) - Mon expérience des Services Après Vente et autres déconvenues -

 

 

Adrinukem B-]

 

Voir aussi

Plateformes : 
Xbox 360, PlayStation 3
Ajouter à mes favoris Commenter (19)

Signaler
Humour (Humour)

Au fil des années, Rémi Gaillard nous a gratifié de vidéos très marrantes à base d'humour absurde et potache. Il est temps maintenant de faire une compilation "spécial jeux vidéo" de celles-ci. Surtout n'oubliez pas une chose ! C'est en faisant n'importe quoi qu'on devient n'importe qui !!!

 

 

DarthSpike

Voir aussi

Groupes : 
Pac-Man, Sonic, Tetris, Mario Kart
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Jeu vidéo (Jeu vidéo)

 

 

Si vous suivez un peu l'actualité du Saloon, vous connaissez un peu mon avis sur la récente console hybride de Nintendo. J'étais inquiet mais aussi curieux et débordant d'espoir quant au renouveau du multijoueur local dont cette Switch pouvait être le réceptacle idéal. Après un craquage total fin mars, me voilà moi aussi "switcheur" mais mon expérience s'est avérée être de courte durée... Explications :

 

C'est un fait, la Nintendo Switch est un énorme succès qui continue et qui on espère, va perdurer dans le temps. Cependant, Nintendo, bien que rassurant la clientèle en précisant qu'il y aura des stocks suffisants pour contenter tout le monde, nous l'a fait un peu à la "mini-nes" puisque rupture de stock, il y eut. Donc, voilà un peu le topo sur la sortie de cette Switch attirante à son line-up famélique (mais y'a Zelda! Oui oui on sait...). Je comptais faire deux articles concernant l'univers Nintendo, un qui était destiné à parler de la console en elle-même et de mes premières impressions de son jeu fétiche : le portage WiiU du Breath of the Wild. L'autre article devait quant à lui, traiter de la stratégie commerciale de Nintendo. Les choses ne se sont pas passées comme prévues car ma Switch m'a fait le coup de la panne, sauf que je n'y ai pas pris de plaisir.

 

 

Allo allo la batterie?

 

En effet, une semaine après utilisation conséquente de ma Switch avec beaucoup de Zelda et aussi pas mal de parties en duo sur l'excellent Shovel Knight, la console a craqué son slip et m'a alors fait un coup dont je n'avais pas encore entendu parler : La communication erronnée de la batterie à la carte mère! C'est con parce que je n'ai pas eu de problèmes de joy-con ni de rayures d'écran, rien, nada ! Dans les faits, bien que chargée à bloc Jean Floch, la batterie descend a une vitesse folle, avec des pourcentages de batterie restante complètement délirants ce qui fait que l'on ne sait jamais ce qui reste réellement en utilisation réelle. Ce désagrément amène aussi le fait de pouvoir jouer une bonne heure alors que la batterie indique qu'il ne reste que 1% d'utilisation! Un problème amenant un autre, si vous éteignez la Switch alors qu'elle affiche 1% de batterie restante et que vous voulez la rallumer, un message s'affiche alors et vous demande de la recharger, peu importe la valeur réelle de l'état de la batterie, ce qui fait bien bien chier à la longue. J'ai d'abord pensé à un bug lié au système de la Switch, attendu qu'une MAJ arrive pour rétablir tout ça mais ça n'a malheureusement rien changé.

 

 

SAV Nintendo bonjour

 

Puisque le problème ne s'arrange pas et que la console est sous garantie (elle n'a qu'une semaine, faut pas déconner!) je me lance dans les appels téléphoniques en buvant une rasade de Vodka-Redbull pour me mettre en condition. Je n'ai même pas eu le temps de boire ma deuxième gorgée que déjà on me répond! J'explique au monsieur (au demeurant fort sympathique par ailleurs) mon problème de batterie et il me confirme qu'il a déjà vu ça au SAV et m'explique que c'est la batterie qui envoie de mauvaises informations à la carte mère et vice et versa.

 

 

Il me dit alors qu'il faut leur retourner la console et qu'ils vont me la remplacer. Je lui fais part de mes inquiétudes quant à mes sauvegardes de Zelda et de Shovel Knight sachant que l'on ne peut pas les transférer sur carte SD. Il m'a rassuré en ajoutant que je n'avais pas à m'en faire, qu'ils ont un système pour transférer ces sauvegardes, que je les retrouverai sur ma nouvelle console (je pensais alors immédiatement au fameux "cloud" que j'avais vu sur un article du net). Il ajoute qu'il me fait parvenir par mail des Bons Chronopost à imprimer pour pouvoir retourner le produit déffectueux via les relais "pick-up". Me voilà alors à imprimer des bordereaux Chronopost, à aller dans un relais "pick-up" et là, la commerçante de ce point relais me dit qu'elle ne fait pas ces colis de type "zenga". Purée, je commence à en avoir ma claque de tout ce bordel pour une putain de console de merde qui m'a fait un coup de vice tournevis. Je fonce à la poste, pareil! On me dit ragnagna et ragnagni on peut rien faire. Excédé, de retour à ma base, je rappelle le SAV Nintendo et on me dit que c'est la mémerde avec certains points relais du coup ils me renvoient un autre mail, avec un autre borderau chronochiasse à imprimer, allez vazi que j'te ! Ras le cul, je décime des stormtroopers maladifs le soir sur Battlefion pour me détendre. Le lendemain, bonne nouvelle puisque ma Switch est enfin acceptée par la poste et elle part vers de nouveaux horizons.

 

 

 

Merci de patienter

 

Trois jours plus tard (un weekend entre temps) Nintendo me confirme qu'ils ont reçu ma Switch. Je regarde de temps en temps sur mon compte SAV Nintendo pour voir l'avancée des travaux et constate que ma Switch est en "diagnostic en cours" depuis une semaine (?) J'appelle de nouveau le SAV pour essayer d'en savoir plus. Une dame elle aussi sympathique me dit que pour les nouvelles consoles (en l'occurence la Switch) il faut deux semaines de traitement. Bon ok, soit. Le temps passe et je suis arrivé maintenant à trois semaines sans pouvoir switcher, celle-ci étant toujours en "diagnostic en cours". Je contacte cette fois-ci Nintendo par mail et on me confirme que même eux n'ont plus de stocks(!) et que du coup ils ne peuvent pas m'en envoyer une autre. Mais, ils attendent de la Switch pour le lendemain (c'est à dire le vendredi 5 mai) et que les dossiers SAV seront alors traités courant semaine prochaine, c'est à dire en ce moment même où j'écris ces lignes. Ma Switch est au SAV depuis le 11 avril, nous sommes maintenant le 9 mai, il est 12h30 et sur mon compte SAV Nintendo, il est mentionné "diagnostic en cours".

 

 

Diagnostic en cours diagnostic en cours diagnostic en cours

 

Voilà pourquoi il y a eu aussi du retard sur la publication d'articles sur le Saloon, puisque sans Switch, il était difficile pour moi de vous en parler, de décrire également mes impressions sur le Zelda 20/20 (euh...) et du coup je n'avais pas vraiment envie d'entamer l'autre article concernant la stratégie commerciale de Nintendo (d'autres articles qui n'ont rien à voir avec ces thèmes sont de toute façon prévus). Le SAV de Nintendo a visiblement été victime du succès de la Switch, comme vous avez pu le constater m'enfin bon, ça fait chier quand même. Il faut cependant voir le bon côté des choses : sans Switch, mes soirées étaient réservées du coup à la PS4 avec du Dragon Quest Heroes trouvé à pas chew mon fwewe à Cawefouw, du Until Dawn (un article est prévu sur ce titre de ouf) et l'effrayant Outlast Trinity (article en prévision également mais je sais pas quand mais il y en aura un). Sans oublier le visionnage de l'excellente série de "pirates bikers" Sons Of Anarchy et le cinoche avec Logan, un film qui m'a agréablement surpris, sûrement un des meilleurs films de super héros que j'ai pu voir avec le surprenant Deadpool. N'hésitez pas à partager vos expériences de "switcheur" ou de "switcheuse" dans les commentaires, qu'elles soient agréables ou mauvaises. Si un jour je récupère ma Switch, vous pouvez forcément vous attendre à ce que de toute façon j'écrive un article qui parle d'elle et de ses jeux. Pour l'instant, je vous souhaite bon jeu en espérant que vous avez toujours autant de plaisir à venir traîner vos savates chez nous au Saloon, en faisant fi des problèmes techniques chiants des consoles et autres saloperies informatiques irritantes au quotidien comme par exemple la douce mélodie d'Avast...

 

 

 

Bonus :

 

 

Mario : - " Bonjouuuur ! "

Client : - "Oh, allez ! sérieusement? Je ne peux pas faire fonctionner ma Wii, et vous les gars vous répondez au téléphone comme ce p****n de Mario? Je vous em***de les gars " (clic)

 

Adrinukem B-]

Voir aussi

Plateformes : 
Nintendo Switch
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Fan art (BD-Manga-Comics)

Aujourd'hui, je vous présente des fan arts basés sur la saga mythique de Hideo Kojima, réalisés par le très talentueux Patrick Brown. Enjoy !

 

Legend of Snake

 

Snake Eater

 

Raiden Rising

 

Metal Gear Solid V: Ground Zeroes

 

MGS5 Big Boss

 

MGV - Fulton jecking

 

Quiet MGSV inks

 

Source : http://patrickbrown.deviantart.com

 

DarthSpike

Voir aussi

Groupes : 
Metal Gear
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Cinéma (Cinéma)

Aujourd'hui, c'est la journée Star Wars. En tant que fan de cette saga, je vous ai sélectionné quelques vidéos pour fêter cet évènement. Je vous souhaite d'avance un bon visionnage :-)

 

La première vidéo est une interview fort intéressante de Mark Hamill, diffusée sur une chaîne française à l'occasion de la sortie de "Star Wars, épisode I : La Menace Fantôme" en 1999 :

 

Les trois vidéos suivantes sont consacrées à l'actrice Carrie Fisher afin de lui rendre hommage :

 

 

Les deux dernières vidéos sont des medleys des plus grands thèmes musicaux de Star Wars. Bien que ces medleys aient pratiquement les mêmes musiques, ceux-ci sont interprétés de manières très différentes et méritent grandement d'être écoutés.

Star Wars Medley - Lindsey Stirling & Peter Hollens :

 

Star Wars Medley - Taylor Davis  :

 

Que la force soit avec vous !!!

DarthSpike

Voir aussi

Groupes : 
Star Wars
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Jeu vidéo (Jeu vidéo)

 

 

Le saloon vous présente la suite de l'article "PERFECT DARK (1/2) - Le meilleur FPS de la Nintendo 64 -" où il sera question d'appréciation personnelle sur cette oeuvre via l'interview d'Adrinukem & DarthSpike. Bonne lecture ! 

 

Le saloon : Comment avez-vous connu ce jeu ?

Adrinukem : J'ai connu cet excellent titre par le magazine de jeu vidéo de l'époque "X64 magazine" qui proposait un très gros dossier suivi d'un test éloquent vantant les mérites du dernier titre de Rare. Ayant adoré Goldeneye, précédent gros FPS de Rare, il fut rapidement évident que ce nouveau FPS allait être mien, le dossier d'X64 magazine me confortant dans l'idée d'achat.

 

DarthSpike : J'ai d'abord connu Perfect Dark grâce aux magazines Joypad et X64 magazine. À cette époque j'avais un budget limité. Du coup j'avais tendance à bien sélectionner les jeux auxquels je voulais y jouer. Surtout il ne fallait pas oublier qu'il fallait aussi acheter l'Expansion Pak pour pouvoir profiter pleinement de Perfect Dark. Mais ô miracle Adrinukem l'avait pris. C'était l'occasion rêvée pour moi de l'essayer et de me faire mon propre avis sur ce jeu. Je dois dire qu'il ne m'a pas déçu et m'a donné envie de l'avoir par la suite.

 

 

Le saloon : Qu'est-ce qui vous a tout d'abord attiré vers cette oeuvre vidéo-ludique ?

Adrinukem : Les graphismes qui ont la patte inimitable de Rare m'ont tout de suite accroché, ainsi que l'univers SF bien sympathique. Etant très sensible aux modes multijoueurs que peut proposer un jeu, ceux de Perfect Dark m'ont immédiatement plus que comblés ! De mémoire de joueur, je n'avais jamais vu une telle générosité dans les modes, les possibilités semblaient infinies et les options étaient pléthoriques. On ressentait aussi le feeling de Goldeneye, manette en main, ce qui était fort appréciable.

 

DarthSpike : Je dirai avant tout les graphismes, qui pour l'époque était excellent. Ce jeu exploitait pleinement la puissance de la Nintendo 64 et c'était un vrai régal pour nos rétines. Son univers bien particulier lui permettait aussi de sortir du lot, en plus d'avoir une héroïne bien badass ! Mon attirance pour ce jeu s'est faite aussi sur la promesse d'une compagne solo bien sympathique avec un scénario travaillée. Surtout il ne faut pas oublier que Perfect Dark était la suite spirituelle du mythique GoldenEye 007. Raison de plus d'être attiré par ce jeu !

 

 

 

Le saloon : Quelles qualités ressortaient du jeu par rapport à la concurrence ?

Adrinukem : Vous savez que mon jeu fétiche est Duke Nukem 64 d'où mon pseudo, mais là avec ce Perfect Dark, ça mettait vraiment la barre très haut ! Les qualités et points forts qui ressortent sont pour ma part : le gameplay, la richesse en terme de contenu, le multi très abouti avec des reprises des map de Goldeneye, le personnage d'Elvis que j'ai beaucoup aimé, les musiques mémorables, le mode contre opération novateur, la multitude des armes et leur mode secondaire délirant etc. Y'a tellement à dire sur ce jeu, mention spéciale aux armes "Dragon, laptop-gun et mines prox" dont je ne me lasse jamais, sans oublier les couteaux et l'arbalètes dont leur utilisation m'a procuré quelques fous-rires en voyant des persos se balader avec des flèches et ou couteaux plantés dans leur grosse tête d'alien ! C'est simple, ce Perfect Dark enterrait la concurrence console sur tous les points !

 

DarthSpike : Adrinukem résume bien les qualités de ce jeu. Perfect Dark était le fun à l'état pur tout simplement et il était le digne représentant de son époque. Je me rappellerais toujours des challenges proposés dans le mode histoire. Ils étaient bien corsés la plupart du temps et permettaient surtout de débloquer des bonus et autres features intéressantes. Le multijoueur, quant à lui, avait  un charme fou surtout pendant les parties à quatre. C'était impossible de s'ennuyer lors de ces parties endiablées en bonne compagnie. J'aimais particulièrement la caractérisation personnages, par exemple les simulants (bots), la richesses des différents modes de jeu et le nombre monumental d'armes. De plus, ces armes se distinguaient vraiment bien des unes des autres et procuraient d'excellentes sensations à leur utilisation. Avec toutes ces qualités, il est impossible pour un rétro-gamer qui se respecte de passer à côté de ce jeu !

 

 

Le saloon : Quels sont les modes de jeu auxquels vous avez le plus joué ?

Adrinukem : Le simulateur de combat ! En mode ralenti à la John Woo avec des potes et des bots en règle de jeu "décapsuleur". Ce multijoueur était ultra fun et j'y joue encore aujourd'hui car je ne trouve aucun FPS actuel qui propose une expérience similaire. J'ai également passé pas mal de temps sur le mode "challenge" en multi. L'histoire, j'ai dû la faire une ou deux fois en solo et en coop.

 

DarthSpike : Ayant l'habitude de jouer seul aux jeux vidéo, j'ai évidemment privilégié la campagne solo. Qui plus est c'était un passage obligé pour débloquer les différentes options du jeu. Il m'arrivait quand même de jouer , de temps en temps, à l'excellent simulateur de combat. Même pour un joueur solitaire, il était pleinement possible de profiter de ce mode grâce aux bots inclus dans ce titre.

 

 

 

Le saloon : Des anecdotes ?

Adrinukem : J'ai beaucoup déliré avec les possibilités de customisation des simulants et des persos, je m'amusais à créer des personnes qui existent réellement et aussi des combinaisons improbables de têtes d'extraterrestre sur des corps de secrétaires ou de femmes en jupe ! Mon pêché mignon était de créer des "super chinois" ou des "super mario" avec des corps d'Elvis. Le nombre incalculable de moments de déconnade à plusieurs avec des persos qui viraient au rouge au fur et à mesure de prendre des coups, les E.T et leur grosse tête sur laquel étaient plantés plusieurs flèches, sans compter leur pantalon sur lesquels on s'amusait à fixer des mines de proximité. Ces simulants explosifs devenaient alors des "patates chaudes" à retardement.

 

DarthSpike : Il y a bien sûre de nombreuses anecdotes sur Perfect Dark, mais je ne citerais que les plus mémorables. Une qui me vient directement à l'esprit est le coup de la vision altérée. Cette fameuse vision arrivait suite à des coups au corps à corps ou encore à cause des couteaux et des flèches empoisonnées. Au début c'est marrant de voir comme un mal voyant, mais à la fin cela devenait pénible. Cela arrivait quasiment tout le temps dans les parties en multi, en plus du désarmement après avoir reçu un coup de poing dans la face. Il n'y a pas à dire sur ce point les bots étaient redoutables à ce petit jeu !

 

Une de mes armes favorites étaient les mines explosives. J'en mettais tellement sur mes ennemis qui finissaient par ressembler à de véritables sapins de Noël explosifs. Croyez-moi, ils partaient tous en paix dans un magnifique feu d'artifice et il ne faisait pas bon d'être près d'eux à ce moment-là !

 

Une autre bonne surprise du jeu était les différents caractères des simulants. Il en avait pour tous les goûts. Il avait par exemple des bots suicidaires, d'autres rois de la gâchette et même des revanchards. Comme vous pouvez l'imaginer, il valait mieux avoir certain d'entre eux comme amis que comme ennemis.

 

Je retiendrais surtout d'un skin de visage qui ressemblait à un ami de lycée. J'avais pris l'habitude d'utiliser ce skin sur des bots ennemis afin de pouvoir le massacrer lors des parties en multi. Ne cherchez pas pourquoi je faisais ce genre de choses. C'était juste de la pure cruauté de ma part :-). Le plus marrant était de dire à mon ami que je tuais des bots qui lui ressemblaient dans Perfect Dark. C'était un véritable moment de plaisir d'avouer mes méfaits et de voir sa réaction.

 

J'ai aussi énormément adoré les nombreuses possibilités de customisation des personnages et des simulants. On pouvait créer des êtres complètement délirants. J'aimais particulièrement les hybrides (tête d'alien + corps humain et tête humaine + corps d'alien). Cela rajoutait beaucoup de fun dans les parties à plusieurs joueurs !

 

 

Le saloon : Un mot (ou plusieurs !) concernant le rachat de Rare par Microsoft ?

Adrinukem : Grosse déception pour moi car cela signifiait la fin de l'indépendance de ce studio talentueux. Le pire était à venir et cela s'est confirmé par la suite... J'aurais aimé voir ce qu'aurait pu faire Rare avec Nintendo dans le futur, l'excellent Star Fox Adventures sur Game Cube montrait que l'avenir avec ce partenariat aurait pu être radieux. Pour conclure, ce rachat signe la fin d'un studio britannique légendaire qui a bercé notre jeunesse avec leurs jeux fabuleux.

 

DarthSpike : Cela a été le début de la fin pour Rare à partir de ce moment-là. Les jeux Rare ont perdu de leur charme à mes yeux suite à ce rachat. Je ne sais pas comment Microsoft a géré Rare, mais les résultats ne sont pas à la hauteur des attentes. C'est bien beau de racheter des entités à coup de gros chèques mais l'intérêt est limité lorsque celles-ci ne sont plus que l'ombre d'elle-même par la suite.

 

 

 

Le saloon : Quelque chose à dire sur Perfect Dark Zero ?

Adrinukem : Oula... Les annonces de Rare concernant leurs jeux à paraître sur Xbox 360 m'avaient donné envie de me procurer cette console. Si Kaméo s'est montré sympathique, Perfect Dark Zero a été une vraie bonne grosse déception ! Un viol oculaire, des personnages "plastiques" avec un visage cireux et l'oeil vide, tout l'esprit de Perfect Dark s'en est allé avec cet opus. Les modes multi pourris, aucune customisation, plus de fonction "ralenti" que j'aimais tant, une localisation des dégâts visiblement dégueulasse, la disparition des armes mémorables, des persos increvables etc. Une purge, tout simplement ! Cette déception conjuguée à ma Xbox 360 sans arrêt en panne ont fait que j'ai lâché le truc et d'ailleurs, ce sera la dernière console Microsoft que j'aurais.

 

DarthSpike : Difficile de parler de ce jeu. Je l'ai essayé une fois chez Adrinukem et il ne m'a pas laissé un souvenir mémorable. Au niveau graphisme, c'était seulement convenable mais rien de transcendant. Le côté plastique des textures m'a complètement rebuté. Le mode multi n'arrivait pas à la cheville du premier Perfect Dark et il était assez quelconque au final. Le pire venait du mode solo comprenant une histoire décevante. Là où le premier opus développait une intrigue intéressante faite de conspiration inspirée de la série X-Files, Perfect Dark Zero réussissait à se planter lamentablement avec un scénario lambda et sans âme. Vous pouvez vous faire un avis dessus en regardant des let's play sur Youtube. C'est ce que j'ai fait pour ma part. À mon humble avis, son échec commercial est amplement mérité.

 

 

Le saloon : Perfect Dark dans l'avenir ?

Adrinukem : Les autres FPS malgré leur esthétisme et leur avancée technologique liée au hardware de plus en plus puissant de nos machines actuelles, font malgré tout peine à voir tant ils ne proposent rien de mieux, ne distillent peu ou même pas du tout de fun pour ma part. La personnalisation a quasi disparu, le multi local s'est volatilisé également puisque l'accent est mis sur le online, bref je me fais chier comme un rat mort avec les FPS de maintenant. Quelques exceptions tout de même comme Borderlands et puis... C'est tout.

 

Peut-être Splatoon 2 sur Switch qui (bien que ce soit un TPS), pour l'avoir essayé en multi, promet quelques bons moments malgré tout. Il y aura bien eu sur consoles depuis Perfect Dark 64 quelques titres notables comme XIII sur Game Cube et les Timesplitters (surtout le très bon Futur Perfect) avec aussi du Quake 3 arena sur Dreamcast et du Unreal Tournament où j'ai pu retrouver quelques délires d'antan.

 

Les FPS actuels pro-américains et ultra militaristes jusqu'à l'écoeurement me donnent envie de vomir bien que j'ai pu en essayer quelques uns mais rien n'y fait, ces jeux me laissent de marbre. J'ai aimé Halo puis j'ai été déçu par le deuxième opus qui promettait beaucoup comme par exemple le multi qui devait comprendre des bots. Pour moi, comme tout le monde veut faire dans le online à la con, la surprise et l'espoir pourraient venir de Playtonic Games, boîte de développement des anciens de chez Rare. J'espère juste que le succès de leur premier jeu Yooka Lylee sera au rendez-vous et leur donnera envie de faire un jeu " à la Perfect Dark".

 

Mes regards sont tournés également vers la Switch dont la composante multijoueur semble être l'ADN combinée à la particularité hybride de la console de Nintendo. D'abord frileux au départ, j'attends beaucoup de cette console et j'espère qu'elle va "sauver" le multijoueur. Dans l'état, pour moi il n'y aura plus de Perfect Dark et il faut croiser les doigts pour que ma Nintendo 64 ne lâche pas ! 

 

DarthSpike : Je n'attends vraiment rien sur ce point. Je suis déjà heureux d'avoir eu le privilège de jouer à cet excellent titre à la grande époque de la Nintendo 64. Certes la franchise Perfect Dark aurait mérité beaucoup mieux mais c'est ainsi. Je garde avant tout un très bon souvenir souvenir de Joanna Dark dans sa première aventure. C'est déjà ça de pris. J'avoue, je ne serais pas contre un véritable remake de l'original avec des graphismes au top, mais il faudrait qu'il surpasse les codes actuels du FPS tout en ayant un contenu aussi riche que le premier opus. Ce qui revient à un fantasme de vieux joueur...

 

 

 Bonus :

 

 

 

 

Adrinukem B-] & DarthSpike

Voir aussi

Jeux : 
Perfect Dark (Nintendo 64)
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Jeu vidéo (Jeu vidéo)

 

 

S'il y a bien un titre qui mérite amplement sa place au Saloon, non pas parce qu'il soit propice à de vives critiques cinglantes, mais plutôt pour sa qualité qui risque de devenir bientôt légendaire (aucun autre jeu n'a réussi à faire mieux en presque 17 ans) c'est bien Perfect Dark premier du nom. Adrinukem & Darthspike ont dû rallumer la N64 pour retomber dans les années 2000 afin de se remettre dans le bain pour vous livrer leurs impressions à chaud. Nous vous proposons tout d'abord un article plus classique avant de retrouver plus tard l'interview de nos deux compères.

 

On parle souvent, en évoquant la période Nintendo 64, de Goldeneye comme référence FPS multijoueurs. Pourtant, force est de constater que celui-ci n'est qu'une ébauche par rapport à Perfect Dark tant ce dernier vise l'excellence en apportant moult nouveautés et améliorations sur tous les plans. Si Goldeneye (des mêmes créateurs) a posé les bases avec ses divers objectifs en campagne solo et son multijoueur très divertissant, Perfect Dark transcende le matériau de base en proposant une expérience inédite sur console que l'on ne retrouvera plus par la suite (à part la série Timesplitters qui lui est très proche) et encore moins de nos jours. Rare a créé un bijou ludique empli d'ingéniosité de gameplay, extrêmement bien calibré en démontrant, s'il était encore nécessaire de le faire, un savoir-faire exemplaire en matière de création vidéo-ludique. Tout ou presque a été dit sur ce jeu et nous parlerons surtout sur ses apports mémorables au monde des FPS.

 

 

 

Libéré de la licence Goldeneye, Rare se lâche

 

Perfect Dark a permis à la talentueuse équipe de Rare de faire ce que bon leur semble et cela se ressent, la manette en main. Pour bien comprendre cet état de fait, il faut savoir que nous sommes à cette époque sur la fin de la N64 et que Rare a visiblement envie de se lâcher puisqu'un an après ce Perfect Dark démentiel sort l'irrévérencieux mais excellent Conker's bad fur day. Libéré de toute contrainte, Rare remplit à ras bord la cartouche de Perfect Dark de modes en tout genre où l'expension pack est vivement conseillé (voir même obligatoire) pour profiter de tout ce que ce titre peut offrir. Une fois la cartouche insérée, on évolue dans une campagne principale dans laquelle il est question d'espionnage, de complot et... D'extraterrestres. On voit du pays, on se balade un peu partout, l'univers est très futuriste et prenant. Des modes de jeu jamais vus alors sont proposés comme le fameux "contre opération" dans lequel un joueur incarne l'héroïne Johanna Dark tandis que l'autre joueur incarne tour à tour les ennemis présents sur la map.

 

 

 

Une oeuvre généreuse calibrée pour le multi

 

La N64 est une console qui fourmille de jeux multijoueurs et Perfect Dark est clairement la cerise sur le gâteau de cette multitude de jeux. Nintendo ayant vanté les quatre ports manettes de sa belle, il s'est avéré rapidement qu'ils n'étaient pas là pour décorer ! Pas comme aujourd'hui où il est bien difficile de trouver du multijoueur local bien qu'il soit possible de connecter plusieurs manettes sur nos consoles actuelles. Alors, pourquoi ce Perfect Dark est-il énorme ? Son fun, son gameplay, ses musiques, son contenu en nombre d'armes et en modes de jeu, sa personnalisation de persos et de bots etc. Ce jeu a tellement de points forts que le seul reproche que l'on pourrait lui faire (et encore !) serait l'absence d'un créateur de map. Sans compter que la plupart des modes (tous en fait !) peuvent être joués à 2, 3 ou bien 4 joueurs ! De la campagne principale pouvant être faite en coop ou en contre opération, du simulateur de combat (deathmatch) jouable en solo ou jusqu'à 4 joueurs AVEC DES BOTS PARAMETRABLES qui peuvent être complètement modifiés à l'envie en termes de règles, style de jeu, handicap, armes disponibles, musiques (!) et même la vitesse de jeu peut être changée sans compter la customisation des persos... À ce mode s'ajoute l'excellent "Challenge mode" qui peut être parcouru à plusieurs également, dans lequel vous affrontez des bots dans des conditions particulières. En plus de tout ça, vous retrouvez certaines maps de Goldeneye qui ont été remasterisées dont l'indémodable "Félicity". Perfect Dark est ultra généreux et malheureusement peu de jeux ont suivi son exemple par la suite à part le décalé Timesplitters qui était bien parti pour reprendre le flambeau, mais on attend toujours la suite de l'excellentissime Future Perfect qui vraisemblablement ne verra jamais le jour...

 

 

 

L'après Perfect Dark

 

Un ersatz de suite brouillonne de l'opus original a vu le jour après le rachat de Rare par Microsoft et s'est avéré être une belle déception. Un vrai remake aurait été bien mieux tant cette suite tant espérée et attendue a été un massacre vidéoludique, une chiasse pixelleuse où l'envie a laissé la place à l'ennuie. Depuis, silence radio à part une adaptation faignante sur le marché virtuel de la Xbox 360 qui comporte d'ailleurs des effets graphiques proprement dégueulasses. D'autres FPS ont bien vu le jour, mais aucun n'a été dans le même esprit et c'est devenu la soupe populaire que l'on connaît tous avec les "Calofs" annuels super militaristes et pro américains, quand c'est pas les Battlefields et leur première guerre mondiale avec les français jouables via le DLC... Déplorable. Il y a bien eu Halo mais l'absence de bots s'est fait sentir alors que l'ajout de ceux-ci avait été annoncé pour le deuxième opus puis au final, annulé. Un peu comme le splitté local de For Honor, tiens... On annonce des trucs cool puis on les vire ! Pourquoi ? Pour le online bien sûr ! Pour ceux qui ont aimé Perfect Dark à son époque et bien s'ils veulent les mêmes sensations et retrouver autant de générosité dans un FPS, ils ne peuvent que se tourner vers... Perfect Dark 64 !

 

L'avenir nous dira si nous pouvons espérer retrouver un jour un jeu de la même envergure que ce cultissime Perfect Dark. Pour l'instant, il faut encore ressortir la N64 et quelque chose me dit que les anciens de Rare qui ont fondé en 2015 Playtonic Games, sont les seuls capables de renouveler l'exploit. Leur premier bébé Yooka Laylee étant sorti, il est à espérer qu'il fasse de bonnes ventes ce qui permettrait aux développeurs d'embrayer sur pourquoi pas, une suite spirituelle à Perfect Dark? Tout espoir est permis...

Et puis, il y a aussi la Switch avec sa vocation de revenir aux sources du multijoueur local qui est pleine de promesse...

Playtonic Games + Switch = La composante idéale pour retrouver du plaisir d'antan ? Peut-être...

 

Dès demain, retrouvez la suite de cet article avec l'interview d'Adrinukem & DarthSpike.

 

 

Adrinukem B-]

Voir aussi

Jeux : 
Perfect Dark (Nintendo 64)
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Voyage (Voyage)

 Born to be wild

 

Premier contact avec la marque américaine légendaire, un tour en Road King. Cela a été éprouvant de domestiquer cette grosse bébête de 340 kilos. En duo direct, sans passer par la case Sportster... j'ai peut être été gourmand sur le coup. Je ressors de cette demi-heure de « born to be wild » fatigué et un peu déçu. Fatigué parce que c'est quand même un gros morceau, la position de conduite n'est pas la même que sur le Bandit, les virages ne sont pas attaqués de la même façon... Bref, il faut réapprendre à piloter en fait ! Déçu, par le bruit tout d'abord puisque les motos disponibles étaient « castrées » à cause des normes Euro mémerdes qui empêchent les moteurs de s'exprimer, qui chauffent également le moteur et du coup, augmentent la consommation de carburant sans compter de rendre le bruit des échappements proprement ridicules. Bilan plutôt mitigé mais y'a un truc. Un je ne sais quoi qui a fonctionné sur moi. Mon envie de rouler différemment est bien là et il faut trouver la machine qui me corresponde. Ironie du sort, peu avant de quitter la concession, une jolie petite Sportster en noir mat débarque et fait un bruit complètement délirant, qui fait même trembler le sol à nos pieds, un truc de ouf !

 

 

 

Iron man en Sportster Iron

 

Encore surpris de l'arrivée de cette moto sympathique, je fais des recherches sur ce modèle car je ne connais pas encore les motos HD et je découvre que cette joyeuseté mécanique qui m'a fait un petit coup au c½ur, était en fait un Sportster Iron. Plus tard, je prends un rendez-vous avec la concession pour essayer cette moto. Je suis tout excité ! Cette moto m'attire, elle a quelque chose de brut, un air de Mad Max avec un son à réveiller les morts. Arrivé à la concession, me voilà parti sur la bébête et je me surprends à retrouver le sourire en moto, à apprécier le fait de rouler à des vitesses « légales » tout en prenant un pied monstre. Je me sens hyper bien dessus, la position est détendue, cool, le bruit est encore étouffé avec leurs normes européennes de merde mais ça va, on a le « smile » au guidon de l'Iron. Avant de dire banco au vendeur, je lui demande de remonter sur une vraie Iron qui a un vrai bruit Harley Davidson. Justement, il y en a une qui traîne dans l'atelier...

 Je monte dessus, mets le contacte et... PAF LE CHIEN! Coup de foudre immédiat. Pleins de trucs me viennent en tête comme le bruit sourd de la Fat Boy de Terminator et la scène du bar du cultissime Terminator 2, bref le rêve américain en somme!

 

 

Je descends de la moto (elle est dans l'atelier, faut pas rouler avec non plus!) et on fait les papiers pour l'Iron, mon Iron !

Pour commencer, on vire les pots d'échappement et leurs normes européennes pour remettre la bécane comme si elle ressortait de son usine du Kansas afin de faire respirer le moteur, de faire vivre la moto tout simplement. Et puis roule ma poule ! Quelques ajouts ont été faits sur cette moto comme une vraie selle confort de la mort qui tue qui m'a enfin permis de rouler comme un porc sans avoir mal au popotin ni au dos (une première à moto !) et un GPS pour éviter de se perdre vers Paname quand on monte voir le Muffin. Cette moto est vraiment idéale pour tous les jours, moins lourde que la Bandit et moins gourmande, elle est très confortable et l'agrément au pilotage est excellent. Du plaisir à 30, 50, 90, 140 km/h tout le temps, à tous les étages, un moteur vibrant et vivant, un bruit du tonnerre de Thor... On a l'impression d'entendre une turbine de Podracer vers les 140 km/h, ça fait trembler le sol et on se fait bien remarquer aussi, autant qu'un Duke Nukem peut l'être sur sa moto son shotgun à la main !

 

 

 

Tiens, une vraie moto

 

Je suis maintenant vu et surtout entendu avec cette moto. C'est simple, je ne me suis jamais senti autant en sécurité sur la route qu'avec cette machine. Les gens t'entendent enfin et savent que t'es dans le coin donc ils font moins les inconscients en bagnoles, ils viennent même regarder ta moto, discuter avec toi. Surtout les personnes plus âgées. Il en ressort de ces discutions, qu'ils trouvent ces customs rassurantes au bruit fort reconnaissable, c'est ancré dans l'histoire. Ca leur fait apparemment moins peur que le bruit strident d'une sportive ou d'une jap'. Outre le fait de la machine, on est perçu différemment, j'ai remarqué. Y'a vraiment une certaine marque de respect (en Bandit, on était facilement qualifié de voyou) pour le pilote et la machine emblématique qu'il conduit. Des gens me disent aussi :« tiens, une vraie moto ». C'est sûr que l'on est pas avec HD dans des motos « insectes » à la Kawasaki très anguleuses... On est dans de l'arrondi, tout en courbe et pas agressive pour un rond. La Harley Davidson est centenaire, sa forme et son bruit sont gravésdans les têtes, c'est une marque légendaire encore bienvivante qui est synonyme de liberté. Une liberté qui a été gagnée en 1945 aux côtés des motos HD qui participaient d'ailleurs activement à ce tristement célèbre conflit mondial. Quoi de mieux que la liberté pour forger l'image d'une marque ?

 

 

 

L'avenir en Iron

 

J'ai pour l'instant du mal à voir le futur autre qu'en Iron. Cette moto comme cité plus haut, est idéale et me convient parfaitement pour un usage régulier. En quelques minutes, on peut la transformer en Bobber solo ras du sol ou alors la mettre en touring pour partir en vacances avec sac et sacoches en bouffant du kilomètres sans souffrir, traverser tranquillement des bouchons interminables où les caisseux râlent dans leur bagnoles parce qu'ils sont coincés et toi tu passes trankilou, tu t'arrête ou tu veux, te gare ou tu as envie, t'es pas stressé, tu profites tout simplement de rouler librement, l'esprit libre. Tu apprécies le moment présent, chaque instant, du grognement sourd de ta machine en guise de musique, et tu aimes aussi la faible consommation d'essence et le prix de ton plein !

 

 

Il y aussi la Fat Boy qu'on ne présente plus. C'est tentant c'est sûr... Mais horriblement onéreux, lourd et pas certain que pour un usage journalier ça soit le top. M'enfin bon, on en est pas encore là et j'ai encore plein de voyages à faire avec ma belle. On va finir cette article avec une note plus sérieuse, à savoir la sécurité. La fin des 100 chevaux a été entérinée en France le 13 avril 2016 ce qui fait qu'il risque d'avoir sur les routes encore plus de missiles à deux roues, encore plus de morts. Il suffit d'ouvrir le journal, y'a trop souvent des motards tués. Alors, réfléchissez bien lorsque vous choisissez une moto. Il faut qu'elle vous corresponde, qu'elle fasse corps avec vous selon l'usage que vous voulez en faire. Dieu merci, je vois moins de jeunes marioles qu'avant faire les zouaves en bécane. Roulez régulièrement et par tout temps, ainsi vous allez acquérir de l'expérience et serez plus à même de gérer une situation d'urgence. Les motards du dimanche ont généralement une courte durée de vie, j'en ai vu assez avec des membres en moins. Faites gaffe à la route car elle ne vous fera pas de cadeau, croyez moi. La moto est un art de vivre qui se vit intelligemment, gardez ça à l'esprit c'est vital. Sur ce, au plaisir de croiser certains ou certaines d'entre vous sur la route:-).

 

 

Adrinukem B-]

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Voyage (Voyage)

La belle saison va arriver sous peu et un déluge de motards va apparaître, se faufilant dans le trafic routier où se traîne automobilistes, cyclistes, routiers, lapins écrasés etc. Tels des chevaliers d'armure en cuir sur leurs montures motorisées agiles et puissantes, ils affrontent cette faune mécanique particulière qui compose la route. Ils devront faire avec les plaisirs mais aussi les risques que comporte cette passion : La moto.

 

Etant motard depuis bientôt 16 ans (déjà!), j'ai eu le « plaisir » d'affronter tout type de situation, par tout temps. De la circonstance la plus débile à la plus dangereuse. J'aimerais vous en parler :

J'ai commencé le permis moto bien avant la voiture (le permis moto est A et auto B donc normal de commencer par la moto:-) ) et ça a été quelque chose de fort. Tout d'abord le permis en lui même qui n'est pas évident, notamment avec les parcours lents et rapides. Et puis tu as le plateau, ensuite la conduite avec aussi des questions techniques sur la machine et le motard. A côté de ce permis moto, le permis bagnole est de la rigolade !

 Une fois cette épreuve passée avec succès un bel été, il a fallu choisir sa monture...

 

 

On commence trankilou avec la 600 Bandit S...

 

Ah, la p'tite Bandit ! Je me souviens, j'avais hésité à l'époque avec la Ducati Monstro. J'avais préféré la jouer « safe » avec du modèle récurent comme le Bandit ou l'Hornet. Tout le monde à cette époque était « Hornet Hornet ! ». Moi, comme je n'aime pas trop faire comme tout le monde, j'ai pris le Bandit. C'était bien chouette ! Même à deux ça le faisait mais une fois chargé, il fallait monter dans les tours pour dépasser. Déjà sur la route, je commençais à percevoir des agissements douteux d'automobilistes paraplégiques du volant et mous du bulbe. Il y en avait qui était trop occupés à trifouiller dans leur bagnole sans faire attention à ce qu'il passait autour d'eux, ce qui fait que les clignotants devinrent pour eux rapidement « useless » ou en option. Les jeunes permis en 206 qui se la pétaient et qui te doublaient avec leur musique de beauf à fond alors qu'ils se retrouvaient bloqués comme des cons derrière un tracteur. Tracteur que toi, en moto, tu doubles aisément et tu regardes alors tranquillement ces jeunes fougueux décérébrés s'exciter dans leur caisse...

 

 

 

Premiers frissons...

 

Et puis y' aussi les camping-cars ! Ca, c'est magique. C'est sûrement le véhicule le plus dangereux sur la route. Testé et approuvé ! C'est bien simple, ce sont souvent des gros étrangers retraités qui connaissent pas le coin alors ils se traînent... Ils se traînent mais alors d'une force ! 70 km/h maxi ! Et puis ça tourne au dernier moment sans clignotant, ça fait pas attention... Une saloperie ces trucs.

Je dois d'ailleurs mon plus gros frisson à l'un d'eux :

 Un tracteur était en tête de file, un camping-car derrière et puis moi. Je mets mes clignotants, attends un moment puis me déporte pour le dépassement de cet engin de mort. Arrivé à mi-hauteur de celui-ci, ce « camping-crotte » n'a rien trouvé de mieux que de choisir ce moment précis pour doubler le tracteur ! Ce qui fait que l'on s'est retrouvé à trois sur la route ! Avec moi qui grignotait le bas-chaussé ! De peur, j'ai klaxonné à tout va mais l'autre n'a fait comme si il n'avait rien entendu et à continuer son dépassement de tracteur. Horreur, une voiture arrivait en face... J'ai pu rapidement décélérer pour me ranger in extremis derrière le tracteur. La peur m'a quitté petit à petit et maintenant un nouveau sentiment m'animait peu à peu pour enfin complètement m'envelopper : La rage.

 

 

 

Hokuto no biker : Adrinukem's rage

 

Devant cette débilité « camping-careste » qui aurait pu me coûter la vie, je m'empressais alors de dépasser ce tracteur dès que je pouvais. Ce que je fis aisément et n'eut aucun mal à rattraper ce maudit camping-crotte, emplit de colère et de rage. Je me mis à sa hauteur et restais un moment là, à gueuler dans mon casque en brandissant mon poing. Le conducteur était un bon gros beauf moustachu débile coiffé d'un bob affreux. Il s'en foutait royalement le bougre, d'avoir mis en danger un jeune motard ! J'allais lui faire comprendre que je n'étais pas très content...

 

Je découvris que j'étais assez souple puisque en plus de donner de gros coups de bottes dans sa portière conducteur, j'eus même réussi à éclater son gros rétroviseur de gros camping-crotte moche de gros beauf à la con. J'ai mis beaucoup de temps à me calmer, moi qui ne m'énerve pourtant quasi jamais... Quoi qu'il en soit, cet épisode a changé ma façon de voir la route. Je n'ai jamais été un mordu de vitesse, je tiens à le préciser. Mais les connards qui conduisent comme des merdes, je ne les tolère pas et je ne leur ferait aucun cadeau par la suite, allant même jusqu'à bloquer des rond-points pour choper le saligaud et l'extirper de sa bagnole pour lui expliquer les choses en face.

 

 

 Tolérance zéro pour les zéros

 

Pour ceux qui suivent l'actu du Saloon, vous savez que j'ai été ambulancier. Il m'est arrivé de transporter des motards dans un état déplorable. Parfois à cause d'un tiers, des fois à cause de leur inexpérience de « motard du dimanche », mais si vous savez, ceux qui ne sortent que le dimanche quand il fait beau... J'ai été attristé quand la plupart me disait « on m'a coupé la route, on a grillé le stop, on m'a pas vu... ». Quand vous voyez des gars finirent dans un sale état à cause d'une inattention automobilistienne, ça fait quand même bien chier et vous vous dites que vous aurez pu vous retrouver à sa place... Depuis tout ça, à moto je m'efforce d'être clean au guidon mais par contre, à la moindre incartade d'un demeuré... Tolérance zéro pour sa gueule ! La vie est trop précieuse alors sur la route, on ne rigole pas.

 

 

Une autre Bandit puis le mythe Harley Davidson

 

La Bandit me plaît, c'est indéniable. Mais elle est un peu juste pour les dépassements quand on est deux je trouve. Donc, on réfléchit à une plus grosse cylindrée. Coup de foudre encore chez Suzuki avec l'Hayabusa... C'est presque dans la poche mais je me renseigne un peu sur cette moto et découvre un prix excessif pour les consommables et la passagère n'a pas l'aire d'être trop confortable à l'arrière donc mouaif... Et puis coup de matraque par l'assurance : « Vous n'avez pas 34 ans donc vous ne pouvez pas conduire cette hypersport ! » QUOI ?! Déjà, c'est pas une hypersport mais une routière, ensuite c'est quoi cette histoire d'âge ?! C'est de la discrimination, ça Monsieur ! Bon enfin bref, on abandonne l'idée puis ça sera une 1250 Suzuki Bandit S.

 

 

Bonne machine, puissante et tout. Mais toujours ce mal de dos et mal au cul au bout de 50 km. C'est mal barré parce que j'ai envie de faire des road trip ! La selle est changée, c'est une selle confort mais en fait çà change pas trop... Les années passent, cette moto est lourde à l'usage, 250 kilos à sortir du garage tous les jours c'est pas tout le temps évident. La Bandit est puissante, on a vite fait de patiner de la roue arrière sur les pavés, elle va vite, trop vite pour mon p'tit bled et mes routes de campagne. De plus, l'âge aidant, j'aspire à rouler différemment. Je participe à des portes ouvertes, des événements. Je commence à essayer une custom japonaise. L'horreur ! Bruit infect, plaisir néant. Lors d'un salon, j'ai une invit' pour un essai Harley Davidson...

 

 

Adrinukem B-]

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Édito

Bienvenue dans notre saloon !!!

 

Ce lieu est fait pour mettre en avant ce qu'on aime le plus dans les jeux vidéo et tout ce qui touche de près ou de loin à ce loisir. Il proposera avant tout des articles sur le rétrogaming, sur des sujets plus ou moins chaud de l'actualité et surtout sur notre vision des jeux vidéo.

 

Mon associé Adrinukem s'occupera de manière quasi-exclusive à l'écriture des articles et à l'animation du blog. De mon côté je serais en charge de la partie technique et graphique. Etant nouveaux dans cette très charmante communauté de Gameblog, nous aurons besoin d'un peu de temps pour s'adapter et de proposer des articles de qualité à un rythme régulier.

 

Une chose est sûre, nous serons ravi que vous puissez partagez votre opinion dans les commentaires et nous vous ferons un plaisir de vous répondre. Les seules choses qui ne seront pas toléré seront les provocations gratuites et le manque de respect. Ce n'est pas parce qu'on est dans un saloon qu'il faut tout casser comme dans les films de western quand même !!! lol

 

Sur ce je laisse mon cher associé faire sa présentation ( Il faudra que je lui demande d'ou vient cette idée de parler de lui à la troisième personne lol ) .

 

Bonne lecture et à bientôt ;-)

 

DarthSpike

 

----

 

Adrinukem fait partie d’une génération de joueurs qui a eu la chance de connaître et de vivre la toute première et excitante période du jeu vidéo. De l’Atari 2600 jusqu’aux consoles d’aujourd’hui, il a pu constater les améliorations techniques au fil des ans sur ces machines ludiques qui ont envahi nos salons mais aussi nos poches de pantalon.

 

Il a vécu de sacrés bons moments de gaming avec Darthspike et c'est pourquoi, dans ses écrits, le multi-joueur aura une place très importante (le vrai, pas le online, hein !). La direction que prend petit à petit l’industrie du jeu vidéo ne lui plaît guère et, déçu par la génération de console actuelle dont il a du mal à trouver des titres intéressants et complets, il se tourne régulièrement vers le rétro-gaming.

 

Il animera ce blog par des avis concernant divers jeux (anciens ou même actuels) et proposera des articles divers et variés tournant autour de ses diverses passions et autres centres d'intérêt (bah oui, y‘a pas que le jeu vidéo dans la vie !).

 

Il vous souhaite une bonne lecture et vous invite à réagir intelligemment à ses publications.

 

Adrinukem B-]

 

 

Retrouvez-nous sur
notre Twitter :-)

Archives