Blog d'un cochon aviateur au nom hybride

Blog d'un cochon aviateur au nom hybride

Par Vicporc Blog créé le 29/04/12 Mis à jour le 31/12/14 à 16h33

Ajouter aux favoris

Catégorie : Indies

Signaler
Indies (Jeu vidéo)

Le game music bundle s'est fait connaitre il y a quelque mois, et se distingue des autres bundles de JV en ne proposant que des OST de jeux vidéo, mais un nombre assez impressionant pour un prix toujours peu élévé. Il nous revient ce mois ci avec une qualité d'OST non négligeable, dont voici la liste. 

A partir de 1$

Tha Banner Saga, par Austin Wintory

Après avoir mis une claque à énormément de monde avec la musique du fantastique Journey, Austin Wintory est revenu sur le devant de la scène avec l'OST de The Banner Saga, le jeu d'aventure tactique de Stoic Studio. Aussi splendide musicalement que graphiquement, The Banner Saga est un incontournable et si vous ne prenez pas le bundle, ne passez pas a coté de son OST absolument magique.

Device 6 par Daniel Olsèn

Device 6 a remporté a l'IGF 2014 le prix de l'excellence sonore. Passé relativement innaperçu aux yeux des joueurs, ce puzzle game atypique et étrange jouant sur le texte est pourtant diaboliquement efficace et intéressant. Sa BO aussi.

Broken Age par Peter Mc Connell

Broken Age a fait couler pas mal d'encre lors de sa sortie. Après avoir explosé les scores sur Kickstarter, il s'est finalement retrouvé découpé en deux parties, ce qui a provoqué pas mal de mécontentement chez les joueurs, y compris moi. Ce fut la raison principale pour laquelle je n'y ai pas encore joué. Cependant, ce découpage en deux parties n'altère ni la qualité graphique extraordinnaire du jeu de Tim Schafer, ni sa bande son incroyable, toute en douceur, composée par le maitre Peter McConnel.

The Floor Is Jelly par Disasterpeace

Ian Snyder était un étudiant talentueux mainte fois remarqué pour ses petits jeux diaboliquement bien pensé. Puis il décida de sortir The Floor Is Jelly, jeu de plateforme diabolique aussi relaxant qu'agacant et agréable. Sous couvert de graphismes simplistes mais efficace, The Floor Is Jelly nous plonge dans un monde aux murs en gelée ou tout en affaire de rebonds, de timing et de prise de vitesse. Un jeu très agréable a speedrunner d'ailleurs. Coté musique, Snyder n'a pas choisi n'importe qui puisque le compositeur du jeu n'est autre que Disasterpeace, déjà acclamé pour son travail sur FEZ.

Luftrausers par Kozilek

Kozilek est un mastodonte de la musique de jeu vidéo. Vlambeer, des génies du plaisir de jeu immédiat. Quand on met les deux ensemble, ça donne Luftrausers, un shoot très arcade a trois couleurs, diaboliquement frénétique et jouissif, porté par une musique rétro incroyablement énergique et galvanisante. Avec plus de 103 variations du même thème du aux choix des pièces de votre avion, Kozilek a réussi un véritable tour de force.

A partir de 10$

Transfiguration, La piano collection de Journey par Austin Wintory

Les Pianos Collection, c'est monnaie courante dans le monde de la musique de jeu vidéo. Avec des plus ou moins connues, Final Fantasy en tête de liste. Et puis le monde du jeu indépendant s'y est mis aussi, avec les excellentes piano collection de Super Meat Boy et Binding of Isaac. Cette fois, c'est autour de Journey d'y passer, pour le plus grand bonheur de nos oreilles.

Starbound Version Orchestrale, par Curtis Schweitzer

Starbound, en gros, si vous connaissez pas, c'est un Terraria-like dans l'espace. Mais c'ets cool. C'est même vachement cool en multijoueur. Et ça a eu un sacré succès alors qu'il n'est encore qu'en Early Access. Starbound s'est fait remarquer par son gameplay, mais aussi par son OST, très zen, reposante. Et que je trouve très proche de Flower, vous me direz ce que vous en pensez.

Ether One par N.J Apostol

 Ether One est sorti très récemment, et dans un relatif anonymat. VC'est assez dommage pour ce jeu d'aventure plutot joli, qui se base beaucoup sur son ambiance et son histoire très psychologique. D'après les différents retours que j'en ai eu, Ether One tient ses promesses, et en terme de musique, Apostol a fait un excellent boulot. A voir donc, mais l'ambiance donne envie en tous les cas.

The Yawhg, par Halina Heron et Rian Rolf

The Yawhg est un jeu assez obscur. Un visual novel a choix multiples qui vous assure une aventure unique a chaque partie. Je n'y ai pas joué, donc je ne pourrais pas vous en dire plus. Mais au vu du trailer, ça a l'air bien. Et l'OST est plutot pas mal, relaxante, avec de très beaux morceaux de guitare. 

Magnetic By Nature par Lance Montgomery

Magnetic By Nature est un jeu de plateforme aux graphismes accrocheurs dans lequel vous controlez une sorte de robot qui devra jouer avec l'attraction répulsion des aimants pour progresser. Faisant la part belle au timing et a l'adresse, Magnetic By Nature donne envie, et je pense aller y jeter un coup d'oeil bientot. Coté musique, c'est de la bonne électro un peu planante. Pas fantastique, mais pas mal.

Escape Goat 2

Escape Goat, c'est bien, pas comme plein d'autres jeux avec le mot Goat dedans, suivez mon regard. Escape Goat, c'est de la réflexion pure avec une chèvre violette. Le premier était déjà vachement bien, le deuxième est encore mieux, et la BO pareil. Du bonheur en barres.

Curious Merchandise, par Ben Prunty

Petite entorse au reglement, Curious Merchandise n'est pas un jeu vidéo, mais l'album solo de Ben Prunty, le compositeur du géniallissime FTL, revenu récemment avec de nouveaux morceaux sur l'extended edition. Et comme tout ce que fait Ben Prunt, ça déchire.

Winnose, By Tom Like et Calum Bowen

 Jeu spec parmi les jeux spec, Winnose perturbe au premier coup d'oeil, par son graphisme. Je n'y ai pas joué, par contre j'ai eu un vériatble coup de coeur pour cette musique dansante, qui donne envie de secouer la tête devant son ordi.

Eldritch, par David Pittman

 Allez, on passe sur quelque chose de beaucoup moins dynamique avec l'étrange Eldritch, "partition du Lovecraft pour guitare électriques", selon le site du bundle. FPS Minecrfatien relativement WTF; Eldritch a un trailer a la musique décalée, ou en tout cas qui ne correspond pas a l'ambiance de la BO, beaucoup plus angoissante.

Bardbarian, par Maximum Satan

Srtez les barbes, les moustaches, les casques a cornes et les haches, voici Bardbarian, un beat em all au style cartoon porté par un morceau absolument épique de rock médiéval. Rien qu'a l'écoute, ça donne envie, mine de rien! Le compositeur a un nom assez magique, aussi.

Tribes: Ascend, par Chris Rickwood

 On passe ensuite sur quelque chose d'un peu plus connu, avec Tribes Ascend, le fameux FPS multijoueur. Comme ce n'est pas du tout mon genre de jeu, je laisserai des gens plus compétents en parler.

Into The Box, par Talha Kaya

 Into The Box a ruiné mes yeux. Ce concept diabolique a ruiné mes yeux. Vitre but dans Into The Box, amener votre curseur dans des boites. C'est pas facila a expliquer, mais on le comprend très vite. Ca va vite, très vite, ça défince la rétine, mais c'est jouissif. Sa musique chiptune aussi. J'en suis a 235 en meilleur score, et vous? 

Soul Fjord, par Austin Wintory

 Et oui, encore du Wintory, pour le jeu le moins connu de sa carrière peut être. Et c'est bien dommage, parcqu'un mélange entre de la mythologie nordique et de la funk des années 70, ça avait de la gueule. Tant pis, le jeu est sorti sur Ouya, il s'est vautré. Mais on apprécie quand même le super travail musical de l'ami Wintory.

Dragon Fantasy Book II par Dale North

 Allez, plus que 2. Je vais passer relativement vite sur Dragon Fantasy Book II, car c'est un de ceux qui m'a paru le moins intéressant d'un point de vue musical. Alors certes, c'est beau, mais comme le jeu est dans la droite lignée des JRPG d'antan, et la musique aussi, il n'y a pas de véritable surprise. Mais ça reste agréable.

The Music of Junk Jack X par James Primate 

 And the last one, The Music of Junk Jack X. Encore un terraria like pas forcément super attirant, mais bon, j'ai pas plus cherché que ça, donc je me garderai d'avoir un véritable avis sur le jeu. Niveau musique, c'est pas trop mal, mais rien de transcendant non plus.

 

 

 IL NE RESTE QUE DEUX JOURS POUR PROFITER DE CETTE AFFAIRE EN OR!

http://www.gamemusicbundle.com/

Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Signaler
Indies (Jeu vidéo)

 

"This is the story of People who really mastered the game"

Ah, Tetris. Qui n'y a pas joué. Que ce soit sur gameboy, Nes, Pc, Ds, Ipad, ou n'importe quelle console, presque tout le monde a touché un jour au jeu de ce grand monsieur qu'est Alekseï Pajitnov. Des dizaines, des centaines de tetrominos tournés, poussés vers le fond du tableau, des lignes effacés, des scores qui grimpent. Chacun a joué a Tetris, mais certains plus que d'autres, en réalisant des scores hallucinants. Ils sont devenus des maîtres du jeu, des joueurs mythiques. Ecstasy of Order s'intéresse a ces gens, a travers un documentaire fort, humain, et terriblement intéressant.

L'intro du film est très belle. On y voit un homme, Robin Mihara, un bonhomme tout gentil, verse des céréales ainsi que des tetrominos dans son bol. Puis il prend sa douche, et des tetrominos en eau coulent le long des murs de sa salle de bain. Puis il prend sa voiture, et ses hallucinations continuent, Robin remplaçant les voitures par des tetrominos. Ecran titre. Présentation du jeu.

Ecstasy Of Order va donc nous conter l'histoire d'un homme en particulier, ce fameux Robin Mihara. Cet homme va tenter de rassembler les plus grands champions de Tetris au monde (enfin, aux Etats Unis, mais ils appellent quand même ça "le monde"), afin de définir qui est le meilleur joueur de Tetris. Le champion des champions. Ces champions, ce sont Thor, Jonas, Harry, Ben, Dana, Trey, Matt, Alex et Jesse. A partir de ce scénario simple mais réel, on va suivre les pérégrinations de Robin, avec comme climax le fameux tournoi de Tetris.   Le film va alors se développer. Retour sur Twin Galaxies, recherche du matériel pour le tournoi, rencontre avec les joueurs, explication du jeu, Ecstasy of Order est parfaitement construit, en offrant une superbe vision du jeu vidéo.

A la manière d'Indie Game The Movie et de King of Kong, les deux documentaires majeurs du jeu vidéo, Ecstasy of Order est un beau film car il aborde le jeu vidéo et sa pratique avec un angle profondément humain. La ou IGTM décrivait des développeurs en souffrance et en remise en cause perpétuelle sur la raison et la cohérence de leur création, et ou King of Kong nous présentait des personnages complètement tarés, Ecstasy of Order nous propose une véritable iography de chaque personnage, chacun incarnant une vision de Tetris en lui même et de sa pratique. On redécouvre alors un jeu que l'on connait tous, que l'on croit tous connaitre. Ou pas. Avec une émotion parfaitement dosée, les joueurs racontent comment ils ont découvert Tetris, et comment ils en sont venus a cette folie du score.  Leur différences et points communs s'affirment, et même si ils sont a peu près tous au même niveau, ils ne jouent jamais de la même manière. Dana, par exemple, n'a jamais su que l'ont pouvait tourner les tertominos dans les deux sens. Ben se concentre sur le nombre maximum de ligne. L'un construira sa tour pour réaliser son tetris a droite, l'autre a gauche, tandis que Jonas joue de manière désordonnée mais avec des réflexes hallucinants. On fini par réellement s'attacher a eux, et a avoir des déceptions et des joies lors de la fin du film. Mais c'est assez compliqué d'en parler, et je pense qu'il faut vraiment les voir pour se faire son avis sur eux.

On découvre a quel point un jeu avec un concept aussi simple peut devenir un mythe, que ce soit par les techniques a apprendre, l'inconnu du jeu ou la glorification de certains joueurs. Thor, qui fut le grand gagnant du du Nintendo , est devenu un modèle pour tous les joueurs de Tetris, dans sa vitesse d’exécution et l rapidité de ses mouvements. Robin va alors avoir l'obsession de faire revenir Thor, comme on amène un grand joueur dans un club, ou une star dans un casting. Autre chose intéressante, le mythe du niveau 30 qui est apparu au fil des années, et qui devient au centre de la pratique de beaucoup de joueurs. Tetris étant un jeu a vitesse exponentielle, le niveau 29 est considéré comme le niveau impossible a passer, tant la vitesse de défilement des pièces est élevée. La question du niveau 30 hante alors les joueurs. Ce niveau existe il, ou pas, est il faisable, jusqu'ou continue le jeu? On a aussi un excellent passage sur les conséquences psychologiques de la pratique intensive de Tetris, que ce soit sur l'automatisation des gestes, les tetrominos apparaissant dans les rêves, ou la transcription des mécaniques du jeu dans le monde réel.

Ecstasy of Order traite le jeu vidéo de manière profondément humaine, comme une pratique qui crée des liens sociaux, qui crée des histoires, qui fabrique des personnalités. Il est didactique, bien rythmé, porté par un musique parfaitement dans le ton. C'est un film actuel, émouvant, qui ne reste pas bloqué dans une vision caricaturale du média qu'il aborde. C'est un film sincère. Et bon sang, qu'est ce que ça fait du bien de voir un film parler du jeu vidéo de cette manière. Regardez Ecstasy of Order. Et je suis impatient d'avoir vos retours. Et oui, c'est tourné en 2010. Au départ, je croyais que ça se passait dans les années 90.

Ça coûte 10 euros, avec 75 mn de bonus. Jetez vous dessus.

http://watch.ecstasyoforder.com/

 

Article a retrouver aussi ici

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
Indies (Jeu vidéo)

Arrêtez tout. Vite. 

Car le meilleur jeu de l'univers est sorti hier en early access sur steam. Starwhal: Just The Tip est sorti. Pour 8¤99 (et un peu moins cher sur le humble store si ma mémoire est bonne). Pour ceux qui sont passés a coté, Starwhal est un jue de combat de narvals, dans l'espace, ou le but est de toucher le coeur des narvals adverses pour les tuer. La maniabilité est absolument chaotique (les narwhals sont en fait constitués de trois parties), c'est moche, mais le jeu est tellement barré et part tellement loin dans son délire en introduisant des bullet time, des narwals customisables (avec des barbes, des tacos, des fez, des caques et même des sabres lasers a la place de la corne), ou des étincelles de partout, que si on est pris dans le trip, c'est absolument génial. Le pire, c'est que le jeu se masterise assez rapidemment, et pour avoir fait une soixantaine de partie avec des potes sur la démo, je peux vous dire que le gameplay devient vraiment jouissif au fur et a mesure, car on apprend a anticiper les trajectoires et la manière de se déplacer. 

Bref, c'est fun, c'est con, c'est jouissif, ça coute pas cher. Alors si vous manquez d'un petit jeu pour vous marrer pendant la pause de midi, starwhal est un bon plan.

La page steam

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Indies (Jeu vidéo)

 

Ce post est la traduction (partielle) d'un article d'Indie Statik, publié le 20 décembre 2013: http://indiestatik.com/2013/12/20/indie-game-controversies/ . Je ne suis pas bilingue, alors il y a forcément des erreurs. J'étais juste un peu déçu de voir qu'autant de gens étaient passé a coté de ce post. Et comme ce n’est pas la presse française qui parlerait de certains de ces événements...

 

Quand on fait la rétrospective d'une année vidéoludique, on est souvent tenté de se focaliser sur le positif. Mais la vérité, c'est que l'on en apprendra surement plus des choses négatives. Donc, pour commencer notre transition vers 2014, nous avons décidés qu'il pourrait être intelligent de regarder en arrière, et de se pencher sur les plus grosses controverses qui ont secoué le monde du jeu indépendant.

En fin de compte, j'ai été très surpris du nombre de topics de débats sur les forums, et, bien évidemment, je ne les ai pas tous conservés. Ce qui m'a aussi surpris, c'est le nombre de débats différents. Des lois de Youtube aux éditeurs ne payant pas leurs employés, jusqu'au plagiats de jeux.

Bon, c'est parti, penchons nous sur ces fameuses controverses. Oh, et si vous voulez en savoir plus pour chaque histoire, des petits liens vous renverrons vers les textes d'origine, qui sont, bien évidemment, beaucoup plus complets que les résumés postés ici.

1/ Zoe Quinn harcelée sexuellement après que Greenlight ai mis en avant son jeu Depression Quest. (Decembre 2013)

Après avoir soumis pour la seconde fois son jeu Depression Quest sur Steam Greenlight, la créatrice Zoe Quinn a du s’accrocher à ses convictions. Le jeu nous met dans la peau d’un jeune homme dépressif, et se présente sous la forme d’un visual novel. Hors, de nombreux choix de dialogues sont rayés, et donc inaccessibles, afin de nous faire ressentir l’expérience de la dépression. Quinn a subit une scandaleuse et lamentable campagne misogyne contre sa personne, afin que son jeu ne soit pas publié. Au départ, les insultes et menaces contre elles et le genre féminin tout entier restaient bloqués aux forums et a twitter, mais très vite, elle fut harcelée par téléphone, l’obligeant a changer plusieurs fois de numéro. Pour les trucs les plus horribles, des hommes se masturbaient a coté du téléphone lorsqu’ils l’appelaient. Quinn a reçu énormément de soutien quand sa mésaventure a été rendue publique, et Depression Quest sera bientôt disponible gratuitement sur steam.

 Article Original : http://indiestatik.com/2013/12/13/female-game-developers/

2/ Un journal canadien accuse le jeu Pipe Trouble d'éco-terrorisme, en ne l'ayant pas compris. (Mars 2013)

 Le journal canadien The Sun News Network, a lancé en mars 2013 une calmpagn e extrêmement agressive contre le jeu de Pop Sandbox's, Pipe Trouble. Ce jeu, un serious game tout ce qu'il y a de plus honnête, tentait de sensibiliser les joueurs aux différentes politiques gravitant autour du débat sur les pipelines en Colombie Britannique. Le jeu a notamment fait partie de la promotion d’un documentaire de la TVO consacré à l’activiste Karl Mattson. En cours de jeu, si vous ne surveillez pas vos pipelines, des terroristes peuvent les faire exploser. Dans sa grande intelligence, une journaliste du nom de Christina Blizzard n’a rien trouvé de mieux a faire que d’extraire totalement cette mécanique de son contexte, accusant le jeu de faire l’apologie de l’éco-terrorisme, et de banalisé les accidents de pipelines en 1999, qui avait tué, notamment, une adolescente.

Article Original : http://indiestatik.com/2013/03/29/look-at-how-the-canadian-media-has-miscontrued-the-intent-behind-pipe-trouble-accusing-it-of-ecoterrorism/

3/ Le racisme de The Stanley Parable et les assets volés de 7 Days To Die (Octobre 2013)

Ouaip, deux en un. Pour la simple et bonne raisons qu’elles ont eu lieu la même semaine.

Un auteur et professeur à écrit Davey Wreden, le créateur de Stanley parable, car il trouvait la vidéo « Choices » raciste. Cette vidéo apparait dans le jeu, et montre un dessin de businessman blanc mettant le feu à un enfant noir, venant apparemment du tiers monde. Wreden lui a répondu en altérant les images de la vidéo.

Un inconnu cru bon de voler un modèle 3D de zombie de Killing Floor de le repeindre, de l’uploader sur le store d’Unity, en disant, bien évidemment, que c’était une de ses créations et qu’il autorisait les gens à l’utiliser. The Fun Pimps, les développeurs de 7 Days To Die,  ont donc acheté  ce modèle pour l’utiliser dans leur jeu. Quelle ne fut pas leur surprise quand Tripwire (les créateurs de Killing Floor), leur demandèrent de retirer le modèle 3D du jeu. Ils n’eurent pas de réponse de Fun Pimps jusqu'à ce qu’ils envoient un avocat, et que la page greenlight du jeu soit supprimé. Tout c’est finalement terminé correctement, le modèle 3D a été retiré du jeu, et la page Greenlight remise.

Article Original : http://indiestatik.com/2013/10/30/indie-game-controversy/

 

4/ Le jeu de Vlambeer, Luftrausers, cloné sur l’Apple Store

Il semble que chaque année, il y ai des choses inévitables. Comme le clonage des jeux de Vlambeer, par exemple. En 2013, un jeu appelé SkyFar a fait son apparition sur l’Appstore, et c’était sans aucun doute un total plagiat du jeu Luftrausers, qui devrait sortir en 2014 sur PC, PS3, MAC et linux. Ironie du sort, de fans se sont mis à créer le jeu Vlambeer Clone Tycoon, histoire de rire des problèmes de plagiat contre lesquels Vlambeer doit se battre chaque année.

Article Original

5/ « Joyful Executions », banni de l’apple store pour avoir parodié le régime nord coréen. (Avril 2013)

Apple un un problème avec les jeux tendant vers un propos politique, une des raisons d’exclusion des jeux de l’Apple Store étant si ceux-ci traitent de « cibles d’une race, culture spécifique, ou gouvernement ou corporation réelle ». Bref. La connerie, l’image de marque, tout ça. Joyful Executions, c’est un jeu qui parodie la propagande et le régime nord coréen, dans lequel vous jouez un enfant en charge de l’exécution des traitres. Sa violence très stylisé lui a aussi attiré les foudres d’Apple. Si ça vous intéresse, le jeu est toujours jouable sur Android, via Google Play.

Article Original : http://indiestatik.com/2013/04/11/joyful-executions/

6/ Un jeu d’aventure destiné a des joueurs gay apparait sur Greenlight, et le débat autour de l’homosexualité dans les jeux vidéos (Juin 2013)

My Boyfriend The Space Tyrant est un jeu d’aventure humoristique destiné aux homosexuels, de l’aveu même du créateur. (Ce qui est en soit un peu limite, je ne comprends pas pourquoi on devrait faire des jeux spécifiques pour les gays. D’autant plus que les graphismes sont très limites, même si il se prétend humoristique. Mais bref, on est surtout la pour parler des réactions que ça a engendré). En effet, aussitôt le jeu sur greenlight, les commentaires homophobes se sont déversés. Quelques exemples, pour la forme.

“If this was lesbians it would be awesome, but its not. Get this shit off steam please.”

“Every game I saw on Greenlight, I gave it a yes, but I can’t give a yes to this shit, sorry but the game shouldn’t be on steam, I really hate it !”

“Brb making a game subtitled “A [currently fashionable special interest group that has fuck all to do with video gaming] [genre] Game!”"

“GAY… my eyes are in flames”

Et histoire d’avoir une vraie réflexion sur le sujet, je vous invite à vous pencher sur le post d’origine, ici : http://indiestatik.com/2013/06/02/how-dare-this-gay-adventure-game-try-to-get-on-steam-how-dare-it/

7/ Indie Game Magazine demande aux développeurs de payer pour avoir des reviews de leurs propres jeux. (Décembre 2013)

Indie Game Magazine, un gros journal américain consacré au jeu vidéo, a récemment changé de dirigeant. Chris Newton a donc choisi, comme premier changement, de demander aux développeurs de payer pour que le journal fasse des reviews de leurs jeux. Il justifiait cette initiative comme une manière logique de rendre son business viable, tandis que l’opposition s’indignait, accusant le journal de perdre toute éthique. Newton fit marche arrière très vite, au vu des réactions qu’il avait provoqué, et à été remplacé par un autre directeur qui annula ses décisions.

Article Original : http://indiestatik.com/2013/12/01/charging-indie-game-devs-reviews-bad-practice/

 

8/ Dark Matter, le jeu vendu avec la moitié de son contenu. (Octobre 2013)

Après avoir échoué dans son Kickstarter, qui lui aurait permit de terminer son jeu, Interwave Studios décida quand même de lancer une alpha de son jeu sur steam. Un jeu qui se termine avec une fin  extrêmement abrupte. Ouais, la fin, c’est ça, un pauvre texte. Les joueurs qui avaient acheté le jeu ont alors crié au scandale, demandant à être remboursés. Interwave s’excusa pour cette fin on ne peu plus scandaleuse, promettant de la changer dans les plus brefs délais. Pas sur que son image reste glorieuse, après ça.

Article Original : http://indiestatik.com/2013/10/20/failed-kickstarter-blamed-for-dark-matter-being-chopped-in-half-and-its-abrupt-ending/

 

9/ Lace Mamba Global ne paye pas ses royalties aux développeurs indépendants (Janvier 2013)

 

 

 

CBE Software a annoncé avoir arrêté de publier son jeu sur la plateforme Lace Mamba Global après que ceux ci ne leur a pas payé les royalties des ventes de leur dernier jeu, JULIA, pendant plus de 10 mois. Jusqu'ici, tous leurs efforts de contacts n'avaient pas reçu de réponses, que ce soit par email, lettres, ou même l’envoi d'avocats au siège de l'entreprise. Après la plainte de CBE, les studios Colibri Games et Amanita Design ont eu aussi fait part de ce problème, qui leur est aussi arrivé. Jason Codd, l'homme qui était au centre de la gestion de ces royalties, à été viré,  et n'a pas retrouvé de boulot depuis. Tous les développeurs ont quand à eux bien reçu les sous qui devaient leur revenir, et beaucoup de jeux ont été retirés de la plateforme.

Article original: http://indiestatik.com/2013/01/25/never-paid-us-a-single-cent-lace-mamba-global-breach-publishing-deal-with-cbe-software/

 

10/ The Slaying Of Sandy Hook Elementary, le jeu qui vous fait jouer un meurtrier dans une école. (Novembre 2013)

 

 

The Slaying Of Sandy Hook Elementary est un jeu flash de Ryan Lambourn.  Le jeu vous met au contrôle d’un tueur, et votre but est de massacre des enfants dans un jeu extrêmement stylisé graphiquement. Lambourn a voulu, à travers ce jeu, faire prendre conscience au gens du fait que même après les fusillades de Sandy Hook, rien n’a changé aux USA. Et dans un texte audio, il incite tous les joueurs a contacter les représentants des états pour changer, enfin, la loi sur le port d’armes aux Etats Unis. Est-ce la la bonne manière de le faire, la question reste ouverte.

 

Article Original :  http://indiestatik.com/2013/11/20/slaying-sandy-hook-elementary/

 

11/ L’agence de pub de Gamespot refuse de faire apparaitre Democracy 3 sur le site a cause de son contenu politique. (Décembre 2013)

 

 

Cliff Haris, de Positech Games, contacte en décembre la régie publicitaire de Gamespot pour demander pourquoi ceux-ci ne l’autorisent pas a parler de Democracy 3 sur le site. La réponse : le contenu politique est inapproprié et ils ne peuvent pas se permettre de traiter un sujet aussi sensible que les problèmes politiques sur le site. Ok.

 

Article Original : http://indiestatik.com/2013/12/10/democracy-3-politics/

 

12/ La PAX veut créer des espaces spécifiques pour les femmes, gens de couleurs, handicapés, homosexuels... (Décembre 2013)

 

 

La PAX, afin de se vendre comme étant un événement joyeux et amical, n4a rien trouvé de mieux que d’avoir le projet de créer de petits espaces pour les personnes « spéciales ». Appellés « diversity lounges », ceux-ci auront pour but d’être des lieux sécurisés pour les femmes, les gens de couleurs, ou encore tous les gens affiliés a la lute LGBT. Ces endroits devraient également essayer d’éduquer les gens qui ne font pas partie de ces groupes à les « connaitre ». Bref, si vous cherchiez l’expression même de la connerie, vous l’avez peut être trouvée.

 

Article Original : http://indiestatik.com/2013/12/20/indie-game-controversies/

Ajouter à mes favoris Commenter (18)

Signaler
Indies (Jeu vidéo)

Cet article n'est pas une critique, juste un article de propagande, étant donné que je n'ai pas fini le jeu. 

Morphopolis est sorti le 7 novembre, et personne n'en a parlé, ce qui est bien dommage. Car ce jeu d'objet caché réalisé par Micro macro Games, disponible sur PC, Mac, IOS, Blackberry et Android, est un epure merveille au niveau visuel. Morphopolis. Imaginez être transporté, grâce a quelques tableaux, transportés dans un Microcosmos fantasmé aux couleurs chatoyantes. Une ambiance sonore incroyable, et des insectes qui se baladent lentement. Ne vous attendez pas a des folies de gameplay, les énigmes sont simples, et peu intéressantes. Mais qu'importe, car Morphopolis est une des plus grosse baffe graphique de cette année 2013.  Récompensé par de nombreux festivals d'illustration, l'équipe artiqtique du jeu a réalisé un travail hallucinant, avec une finesse de décor stupéfiante. L'influence d'un certain Machinarium est clairement présente, pour le meilleur... Morphopolis est disponible a 10 euros. C'est peut être, mais a mon sens, la balade en vaut la peine.

Acheter Morpohoplis. 

Ajouter à mes favoris Commenter (11)

Signaler
Indies (Jeu vidéo)

Les projets Kickstarter réussissent. Ou pas. Plus ou pas que oui, d'ailleurs. Aujourd'hui, on va parler d'un projet qui a atteint le projet demandé, et qui devrait sortir prochainement, donc. Ce projet, c'est Knite & The Ghost Light. Ce jeu se présente sous la forme d'un jeu d'aventure assez classique, et plutot narratif, dont l'intérêt principal sera indéniablement l'ambiance. Car si Knite a attiré le regard de beaucoup de gens, c'est pour ses graphismes, qui seront en réalité des tableaux et des personnages fabriqués en dur, qui seront animés puis filmés pour être retranscrit dans le jeu, en 2D. Autant dire que le concept est alléchant, surtout quand on voit la minutie déployée sur les décors et personnages (tous fait main), par l'équipe de développement. Une équipe composée de 5 personnes basée a Seattle. Bref, Knite m'intrigue, que ce soit pour son univers et sa bande son. Et si je ne m'attends pas a un jeu révolutionnaire, je suis curieux de voir le résultat. Et en espérant que cela ne ressemble pas a un stop motion moyen.

http://www.kickstarter.com/projects/2011341880/knite-and-the-ghost-lights?ref=card

Ajouter à mes favoris Commenter (8)

Signaler
Indies (Jeu vidéo)

Ouais, je fouine sur Kickstarter, vous commencez a avoir l'habitude. Et comme un peu de pub pour des projets qui tentent de se faire financer ne fait jamais de mal, voici un petit focus sur un projet qui m'a l'air prometteur, du moins si il va plus loin que ce qu'il présente aujourd'hui. Voici Sentris, un puzzle game réalisé Samantha Kalman, une game designer bossant depuis 2005 dans le milieu, notamment sur le moteur Unity. Son jeu se présente sous la forme de plusieurs cercles, et base toute sa mécanique sur le lien entre la musique et vos actions. Concrêtement, vous disposez de plusieurs cercles, chacuns affilié a un instrument, et vous devez, avec un nombre de coups limités, construire votre musique. Le but sera donc de créer votre propre morceau, même si le jeu sera la pour vous guider. Un mode puzzle, axé sur de la réflexion et du timing, sera disponible, tout comme un mode freestyle, multijoueur. Mais aussi une base de données et un espace communautaire. L'aspect graphique est très épuré, mais plutôt attirant. Voici la vidéo d'explication, qui explique le concept beaucoup mieux que moi.

Sentris est prévu sur PC, Mac, et Linux. Si il arrive a dépasser le budget demandé de 50.000 dollars. Et il ne reste que quelques jours. 

Voila, a vous de choisir si vous voulez le soutenir, maintenant. La page kickstarter est ci dessous.

http://www.kickstarter.com/projects/samanthazero/sentris-unleash-your-inner-musician?ref=category

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Indies (Jeu vidéo)

Oui, je sais, mais on va parler d'un jeu qui n'est pas encore sorti. Mais je me permet quand même de dire qu'il est le meilleur beat'em all de l'histoire. Car Broforce, c'est un jeu génial, épique, magique. Broforce, c'est Broforce. Préparez vous a découvrir un jeu badass, avec de la sueur, de l'explosion, des terroristes, et de la classe par palettes.

Mais d'abord, faisons monter la dose d'epicness.

Non, non, tu ne scrolles pas, tu cliques sur le lien au dessus. Non mais. 

Ta vie n'en sera que plus belle.

Tu rêves d'un jeu en 2D, un bon vieux beat'em all ou tu pourrais buter des terroristes a la chaine avec les balles perforantes de ta mitraillette, tes grenades, ton lance flamme, ou ta dynamite? Tu rêve d'excalader des montagnes avec ton couteau, et d'incarner les plus grandes stars du cinéma d'action? Tu rêves de faire tout exploser en multijoueur, et d'éradiquer la menace terroriste? Oui? Alors, Broforce est fait pour toi.

Broforce, c'est un du bon vieux pixel retro, mais propre et bien travaillé mis au servi d'un gameplay ultra nerveux et absolument jouissif en multi. Les environnements sont variés et franchements beaux, et le travail sonore est remarquable. Le tout enrobé d'un super délire autour de ce qu'est le badass, et les plus grandes stars d'actions du cinéma. Car ce qui fait le charme de Broforce, outre son gameplay au poil, que le trailer vous résumera mieux que moi, c'est son esthétique et son casting. Rien qu'au logo, on sent, on le sent, on le voit, que Broforce va être épique. L'équipe de développement de Broforce est composée de 6 personnes, que sont Evan Greenwood, Jarred Lunt, Ruan Rothmann, Ducan Greenwood, Richard Pieterse et Shaz Strauss. Une équipe qui assume totalement son délire pour proposer une communication ammusante (vous gagnez le droit d'avoir un high five de l'équipe quand vous précommandez le jeu).

Mais surtout, il y a le casting. Le casting, mesdames et messieurs. Les plus grandes stars du cinéma sont réunis pour péter la gueule a ces terroristes. Vous pourrez donc incarner Rambro, BA Brocracus, Brommando, Bro Hard (Bruce Willis dans Dye Hard, pour ceux au fond qui ont du mal a suivre), Brodell Walker, Brade, Bro Dredd, Mc Brover (mon préféré), Brominator, Snake Broskin, Indiana Brones, Bro in Black , Robrocop ou Brotrix (Neo). En sachant que tous les persos ont bien évidemment des attaques inspirés de leurs films.

Bref, vivement que la version définitive sorte. Car au vu des délires que je me suis tapé en multi sur la démo, Broforce ne peux être qu'une tuerie.

Et magie, tu peux dès maintenant joeur au Brototype!

http://www.freelives.net/BROFORCE/BROFORCE_WEB.html

Et tu peux précommander le jeu, avec trois formules différentes! (Il coutera 15$ a sa sortie)

http://www.freelives.net/BROFORCE/PREORDER/PreOrders.html

Et enfin, le site officiel.

http://www.freelives.net/

Bref, jouez a Broforce!

Ajouter à mes favoris Commenter (18)

Signaler
Indies (Jeu vidéo)

Sur Kickstarter, le public a finnacé bon nombre de choses, dont des jeux plus ou moins médiatisés en fonction de la reconnaissance dans le milieu de leur créateur. Et puis, certains reussissent car ils donnent envie. Et c'est on ne peut plus le cas avec le jeu présenté dans cet article, Hyper Light Drifter.

Hyper Light Drifter est un action RPG très inspiré de la période 16 bits, et tant mieux, au vu de son rendu graphique. Des forets, des ruines, un univers a la croisée du naturel et des futuristes, et un monde magique a explorer, voila ce que voulait créer les développeurs. Enfin, veulent créer, vu que le jeu n'est pas encore sorti. Les plus grosses inspirations du titre sont A link to the past et Diablo. La progression semble assez classique, avec un système de combat très zeldaesque, du dash, des projectiles, et surtour une difficulté qui risque d'être au rendez vous. Mais ce qui a attiré mon oeil, et celui de beaucoup, je pense, ce sont les graphismes de ce Hyper Light Drifter. Le pixel art de ce jeu est absolument sublime, n'ayons pas peur des mots. Les couleurs très chaudes et contrastées sont superbes, et la maitrise des environnements est remarquable.

Ah, et a la musique, on retrouve  Disasterpeace. Celui qui a fait cette BO magique, souvenez vous. Autant dire que ça donne envie.

Hyper Light Drifter a été un carton monumental sur Kickstarter. Il a explosé le budget demandé, avec plus de 645.000 $ recus pour 27.000$ demandés et 24.150 backers. J'ai investi 15$ dans le titre, et je ne pense pas les regretter.

 

NEED.

ULTRA NEED.

Voir aussi

Jeux : 
Fez, Hyper Light Drifter
Ajouter à mes favoris Commenter (8)

Signaler
Indies (Jeu vidéo)

La Paris Games Week, c'est un salon ou l'on peux admirer et tester les nouvelles consoles, les jeux a venir, se faire une idée de ce que donnera la prochaine génération de consoles. On va y trouver du retro gaming, avec MO5, pas mal de productions françaises, comme les jeux de Cyanide, et aussi les grosses cylindrées du moment. Voire le post de Shore ici d'ailleurs: http://www.gameblog.fr/blogs/shore/p_96833_les-jeux-presents-au-paris-game-week-maj-3

Mais la Paris Games Week c'est aussi l'occasion pour les écoles de formations au métiers du jeu vidéo de se faire connaitre, et aux étudiants de montrer leurs projets. Et parfois d'être reperés. Alors, encore une fois, il y aura nombre d'écoles présentes sur le salon, dont la liste est la suivante: Créajeux, Emile Cohl, l'ENJMIN, Epitech, l'ETPA, l'ESRA, l'ICAN, l'IIM, ISART Digital, le Master MAJE de Cannes et Supinfogame. Pour Supinfogame, je sais que tous les jeux de la promo 2013 sont jouables, pour les autres, je n'en ai aucune idée. Je vous laisse donc avec quelques petits trailers. Si jamais vous avez l'occasion, essayez de passer y faire un tour, ça peux être sympa.

 

Serendipity, Promo 2013 de Supinfogame. Un jeu expérimental assez sympathique et surtout très beau, dans lequel chaque forme est associée a une mécanique de déplacement différente.

ACES, un autre jeu de Supinfogame. C'est du multijoueur, le but étant de se foutre sur la gueule avec ses avions. Avec quelques copains, c'est assez facile a prendre en main, et très fun.

 A Tale of Two Worlds, de l'Enjmim

Toujours chez l'ENJMIN, avec Narcosis.


JEU VIDEO_LEGACY OF THE ARCHITECT (2013) par ISARTDIGITAL

Legacy of the Architect, d'ISART.

Et enfin, deux projets d'Emile Cohl, Haven et Treasure Island

Les sites des écoles présentes sur le salon: 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Édito

Toi qui entre ici, abandonne tout espoir. Tu rentres dans le domaine d'un cochon aviateur au nom hybride, dont le pseudo a été crée par l'esprit de la diabolique Metyst. On y parle de jeux flashs, de jeux indépendants, de jeux plus connus, ou pas. On y parle d'art, japonais, chinois, ou international. On y parle parfois de musique, et aussi de grosses conneries. A tes risques et périls, lecteur.

Avatar par Zachula

____

 

____

ORIGINAL SOUND BLOGGERS, podcast sur les musiques de jeu vidéo animé par Poulpyblast, Onink et moi-même. (Et parfois, on a des invités qui transmettent une classe colossale par la voix. Si si.)

Egalement disponible sur Itunes dans la catégorie Podcast > Jeux et Hobbies > Jeu video

_____

Anfawards 2013

 

Krystaward 2013 du "Meilleur Hipster" et "Meilleur faux départ" :3

Archives

Favoris