Blog d'un cochon aviateur au nom hybride

Blog d'un cochon aviateur au nom hybride

Par Vicporc Blog créé le 29/04/12 Mis à jour le 31/12/14 à 16h33

Ajouter aux favoris
Signaler
Coups de coeur littéraires

Dazai Osamu est un véritable écrivain culte au Japon. Et ce n'est pas un euphémisme de le dire. Si Dazai est si célèbre, c'est d'ailleurs plus pour sa vie que pour son oeuvre, pour sa révolte contre une société rigide et conformiste. Et c'est cette révolte qui le place comme une des idoles de la jeunesse japonaise.

Je m'en vais vous conter l'histoire d'un grand homme de la littérature japonaise. Oui, comme ça, parce que j'ai envie.

osamu_dazai

Dazai Osamu est un pseudonyme. Le vrai nom de l'écrivain, c'est Tsushima Shuji. Il est né le 19 juin 1909, dans la préfecture d'Aomori (tout au nord d'Honshu, l'île principale du japon). Il est le 8e enfant de la famille Tsushima, famille très influente politiquement, de par leur richesse. Il fut élevé par une nourrice, recueillit par sa tante, puis confié à une gouvernante. Le père de Dazai meurt en 1923, et c'est son frère ainé, Tsushima Bunji, qui devient le chef de famille.

Dazai publia sa première nouvelle en 1925 dans le magazine de son école, et fut admis au centre d'études supérieures de Hirosaki en 1927. La même année, Akutagawa Ryonosuke se suicida (je vous reparlerai de cet écrivain extraordinaire). Cet évènement marqua profondément Dazai, qui idolâtrait l'écrivain. Il se mit à négliger ses études, rechercha la compagnie des geishas, et fréquenta les restaurants de luxe. Il manifesta également un grand intérêt pour le marxisme, alors interdit au japon. La nuit du 10 décembre 1929, il absorba une dose très importante de calmotin, un fort soporifique, dans le but de se donner la mort, mais ne fit que sombrer dans l'inconscient jusqu'à la fin de l'après midi suivant.

En avril 1930, Dazai s'inscrivit au cours de littérature française de l'université de Tokyo, puis rencontre Ibuse Masuji, qui deviendra son mentor, ami, confident, et plus fidèle soutient durant le reste de son existence. Parallèlement, il se mit a contribuer financièrement aux activités illégales du parti communiste. La mort de son frère Keiji de la tuberculose en juin 1930 affecte profondément Dazai qui se mit, encore une fois, à ne plus suivre ses cours. Il rencontra également la geisha Oyama Hatsuyo. Cette dernière s'enfuira plus tard pour le rejoindre à Tokyo, dans le but de l'épouser.

dazai-osamu

Bunji accepta ce choix, à la condition que Dazai coupe tous les liens avec sa famille, et donc toute responsabilité financière. Hatsuyo et Dazai se marièrent dans une station thermale en décembre 1930. Un mois avant, le 28 novembre, il fit sa seconde tentative de suicide, au coté de Tanabe Shimeko, toujours en prenant de fortes doses de calmotin. On les découvrit sur les rochers face au pacifique. Tanabe était morte. Toujours actif dans les activités du parti communiste, Dazai fut arrêté puis emprisonné en 1931. Bunji l'appris l'année suivante et lui coupa les vivres. Recherché par la police, il emménagea dans une maison abandonnée de Tokyo, et commença alors sérieusement son travail d'écriture. Sa première nouvelle sous le nom de Dazai Osamu, "Le train", fut publié en 1933.

Quasi toute son année 1933 fut consacrée à l'écriture du recueil "Dernières années". Il passa le mois d'août 1934 dans la station balnéaire d'un autre immense écrivain japonais, Mishima. Il termina "Dernières années" en mars 1935, et décida alors d'acter sa troisième tentative de suicide, en tentant de se pendre dans les montagnes près de Kamakura, mais la corde rompit. Moins de trois semaines plus tard, il fut hospitalisé pour une appendicite aigüe, et resta à l'hôpital trois mois. C'est là qu'il fit la découverte du pabinal, un dérivé de la morphine.

tumblr_ly0wjegGJ81qevc76o1_500

Cette "découverte" le transforme en véritable toxicomane, et il se mit à emprunter de l'argent à tout le monde pour s'acheter sa drogue. En juillet 1935, deux des nouvelles de Dazai furent nommées au prix Akutagawa (équivalent du prix Goncourt au Japon), qu'il n'obtient malheureusement pas. Un prix qui aurait pourtant pu l faire sortir de la vie de débauche dans laquelle il s'était engagé. Il fut tout de même présenté au poète Sato Haruo, qui accepta de devenir son nouveau mentor. En septembre, Kawabata Yasunari, jury, écrivit le compte rendu du prix Akutagawa, reprochant a Dazai les déboires de sa vie privée et les scandales qu'il avait crée. Ce dernier rentra dans une colère noire et une guerre par lettre interposées commença avec Kawabata. En février 1936, Sato ordonna à Dazai de suivre une cure de désintoxication. Il devait y passer une dizaine de jours, mais s'échappa pendant deux nuits pour boire et s'injecter du pabinal. Par conséquent, il ne guérit pas.

Dazai n'obtint jamais le prix Akutagawa. Mais les scandales crées et la bataille de mots qu'il livra avec Kawabata et quelques uns des écrivains les plus influents de l'époque lui permirent d'acquérir une véritable réputation auprès du public. Le 12 octobre 1936, Dazai fut interné dans un hopital psychiatrique a Itabashi. Il fut enfermé dans une chambre pendant une semaine, ne pouvant recevoir aucune visite. Il déchira ses habits, brisa les vitres, écrivit sur les murs, s'en prit aux médecins et aux infirmières. Il sortit le 12 novembre. A son retour à Tokyo, en mars 1937, il fit, avec Hatsuyo, sa 4e tentative de suicide, toujours au calmotin. Comme d'habitude, il survécu, à croire qu'il n'était pas fait pour le suicide. Le couple se sépara officiellement, et ne se revit plus jamais. Hatsuyo mourut en 1944, a trente trois ans. En septembre 1938, Dazai se retira dans les montagnes de Misaka, avec une vue extraordinaire sur le mont Fuji. Il passa 60 jours sans cesser d'écrire.

tumblr_lpttu3POkw1qmm4ozo1_500

Cette époque constitue une période de stabilité et de repos encore inconnue pour Dazai, durant laquelle il écrivit quelques unes de ses plus belles nouvelles, et se maria avec Ishihara Michiko, avant de retourner dans sa banlieue de Tokyo en septembre 1939. La première fille de Dazai, Sonoko, naquit en 1941, son fils, Masaki, en 1944. En mars 1945, la famille partit a Kofu, fuyant les bombardement sur Tokyo, puis pour Kanagi. Peu après, la bombe atomique fut lâchée sur Hiroshima, puis Nagasaki.

En janvier 1947, Dazai rencontra Ota Shizuko. Elle espérait devenir écrivain, et c'est son journal intime qui inspirera à Dazai le roman "Soleil Couchant". Il rencontra également Yamazaki Tomie, une esthéticienne dont le mari était mort une dizaine de jours après leur mariage. La seconde fille de Dazai, Satoko, naquit le 30 mars 1947. Elle deviendra par la suite le grand écrivain Tsushima Yuko. Il eu également un enfant de Shizuko en novembre, qu'il fut forcé de reconnaitre.

"Soleil couchant" fut publié et devint immédiatement un best seller, permettant a Dazai d'acquérir une célébrité encore plus grande. Il publia ensuite "Narcissisme et cigarette" en mars 1948, acheva "La déchéance d'un homme" et laissa inachevé "Goodbye", son dernier roman.

Il se noya avec Tomie dans le canal de Tamagawa le 13 juin 1948.

On ne retrouva les corps que le 19 juin, le jour du 39e anniversaire de Dazai Osamu.

A lire:

  • Cent vues du mont Fuji
  • Soleil Couchant
  • La déchéance d'un homme
  • Mes dernières années

 

 

 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (8)

Commentaires

Waldotarie
Signaler
Waldotarie
Ça m'a donné envie de me suicider tiens.
Donald87
Signaler
Donald87
Bel article bien instructif :)
"Drôle" de destinée ...
P.Y.T.
Signaler
P.Y.T.
@ Pouilleux :
- Paul Auster, trop prétentieux dans son écriture minimaliste.
- Salman Rushdie n'est pas un auteur occidental à mes yeux ! :D
- les autres connaît pas !
Je me suis arrêtée à Faulkner et je crois que j'ai bien fait...

Pour les auteurs, je te conseille Banana Yoshimoto qui évoque assez bien les âmes en dérive, Akiyuki Nosaka, l'auteur du tombeau des Lucioles qui met assez bien en scène les passions humaines, et surtout Edogawa Ranpo, car au-delà de l'écrivain de romans policiers (C'est pour ça que le petit détective Conan se nomme Conan Edogawa), c'est un nouvelliste de haut vol qui sait faire travailler son lecteur jusqu'à la chute.
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
Victor, je vais me répéter mais tu files des complexes à tout le monde, là.
Bon, ou alors juste à moi, mais comme le monde, c'est moi, c'est pareil !
Encore un bien bel article, ma foi.
Parfaitement bien construit et étayé. :worship:
Seishoujyo
Signaler
Seishoujyo
Lis Battle Royale pouilleux.
pouilleux
Signaler
pouilleux
@ PYT: pourrais-tu me conseiller certains auteurs ? (j'avais aimé Nagashima Yuu/ Haruki Murakami/ Ryuu Murakami/ Mori Ogai)
Par contre pas d'accord pour dire que la littérature occidentale < littérature japonaise du XXème: et Paul Auster, Salman Rushdie, Don Delillo, Thomas Pynchon,Tom Stoppard...
P.Y.T.
Signaler
P.Y.T.
Littretaure japonaise du XXè s. > littérature occidentale moderne ! (Et c'est une prof de Lettres qui l'écrit)
Seishoujyo
Signaler
Seishoujyo
Sympa c'est tres instructif ce billet, perso je lis The Sky Crawlers (le roman sur lequel est basé le film de Oshi) de Hiroshi Mori, la litterature moderne jap est interessante je trouve.

Édito

Toi qui entre ici, abandonne tout espoir. Tu rentres dans le domaine d'un cochon aviateur au nom hybride, dont le pseudo a été crée par l'esprit de la diabolique Metyst. On y parle de jeux flashs, de jeux indépendants, de jeux plus connus, ou pas. On y parle d'art, japonais, chinois, ou international. On y parle parfois de musique, et aussi de grosses conneries. A tes risques et périls, lecteur.

Avatar par Zachula

____

 

____

ORIGINAL SOUND BLOGGERS, podcast sur les musiques de jeu vidéo animé par Poulpyblast, Onink et moi-même. (Et parfois, on a des invités qui transmettent une classe colossale par la voix. Si si.)

Egalement disponible sur Itunes dans la catégorie Podcast > Jeux et Hobbies > Jeu video

_____

Anfawards 2013

 

Krystaward 2013 du "Meilleur Hipster" et "Meilleur faux départ" :3

Archives

Favoris