Signaler
Articles


Ces dernières années ont étés celles de la montée en puissance du jeu vidéo indépendant, aussi bien d'un point de vue économique, que médiatique. Une nouvelle voie est apparue auprès du grand public, proposant une alternative aux jeux dits classiques.

Le terme indépendant est donc devenu un mot commun de notre langage. Mais au final, qu'est-ce que c'est « être indépendant » ?

Un développeur n'est jamais tout à fait indépendant, on peut être dépendant d'un éditeur, d'un banquier, de nos économies ou de notre famille.
Il existe des degrés plus ou moins importants de dépendance, mais la véritable indépendance elle est assez rare.
On dépend toujours de quelque chose, il est du coup inexact de parler de jeux indépendants, très peu de jeux sont réellement indépendants au sens ou on l'entend.

L'indépendance a plusieurs facettes. Une facette économique, qui vient d'être évoquée, mais le terme indépendant peut aussi être abordé par sa facette créative.
De ce point de vue, créer un jeu indépendant, c'est créer un jeu sans contraintes, une création sans limites ou seule notre imagination est notre limite.
Mais là aussi c'est inexact, un créateur se limite forcément, que ce soit parce qu'il ne possède pas les capacités techniques nécessaires à la concrétisation d'une idée, ou simplement parce qu'il se limite. Il peut être dépendant des moeurs et de la morale de la société dans laquelle nous vivons.

Ce que l'on peut supposer, c'est que quelqu'un d'indépendant est quelqu'un qui prend ses propres décisions sans avoir à se référer à un hypothétique supérieur, ses décisions ne sont pas conditionnées par les autres, c'est lui qui en définitive aura le dernier mot. On ne peut pas lui imposer quelque chose.
Ce qui encore une fois est vrai et faux, puisque des contraintes financières peuvent conditionner certains choix.

On a vu ces dernières années la démocratisation et la banalisation du jeu indépendant auprès d'un certain public, auparavant habitué aux seules productions classiques du jeu vidéo.
Les jeux indépendants, ou jeux de garages, autrement cantonnés aux recoins de l'espace médiatique et économique du jeu vidéo ont rejoins les jeux dits classiques sur les consoles de jeux traditionnelles.
Braid, Castle Crashers ou Super Meat Boy ont rejoint la Xbox 360 grâce à l'arrivée de la dématérialisation et de plateformes comme le Xbla ou le PSN.

C'est une des principales forces du jeu vidéo, et du dématérialisé en général. Le dématérialisé permet à n'importe quel jeu d'atteindre un public extrêmement large.
Prenons l'exemple du cinéma, dans ce média, un très petit nombre de films dits indépendants parviennent à rejoindre les salles de cinéma, et quand ils y parviennent, ils ne sont que dans une infime partie du parc de cinéma français existant.
La situation est ainsi différente dans le média jeu vidéo. Si un jeu indépendant accède au XBLA, il accède alors de fait à toutes les consoles distribuées par Microsoft, et on parle ici de plus de 60 millions de machines distribuées à travers le monde.

Il s'est donc créé un rapprochement entre jeux AAA et jeux indés, puisqu'ils se sont retrouvés sur les mêmes plateformes, au même moment.
Mais ce qui est intéressant, c'est que sur Xbox 360 et PS3, le jeu indépendant a rejoint les jeux dits classiques, sans vraiment les rejoindre.
Il existe toujours une distinction, une cloison entre jeux indés et jeux classiques, bien qu'ils soient sur la même console, ils sont dans des rubriques différentes, Xbla, Jeux à la demande et Xbox live inde games.

Le terme indépendant dans le jeu vidéo est en train de devenir un terme revendicateur, identitaire, il devient une manière d'exister, de se positionner face aux jeux AAA.
Mais est-il nécessaire de faire une distinction entre jeux indépendants et jeux « dépendants » ?

Si l'on cherche à séparer les jeux indépendants des jeux dépendants, on en vient à se poser des questions ridicules voir aberrantes :
Journey est-il un jeu indépendant puisqu'il est édité par Sony ?
Left 4 dead, Half life et portal sont ils des jeux indépendants puisque valve ne possède pas d'éditeur ?
Epic Games est-elle une entreprise indépendante, puisque son financement vient de la commercialisation de son moteur ?
Bastion est-il un jeu indépendant puisqu'il est édité par Warner ?
Ou encore plus invraisemblable :
Il n'existe pas de jeux indépendants sur le XBLA puisque les jeux ont besoin d'un éditeur pour rejoindre ce canal de diffusion.

Le terme indépendant est trop souvent utilisé comme une simple étiquette, et d'ailleurs, une plateforme de diffusion comme Steam ne fait pas une telle distinction entre jeux indépendants, jeux dépendants, et AAA.
Est disponible sur Steam un grand nombre de jeux aux gammes de prix différent.
La seul distinction existante sur steam provient de la catégorisation par Steam de l'indépendant comme un genre, existant au même titre que le genre action ou aventure.
Mais cette catégorisation reste bien moins importante que celle existant sur des plateformes comme la Xbox 360 ou la PS3.

Le jeu indépendant en temps que genre, ou aspiration idéologique.

Au fil du temps est apparu la classification indie, qui se veut être différente du terme indépendant.
Si le terme indépendant peut être pris au premier degré, le mot indie lui est plus diffus, plus vaporeux.
Un jeu indie ne serait donc plus un jeu indépendant financièrement, mais plutôt un jeu indépendant d'un point de vue créatif.
Un jeu indie se démarquerait donc des autres productions vidéoludiques, en proposant une alternative, une autre voie, une autre manière de faire.
Les jeux indie seraient donc des jeux qui veulent aller plus loin, qui ne considère pas le jeu vidéo comme un simple produit culturel, mais comme un véritable moyen d'expression, voir comme un art.
Le terme indie, est une manière de voir et de concevoir les jeux vidéo, il ne s'arrête pas à des considérations matérielles, comme la présence ou non d'un éditeur ou d'un distributeur.
N'importe qui peut en théorie se revendiquer d'être indie.

Pour Jonhatan Blow, un jeu indépendant est un jeu qui n'est pas lissé, il correspond à la personnalité de ses créateurs et possède des bosses, des aspérités, et des coins tranchants, en opposition aux jeux mainstream qui eux sont lissés le plus possible afin de ne pas heurter le public, la personnalité et la spécificité des développeurs s'efface alors afin de pouvoir enfermer le jeu dans un moule.

Indépendant ou Indie, est-ce un genre, une idéologie, ou autre chose encore, difficile de le dire.

Les jeux indépendants ou indie possèdent leurs propres spécificités, leur propre vision du jeu vidéo, vient alors la question suivante :

Doit-on cloisonner les jeux indépendants, les différencier afin de cultiver leur différence et leur spécificité, ou doit-on au contraire les assimiler et les banaliser en les faisant coexister avec l'ensemble de la production vidéoludique ?

Henri Langlois avait comme précepte que tous les films sont égaux.

Peut-être qu'à notre tour, nous devrions accepter que tous les jeux le sont aussi.



Article originellement publié sur Numerigames.com

Ajouter à mes favoris Commenter (11)

Commentaires

seblecaribou
Signaler
seblecaribou
Effectivement, c'est un problème qui en général me fait dresser les cheveux, l'élitisme quelque soit le domaine. On peut prendre son pied dans une très large palette de jeux qu'ils aient été fait avec des moyens ou beaucoup moins.
Enimal
Signaler
Enimal
@seblecaribou : non mais c'est entièrement de ma faute, j'ai écrit cet article en réponse à un espèce de mouvement de revendication de l'indépendant, une sorte d'intégrisme du jeu vidéo.

Et si l'article te semble brasser du vent, c'est parce que je n'ai pas réussi à le contextualiser. Donc désolé seb, j'essaierai d'aller jusqu'au bout la prochaine fois, et d'expliquer clairement les raisons pour lesquels j'écris un article.
Moi en tant que joueur par exemple, je joue aux jeux indés et aux jeux mainstream, sans forcément me revendiquer comme un intégriste de l'indépendant.
C'est d’ailleurs intéressant de savoir que quelqu'un comme Phil Fish, le créateur de Fez, a un profil de joueur très classique, il joue à Red Dead, à Skyrim ou autres jeux a monde ouverts, et ne joue pas forcément aux jeux indépendants.

En bref, merci à toi et à Monkey King d'avoir pris le temps de lire cet article et de me donner vos avis.
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
D'accord, effectivement sans le contexte, j'ai un peu plus de mal à saisir l'utilité.
Monkey King
Signaler
Monkey King
@seblecaribou : En fait je pense que la réflexion d'Enimal est surtout venue de la fameuse polémique qu'il y a eu il n'y a pas très longtemps sur le fait qu'EA sorte un "EA Indie Bundle Pack". Enormément de développeurs/joueurs ont insultés EA (moi compris) car tout le monde s'est rendu compte qu'ils utilisent l'image du jeu indé pour pouvoir (certainement) faire plus de ventes. Le problème ici c'est qu'il y avait "EA" dans le nom du pack et que "gros éditeur" + "indie" = grogne. Mais quand on y repense, les jeux qui sont dans le pack sont quand même considérés comme des indies (Shank a même fait partie d'un Humble Indie Bundle c'est pour dire). Du coup je trouve tout de même intéressant d'analyser comment les gens peuvent percevoir les termes "indépendant" et "indie".
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
@Enimal: en fait la réflexion que j'aurais voulu voir (et que j'ai cru que tu allais développer) c'est celle dont tu parles dans ton commentaire "C'est bien de dire aux éditeurs qu'ils ne sont pas incontournables, mais il ne faut pas non plus aller dans l’excès inverse et stigmatiser automatiquement tout jeu qui ne serai pas indépendant."
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
Alors je vais faire mon lourd sur ce coup là, mais je trouve que tu prends vraiment le sens littéral juste pour introduire le terme indie à la fin. J'ai l'impression que c'est un peu défoncer des portes ouvertes que de dire que le jeu indépendant dépend toujours de quelque chose (de financier la plupart du temps). Et indie c'est juste "independant" en plus court (indé chez nous) donc à mon sens il y a pas vraiment de différence entre un jeu indépendant et indé ou indie (à part le "pendant").

Bref pas super convaincu par cet article perso :(
Toshiro
Signaler
Toshiro
Très bon article, qui pose de bonnes problématiques. Merci ! :)
Enimal
Signaler
Enimal
@Eldaryze : Je poste ça ici parce que mon jeu unity commence a prendre du retard...

@Monkey King : C'est vrai que tout est une histoire de sous-entendus, et c'est aussi vrai que l'on peut parler de rébellion, le terme indépendant est avant tout un terme revendicateur qui se crée en opposition aux jeux "mainstream".
C'est bien de dire aux éditeurs qu'ils ne sont pas incontournables, mais il ne faut pas non plus aller dans l’excès inverse et stigmatiser automatiquement tout jeu qui ne serai pas indépendant.
Concernant Schafer, c'est vrai qu'il s'est passé du système de financement traditionnel, mais j'attend de voir ce que cera son jeu.
Parce que si il déçoit, il portera un grand coup au crowdfunding.
Et ton commentaire n'était pas long, c'est un plaisir de lire des réactions :)

@Celim Pour moi, je suis à la limite de ce qui est digeste sur un blog.
L'étape suivant serait la série d'articles, mais j'en suis encore loin, laisse moi le temps de progresser Selim :)
Celimbrimbor
Signaler
Celimbrimbor
Intéressant.
À creuser cependant, la réflexion s'arrête avant d'aller assez loin je trouve.

Celim.
Monkey King
Signaler
Monkey King
Un article très intéressant. En effet on a créé un le mot Indie pour palier justement au terme "indépendant" sur lequel on peut toujours trouver des choses à redire. Mais je pense que tout est une histoire de sous-entendus (un peu comme la lutte éternelle des "le gamecube" et "la gamecube" puisque les partisans de "la gamecube" partent du principe que c'est sous-entendu "la (console) gamecube"). Je pense que même si le terme "indépendant" peut être critiqué en prenant la définition dans un dictionnaire et en disant à chaque développeur indé "t'as vu ton jeu en fait il est pas indé !" (donc quand on prend le terme "indépendant" au premier degré donc), il faut sous-entendre dans la plupart des cas "intellectuellement indépendant" (ce que tu traites dans ton article). Je pense que c'est un terme qui défini une catégorie qui se "rebelle" contre la suprématie des gros éditeurs qui, trop souvent, détruisent des licences dans l'unique but de gagner de l'audience et donc plus d'argent. Je suis d'accord pour dire qu'un jeu est un jeu et qu'il est bête d'avoir une catégorie à part étiquetée "jeux indés", mais je pense aussi que c'est utile pour montrer non seulement aux gamers mais aussi aux éditeurs que finalement non, ils ne sont pas incontournable pour avoir du succès (et que donc tous les jeux ne sont pas {dépendants} de leur système).
C'est d'ailleurs le message qu'a voulu faire passer Tim Schafer (et qu'il a réussi à faire passer d'ailleurs) en faisant financer Double Fine Adventures par la communauté des gamers. Désolé pour le commentaires un peu long mais bon ça prouve que l'article est intéressant ;)
Eldaryze
Signaler
Eldaryze
Ah tu t'es finalement décidé à le publier sur ton blog : cool cool cool ! :)

Le labo d'Eniimal

Par Enimal Blog créé le 25/04/10 Mis à jour le 16/02/14 à 20h15

Eniimal, étudiant en Game Design et champion du monde de curling.

Ajouter aux favoris

Archives

Favoris