Neko²Punch - Coup d'Griffe et Patte de v'lour d'un Game Designer.

Neko²Punch - Coup d'Griffe et Patte de v'lour d'un Game Designer.

Par Yokan Blog créé le 31/07/12 Mis à jour le 12/11/13 à 11h21

Extension Gameblog d'un Game / Level / ToucheATout Designer de l'ombre depuis un p'tit moment, sur des jeux pourri et d'autre moins, mais qui a une grande gueule avec plein de choses à dire dedans. Coté conception, sur mon travail, celui des autres et ce qu'en disent les joueurs.

Ajouter aux favoris
Signaler
Méta-Branlette et Reflexion Inutile

On test un produit, on critique une oeuvre.

C'est quelque chose que l'on devrait appliquer aux jeux video afin d'avoir, au final, pourquoi pas, le titre de ce billet en tant qu'appréciation global d'un jeu. Titre qui sera le fil rouge, le filigrane du developement de cette article.


Usul a fait récemment une vidéo de son célèbre 3615, à propos des tests. Je vous laisse la regarder.

Que l'on apprécie ou non le personnage, il tape plutôt juste : On ne colle pas de note à des tableaux ou à des livres. Bon, on commence à en voir pour les films, par contre ...
Je pense que concernant le jeu vidéo, nos chers journalistes, après les NDAs, devraient s'occuper de réformer en profondeur le rapport que tout le monde entretient avec les notes, joueurs comme éditeurs.
J'ai peut être une ou deux pistes.

Trois éléments pour les gouverner tous.

Le jeu vidéo est un média que l'on peut quantifié un peu plus qu'un film parce qu'il est dépendant de choix techniques qui agissent directement sur le joueur et qui transmettent plus directement ses intentions de gameplay. Et le gameplay, c'est ce qui fait qu'un jeu est un jeu et pas un auto-cuiseur de riz ou une pantoufle (cherchez pas, j'voulais le caser quelque part)

Souvenons nous des rédactions que l'on faisait en cours de français. Il y a le même problême de différenciation entre la qualité "technique" et les intentions, dans la note global. Se taper des sales notes à cause de l'orthographe alors que tes intentions, ton histoires, le developpement que tu en avait fait était toujours interessant c'est dégueulasse-va-z'y-maitresse-fait-pas-ta-rapia.
Ca en a tellement traumatisé certains, qu'ils finissent par faire la même chose sur internet et rabaissent un interlocuteur en s'attaquant à son orthographe. Mais passons.

On a donc le même principe dans les tests de jeux vidéo où l'on peut très bien apprécier un jeu alors que sa technique et ses méchaniques ne sont pas des plus chatoyante.

Dès lors, le principe serait de ne pas faire d'un test de jeu, le jugement d'un tout indivisible sous une note arbitraire, mais le jugement d'un ensemble de trois éléments séparé (j'y viens), qui s'influençant les uns des autres, pour forme un produit et une oeuvre, et d'en donner une appréciation la plus objective possible. Tout comme on test actuellement un jeu en fonction de ce qui est déjà disponible, de l'année de sortie ou de la machine (chose que je trouve complétement con dans ces cas là, soit dit en passant, puisque l'on peut passer à coté de très bon trucs, mais passons ...)

En résumé, savoir de quoi on parle, l'analysé froidement afin d'avoir un socle puis y mettre sa dose de ressenti.
Et entre nous, c'est peut bien sur ce socle que pêche la majorité de nos journaleux. Ils ne comprennent pas grand chose à la conception, aux choix de design, au pourquoi du comment, donc ...

Bref.

Et dans la cohérence les lier.

  Basons le syteme sur deux liens indestructible :

  • Les intentions. Ce que l'on dit au joueur, ce qu'on veut lui montrer, lui faire comprendre afin qu'il réagisse en conséquences.
  • La cohérence. Le ciment qui va faire tenir le jeu.

Puis séparons le jeu en trois éléments issu de ces deux liens.
Deux sont d'ordre "technique", quantifiable, et donc auxquel on assignera une note. Le dernier est de l'ordre de l'expérience de jeu, directement lier à la sensibilité du testeur, qui lui donnera une appréciation.

1. Techno-technique
L'élément le plus simple à appréhender. Il regroupe tout la technique "froide" : le framerate, les textures, les collisions, l'IA, la jouabilité, les animations, etc. Et ces éléments peuvent dans bien des cas influencer positivement ou negativement le second élément.

2. Mechanique
Là, c'est déjà moins simple a assimiler.
Je parle des mecaniques de jeu, du gameplay, du level design, tout ce qui traduit à 90% les intentions de jeu et la cohérence de celui-ci. 
Comme j'aime à le répéter, on est plus à l'âge de pierre du JV, on a bien 30 ans d'histoire et autant d'années de règles qui ont été conçu pour qu'un projet soit un jeu vidéo et non un wallpaper qui bouge ou une fourchette (celui là aussi ...)
Le jeu vidéo possède une sorte de grammaire, des règles donc, qu'il faut comprendre et assimiler avant de pouvoir en faire une critique. En tout cas, bien avant de vouloir tout accepter de lui parce qu'on le considère avant tout comme une forme d'Art. M'voyez ?
Pour donner un avis objectif sur les mécaniques d'un jeu, il faut pouvoir les comprendre et les comparer avec les intentions qu'elles veulent faire passer, dans le respect des règles, et le tout sous le regard vigilant de madame Cohérence. 

La cohérence est la pierre angulaire d'un jeu. De n'importe quel jeu. Du foot au Monopoly. Sans des règles cohérentes (et donc peu clairs), le joueur est perdu et le jeu s'approche, en fonction de l'essence dont il fait parti, du jeu de merde.
Ces mecaniques de jeu, issu de règles, sont quantifiable et peuvent être jugé froidement sur une échelle de valeur. Si si.

Je vais prendre un exemple récent. Tomb Raider Anniversary (oui, récent parce que je viens de le finir, pas parce qu'il vient de sortir !)
Le level design de Tomb Raider Anniversary est fantastique et en parfaite cohérence avec les intentions du jeu. On a affaire à des séquences parfaitement axé sur la navigation et l'exploration. Les possibilitées sont claires, du premier coup d'oeil on sait que tel élément est intéractif (càd que Lara peut s'y accrocher) et est atteignable ou non. Tout est fait pour. Notamment tout le système d'animation du personnage et les comportements physique qui s'ajustent automatiquement afin de fluidifier l'action.
En terme de mécanique de jeu, de choix, tout est nickel, cohérent et parfaitement conçu pour coller aux intentions.
Par contre, il n'en est pas de même pour la camera, qui elle, met souvent le joueur en difficulté et ne cadre plus avec ce souci de fluidité donné par un LD clair et un systême d'animations complexes.

Dans un autre domaine, le systême de combat montre rapidement ses limites dans les séquences où justement les carences de la camera explosent au grand jour, voir, sont même utilisées comme élément de difficulté (et fausse le LD, également). C'est surtout bien visible dans la seconde partie du jeu, où certaines séquences cassent complétement Mme Cohérence, qui a bien mal à sa tête.
Car si le LD est toujours du même niveau (plus ou moins), celui-ci n'est subitement plus en accord avec le systême de combat (zone étriqué alors que le combat est basé sur des esquive) qui lui même n'est pas cohérent avec les intentions du jeu (combat dynamique), le tout pénalisé par la camera qui n'est plus en accord avec rien.

 Si ces aspect d'un jeu sont "visible", on peut également comparer le gameplay d'un jeu avec son scénario ou sa narration car ils sont aussi concu pour faire passer des intentions, avec comme base la cohérence. Regardez des jeux comme The Walking Dead, Final Fantasy XIII ou ceux de Quantic Dream.  

Bref, revenons à Tomb Raider. Cela en fait il un jeu raté ? Fichtre non, jeune con. Comme dans une rédaction, la grammaire est importante, mais n'est pas le seul élément fondamental de jugement.
On retrouve ce principe dans mon billet sur le système de combat de Bioshock.
On peut donc donner une note à la technique et aux mécaniques. Par exemple, le LD de tomb Raider obtiendrait un bon 9/10, la camera un 5/10 et le systeme de combat un 7/10.
Naturellement, à partir de là il serait débile de faire une moyenne pour en faire une note global de la qualité de Tomb Raider Anniversary, comme on le fait actuellement.

L'un des problèmes majeurs de ce système, c'est, comme je l'ai dit plus haut, que très peu de nos journaleux ont les connaissances techniques et le recul necessaire pour appréhender froidement un jeu. Comme les joueurs, il prennent d'abord le JV pour une expérience, le moyen d'expression d'un créateur (y'a qu'a voir les levés de boucliers quand on allume David Cage, Phil Fish ou Jonathan Blow), le dépossédant de toute ses rêgles pour en faire un truc entre leur p'tit-e cop-ain-ine ou leur doudou (non, pas là). Un truc uniquement basé sur l'affect.
Dans ce cas, cessons de critiquer n'importe quel truc, film, bouquin, photo, puisque tout est dû à l'affect et est propre à chacun.
Ou alors, incluons le fait que le JV est légèrement différent de ces médias et que les deux éléments décrit au dessus sont, contrairement à la qualité d'un papier ou le travelling utilisé, beaucoup plus important pour justifier le troisiême élément.

Attention. Le but du billet n'est pas de dire que les testeurs JV ne le font pas déjà (dans leur tête), mais qu'ils doivent le montrer dans leurs tests/critique s'adressant à des personnes qui, eux, sont sensés ne rien pigé au jeu vidéo.
Parce qu'un lecteur peut devenir developpeur un jour, si tu lui as mis du caca dans la tête, le JV est dans les ronces.

3. Expérience de jeu
Cette fois, on a affaire au truc le plus subjectif, mais aussi celui qui va rendre une critique, un test (un critest XD) le plus objectif possible. C'est un peu le lien entre oeuvre et produit et champignon (je fais ce que je veux)
C'est le ressenti manette en main, les trucs personnels, sa sensibilité, son experience, qui doivent être pondérer par l'analyse des deux premiers points.
Tu peux ne pas apprecier ce que tu fais dans le jeu, mais tu as les clés pour comprendre pourquoi tu le fais. C'est la différence. 
Si un testeur montre qu'il a compris ce qu'impliquent ces deux premiers éléments au niveau de la cohérence et des intentions de gameplay, et quand bien même le jeu est ultra cohérent ou ultra pourri (en terme de règle qui font un jeu, un jeu, hein.),  il gagne subitement en légitimité, en tant que professionnel, pour pouvoir émettre une appréciation globale. Et de ce fait, il exprime implicitement que le jeu peut ne pas plaire à tout le monde et qu'il ne faut pas prendre son avis pour parole d'évangile.

Et ainsi conclure son test par un :

Technique : 8/10 - Mecanique : 7/10 - Cohérence : 3/10
"j'ai adoré mais c'est un jeu de merde" *

 

 

 

*ça, c'est  Deadly Premonition ou un jeu From Software ... ou une marmotte :3

 

Ajouter à mes favoris Commenter (10)

Commentaires

Yokan
Signaler
Yokan
Strife > Les concepteur ne sont pour rien dans la façon dont on vend leurs jeux et ils cherchent majoritairement à faire évoluer le média (t'en a une preuve sur ce blog XD)
Mais le souci risque de venir, également, de jeune dev qui, abreuvé au discours marketing et au notes et avec les facilités que l'on a pour faire du JV chez soi, risque de produire des trucs sans avoir le recul et le bagages. J'en ai déjà vu qui se plaignait de bosser sur Wii ou de pas bosser sur un super FPS. Ou à l'inverse, qui pensait faire la super killer app parce qu'on leur a dit que ça allait être le cas.

Ton second paragraphe est complétement juste.
Strife
Signaler
Strife
Il dit en filligrane que le jeux doivent être sérieux pour qu'on les prenne au sérieux. En, gros, qu'on arrête de nous vendre du bullshit et que les concepteurseux-même s'attellent à faire évoluer le média.

Le souci dans ce raisonnement, Liehd, c'est que dans le processus de conception, on met en avant l'étude de marché avant la vision d'auteur. Et c'est là que la critique et le public entrent en jeu, car en cautionnant la paresse intellectuelle, on continue à encourager les éditeurs à prendre zéro risque, ce qui impacte sur les contraintes créatives des dévs :/
Yokan
Signaler
Yokan
P'têt parce que c'est un média qui brasse des milliard, qu'il est rentré dans la vie de tout le monde, mais qu'il est aussi bien jeune et qu'il grandit trop vite.
Ca fait plaisir pour les mecs qui en on fait leur métier, de leur dire que ça sert à rien de prendre leur jeux au sérieux.
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
Je vois pas trop pourquoi on tient tant que ça à prendre le jeu vidéo au sérieux.
Quand on "est", on n'a pas besoin de se "prendre pour". Et réciproquement.
Yokan
Signaler
Yokan
Celeb > Les mechaniques qui cherche à montrer les intentions de jeu, à te les faire comprendre, de ce que tu vas y faire.
Gameplay, j'ai plutôt tendance à y donner un sens "global". Comme "maison", et pour faire une maison, tu utilise des briques, d'où le terme de brique de gameplay ou de mécaniques de jeu. T'as la notion de construction d'un tout qui se doit d'être cohérent pour tenir. Mais les forme de maisons sont très varié, comme le gameplay.

Dans Tomb Raider, le systême d'animations et de physique de Lara pour fluidifié ses action, servent les intentions jeu qui sont basé sur la navigation et le rythme. ces systeme ne sont pas là parce que c'est un jeu d'exploration mais parce que ca colle parfaitement bien avec un jeu d'explo.

MajorBob > Les grands esprits se rencontre. J'vais aller lire.
MajorBob
Signaler
MajorBob
Réflexion intéressante. Je pense qu'il faudrait virer les notes, et ne plus parler de test.

Je me permets de te poster un lien vers mon blog autour du même sujet.

http://www.gameblog....e-de-jeux-video
Celimbrimbor
Signaler
Celimbrimbor
Je vois ce que tu veux dire, ouais. Dans ce cas, je trouve que le mot "intention" est un peu mal approprié. Parce qu'en fait, tu désignes surtout des mécanismes qui servent à provoquer quelque chose. Donc, du gameplay, non ?
Je m'égare d'Auterlitz ?

Celim.
Yokan
Signaler
Yokan
Celeb > Je parle d'intention de jeu, pas d'intention de créateur. C'est différent. Quand Cage veut te faire ressentir de l'émotion, c'est une intention de créateur, mais quelles sont les intentions de jeu pour te faire ressentir cette émotion ? Par exemple, ça peut être une selections de réponses a choisir dans un dialogue. Tu vois ce que je veux dire ?

Spooky54 > Ouaip. C'est pas gagné. Mais si on veut que le jeu vidéo soit un média mature, va falloir se bouger le cul et le prendre pour ce qu'il est.
Spooky54
Signaler
Spooky54
C'est à la mode ce genre de billet.

Sinon, tu parles d'un truc que 90% des gens ignorent (le gameplay, le level design), c'est donc un combat quasi voué à l'échec.
Celimbrimbor
Signaler
Celimbrimbor
Je suis d'accord avec ce que tu racontes (et il est toujours plaisant de te lire) cependant ton développement sur les intentions me semble erroné. Pour la simple raison que, "les intentions du créateur", on s'en branle. Soit il réussit son jeu / oeuvre et tu y trouves des intentions qui, du reste, seront à trouzemilliard de kilomètres de ce que le mec pensait faire, soit il le plante et tu en trouveras d'autres.

Enfin.
Je pense.
Un peu.

Celim.

Édito

Ca fait un bail.
J'oublie pas, mais j'ai pas le temps d'alimenter la base de donné de Gameblog xD

Plein de projet en cours dont je parlerai certainement ici.

Et puis deux trois trucs par ci par là. Surtout par là.

Yokan 

Archives

Favoris