Kekow

Par Kekow Blog créé le 24/02/14 Mis à jour le 25/02/14 à 15h12

Ajouter aux favoris
Signaler
(Jeu vidéo)

The Last of Us : Left Behind n'a pas pu vous échapper. Moi, en tout cas, je n'ai pas pu y résister. Avant même que le café matinal n'ait achévé son réveil salvateur, je dégainai manette et carte bancaire, pour enfin savoir si l'attente en valait la peine. Après une poignée d'heures de jeu, alors que le générique de fin défilait sous mes yeux, j'en fis deux conclusions hâtives : "15 euros pour si peu de temps, c'est cher" ; et, comme chantait l'autre, "non, rien de rien, non, je ne regrette rien". Pourquoi une telle contradiction ? La réponse me frappa au sens figuré après quelques jours. Attention, spoilers.

 

L'immersion par le non-jeu

Si l'on retire toutes les séquences de jeu dans lesquelles Ellie cherche de quoi soigner Joël, il ne reste... rien. Et pourtant, tout à la fois. Oui, le jeu vidéo nous a habitués, depuis plusieurs années, à de l'action et de l'aventure, laissant les phases d'exploration au second plan, à ceux qui veulent se simplifier la fin des jeux, les terminer à 100% ou obtenir des trophées. Mais avec Left Behind, l'exploration est au coeur du jeu. Et on nous embarque avec une facilité déconcertante dans un "non-jeu", où l'on est fasciné par une presque-partie d'Angel Knives, par un bref tour de carrousel ou encore par une séquence de blagounettes capillotractées. Tout l'inverse de ce à quoi nous, joueurs, sommes habitués.

Tout s'explique, que vous le vouliez ou non

Quitte à faire un DLC, autant servir le titre original, en nous apportant quelques éléments de réponse. Et Left Behind réussit avec brio cet exercice. D'où vient Ellie ? Pourquoi se balade-t-elle avec des livres de blagues dans son sac ? Qui est cette amie dont elle parle à plusieurs reprises, cette Riley ? Comment s'est-elle fait mordre ? Des questions, The Last of Us en soulève par dizaines. Mais le plus du DLC est de répondre à des questions que nous ne nous étions même pas posées. Mais, bizarrement, nous sommes contents d'en avoir la réponse.

Mais le jeu ne s'arrête pas là, car il vient compléter cette interrogation : comment est la vie d'une jeune fille qui a toujours connu un monde post-Cordyceps, et qui sort pour la toute première fois d'une zone de quarantaine ? Et Naughty Dog de nous renvoyer avec poésie dans notre enfance, alors que nous découvrions des choses. Un photomaton, Facebook, le cinéma, les  centres commerciaux, la publicité... Qui ne sont devenues que futilités.

De la révélation à l'évidence

Passé la bataille de pistolets à eau, Riley met de la musique en route et invite Ellie à danser sur un podium. Quelques pas de danse, quelques mots échangés et c'est ici que le jeu vous envoie en pleine face LA révélation : Riley n'est visiblement pas qu'une simple amie pour Ellie. Dès cet instant, vous rentrez dans une réaction en trois phases.

Première phase : le choc. Il ne dure que quelques secondes mais il s'agit là de la réaction de base à tout twist bien mené, qui se matérialise par un classique "OH !". Deuxième phase : le recul. Vous faites une mini-pause, le choc retombe, vous réfléchissez et après tout, vous vous en doutiez... Ils sont forts chez Naughty Dog. Troisième et dernière phase : l'évidence. Après avoir terminé le jeu, vous repensez à cette scène et, comme un éclair de fulgurance, vous pensez "mais pourquoi je n'y ai pas pensé plus tôt ?". Oui vous auriez pu, car tous les indices étaient là.

Pensons ensemble. Lorsque le Cordyceps est apparu, Ellie n'était pas née. Et le virus ayant emporté tous ses proches, elle a rapidement été placée dans un centre de préparation militaire, en zone de quarantaine. C'est là qu'elle a fait la connaissance de Riley, qui deviendra sa meilleure amie, mais surtout sa seule et unique amie. Je répète : sa seule et unique amie. Dans Left Behind, Ellie doit avoir entre 13 et 14, période de quoi ? De la puberté, où se développe beaucoup de choses, dont l'attirance sexuelle. Dès lors, il apparaît presque (ce n'est pas une science exacte) comme logique que, n'ayant connu que Riley, elle en soit attirée. Et voilà comment Naughty Dog nous sert sur un plateau doré une information évidente qui n'avait même pas été considérée auparavent. Chapeau.

Une relation qui se concrétise

Rappelez-vous : dans The Last of Us, après le passage par le barrage de Tommy, Ellie prend la fuite et trouve refuge dans un ranch. Lorsque Joël l'y retrouve, leur relation prend une nouvelle dimension, alors qu'Ellie lui dit "les seules personnes que j'ai jamais aimées sont toutes mortes ou m'ont abandonnée. Toutes sauf... sauf toi, merde".

Avec Left Behind, qui, resituons-le, se déroule après l'épisode de l'Université et la blessure grave de Joël, cette relation va passer à un tout nouveau stade : elle va se concrétiser. Car Ellie va, au-delà des mots, tout faire, quitte à se mettre en danger, pour sauver celui qui représente pour elle la figure d'un père, j'ai nommé Joël.

 

Voilà pourquoi vous avez aimé The Last of Us : Left Behind. Deux heures peut-être, mais deux belles heures. Car si le contenu du DLC n'est pas nécessaire au jeu original, ce qu'il nous apporte et nous procure en fait un objet indispensable. Et, en plus, il vous aura donné envie de relancer The Last of Us. Moi, en tout cas, c'est ce que j'ai fait. Deux fois.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Archives