The Share Players
  
Signaler
Tests de jeux vidéos (Jeu vidéo)

 

 (le test complet est au format vidéo, cliquez donc ci-dessous... bon visionnage !)

 

  

 

Everybody’s Gone to the Rature, malgré ses défauts et ses qualités, aura eu le mérite de tenter quelque chose de fondamentalement fou en poussant le concept du « non-jeu » à son paroxysme. 

 

Un pari osé, perfectible et imparfait qui soulève avec lui la sempiternelle question propre à ce genre d’expériences uniques : est-ce encore du jeu vidéo ? 

 

Personnellement, je ne me la suis jamais posée en parcourant Yaughton. J’étais là pour autre chose que pour « jouer ». J’étais là pour humer l’air si doux du Shropshire, profiter de son calme champêtre et revivre avec ses habitants les évènements qui ont compté pour eux dans leur vie. M’inquiéter en leur compagnie des phénomènes surnaturels qui, au fond, les dépassait tous. Constater qu’avec l’imminence d’une issue fatale, les gens peuvent changer, en tentant de résoudre les problèmes qu’ils ont pu avoir par le passé avec eux-même, ou avec les autres membres de la communauté. Une communauté éclectique et attachante, et dont les destinées vont rapidement prendre le dessus sur le mystère qui entoure leur disparition. 

 

L’évènement singulier a-t-il changé leur vie de tous les jours, ou au contraire les a-t-il poussé à aller au delà de leur propre barrière émotionnelle ? Et si au fond cette tragédie à huit clos faisait rayonner la race humaine en nous ramenant tous à l’essentiel de nos destinées? 

 

Jacob de Lost aurait surement un sourire amusé sur son visage, tandis que Patti Levin de The Leftovers tirerait avec flegme sur sa cigarette en observant ces existences gérer la situation avec ce que l’humain a de plus précieux : ses sentiments. Amour, tristesse, pardon, rédemption, haine, culpabilité… Jeremy, Wendy, Kate et les autres m’ont énervé, ému, touché, et même fait pleuré par moment. Dans ces moments là, j’avoue donc avoir été content de ne pas avoir pu courir plus vite, car je serai sans doute passé à côté du rythme du jeu, calqué sur celui de la vie, la vraie, avec ses tragédies et ses moments de grâce.

 

Everybody’s Gone to the Rature c’est une « oeuvre » profondément humaine, dont les évènements paranormaux ne servent finalement que de toile de fond à l’histoire principale, celle qui compte vraiment : celles des habitants de Yaughton. La fin et ses explications -qu’on peut interpréter de multiple façon- n’est tout compte fait qu’anecdotique… La vraie richesse du jeu se trouvant d’abord dans tous les petits détails du quotidien, méticuleusement mis en scène jusque dans les menus du jeu, ensuite et surtout dans le coeur des personnes dont on suit les silhouettes lumineuses, sans même pouvoir leur donner un visage. Qu’importe, leur voix sont si bien bien choisies, si minutieusement doublées et si bien accompagnées par les sublimes compositions de Jessica Curry qu’on ne peut que féliciter TheChineseRoom pour cet énième décision culottée. 

 

Everybody’s Gone to the Rature est-il un bon jeu vidéo? Est-il même un jeu vidéo? Qu’importe, c’est une expérience incroyable, qui tire sa force des partis-pris courageux de son éditeur. Ce dernier nous indique d’ailleurs clairement sur l’artwork du jeu qu’il vous nous prendre par la main et nous guider à travers les vies so british des 20 protagonistes. A mes yeux, même dirigiste, ça en fait l’une des plus belles oeuvres de ces dernières années.

 

 





RAPPEL 

Street Fighter V : Test de la Beta et tuto des mécaniques du jeu

Call of Duty: Black Ops 3 Beta - Test du multi sur PS4

   

Suivez-nous ! 

   

Sur Youtube / En Podcast / Sur Itunes  / Twitter /  Sur Facebook

 

 

  

 

Voir aussi

Jeux : 
Everybody's Gone to the Rapture
Sociétés : 
thechineseroom
Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Commentaires

Max Vincenzi
Signaler
Max Vincenzi
Pour ma part, j'en ai écris un de petit "test" aussi parce que je m'y sentais presque obligé on va dire^^
C'est loin d'être une pure arnaque mais il est vrai que 16€ pour ce jeu peut en rebuter plus d'un et ça se comprend (même si en soit, c'est pas si cher). Sinon les dialogues je les ai trouvé super intéressant, même très touchants pour certains... non, non tout est bien ficelé quand mêm, les musiques sont magnifiques, le moteur est loin d'être moche. Le seul hic est en effet le manque d'intéraction, clairement.
Spoilerman
Signaler
Spoilerman
Arnaque artistique.
Sker
Signaler
Sker
Yohann26, je n'ai pas du tout eu l'impression que des dialogues faisaient doublon, j'ai pris "religieusement" des notes et j'ai au contraire trouvé que chaque discussion complétait intelligemment une autre discussion, pour former un tout bien cohérent. Tu as des exemples de dialogues redondants?

Après pour répondre à kaminari, ce n'est ni un abus de langage, ni de la fainéantise de ma part que de le considérer comme un jeu vidéo. A la limite, je le répète dans mon test et par écrit, je ne me suis pas posé la question. J'ai kiffé l'oeuvre dans son ensemble pour ses qualités artistiques, narratives et scénaristiques, et peu importe le support, à mes yeux ce point là est secondaire...
Kaminari
Signaler
Kaminari
Non, ce n'est pas un jeu ; non, ce n'est pas un chef d'oeuvre ; et oui, c'est une nouvelle multimédia intéressante. The Chinese Room squatte les sites de jeux vidéo par pur opportunisme, car reconnaissons-le : ce genre de production infographique (qui n'est d'ailleurs pas neuve et qui existe depuis les années 1990) n'aurait jamais bénéficié d'une quelconque couverture médiatique par d'autres corps de métier artistiques (cinéma ou littérature). Et pourquoi les développeurs s'en priveraient-ils ? Cette "expérience" (vaguement interactive) que tout le monde reconnait ne pas être un jeu vidéo se retrouve néanmoins qualifiée, par abus de langage ou simple fainéantise, de jeu vidéo. L'auteur de ce blog ne fait pas exception à la règle.
Yohann26
Signaler
Yohann26
perso j'ai bien aimé le concept de découverte de l'histoire par fragment ça et là, par contre 50 % des dialogues sont en fait des doublons d'un autre, mais par d'autres personnages.. du coup ça dévient de la torture par moment

The Share Players

Par Sker Blog créé le 01/12/13 Mis à jour le 08/12/16 à 17h14

The Share Players : les jeux-vidéo par les joueurs, pour les joueurs

Podcasts, émissions, débats, analyses, gameplays commentés, lives, astuces, tutoriels, vidéos insolites… et plus si affinités !

Ajouter aux favoris

Édito

Bienvenue sur The Share Players !

 

The Share Players, c’est la chaîne Gaming qui vous offre le meilleur point de vue possible : celui des joueurs ! 

 

Podcasts, émissions, débats, analyses, gameplays commentés, lives, astuces, tutoriels, vidéos insolites… et plus si affinités ! 

 

Pas mal de next-gen, un peu de rétro, des coups de gueule et beaucoup d'amour. Garantie en 1080p et 60fps constants, sans downgrade. 

 

Suivez-nous ! 

   

Youtube   : youtube.com/c/theshareplayers

Twitter      : @TheSharePlayers 

Facebook : facebook.com/theshareplayers

Instagram : instagram.com/theshareplayers/

iTunes       : http://apple.co/1JrKmR8

Podcast    : feeds.feedburner.com/theshareplayers

Archives

Favoris