PLAY5TATION.COM

PLAY5TATION.COM

Par 8xogen Blog créé le 18/11/12 Mis à jour le 13/10/19 à 01h03

votre dose quotidienne d'information sur la PS5. Une seule adresse : http://play5tation.com !

Ajouter aux favoris
Signaler
Actu PS5 (Jeu vidéo)

Le second tour de table avec les journalistes de Wired pilotés par Mark Cerny et Jim Ryan n’a pas éclipsé les remous internes qui ont gagné l’état-major et le personnel des différentes branches régionales. Décision précipitée ? Coïncidence de calendrier ? Difficile de trouver une réponse immédiate. Toujours est-il, la PlayStation 5 ne relance pas seulement Sony dans la compétition, elle entraîne aussi une certaine réorganisation de ses centres de décisions au profit d’une seule branche…

La place grandissante de Sony Interactive Ent. impose au groupe japonais une réflexion sur la gouvernance de ce département. Celle-ci s’est traduite par une vague de licenciements touchant plus précisément la division européenne. En plus de la brutalité avec laquelle cette restructuration est engagée (notification reçue pendant l’annonce de la PS5, un comble !), SIEE voit son influence considérablement réduite au profit de son homologue nord-américain, tout auréolé d’un sans faute avec la PS4. Son hégémonie est si écrasante qu’aucun employé européen n’avait été informé de l’initiative de SIEA d’accorder au magazine Wired, l’exclusivité des premières révélations sur la PlayStation 5.

Pourtant très prolifiques (wipEout, Little Big Planet, DriveClub, EyeToy, Singstar sont sortis de ses écuries) et adaptés aux attentes des joueurs européens, la force de frappe éditoriale de SIEE est méprisée. Certains studios satellites dénoncent des dysfonctionnements exacerbés par le « processus déjà délicat de transition technologique » , ajoutant même « un manque de clarification que nous n’avions jamais eue sur une nouvelle console si proche de son lancement », soutien un éditeur tiers européen.

L’éviction surprise de Shawn Layden, président de Sony Worldwide Studios, démontre que ces bouleversements touchent même l’état-major, et ce à tous les étages. Débarquement non médiatisé par Sony ni même par l’intéressé, celui-ci intervient après une restructuration majeure de SIE en avril 2018 destinée à mondialiser son activité. La globalisation de son activité implique une centralisation des pôles régionaux au seul profit de SIEW. La rapide montée en puissance de Jim Ryan, nommé vice-président puis dans la foulée PDG de SIEW (dont dépendent les filiales SIEA, SIEE et SIEJA), a renversé les rapports de force entre décideurs. Une lutte de pouvoir destructrice s’est ainsi installée entre l’indélicat J. Ryan et le charismatique S. Layden, président de SWS.

Tous deux se sont affrontés par médias interposés sur l’épineuse question du cross play sur PS4. Tandis que Jim Ryan s’opposait fermement à cette politique d’ouverture, la position de Shawn Layden se voulait plus souple que son homologue. Autre point de friction entre les deux hommes que tout semble opposer, le jeu en nuage. J.Ryan s’était déclaré avec beaucoup de zèle, favorable à l’accélération du développement commercial du PS Now (baisse du droit d’entrée accompagnée d’une revalorisation de l’offre éditoriale) pendant que son confrère louait la longévité encore vive du support physique…

En creux se profile le même aveuglement qui a longtemps touché Ken Kutaragi dont le travail de sape dans les dernières années de sa carrière au sein du groupe japonais, a été de confisquer tous les pouvoirs de décision au sein de Sony Computer Entertainment.

Le naïf Shawn Layden a-t-il payé son manque de loyauté à l’inflexible Jim Ryan ? Ce dernier a certainement plaidé contre sa vision stratégique solitaire auprès de ses supérieurs hiérarchiques pour avoir sa tête.

 

En février 2019, j'écrivais ceci : << (en plus de celle de Mark Cerny) la position influente de S. Layden dans l’organigramme agissent comme des garde-fous dont la mission informelle est de préserver Sony de cette tentation destructrice. >>

Le profil plutôt effacé de M. Cerny, par ailleurs sous la tutelle directe de J. Ryan (sa présence à ses cotés chez Wired en est l'illustration), ne sera jamais suffisant pour agir comme rempart. L'actualité sera riches d'enseignements à ce sujet...

Articles liés : SIE change de tête - Shawn Layden: E3, multijoueurs... - PS5 sous la menace de vents contraires

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Commentaires

funvgame
Signaler
funvgame
"au profit de son homologue nord-américain, tout auréolé d’un sans faute avec la PS4."

Un sans faute ? Non.
Knack, Knack 2, The Order 1886, Days Gone, Concrete Genie sont quand même des erreurs de parcours !
Et le refus de EA Access, des mods Bethesda, de la rétrocompatibilité, du cross-network play sont aussi de gros cailloux dans la chaussure de Sony qui a retourné sa veste à chaque fois !
Ce n'est pas un sans faute.
Sinon, Sony a l'air quand même à un gros panier de crabes en costards, raconté comme ça.
Nirtug
Signaler
Nirtug
Ça fait un peu frissonner tout ça. Je vais attendre fébrilement en espérant avoir peur pour rien, mais je sens poindre de nouveau une époque pas si lointaine où Sony me facilitait le transit intestinal.

Édito

Archives