PLAY5TATION.COM

PLAY5TATION.COM

Par 8xogen Blog créé le 18/11/12 Mis à jour le 13/10/19 à 01h03

votre dose quotidienne d'information sur la PS5. Une seule adresse : http://play5tation.com !

Ajouter aux favoris
Signaler
Actu PS5 (Jeu vidéo)

Souvenez-vous, c’était hier. Le succès planétaire de la PlayStation 2 préparait paradoxalement le terrain à une période d’isolement destructrice du leadership de Sony. Si le directeur de Sony Worldwide Studios évoque cet épisode sombre qui a frappé la carrière commerciale de la PlayStation 3, c’est en raison de signes avant-coureurs symptomatiques d’un règne sans gloire qui rattrape le groupe japonais…

Au sortir de la performance commerciale démesurée de la PS2, Ken Kutaragi, ancien président de Sony Computer Entertainment (SCE), arrachait enfin sa revanche aux branches d’activités historiques du groupe Sony. Enflammé par cette reconnaissance pleine et entière enfin acquise, la tête pensante de SCE appelée à occuper les plus hautes fonctions, s’était lancée dans une équipée solitaire dangereuse et coûteuse pour l’ensemble du groupe.

« Nous sommes tombés de très haut, souffle Shawn Layden dans les colonnes d’Ign.com. Nous n’étions pas à l’écoute de nos clients. Nous avions créé un environnement de développement nébuleux ». En pleine léthargie, le constructeur nippon tarda à réagir car saisi d’un « sentiment d’orgueil démesuré », à l’image du visage médiatique de la marque PlayStation, raillé pour ses déclarations prétentieuses.

C’est une fois K. Kutaragi évincé de la présidence de SCE, qu’une vaste opération de ré-aiguillage s’est mise en route. A un positionnement tarifaire plus agressif, s’ajoute une campagne de décentralisation des pouvoirs dont la mise en avant du titre Little Big Planet est une allégorie (les joueurs au pouvoir).

Un examen de conscience interne libère les forces vives de SCE jusqu’ici muselées par un Ken Kutaragi omnipotent. A cette personnalité écrasante s’oppose celle de l’ ‘’adulescent’’ Mark Cerny : « nous l’avons écouté. Nous avons créé la PS4, une console pensée aussi bien pour les fans que les développeurs » précise S. Layden. Le bilan de ce formidable acte de contrition ? Un leadership mondial côtoyant celui de l’âge d’or de la PS2.

Cependant, les signes d’un retour de cette suffisance assassine semblent se multiplier. En effet, sur des sujets sensibles tels que le cross play à l’égard duquel les tergiversations et contradictions de Sony sont apparues au grand jour ou encore la liberté de changer d’identité sur le PSN accordée après des années de plaidoirie de la part des joueurs ne représentent qu’un échantillon des nombreux griefs reprochés au constructeur. L’intronisation du discuté Jim Ryan comme président de SIE achève de convaincre les plus pessimistes que Sony s’enferme une fois de plus dans sa tour d’ivoire, incapble de sortir de sa zone de confort.

« Nous allons repenser notre communication, glisse avec clairvoyance S. Layden. Nous redoublerons d’effort pour être plus audibles ». Non sans mentionner d’effectuer de « meilleurs arbitrages dans nos choix au profit de PlayStation et SIEWS ». Mark Cerny est vraisemblablement reconduit dans ses fonctions et la position influente de S. Layden dans l’organigramme agissent comme des garde-fous dont la mission informelle est de préserver Sony de cette tentation destructrice.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Édito

Archives