Play5tation.com

Play5tation.com

Par Blog créé le 18/11/12 Mis à jour le 08/11/19 à 00h32

votre dose quotidienne d'information sur la PS5. Une seule adresse : http://play5tation.com !

Ajouter aux favoris
Signaler
Actu PS5 (Jeu vidéo)

Carte blanche. L'aval de l'état-major semble lui donner des ailes. Jim Ryan, tout puissant responsable de la branche PlayStation, place un à un ses pions pour mieux imposer ses rêves de mondialisation, à l'aune du lancement de la PlayStation 5. Dans un entretient fleuve accordé à GI.biz, ce dernier expose les grandes lignes de sa stratégie de reconquête... Et ses rêves de grandeur.

L'échec tout relatif de la PS3 avait pourtant été l'occasion d'assainir les rapports de force entre les différents pôles régionaux, mais J. Ryan n'en a cure. Depuis deux ans, ce dernier s'attache à regrouper l'ensemble des antennes internationales au mépris de leur spécificité culturelle. La réalité du chantier de la concentration des centres de décision conduite d'une main de fer par le nouvel homme fort de la division PlayStation est assassine. Eviction sine die de responsables, licenciement express, rétention d'information, tels sont les moyens brutaux employés par le haut responsable de cette toute fraîche superstructure PlayStation.

Dernière victime en date ? L'humble Shuhei Yoshida, invité à céder sa place de dirigeant de Worldwide Studios au profit d'Hermen Hulst, une forte tête de Guerrilla Games. Le japonais s'était attiré la sympathie des joueurs et des journalistes par sa liberté de parole (fascination de Nintendo) et sa bonhomie naturelle. Effacé depuis près de deux ans, ses dernières sorties médiatiques soulignaient l'attachement personnel qu'il exprimait à propos de la préservation du particularisme culturel des jeux nippons capables de succès sur les marchés étrangers. Une position loin d'être partagée par Jim Ryan, ce qui a probablement coûté à S. Yoshida son poste au profit de la direction d'une nouvelle entité dédiée à la communauté indé.

Une voie de garage pour un homme proche de la retraite ? « Tout le monde sait à quel point Shu est passionné par les jeux indépendants (...) un champion comme Shu chez PlayStation veillera à ce que l'ensemble de l'organisation de SIE travaille de concert avec les développeurs indépendants » , glisse J. Ryan. L'intéressé ne s'est toujours pas exprimé sur sa nouvelle affectation...

Début novembre, le responsable des relations ''développeurs internes et seconde partie'' faisait également les frais de ce dégraissage massif. Qu'ils soient dirigeant ou cadre intermédiaire, ces nombreux départs inquiètent les analystes. « Bon nombre de ces signes préoccupant continuent de s'additionner » , s'alarme David Cole de DFC Intelligence. Il poursuit : « c'est la manifestation de symptômes troublants (...) chamboulement permanent et désorganisation interne au sein de SIE (...) les investisseurs se sentent concernés et poseront les questions qui s'imposent (...) les signaux internes ne sont pas positifs ».

La branche Playstation parlera donc d'une seule voix mais pour le bien de qui ? « La productisation de la PS5, la définition de l'ensemble de ses fonctionnalités, son développement et sa mise en ½uvre (...) ce processus a été  considérablement simplifié par rapport à tout ce que nous avons fait par le passé », se défend le haut dirigeant. Selon lui, la mise à l'échelle internationale du département PlayStation libère des opportunités organisationnelles. Les décrochages régionaux ne parasitent plus la nécessité de dégager un consensus ferme. La prise de décision est désormais plus rapide, la branche plus dynamique.

La célébration de la PS4 sur le sol nord-américain révélait aux observateurs de cette industrie, le déplacement du centre de gravité de la section PlayStation autrefois situé sur les terres natales de cette console, le Japon. L'approche de Jim Ryan entérine t-elle cette alternance du pouvoir engagée en 2011 ? « Je tiens réellement à souligner que mondialisation ne signifie pas américanisation et inversement. Devenir une organisation mondiale ne signifie en aucun cas devenir une organisation américaine », réagit vivement le haut responsable.

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Actu PS5 (Jeu vidéo)

Dans le sillage de la publication de ses résultats financiers trimestriels, Sony a organisé une téléconférence pendant laquelle le directeur du pôle financier Hiroki Totoki a explicité les différents indicateurs de cet exercice. Sans omettre les perspectives d’avenir, la PlayStation 5, « l’étape la plus importante » selon l’intéressé…

Disponible d’ici « les fêtes de fin d’année 2020 », le haut responsable rappelle aux investisseurs et analystes à l’écoute que le développement de la PS5 progresse selon la feuille de route tracée par l’état-major. Equipes de production interne comme éditeurs partenaires enrôlés dans cette nouvelle aventure sont au diapason pour offrir « des expériences de jeu engageantes comme jamais auxquelles s’attendent tant les utilisateurs actuels que les joueurs potentiels ».

Cette belle entrée en matière n’éclipse pas l’épineuse question de la rentabilité de la PS5 et in fine, de la formulation de son prix de vente : « nous serons vigilants sur son coût de revient, délibérons sur la fixation d’un tarif acceptable par le marché ainsi que du taux de pénétration de notre plate-forme », résume H. Tatoki. Ce dernier élude les détails de l’analyse de marché qui en est faite, laissant la communauté financière sur sa faim, mais assure que son groupe est « attentif au niveau de profit réservé aux investisseurs ».

Le haut dirigeant s’est brièvement félicité de la récente acquisition de la pépite Insomniac Games, tout en se montrant ouvert « à la recherche des opportunités de marché » susceptibles de consolider sa force de frappe éditoriale. Autre fondamentaux conditionnant le succès de la PS5, le PlayStation Now. Les réformes ont pesé favorablement sur la croissance d’abonnés à ce service en ligne (plus d’un million de souscripteurs à ce jour contre sept cents mille en mai).

H. Tatoki révèle que cette plate-forme est en réalité un ballon d’essai visant à « évaluer le potentiel des services de jeu en nuage ». Le partenariat surprise avec Microsoft prend ainsi tout son sens. Plutôt que d’investir massivement dans une technologie à la rentabilité incertaine ou trop lointaine, ce rapprochement limite les dégâts financiers en cas d’échec du cloud gaming.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Actu PS5 (Jeu vidéo)

Quand il s’agit de s’entourer des meilleurs collaborateurs pour le développement de produits phares, le groupe Sony n’hésite pas à user et abuser de superlatifs. Dernier en date, la PlayStation 5 qualifiée avec une pointe d’arrogance de « console la plus rapide du monde ». Problème, lorsque l’½il grossissant de la communauté des joueurs s’attarde sur ce genre de prétention, le retour de bâton médiatique peut s’avérer douloureux…

Si bien que le rédigé de la candidature au poste de responsable de l’ingénierie dans le cloud où cette suffisance figure a été tout simplement effacée. La mention ‘’PlayStation 5’’ est également passée à la trappe. Le cabinet de recrutement du géant japonais préférant une « gestion des systèmes de serveurs alimentant plus de 100 millions de consoles PS4, et offrant des expériences de jeu immersives ». Ouf !

Où est-ce peut être ce tir groupé de dépôt de marques PS6, PS7, PS8, PS9 et PS10 auprès de l’organisme ad hoc nippon qui a fait revenir à la raison les recruteurs de Sony ?

Allez savoir !

;)

Ajouter à mes favoris Commenter (10)

Signaler
Actu PS5 (Jeu vidéo)

Et si vous abordiez le prochain épisode d’Horizon Zero Dawn sous un angle différent ? Nouveau pilier de l’offre éditoriale de Sony Worldwide Studios, cette jeune franchise pulvérisant tous les records de vente (10 millions d’exemplaires), pourrait être déclinée sur la prochaine extension PSVR de la PlayStation 5.

C’est un tweet sibyllin rédigé il y a un peu plus d’une semaine par un spécialiste de la réalité virtuelle qui a lancé cette rumeur : « Nous avons récemment appris qu’un nouveau titre PSVR très alléchant était en production chez London Studio. Difficile à ce stade de savoir s’il sera développé sur PS4, sur PS5 ou les deux, mais c’est électrisant, et une annonce serait à l’horizon… ».

‘’London Studio’’ ‘’horizon’’, l’association de deux termes voisins semble facile.. Si bien qu’elle ouvre la voie à toutes les supputations possibles que les fans du jeu avides d’infos sur les prochaines aventures d’Aloy ne se privent pas d’alimenter. Dépassé par l’hystérie ambiante, l’auteur de cette rumeur est revenu sur ses déclarations, confirmant via « une source de toute confiance » l’existence d’un titre de la dimension d’un triple A sans pour autant « avoir vu le jeu ».

A l’origine, HzD a été réalisé par le talentueux studio Guerrilla Games. Sa branche régionale GG. Cambridge, auteur du dynamique RIGS : Mechanized Combat League, a fermé ses portes rapidement après la commercialisation de cette expérience ludique en réalité virtuelle. Malgré une plastique et un gameplay soignés, ce titre original n’a pas rencontré le succès attendu. C’est à une pépite revenue des enfers des politiques de restructuration interne successives que ce projet de grande envergure pour les exigences de la VR a été confié. London Studio s’est en effet autrement distingué par l’explosif Blood & Truth sur PSVR, au succès critique et commercial mérité. 

Avril dernier, une doubleuse de l’extension épisodique The Frozen Wilds éventait presque involontairement l’existence d’une suite, tant ce qu’elle a vu l’a impressionnée : « c’est incroyable, attendez de voir la suite. Vous n’en reviendrez pas, j’ai connaissance de secrets ! Vous n’en reviendrez pas ! ». A-t-elle été soufflée par ce volet VR parallèle à celui destiné à la PS5. Où s’agit-il d’un même titre au mariage VR/3D détonant ?

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Actu PS5 (Jeu vidéo)

V½u pieux du PDG de Sony, la complémentarité des différentes activités de Sony doit s’accélérer avec la volonté évidente de créer des synergies nouvelles profitables à tout le groupe. La PlayStation 5 est toute désignée comme l’épicentre de cette stratégie. En effet, la concentration de composants haute-technologie ouvre la voix à des interactions inédites.

Première branche concernée, Sony Music. Sur la foie de rumeurs rapportées par l’édition en ligne du magazine RollingStone.com, l’intégration de bandes sonores musicales sous licence officielle deviendrait plus harmonieuse.

Avant que cette innovation ne s’épanouisse pleinement sur la prochain format du géant japonais, celle-ci sera expérimentée sur PS4 avec Death Stranding (DS). Création justement élevée par Hideo Kojima comme champ expérimental technologique et artistique, les stratèges de Sony considère ce titre comme « un facteur décisif de la collaboration créative entre PlayStation et Sony Music ».

Ce premier titre issue du jeune studio Kojima Prod. comprend une bande-son composée de musique d’artistes très en vue sur la scène musicale (CHVRCHES….). Plus qu’un simple habillage sonore d’une cinématique, la musique sera intimement liée à l’expérience ludique. Une innovation énigmatique, à l’image de DS, que Sony cherche probablement à préserver jusqu’à la commercialisation du jeu prévue pour début novembre. Death Stranding sera donc le point de départ d’une nouvelle forme de gameplay aux contours prometteurs.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Actu PS5 (Jeu vidéo)

Le second tour de table avec les journalistes de Wired pilotés par Mark Cerny et Jim Ryan n’a pas éclipsé les remous internes qui ont gagné l’état-major et le personnel des différentes branches régionales. Décision précipitée ? Coïncidence de calendrier ? Difficile de trouver une réponse immédiate. Toujours est-il, la PlayStation 5 ne relance pas seulement Sony dans la compétition, elle entraîne aussi une certaine réorganisation de ses centres de décisions au profit d’une seule branche…

La place grandissante de Sony Interactive Ent. impose au groupe japonais une réflexion sur la gouvernance de ce département. Celle-ci s’est traduite par une vague de licenciements touchant plus précisément la division européenne. En plus de la brutalité avec laquelle cette restructuration est engagée (notification reçue pendant l’annonce de la PS5, un comble !), SIEE voit son influence considérablement réduite au profit de son homologue nord-américain, tout auréolé d’un sans faute avec la PS4. Son hégémonie est si écrasante qu’aucun employé européen n’avait été informé de l’initiative de SIEA d’accorder au magazine Wired, l’exclusivité des premières révélations sur la PlayStation 5.

Pourtant très prolifiques (wipEout, Little Big Planet, DriveClub, EyeToy, Singstar sont sortis de ses écuries) et adaptés aux attentes des joueurs européens, la force de frappe éditoriale de SIEE est méprisée. Certains studios satellites dénoncent des dysfonctionnements exacerbés par le « processus déjà délicat de transition technologique » , ajoutant même « un manque de clarification que nous n’avions jamais eue sur une nouvelle console si proche de son lancement », soutien un éditeur tiers européen.

L’éviction surprise de Shawn Layden, président de Sony Worldwide Studios, démontre que ces bouleversements touchent même l’état-major, et ce à tous les étages. Débarquement non médiatisé par Sony ni même par l’intéressé, celui-ci intervient après une restructuration majeure de SIE en avril 2018 destinée à mondialiser son activité. La globalisation de son activité implique une centralisation des pôles régionaux au seul profit de SIEW. La rapide montée en puissance de Jim Ryan, nommé vice-président puis dans la foulée PDG de SIEW (dont dépendent les filiales SIEA, SIEE et SIEJA), a renversé les rapports de force entre décideurs. Une lutte de pouvoir destructrice s’est ainsi installée entre l’indélicat J. Ryan et le charismatique S. Layden, président de SWS.

Tous deux se sont affrontés par médias interposés sur l’épineuse question du cross play sur PS4. Tandis que Jim Ryan s’opposait fermement à cette politique d’ouverture, la position de Shawn Layden se voulait plus souple que son homologue. Autre point de friction entre les deux hommes que tout semble opposer, le jeu en nuage. J.Ryan s’était déclaré avec beaucoup de zèle, favorable à l’accélération du développement commercial du PS Now (baisse du droit d’entrée accompagnée d’une revalorisation de l’offre éditoriale) pendant que son confrère louait la longévité encore vive du support physique…

En creux se profile le même aveuglement qui a longtemps touché Ken Kutaragi dont le travail de sape dans les dernières années de sa carrière au sein du groupe japonais, a été de confisquer tous les pouvoirs de décision au sein de Sony Computer Entertainment.

Le naïf Shawn Layden a-t-il payé son manque de loyauté à l’inflexible Jim Ryan ? Ce dernier a certainement plaidé contre sa vision stratégique solitaire auprès de ses supérieurs hiérarchiques pour avoir sa tête.

 

En février 2019, j'écrivais ceci : << (en plus de celle de Mark Cerny) la position influente de S. Layden dans l’organigramme agissent comme des garde-fous dont la mission informelle est de préserver Sony de cette tentation destructrice. >>

Le profil plutôt effacé de M. Cerny, par ailleurs sous la tutelle directe de J. Ryan (sa présence à ses cotés chez Wired en est l'illustration), ne sera jamais suffisant pour agir comme rempart. L'actualité sera riches d'enseignements à ce sujet...

Articles liés : SIE change de tête - Shawn Layden: E3, multijoueurs... - PS5 sous la menace de vents contraires

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
Actu PS5 (Jeu vidéo)

Jouer sans attendre à des jeux PlayStation 5 sur… PS4 ?? C’est la promesse de deux studios élites du tentaculaire SWS, Polyphony Digital et Naughty Dogs, appréciés unanimement pour leur maîtrise des technologies de développement avancées. En pleine période promotionnelle, les deux fleurons confirment une nouvelle fois leur perfectionnement sur un format pourtant vieillissant.

La première bande-annonce de The Last of Us Part 2 présageait de l’émergence d’une nouvelle classe visuelle sur PS4, vous lisez bien PS4 : « c’est notre plate-forme cible » , affirme dans les colonnes de USGamer.com, Emilia Schatz, game designer principal chez ND. Un postulat qui met d’autant en évidence la qualité de travail des développeurs alors que par facilité, la déclinaison Pro au graphisme haut de gamme, soulagerait grandement l’équipe.

 

 

Au lendemain d’une présentation presse, l’½il exercé des journalistes s’est intéressé à l’animation étonnante de naturel des personnages. « Une feature next gen » , s’enthousiasme le directeur adjoint Anthony Newman sur Gamesbeat.com. « Lorsque l’équipe me l’a présentée, j’ai été épaté. Je me trouvais face à un saut générationnel. Ce n’était pas une question de puissance, mais d’habilité technique » , enchérit le dirigeant.

 

 

De l’autre côté de l’atlantique, la fine équipe de Polyphony Digital s’est attachée à exposer au salon du CEDEC qui s’est tenu à Yokohama, ses dernières innovations techniques. Les thématiques star de l’édition 2018, modélisation 3D et traçage de rayons, laissent désormais place à la génération procédurale de végétations et de bâtiments. Cette solution technique est largement répandue dans le monde du développement. Celle du studio nippon présente l’avantage de simuler de manière cohérente, et ce sans supervision humaine, la croissance de la végétation et l’harmonie architecturale d’une zone urbaine.

 

 

 

Cette suite logicielle appelée Houdini, reproduit fidèlement la germination des graines et la croissance des plantes à grande échelle. Elle diffère des solutions concurrentes L-System et SpeedTree car l’intervention d’un artiste est nécessaire. La génération automatique de bâtiments s’appuie sur la même dynamique. Cette modélisation automatique projette des décors d’arrière-plan ou agréments autour des pistes. Ainsi, le temps de développement des paysages de circuits urbains est considérablement réduit.

Ces deux programmes ont été utilisés pour Gran Turismo Sport Spec II, mais c’est véritablement sur PS5 que l’on pourra prendre la mesure des avancées de PD.

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Signaler
Actu PS5 (Jeu vidéo)

 L’avalanche de brevets déposée par Sony à destination de la PlayStation 5, esquisse le portrait d’une console nouvelle génération aux capacités technologiques folles. De la projection holographique à un design improbable, les ingénieurs du numéro un mondial du jeu vidéo repoussent les limites de nos attentes. Et s’il en est une qui nous tarde de voir se concrétiser, un nouveau brevet semble enfin indiquer que le constructeur s’y résout…

Sony ne pouvait plus l’ignorer plus longtemps. La percée spectaculaire dans notre quotidien des assistants vocaux de Cortana, d'Alexia, pour ne citer qu'eux, pousserait le géant japonais à donner de la voix à son prochain modèle de salon. C’est l’initié Daniel Ahmad, fin analyste du secteur, qui évente ce secret industriel fraîchement sécurisé auprès de l’INPI local. Selon lui, une intelligence artificielle appelée froidement PlayStation Assist (alors que l’usage opte davantage pour un prénom féminin) épaulera vocalement le joueur esseulé par un niveau de vie insuffisant ou tout simplement égaré par un chemin labyrinthique.

« Vous pourrez entrer une requête et le jeu répondra de manière dynamique » écrit l’éclairé D. Ahmad sur son compte Tweeter.

La description de cette fonctionnalité (disponible en anglais) fait montre d’une grande flexibilité de cette technologie. Peu importe le format (texte, image, son…) et la situation de jeu, l’IA sera capable d’apporter une réponse appropriée au joueur dans le but d’améliorer « l’expérience ludique », précise le document. Celle-ci est également habilitée à fournir des informations « sur des personnages, sur une stratégie » voire même planifier « une séquence de jeu avec des amis via un service de cloud gaming ». l’aspect social sera lui aussi renforcé par la performance de cet assistant car des informations précises sur les amis d’un joueur lui seront accessibles en temps réel.

Le choix du niveau de difficulté d’un jeu deviendra donc de la vieille histoire ? Cet ‘’assistant’’ virtuel pourrait inévitablement le rendre désuet par une immersion toujours plus profonde du joueur évoluant à l’intérieur de mondes autrement plus réalistes sur PS5.

Sur le même sujet : PS5, votre nouvelle meilleure AI et L'IA comme recourt à la lassitude du joueur

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Actu PS5 (Jeu vidéo)

 

L’industrie du jeu vidéo semble sérieusement s’approprier la question environnementale. Par la voix du pdg de SIE, Sony annonce rejoindre l’entente Playing for the Planet afin de répondre aux exigences de réduction des émissions de gaz polluant. Quelques jours seulement après la formidable mobilisation mondiale de la jeunesse, premier client de ce secteur d’activité lucratif…

C’est depuis le canal officiel ‘’PlayStation Blog’’ que l’abrupt Jim Ryan déclare que le géant japonais avait déjà pris « des engagements et efforts substantiels » sur PlayStation 4. Mais c’est véritablement sur PS5 que la promesse d’une console plus verte se concrétisera avec une fonctionnalité inédite. D’après le dirigeant, le prochain format de Sony sera capable de diminuer le coût énergétique de la fonction pause en réduisant de manière drastique la vitesse de rotation du disque. Avec pour bénéfice d’économiser « l’équivalent de la consommation moyenne d’électricité de 1000 foyers américains ».

L’homme fort de SIE promet aussi de délivrer une information plus pédagogique afin de sensibiliser au plus près les joueurs aux questions écoénergétiques. Des applications ludo-éducatives en réalité virtuelle seront dans ce sens proposées.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Actu PS5 (Jeu vidéo)

(Photo d'illustration).

La valse des rumeurs reprend de plus belle. Après les croquis ambigus d'un devkit PlayStation 5 confirmés par un développeur de Codemasters au long pédigrée (F1, GRID...), c'est au tour d'un ancien rédacteur en chef du défunt mensuel GameFan (l'original nord-américain) de livrer un témoignage alléchant sur un titre en production sur la prochaine console de Sony.

Ce titre n'est pas une exclusivité PS5, mais l'ex-responsable rédactionnel se présentant sous le pseudo Kleegamefan affirme avoir assisté à une démonstration de ce jeu sur un devkit alpha PS5. Bien que sommaire et très instable sur le plan technique, l'heureux élu affirme avoir été soufflé par la brillance de ce RPG à monde ouvert. 

Il précise tout de go qu'il n'existe aucune équivalence à ce jour en terme d'échelle environnementale et de générosité visuelle. Les références PS4 tels que The Witcher 3 et Horizon Zero Dawn seraient surclassées par l'immensité des décors baignant - à ce stade de production - sous une lumière labellisée ''Ray Tracing''.

« Le taux de rafraîchissement des images oscille entre 20/30 images par seconde (...) n'empêche que je n'ai jamais rien vu de tel » s'enthousiasme-t-il. Une question liée au rôle du SSD aurait froissé le démonstrateur, sûrement éludée par une phase de développement à peine amorcée projetant ainsi la sortie de ce jeu bien au-delà de la commercialisation de la PS5. « Aussi excellent que cela puisse paraître, j'ai l'impression que ce titre n'accompagnera pas la console à son lancement, vraiment trop tôt » en déduit-il.

Poussé à en dire davantage, le journaliste s'exécute en ignorant les règles fondamentales du NDA qu'il a probablement signé pour être gratifié de ce rare privilège. Afin de donner un ordre d'idées sur le niveau de détails graphiques, Kleegamefan cite The Order 1886 « doté d'une grande distance d'affichage et entièrement destructible ». Il insiste sur le caractère AAA de ce projet : « ce n'est pas une démo technique habituellement présentée lors du GDC ». Enfin, les éléments de comparaison lui manquent précise-t-il : « je ne peux exprimer correctement ce à quoi j'ai assisté, rien d'autre n'existe ».

Dont acte.

Merci à la rédaction de Gameblog.fr pour les corrections et l'insertion d'une illustration

Ajouter à mes favoris Commenter (24)

Édito

Archives