3 Nuances 2 Geeks

Par Ulrich Blog créé le 14/03/14 Mis à jour le 02/04/15 à 16h34

Une vision decalée de l'actualité Geek !

Ajouter aux favoris

Édito

Archives

Favoris

3 Nuances 2 Geeks
Signaler
Salut les Geeks et les Geekettes pour reprendre la célèbre formule copyrightée par Spike, host de son état.
 
Aujourd'hui je vais vous parler de mon coup de c½ur de ce début d'année. Et ce n'est ni un jeu vidéo, ni un film, et encore moins un bouquin^^.
Je trouve pour ma part que l'actualité JV surtout souffre d'un cruel manque de prise de risque et d'innovation. Tout cela sent très fortement la naphtaline et je suis de plus en plus en recherche d'anciennes expériences pour m'éclater pad en main. Pour exemple, je viens de refaire Zelda Majora Mask, Tomb Raider et j'attaque Hotline Miami 2 (année 90 oblige, cela me rappel mes premiers jeux sur Amstrad). 
Comme vous pouvez le constater, je me fais un peu chier en ce moment, et étant tourné vers mon passé vidéo ludique  j'attends avec une impatience folle le prochain finding teddy 2 qui je suis sûr, sera ravir ma nostalgeek. D'ailleurs je ne peux que vous conseiller notre podcast avec un des ses papas, Julien @forzapedro qui a très vaillamment répondu à toutes nos questions: https://soundcloud.com/3n2g/podcast-3n2g-finding-teddy-2
 
Après l'intro la plus longue qu'Internet ai connu, je vais te parler du 6ème album de "the Prodigy" les doublements bien nommés...
Et quel album mes amis !!!
Le groupe réussi la prouesse de surpasser le dernier album, Invaders must Die, qui avait lui même fait la prouesse de remettre le groupe sur les rails de leur propre style. 
Le CD démarre sur le titre éponyme the day is my ennemy et pose la couleur musicale: bass explosives, caisse claire agressive, vocal saturé, ride clochée, des riffs puissants... Une Ambiance synthétique et nerveuse qui caractérise cet album et que l'on retrouve presque tout au long.
Autre point très important le côté chiptunes qui reviens sans cesse avec beaucoup de parcimonie et de précission.
Je pressent ici les influences de hotline miami et de perturbator (plus particulièrement sur les titres Beyond the deathray et Invisible Sun <3).
 
Mais prodigy c'est aussi son passé (et quel passif: the Fat of the Land pour ne citer que lui).
Ainsi on retrouve par moment des fulgurances d'invaders must Die au travers de Nasty, Ibiza, et les influences de mindfields, Narayan ou encore the narcotics suite (final magistral en 3 partie de l'album Music for the Jilted Generation) sur les titres Rebel Radio ou Medicine. 
Sans oublier les régurgitations Metal propre au groupe présentent tout au long des 56'13 minutes de cet album ainsi que leurs retours au basique de The Experience, leur premier opus. Rhythm Bomb pour ne citer qu'elle, monument de dance, génération 90, dont David Guetta le Mozart de la techno, sourd comme un pot, devrait s'inspirer... 
 
Je souhaite finir sur mon coup de c½ur ,Wild Frontier, qui résume à lui tout seul ma longue diatribe. Le titre est entêtant dansant, entre delire et maitrise musical, au travers d'une mélodie sinueuse appuyée par une batterie agressive, voir excessive.
Du grand Prodigy.
 
 
Alors oui ce nouvel album, n'est pas parfait! Et comme me l'a fait souligner un ami lors d'un précédent podcast (il se reconnaitra^^) Effectivement leurs productions sont parfois inégales, cet album peut être même dérangeant parfois, à la limite de l'illégalité musicale !
Mais je dois vous avouer que j'ai depuis longtemps arrêté de chercher la perfection artistique, (pour les cons d'internautes qui cherchent encore, bon courage) car elle n'existe tout simplement pas... 
Aussi lorsque que les  "petits défauts" d'une ½uvre ne nous dérange plus après plusieurs écoutes (lectures, Runs), et vous interpellent autant que ses qualités. Alors la question ne se pose plus: vous êtes sous le charme...
 
A bientôt et longue vie au 3 Prodiges.
 
Ulrich
Ajouter à mes favoris Commenter (8)

Signaler

Il était une fois une petite console, qui voulait faire comme sa grande s½ur. Mais le sort en décida autrement...

 

Cette console je l'ai reçu ce samedi, avec 2 jeux.

Pour la petite histoire, j'ai cherché une console de couleur noire carbone (carbon black) parce qu'elle a dans cette robe une classe folle.

 

Le stick est impressionnant de rigueur, ce qui permet de s'éclater comme il le faut sur du "vs fighting portable sd"

 

Mes quelques souvenirs de cette machine, du moins ce que je peux vous en dire, c'est que lors de mes nombreux séjours sur Bordeaux, j'ai à plusieurs reprises testé la belle dans les (feux) boutiques imports de la ville. Et après de longues hésitations, je n'ai jamais craqué, mon attention étant souvent portée sur des jeux, imports:

Mario kart gba, fzero, golden eye, xenogear, final fantasy 9, etc ...

 

Pour être le plus clair possible, les vendeurs de l'époque n'avait pas un discours positif sur cette machine, certainement aussi parce qu'ils avaient des marges bien plus importantes sur des consoles ou des jeux d'occasion. En tout cas les critiques qui vont suivre été évoquées par les professionnels en place, dans mes souvenirs cela donne à peu près cela: 

 

"Voyez-vous jeune homme, il y a peu de jeu sur ce support et elle est pourtant sortie il y a 2 ans...

Et puis la majorité sont en japonais, vous savez lire le japonais mon bon monsieur, et puis c'est que des jeux imports donc les prix sont élevés... Prenez plutôt une gameboy d'occasion... Ce sera mon coûteux"

J'en passe et des meilleurs. 

 

J'en étais conscient de tout cela, mais de part mon jeune âge et étant encore facilement influençable, ces aspects rebutants dictés par un professionnel auront éteint mon déjà frêle enthousiasme.

 

Et quelle erreur! La preuve en image.

 

 

Le stick est parfait, la prise en main géniale, et l écran vraiment impressionnant pour l'époque malgré l'absence de retro éclairage.

 

Snk avait réussi une vrai prouesse: Mettre dans une (grosse) poche tout le gameplay de la neo geo... 

 

 

 

 

Haaaaaa la neo geo, ces jeux, ces manettes, ces cartouches gigantesques. Enfin ça c'est une autre histoire... 

 

Et c'est promis je vous la conterai bientôt.

 

@+ 

 

Ulrich 3N2G.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler

Bonjour à tous,

Voici dans les temps mon 2ème épisode des rétro-boxing:

La coutume aurait voulu que je vous raconte mes différents déballages par ordre chronologique, mais j'en ai décidé autrement (je fais ce que je veux avec mes consoles de jeux ! L'oreal tm)

Aussi cette semaine je vais vous conter l'histoire du vilain petit canard de Nintendo. Un system non seller, mais qui pourtant possède un design futuriste et une technologie étonnante et avant-gardiste pour l'époque.
Ultime précision avant de commencer cet article il faut savoir que cette console n'est jamais sortie sur notre vieux continent, et donc c'est lors d'un voyage que je l'ai récupéré peu de temps après sa sortie officielle US.

Nous sommes donc en 1996, je suis sur l'île de Ténérife pour les vacances d'avril. Pour ceux qui ne le savent pas Ténérife est une île volcanique espagnole connue pour son sable gris, son climat très agréable, et son commerce sexuel (en tout cas actuellement). Pour moi, cette région du monde est surtout synonyme de débauche videoludique, au vu des achats que j'ai réalisé dans les très nombreuses boutiques high tech.

Pour être tout à fait honnête, en arrivant là bas, je n'ai qu'une idée fixe: Trouver une PlayStation !
En effet, tous les magazines de l'époque ne tarissent pas d'éloge sur la machine de Sony, et mes récentes lectures aériennes ont encore plus embrumé mon esprit adolescent avec notamment le test de résident evil que j'ai lu et relu pendant le trajet. Et puis avoir une psx c'est hype !
C'est donc d'un pas décidé que j'arpente consciencieusement l'ensemble des boutiques "high tech" pour dépenser mes quelques deniers dans la station de jeu de Sony. Mais son succès mondial et la pratique rupturiste propre à la société japonaise touche aussi cette petite île. Plus de play !

Ma déception est grande mais je ne compte pas rentrer en France broucouille. Aussi je me mets à la recherche d'un nouveau graal, équipé de mes espadrilles, mes lunettes de vue à écailles (top tendance en 90) et ma plus belle casquette Chicago bulls. La chasse débute dans plusieurs bouibouis tenus par des pakistanais (très présents sur le commerce dans les îles espagnoles) et au détours de l'un d'eux je découvre donc une Nintendo Virtual boy:



Ma curiosité est piquée par cet objet peu commun, design, aussi après un test rapide de ce casque de réalité augmentée (de 1995) je demande le prix au vendeur...
Après une longue manipulation de sa calculatrice solaire, il m'en propose 500 frs. Offre que je refuse derechef. Il m'offre donc 1 puis 2 jeux alors que mes refus se font de plus en plus cinglants... Je fais donc mine de partir... Et comme par magie le prix tombe alors à 350 frs.

Bien entendu à ce prix, j'ai craqué... Et en plus de récupérer un ovni vidéo ludique, j'allais surtout pouvoir profiter de ma nouvelle "portable" de suite (moyennant 6 piles lr6 pour 2 heures de jeu).
C'est donc le portefeuille léger que je file vers mon hôtel impatient de déballer mon nouveau joujou. Que voici:

 

Et cerise sur le gâteau, je n'ai pas eu de coup de soleil...

A Bientôt.

Ulrich 3N2G

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

Bonjour à tous,

 

Pour faire suite à notre dernier podcast, je vais tenter de vous présenter chaque semaine un rétro boxing, 

 

En effet, je collectionne les consoles de jeux depuis ma plus tendre enfance et aujourd'hui au lieu de vous proposer une vidéo basique comme on le trouve sur le net, c'est au travers de photos et de mots que je vais tenter de vous faire partager mes souvenirs.

 

Pour commencer, ma première machine mais non des moindres, petite mais costaud, et un brin masculin, le bien nommé Gameboy.

 

Petite précision, je n'ai pas ouvert cette petite boîte depuis plus de 10 ans, et l'émotion et déjà palpable.

 

Si mes souvenirs sont exactes, il s'agit de mon cadeau de Noël de l'année 1989. A l époque, la console coûtait encore 890 frs. Une somme importante pour l'époque.  

Aussi mes parents avaient trouvé dans un magazine une offre par correspondance très intéressante. Cette publicité en noir et blanc, suivi d'un coupon-réponse permettait de choisir entre une game gear, ou le game boy. Choix cornélien... 

Je me revois encore autour de la table de notre salle à manger, mon père le stylo à la main prêt à cocher l'une ou l'autre... Attendant ma réponse. 

 

Vous l'avez compris, je n'ai pas cédé aux sirènes de la couleur, au gigantisme et à la communication rebelle de l'époque sega. En voici la preuve:

 

 

Mais cette jolie boîte, au contenu encore plus séduisant, n'est pas encore entre mes mains, nous sommes en octobre (il me semble) et Noël n'est que dans 2 mois. 

 

Les vacances de Noël sont  arrivées et je ne tiens plus en place, dans quelques jours je goûterais au joie de la portable made in Nintendo. 

Un soir, tandis que je rentre d'une après-midi avec des copains, mes parents m'indiquent l'air grave que mon précieux n'est toujours pas arrivé et malgré leurs nombreux appels au prestataire, ils n'arrivent pas à savoir où est le colis tant attendu.

 

Et viens le 25 décembre... Je suis persuadé que mes parents vont me poser au pied du sapin un petit colis rectangulaire et que la "petite précision" apportée quelques jours auparavant n'était qu'une feinte pour que je ne m'adonne pas a mon activité préférée post fête de fin d'année: la recherche des cadeaux en avance.    

 

Mais le jour J, rien, que nenni, nada, juste un jeu. Super Mario Land... La console elle arrivera le lendemain.

Je peux vous dire que j'ai eu le temps d'apprendre par c½ur la notice de Mario Land... 

 

Donc le 26 je pu déballer la bête que voici. (Elle était plus éclatante aussi dans mes souvenirs :()

Enfin ma patience était récompensée...

 

 

Et voilà pour ce premier rétro boxing. J'espère que cela vous à plus, n'hésitez pas à commenter vous aussi vos souvenirs avec cette machine. 

 

Je tiens aussi à remercier les personnes qui ont écouté notre dernier podcast, nous travaillons vaillamment sur le prochain et nous espérons que vous avez passé un aussi bon moment que nous lorsque nous l'avons enregistrer. 

  

A bientôt Ulrich.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler

Bonjour à tous,

 

Pour faire suite à notre dernier podcast, je vais tenter de vous présenter chaque semaine un rétro boxing, 

 

En effet, je collectionne les consoles de jeux depuis ma plus tendre enfance et aujourd'hui au lieu de vous proposer une vidéo basique comme on le trouve sur le net, c'est au travers de photos et de mots que je vais tenter de vous faire partager mes souvenirs.

 

Pour commencer, ma première machine mais non des moindres, petite mais costaud, et un brin masculin, le bien nommé Gameboy.

 

Petite précision, je n'ai pas ouvert cette petite boîte depuis plus de 10 ans, et l'émotion et déjà palpable.

 

Si mes souvenirs sont exactes, il s'agit de mon cadeau de Noël de l'année 1989. A l époque, la console coûtait encore 890 frs. Une somme importante pour l'époque.  

Aussi mes parents avaient trouvé dans un magazine une offre par correspondance très intéressante. Cette publicité en noir et blanc, suivi d'un coupon-réponse permettait de choisir entre une game gear, ou le game boy. Choix cornélien... 

Je me revois encore autour de la table de notre salle à manger, mon père le stylo à la main prêt à cocher l'une ou l'autre... Attendant ma réponse. 

 

Vous l'avez compris, je n'ai pas cédé aux sirènes de la couleur, au gigantisme et à la communication rebelle de l'époque sega. En voici la preuve: 

 

 

Mais cette jolie boîte, au contenu encore plus séduisant, n'est pas encore entre mes mains, nous sommes en octobre (il me semble) et Noël n'est que dans 2 mois. 

 

Les vacances de Noël sont  arrivées et je ne tiens plus en place, dans quelques jours je goûterais au joie de la portable made in Nintendo. 

Un soir, tandis que je rentre d'une après-midi avec des copains, mes parents m'indiquent l'air grave que mon précieux n'est toujours pas arrivé et malgré leurs nombreux appels au prestataire, ils n'arrivent pas à savoir où est le colis tant attendu.

 

Et viens le 25 décembre... Je suis persuadé que mes parents vont me poser au pied du sapin un petit colis rectangulaire et que la "petite précision" apportée quelques jours auparavant n'était qu'une feinte pour que je ne m'adonne pas a mon activité préférée post fête de fin d'année: la recherche des cadeaux en avance.    

 

Mais le jour J, rien, que nenni, nada, juste un jeu. Super Mario Land... La console elle arrivera le lendemain.

Je peux vous dire que j'ai eu le temps d'apprendre par c½ur la notice de Mario Land... 

 

Donc le 26 je pu déballer la bête que voici. (Elle était plus éclatante aussi dans mes souvenirs :()

Enfin ma patience était récompensée...

 

 

Et voilà pour ce premier rétro boxing. J'espère que cela vous à plus, n'hésitez pas à commenter vous aussi vos souvenirs avec cette machine.  

Je tiens aussi à remercier les personnes qui ont écouté notre podcast, nous travaillons vaillamment sur le prochain et nous espérons que vous avez passé un aussi bon moment que nous lorsque nous l'avons enregistrer. 

 

A bientôt Ulrich.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Salut à toi, Gameblogeur, Gameblogeuse, 
oui toi là au fond de la salle qui te demande quel est ce nouveau blog au nom improbable, et qui n'ose pas lever le doigt pour demander.
Petit canaillou va !
Tu as de la chance je vais te répondre.
Enfin pas totalement parce que je vais t'impliquer un minimum:

En fait, un soir de décembre alors que le tonnerre s'abattait violemment sur Morlay en Vélin, 3 mecs qui n'habitaient pas là, ont l'idée folle (après avoir descendu 3 litres de Canada dry je l'avoue) de faire ce qu'il savent faire le mieux: parler de leurs passions et d' enregistrer leurs ébats... Non, non, Leurs débats.

Enfin bref, je vais pas vous expliquer le pourquoi du comment qu'c'est que l'on a fait le podcast (très belle synthaxe digne d'un rédacteur de GB), en lieu et place je vais plutôt t'inviter à lire les différents posts de mon collabo... Euh, confrère Spike à la prose douce et racée.

Alors toi, qui m'a lu avec attention (je croise les doigts, le reste ça peut faire mal !!!) si tu veux passer 1h30 en notre compagnie, n'hésites plus, clique sur ce lien:
 
 
 
https://soundcloud.com/3n2g/podcast1

Et s'il te plait dis nous ce que tu en penses dans les commentaires. Ça nous fera bien du plaisir. (Pas trop après ça excite Kiba)
Au fait, le meilleur commentaire gagnera une poupée gonflable cagole quinzaine en édition collector limitée alors à vos claviers...

Ps: ce post est certifié Kiba approoved.

 
Ulrich. 3N2G 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

  
Signaler
(Musique)

Comme promis, le voici le voilà, livré par Cloches express, notre podcast musical !

Après avoir assisté  au concert Final Fantasy Distant Worlds 3 il y a de cela quelques semaines, il nous est paru obligatoire  de partager avec vous  notre sentiment sur ce concert, en y ajoutant 2-3 petites anecdotes sur notre petite vie de gamers pour emballer le tout !

Mais comme tout ce qui est fait avec son coeur, on a envie d'aimer mais c'est pas forcèment bon, n'hesitez pas à nous donner vos impressions, que ce soit sur le podcast ou sur le concert si vous y avez participé(e) !

Voici le lien: https://soundcloud.com/3n2g/podcast1

Enjoy !

Voir aussi

Jeux : 
Final Fantasy
Sociétés : 
Squaresoft
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Oyé oyé Geeks et Geekettes !
 
Un mois après avoir fait une entrée timide  dans l’univers gameblog, nous revoici tous les 3, KIba, Ulrich et Spike, avec un petit cadeau (empoisonné?): un podcast tout beau tout chaud ! 
 
 "Ok, mais de quoi ça parle ?" me direz vous, si vous n'avez pas zappé sur le post suivant.
C’est là qu’il va falloir faire un petit effort (je sais, dur…) pour en deviner le contenu.
Pervers, nous ? On assume... enfin, Ulrich surtout !
Bon, comme vous avez été sages (et qu’on ne veut pas perdre d’emblée nos auditeurs), un petit indice: DW !
 
Comment ça, c’est peu ? Je vous rassure, l’attente insoutenable prendra fin demain après-midi !
 
On est curieux de voir vos propositions…^^
 
  
3N2G
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

C'est l'histoire de 3 mecs...

Blogueurs, Blogeuses, ça y est !  

"Quoi ?" nous repondrez vous ? Ben, le début d'une nouvelle aventure tiens ! 

Voyez vous, ça fait pas mal d'années que nous 3, Ulrich, Kiba et Spike, dissertons sous l'effet hallucinogène du Canada Dry, des bretzels et de F-Zero Gx sur l'ensemble de l'univers geek.

Si le Jeu vidéo est notre dénominateur commun et un peu aussi l'origine de notre amitié, chacun a son petit domaine de prédilection et tente avec plus ou moins de réussite de le faire découvrir et apprécier aux deux autres.

Avec le temps, les aléas de la vie et de la géographie nous ont peu à peu éloignés, nous avons alors décidé de nous réunir autour de nos micros respectifs plutôt que d'une bonne pinte même si celle ci n'est jamais bien loin.

Entre débats enflammés et franche rigolade, on s'est dit, à tort ou à raison (Mme Irma nous le dira... enfin vous, surtout), que ces discussions pouvaient interesser d'autres personnes. Sans aucune volonté mercantile ni prétention d'exhaustivité sur un sujet, nous voici donc là, avec nos expériences diverses et variées, à partager ces bons moments avec vous dans notre podcast.

On vous demandera juste d'être sans pitié, comme tout bon geek qui se respecte, car tout ceci reste très artisanal et amateur mais fait avec bon coeur...   

So Ladys and Gentlemen, stay tuned.

Ajouter à mes favoris Commenter (4)