1-somnia-K

Par 1-somnia-K Blog créé le 25/02/11 Mis à jour le 02/03/11 à 20h34

Ajouter aux favoris
Signaler

Nous le savons tous, Catherine est un jeu qui a surtout fait parlé de lui grâce à ses screenshots un brin aguicheurs. Pas grand chose n'avait été dévoilé sur le jeu lui-même, si ce n'est qu'il y aurait des filles très peu vêtus ; voir pas du tout ; ainsi que des cubes et des moutons. C'est sur que vu comme ça... Atlus a préféré jouer la carte de l'érotisme à fond et cela a magnifiquement bien marché puisque le jeu fut premier des ventes lors de sa sortie au Japon. Alors Catherine, dis moi comment tu t'habilles, et je te dirais qui tu es !

Quoi ? Un jeu érotique ? Sur PS3 ? Nan mais dite moi pas qu'c'est pas vrai !! Ne croyant pas ce que j'entends, (ou plutôt ce que je lis), je décide de faire mes propres recherche afin d'en connaître un peu plus sur la vérité. Tout ce que j'apprends est qu'il s'agirait d'un jeu de drague, et que le héros ferait des cauchemars dont le seul moyen de s'en sortir vivant, serait de déplacer des blocs de pierre. Les moutons seraient quant à eux d'autres hommes, eux aussi prisonniers de leurs cauchemars. Au final, Catherine s'avère être un ovni assez intéressant et je fonce aussitôt le commander sur mon site d'import préféré, en espérant ne pas regretter les quelques 60€ dépensés. Une semaine plus tard, le jeu est enfin arrivé à destination et je ne peux m'empêcher de rester bloqué sur la jacket la plus belle qui m'est été donné de voir.

 

« Jugez par vous même ! ».

 

La console allumé et la manette en main, me voilà parcourant le menu du jeu pendant que Vincent et Katherine sont enchainés autour d'un bloc de cube, en train de me regarder. Deux modes de jeu se présentent alors à moi, « Golden Theater » et « Babel ». Les niveaux de Babel étant pour l'instant bloqués, il ne me reste plus qu'une seule solution : entrer dans le jeu lui-même après avoir fait mon choix entre trois niveaux de difficultés différents. Étant courageux et ne reculant pas devant le danger, je sélectionne le mode « Easy » et entre directement dans le vif du sujet.

Le jeu commence par une cinématique d'ouverture très sympathique, me rappelant étrangement celui de « Ma sorcière bien aimé ». (c'est vraiment pas pour me rajeunir tout ça) Le générique terminé, une présentatrice au décolleté plongeant et à la coupe afro se présente alors devant moi. Assise au bar avec une télé à ses côtés, la madame me parle du show que je suis sur le point de regarder. Vincent Brooks, personnage que vous incarnerez durant toute l'aventure, est un jeune homme de 32 ans. Homme à femme, notre ami court deux lièvres à la fois et aura bien du mal à cacher à l'une l'existence de l'autre. (ah la la, que la vie est dur tout de même !) Une fois son speech terminé, la présentatrice me dit au revoir et je me retrouve assit à l'intérieur d'un café avec Vincent et sa copine du moment, Katherine McBride. Les deux tourtereaux discutent un court instant avant que le générique de la série, dans laquelle je me trouve, ne commence. La bande original qui l'accompagne est tout simplement excellente, rien à redire.

 

Catherine ou Ma sorcière bien aimée !

 

Une fois le générique terminé, voilà qui passe enfin aux choses sérieuses. J'ouvre une porte et me retrouve entouré de cubes en pierre. Vêtu de mon joli caleçon, tenant mon oreiller dans les mains et possédant des cornes de mouton sur la tête, il n'y a plus aucun doute, je suis bel et bien dans le premier cauchemar de Vincent. Premier cauchemar qui se trouve être le premier niveau jouable de la démo. Ce « Stage One » est ni plus ni moins qu'un tutorial, qui comme son nom l'indique, vous servira à comprendre le principe du jeu.

Vous démarrez à la base d'une Tour remplie de blocs de pierre, et devrez monter à son sommet dans un temps imparti. Et non, pas le temps de rêvasser ! Le sol s'effondre sous vos pieds et se met à tomber dans le vide, emportant toute la Tour avec elle. Votre seul chance de survivre est de vous rendre à son sommet et de sortir par la porte qui vous y attend, afin de vous réveiller dans votre lit (seul ou accompagné) et ainsi tenter de survivre à une autre journée. Pour escalader la Tour, rien de plus simple. Vous pouvez déplacer les blocs de pierre dans n'importe quelle direction vous arrangeant. De droite à gauche, d'avant en arrière, bref vous n'avez que l'embarra du choix. Le tutorial se révèle être assez simple et je m'en sors sans trop de difficulté.

S'ensuit alors une cinématique assez amusante où Vincent se réveil dans son lit et vérifie qu'il n'a pas mouillé les draps. Puis il reçoit un appel téléphonique avant de se diriger directement sous la douche. Les cinématiques et les cut-scenes s'enchainent les unes à la suite des autres, et énormément de dialogues et d'informations nous arrivent en plein visage, sans nous laisser le temps de respirer. Cet aspect du jeu pourra d'ailleurs en rebuter certains, et mieux vaut s'en préparer car le jeu pourrait se résumer à ça. Le jour vous aurez le droit à des cinématiques et des dialogues à n'en plus finir, alors que la nuit vous entrerez dans des cauchemars dont il vous sera très difficiles dans venir à bout, et ce même en mode facile.

Mais bon, revenons en à nos moutons (sans mauvais jeu de mot bien sur). Je suis à présent à l'intérieur d'un bar, le « Stray Sheep », buvant et mangeant de la pizza avec mes amis. Après avoir parlé de nos vie respectifs et de la news qui passe à la télé, la mort étrange d'un homme mort dans son sommeil, mes amis me quittent et je me retrouve là, tout seul, à regarder tristement mon verre d'alcool. C'est alors qu'une voix féminine m'indique l'arrivé d'un mail sur mon téléphone portable, (chouette alors, un ami) que j'ouvre pour m'empresser de voir qui a bien pu m'écrire. Grâce à ce petit gadget, vous serez capable d'envoyer et de recevoir des sms, mais aussi de sauvegarder votre progression dans le jeu, et de recommencer les cauchemars que vous avez déjà terminés afin d'en améliorer le score, et d'obtenir par la même occasion le fameux trophée Gold.

 


 

Une fois les mails répondus et le téléphone refermé, Catherine ne tarde pas à faire son apparition devant mes yeux éblouis par sa beauté. Cela me plonge dans un nouveau cauchemar qui sera déjà un peu plus difficile que le précédent. Cette fois ci, le « Stage Two » se compose de trois étages dont le dernier est réservé au boss déjà vu dans la démo, et qui est prêt à tout pour me terrasser de ce monde cruel et sans pitié. Toujours en mode facile, je me mets à mourir plusieurs fois et commence à m'énerver sur un écran plat qui ne m'a visiblement rien fait. La phrase « Putain mais ce jeu est vraiment nul » passe alors dans ma tête juste avant que je réussisse à arriver au sommet de cette Tour infernale. Je saute alors de joie et me mets à m'extasier devant ce jeu que je trouve tout bonnement excellent. Vite vite vite, un autre niveau, il m'en faut un autre ! Aussitôt dit, aussitôt fait ! Mais voilà, impossible de trouver la la solution et je continu de mourir encore plus de fois que lors du niveau précédent, et je me remet à perdre patience.

Voilà, la messe est dite ! Bien que Catherine soit une femme au forme généreuse, elle risque de vous faire passer de sales moments lors de vos cauchemars, et ce dans n'importe quel niveau de difficulté que se soit. Présenté comme un jeu coquin, Catherine a très bien sue cacher son jeu et est loin d'être un jeu érotique pour adolescents boutonneux. Même si vous devrez faire évoluer la relation que vous partagez avec les deux demoiselles, Katherine et Catherine, l'intérêt principal du jeu réside dans ses puzzles games qui vous triturons les neurones jusqu'à ce que vous vous arrachiez les cheveux.

Décidément, Catherine nous cache bien des choses mais cela sera abordé lors d'un Test Complet qui risque d'arriver très prochainement. En attendant, il ne me reste plus qu'à vous souhaiter une très bonne journée et noubliez surtout pas BANZAI !!!!!!!!!! 

 

Voir aussi

Jeux : 
Catherine
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Archives