Le Danonicromicon

Catégorie : Insolite

Signaler
Insolite

 Salut les amis !!! 

Vous vous souvenez de BirdKiller? Si ! Vous savez notre streamer préféré ! L'homme au départ fracassant avec un photomontage qui restera dans les annales de la blaguounette. Enfin bref, Bird organise durant le week-end du 20-21 Septembre un gigantesque marathon.

Ce combat entre une équipe de gamer surentrainés, surmotivés, nourris pendant des semaines au RedBull et au SpeedBall et une liste de jeux à faire peur à tous les plus grand runners de la planète sera diffusé en direct sur une chaîne internationale.

http://www.twitch.tv/birdkillergb

Les participants sont : 

- Birdkiller
- Miss McCormick
- Pebb
- Dan

La liste des jeux est : 

  • 00h-04h: Bxl Horror Show : Silent Hill Downpour / Outlast.
  • 04h-07h : Skyward Sword ou Donkey Kong Country Returns au choix des viewers.
  • 07h-09h: Super Mario Sunshine.
  • 09h-13h: NIER.
  • 13h-16h: Demon's Souls.
  • 16h-18h: Grid Autosport.
  • 18h-20h: The Wonderful 101.
  • 20h-24h: Multi / Coop avec les potos modos.


Alors si vous êtes intéressés, surtout n'hésitez pas à venir nombreux ! Les 24 heures sont longues, très longues, et le soutient d'un tchat vivant et déchainé ne sera pas de trop pour notre équipe de champion.

Ô COMMUNAUTE MAGNIFIQUE !! Ecoute donc ce message de notre Birdy national !!

 

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Insolite


Le joker de l’équipe s’était perdu dans la petite ville. Son sens de l’orientation était aussi développé que son vocabulaire, autant dire qu’il était capable de se perdre dans sa propre chambre. Pourtant sans raison, Prince venait de se retrouver dans la zone un peu « chaude » de la ville.

Bon zone un peu chaude, on s'entend hein, il s'agissait juste de la partie de la ville complètement abandonnée par le bourgmestre et qui était en gros le refuge de toutes les couches indésirables de la société. Ainsi, on pouvait retrouver le "Karotid' Trenché", un bar dont le nom ne laissait que peu de doutes sur les talents orthographiques de ses propriétaires, ou bien encore le "Kakatabac" dont le nom n'avait aucune signification précise. Les habitants de la petite ville affirmaient sans vergogne que le propriétaire de ce dernier avait décidé de ce nom après une soirée un peu trop alcoolisée. 

Le genre de sujet qui aurait évoqué des souvenirs au faux leader de la bande. Mais revenons sur Prince qui continuait de s'aventurer dans les quartiers chauds de la petite ville.

 - Gné ! commenta Prince, la bave aux lèvres surprit de voir des femmes a moitié nues pour certaines, et complètement pour d'autres, dans les environs.

La queue parcourut de quelques arcs électrique, le mystique Prince s’élança dans ladite partie hot de la ville et disparue dans la pénombre. Gné ! Gné ! pensa Prince, excité par la vue d’autant de féminité. Il faut dire que le passé de Prince ne l’avait pas prédestiné à assister à ce genre de spectacle de nudité et de débauche. Lui venait d’un petit bourg palette oublié près d’une forêt de jade, et n'avait fait que vivre paisiblement parmi ses jaunes et jeunes congénères sans se soucier du lendemain.

Maintenant il se retrouva dans une sorte de quartier rouge du très pauvre. Le choc était brutal. Et une certaine poésie du monde venait de disparaitre dans l'esprit du jeune homme. 

Soudain une femme le jaugea de haut en bas et écarta son long manteau de fourrure et lui exhiba ainsi ses deux arguments mammaires. Gnééééééééééééééééééééé !!! s’écria le jeune homme innocent sur le point de céder aux sirènes du côté obscur des moeurs. Gné!  Gné ?! Boobs? Gné gné gné ! N'ayant qu'une volonté de 2 et un alignement douteux, Prince n'avait aucune chance de résister face aux deux obus de la Vieille Maria, nom de la doyenne de la compagnie de plaisir "XSmackX". Aussitôt pris par l'excitation et son envie de découvrir un monde de vice dont il n'avait jamais envisagé l'existence, Prince s'élança en direction de la vielle p***e avec une naïveté presque touchante.

C'est ainsi que notre jeune compagnon fut accueilli dans une maison douteuse, dont les néons de la devanture explicitait sans vergogne les activités qui s'y déroulaient, par une vieille femme dont le charme n'était plus qu'un vieux souvenir.

- Viens mon petit, viens, dit-elle, d'un air malicieux.

- Gné ! répondit Prince, émettant des étincelles d'excitation.

La porte se referma derrière eux. Prince venait de pénétrer dans l'un des lieux de débauches les plus crains de toutes la région, le "XSmackX", le club des femmes de joies les moins recommandables de la Communauté. La soirée du jeune homme risquait d'être fort mouvementée.

Fin*

 

Note de l’Auteur

La soirée de Prince ne sera pas développée dans cette chronique. Le CSA ayant déjà interdit la diffusion de cette oeuvre sur France Ô et RTL9, l’auteur a donc décidé de ne pas expliquer les évènements nocturnes de notre cher compagnon.

Merci de votre compréhension.
Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Signaler
Insolite

La soirée était bien avancée. Le petit groupe s’était retrouvé au pied de l’auberge. Enfin une partie du groupe, car Prince n’avait toujours pas donné signe de vie. Ses deux équipiers avaient décidés de ne pas le rechercher et de le laisser « se demerder ce sale jaune ».

- Qu’est-ce qu’on fout ici ?

Dan n’était pas très content de se retrouver perdu au milieu d’une ville fantôme, à trois heures du matin alors qu’il n’avait qu’une seule envie : dormir. Après plusieurs jours passés à marcher en forêt comme des cons, et je n’ai toujours pas le droit de me reposer, râla mentalement le jeune swaggymen, les traits tirés par la fatigue. Je pensais dormir tranquillou dans un plumard moisi ! Mais non ! L’autre gros normand joufflu là nous à trouver une mission à la con ! En pleine nuit en plus.
Ce dernier ne se privait pas pour répéter son mécontentement.

- On surveille les environs, répondit Magic, lassé.

- Surveiller quoi ? A part la bande de Kokiri qui jouent de l’ocarina là !  Ya pas grand-chose à checker dans le coin.

- On surveille quand même, répéta le pseudo chef.

- Mais pourquoi tu as écouté ce nazi en plus ?!

- Mais ça ne va pas !

- Bah quoi ? Ronchonna Dan, les mains dans les poches.

- Bah il n’est pas nazi voyons ! Ils ont accent germanique, c’est tout... Ne va pas dire de telle chose, on va encore avoir des problèmes avec la censure !

- Ca vaaaaa ! Tu me l’as fait pas à moi ! Un germanique dans le monde des jeu vidéo ? Bah désolé, mais c’est un nazi hein.

Magic admit que son camarade avait marqué un point.

«  Tout ça pour rien en plus...

- Ça va, ça va, je sais, coupa Magic, désabusé.

La soirée avait été assez compliquée pour Magic.

D’une part, il s’était retrouvé perdu dans la ville à la recherche de ses compagnons. Prince n’avait pas été retrouvé. Le jeune et loufoque équipier avait disparu quelques minutes seulement après leur arrivée dans la petite ville. Mais Magic avait au moins réussi à mettre la sur Dan. Ce dernier s’était retrouvé à faire un concours de swag avec les vendeurs de frusques locaux. Magic l’avait retrouvé a temps et récupéré avant que son camarade n’entame un défilé de mode d’un goût que l’on peut considérer comme douteux.

Sauvé de sa berserkerie vestimentaire, Dan fut informé du programme de la soirée par son pseudo leader. Evidemment il s'empressa de râler. En même temps, il n’avait aucune envie de se farcir une patrouille de nuit dans une "ville paumée avec que des clampins pas foutus de porter des slims oranges et des chaussures montantes". Mais lorsque Magic précisa l’absence totale de récompense, en omettant de préciser qu’il avait complètement oublié de négocier, le jeune adepte du swag ne put contenir un flot d’injures sans limite.

Je me demande bien ce que fout Prince quand même, pensa Magic, les bras croisés, regardant vaguement devant lui en espérant que la soirée soit calme et ennuyante. Quand même ! J’aurais pu négocier une quelconque récompense... C’est stupide de rester éveillé toute la nuit pour rien. Surtout que vu la gueule de la ville, on risque de vite s’ennuyer. Tout le monde est barricadé chez soi. Personne dans les rues. A croire que les gens ont peur de sortir une fois la nuit tombée...

Encore maintenant, Magic regrettait d’avoir écouté la demande de ce garde. Et encore plus d’y avoir répondu favorablement. Jamais il n’avait passé une soirée aussi moisie. Même sa dérouille face à la dite grand-mère, dans une des nombreuses péripéties de leur début de voyage, lui paraissait plus amusante que sa soirée actuelle.

Et ce n'était pas les ronchonneries de son jeune équipier qui allait améliorer la chose.

- Bon on avance ? On ne va pas rester devant l’auberge comme des cons, annonça Magic, désabusé par sa soirée.

Soudain une explosion illumina la nuit étoilée. La terre trembla comme jamais. Les gardes accoururent dans tous les sens en beuglant des phrases dans une langue aussi désagréable à l’écoute qu’elle paraissait agressive. Le germanique était un dialecte assez rare dans le monde de la Communauté. Ces personnes ayant par le passé eu des envies expansionnistes un peu démesurées, elles s'étaient retrouvées recluses dans quelques petites villes disséminées un peu partour dans le monde. Une odeur de bois calciné parvenait aux nez de nos deux héros qui comprirent aussitôt que la soirée n'allait pas être aussi calme et ennuyane que prévue.

- C’est quoi ce bordel ?! s’écria Magic, regardant dans toutes les directions dans l’espoir de comprendre ce qu’il se passait.

Des gardes arrivèrent en courant. Essoufflé et effrayé, ils n’arrivaient pas à aligner deux mots de suites. « Le Général Godwin ! » crièrent-ils à l’unisson, terrorisé.

- C’est qui la iss ? demanda Dan, en mode uesh uesh car il trouvait que cela renforçait son swag et sa street crédibilité, deux compétences cachées qu'il avait découvert par hasard dans son menu.

Soudain à l’horizon, alors que les flammes dévoraient le paysage tel le scrolling impitoyable de Trial Fusion, des silhouettes apparurent comme par enchantement. Un mauvais enchantement, malheureusement. Elles étaient toutes plus démoniaque les unes que les autres. Certaines semblaient même avoir été privées d’une partie de leur anatomie. Des bras, des jambes, des morceaux de tête leur manquaient. Le plus effrayant était de constater que malgré ces manques, elles se mouvaient sans le moindre probème et paraissaient toutes fichtrement vivantes.

- Des zombies ?!

- Des nazis !

- Mais arrête avec ça, pesta Magic.

- Non mais je suis sérieux !

Alors qu’ils commençaient à pénétrer dans l’enceinte de la petite bourgade annexée, Magic tenta d’y voir plus clair. Mais il peinait. En même temps, le pauvre était né avec un malus de+ 4 en vision et de +6 pendant les nuits d’été, ce qui était le cas, aujourd’hui. Après avoir plissé les yeux comme un vrai chinois, il parvint à discerner les contours d’un uniforme lugubre : tout de noir, classique, des bottes hautes, un brassard rouge comme l’enfer avec une croix synonyme de très mauvaise chose. Sans parler du petit « SS » sur leur col qui ne voulait pas dire « Super Sayan » comme le pensait Dan, dont les références historiques et culturelles s'arrêtaient à la composition ds télétubbies. 

- P’tin ! Des vrais nazis !

- C’est qui le grand con au milieu ! 

- Le boss, j’imagine ! supposa Magic, essayaant de discerner les ennemis des sapins.

- Pourquoi on se met pas en mode combat de boss, avec une musique trop bad-ass made in Uematsu ?

- J’en sais rien moi !

Les hordes de zombis nazis déferlèrent sur la petite ville. Croquant, suçant, déchiquetant, arrhant (oui car les zombis nazi ne faisaient pas « Euuuuhh » comme ceux de Resident Evil mais bien « Arrrrhh ») tout ce qu’ils trouvaient sur leur passage. La violence du carnage estomaqua nos deux héros : Magic venait déjà de se faire dessus, sa propre bière lui coulant le long des jambes, tandis que Dan commençait à se demander si le swag était compatible avec la condition de mort vivant socialiste et autoritaire.

Soudain une voix spectrale se fit entendre au milieu de cette nuit chaotique. Puis petit à petit une image éthérée d’un homme étrange leur apparut : il ressemblait comme deux gouttes d’eau à Sir Michael Bay, Divinité de l’Esbroufe et de la Dynamite, Champion Légendaire et Divin du Nanard qui fait Boom.

Les deux hommes se regardèrent sans comprendre.

« Foncez dans les tas ! Faites-moi péter tout ça ».

Puis dans leur main apparut le divin fusil à pompe. Le shotgun de la libération. Le Liberator. Un fusil de légende bien connu des gros geeks qui pullulent sur la carte : le genre de personnes à parler comme en sms et à insulter tout ce qui se rapporte à leur passe-temps préférés, l’humiliation de pauvre noob sur des jeux guerriers. Magic avait un peu pratiqué ce genre de rites sauvages dans son enfance mouvementée et déjà alcoolisée, et c’est pourquoi il reconnut aussitôt la dite arme.

- Oh mon dieu ! Une arme légendaire ! s’écria Magic, qui s’y connaissait en chose inutile et démodée.

- C’est quoi c’te truc ?

« La voix du Nanard qui fait Boom est avec vous ! »

La voix disparue. L’image spectrale aussi.

Des hordes de zombies socialistes se rapprochèrent de leur position. Les cris des habitants en panique résonnaient dans la nuit. Le cadre était parfait. Il ne manquait plus qu’un énorme drapeau américain flottant dans le ciel avec la mention « engagez-vous dans l’armée » et le Sir Michael Bay aurait été honoré de la plus belle des manières.

Sans comprendre pourquoi, ni comment, les deux compagnons s’élancèrent bravement en direction de leurs sinistres ennemis. Alors que les premières mâchoires pourries s’approchèrent d’eux, ils décidèrent d’user de leur divin fusil pour se frayer un chemin. A chaque fois qu’ils pressaient la détente, un coup de canon retentissait et réveillait les environs. La puissance des Liberator était légendaire.

Des morceaux de chairs volaient dans tous les sens. Des membres se désolidarisaient de leurs corps, tel un ennemi démembrés dans Soldier Of Fortune. Des têtes volaient. La scène était d’une violence inouïe. Un véritable carnage. Mais les deux combattants bénis des saintes grâces explosives de Dieu Michael Bay n’avaient pas la moindre tâche de sang.

- On continue, lança Magic, totalement pris dans le divin instant.

- Je te suis, poto, répliqua Dan, dans le plus pire style des Nanards qui font Boom.

Mais alors qu’ils comptaient perpétuer leur chaîne de morts, ils durent éviter une soudaine explosion non-loin d’eux. Puis une masse apparue sur ce même emplacement. Comme ses troupes, le commandant n’était plus qu’un zombie à l’allure passablement altéré. Il n’avait plus grand-chose à voir avec le « grand » homme qu’il avait pu être par le passé. Cependant, il conservait certains traits de son ancienne vie : grand, costaud, avec des muscles travaillés après des heures et des heures d’entrainements, certaines parties de son corps semblaient possédés des muscles inexistants chez les autres. Mais le plus étonnant restait cette coiffure improbable, mélange de skin head avec un raton laveur mort sur le dessus du crâne, ainsi que cette croix, symbole des nazis, tatouée sur le cou.

- C’est qui ce kéké ?! lança Dan, prêt à tirer.

- Je suis le Général Godwin !

- Godwin ? répéta Magic, perdu devant ce nom. En dirait un nom de lessive allemande.

Le général n’apprécia pas la remarque fort désagréable, il faut bien l’admettre, sur son patronyme et décida de faire feu sur Magic. A bout portant, et surtout hors du monde des combats aléatoires, Magic ne put tenter la moindre esquive et se retrouva au sol. Les mains sur le ventre, il se tâta frénétiquement le ventre dans l’espoir de s’assurer qu’il n’avait pas été touché. Cependant, il sentit son sang alcooliqué à la BenderBro le quitter bien trop rapidement pour que cela soit une bonne chose. Merde ! Il m’a eu, pensa-t-il en ressentant sa barre de HP chuter bien plus vite qu’il ne l’aurait voulu.

- Poto ! Venge... moi...

N’ayant que faire de son leader, Dan attrapa son arme et tira sur le commandant Godwin. Mais ce dernier s’était déjà caché derrière un des nombreux sapins décorant l'extérieure de la petite ville.

- Merde ! Je n’aime pas les FPS ! Pesta le jeune swagman en courant à la recherche d’une planque.

La situation était critique. Il avait une adresse proche de zéro. En même temps, peu d’adepte du swag avait jamais touché une arme de leur vie. Question de principe. Après tout, les adeptes de la Swaggytude ne se battaient qu’à coup de vêtements, de chapeau, de casquettes, et de défilés de mode. Là, Dan se retrouvait face à une horde de zombis, heureusement pour lui dispersés dans la ville, et leur chef qui avait une expérience de ce genre de duel. En même temps, ce connard est revenu d'entre les morts pour continuer à foutre sa merde partout, ronchonna Dan, très grossier sus l'influence de la peur. Il a dû amasser un P’tin de paquet d’XP depuis son retour à la vie.

Dan réfléchissait à une manière de s’en sortir. Mais il n’avait pas la possibilité de se mettre en mode « combat aléatoire » et donc ne pouvait affronter tous ces adversaires sans risquer d’y laisser sa peau. Merde ! Comment faire ? se demanda-t-il en regardant dans tous les sens, histoire d’éviter une attaque en traître de la part d’un zombi particulièrement nazi.

Il entendait le général Godwin se lancer dans un monologue sur la pseudo-domination de la nazitude par rapport à tout ce qui existe sur terre. Puis il enchaina sur le besoin d’un pouvoir autoritaire, fort, raide, dure, inébranlable pour dominer les masses et les guider vers la grandeur. Heureusement pour le jeune héros, sa cervelle de minette fana de One Direction le protégeait contre ces attaques philosophiques. Il n’y a pas à dire, il est capable d’en dire des conneries, pensa Dan, en se souvenant maintenant d’avoir déjà entendu parler d’un obscur « point Godwin ». Le point Godwin, ca me rappelle un truc bordel...Tu dois confondre avec une pub de shampooing ou un truc du genre.

Las de ses réflexions incessantes, Dan se décida à la jouer à la Justin’s style. Mon père ! Mon maitre ! Je vais là faire comme vous ! pria-t-il, sentant toute la peur et l’excitation former un cocktail d’adrénaline détonant. PAR LE SACRO-SAINT ALBUM BELIEVE ! Je croirais en la swaggytude et vaincrait mes hideux adversaires par la violence et la pureté de de mes émotions !! OH BABY BABYYY OOOOHHH !!

 

- BELIEVE ! hurla-t-il en quittant sa cachette.

Au moment même où il fit un pas en dehors de sa cachette de fortune, une boite en carton avec marqué dessus « No Place To Hideo », il fut littéralement ravagé par l’attaque du Général. Plus expérimenté, moins con diront certains, le général n’hésita pas une seconde et prépara son attaque spéciale, sa fatality, sa limit break, sa weapon of doom : NAZI CROSS OF HELL. Des centaines de balles en forme de croix diaboliques s’échappèrent du canon de son arme et se lancèrent sur le pauvre héros comprenant trop tard que sa vie venait d’être gaspillée inutilement. Ce dernier fut plaqué au sol, le corps troué de part en part par la violence des croix démoniaques. L’audace n’avait pas payé. Une fois de plus. Les impacts de croix laissèrent des marques indélébiles sur le corps du jeune et innocent Dan.

Puis il retomba sur le sol, sans vie, ou du moins très proche de la mort. Non ! Le swag ! Non ! Le sswwaaag m’abandonne ! Je sens mon amour Justin le Grand quitter mon corps, regretta Dan, souffrant le martyr étant donné la boue et le sang couvrant. Merde ! Mon hoodie rose bonbon est niqué... mon slim bleu électrique avec le design papillon sur les fesses aussi... ô SWAG ! Ne m’abandonne ... pas...

La conscience abandonna le jeune homme.

La compagnie était à terre.

Alors que le Général Godwin, vainqueur de nos héros, regardait avec une excitation cadavérique particulièrement dérangeante. Le fait de tuer des êtres vivants était devenu plus qu’une passion pour cet ancien général de l’armée nazi... Désormais, il ne mort-vivait plus que pour ça. Après tout, chaque victime qu’il faisait sur le champ de bataille devenait après sa transition vivant-mort un membre de sa gigantesque armée socialiste zombifiée.

Mais heureusement pour nous, aussi bien Dan que Magic, hors course avant même le début de l’affrontement, n’étaient pas mort. Il était K.O. Pas question de perdre deux héros en une seule soirée, le destin avait encor des années de galère et de missions pécraves pour eux.

Alors que tout espoir semblait perdu, ce moment d’intense drame dans les bons nanards d’action qui font boom où le héros n’est plus apte au combat, des coups de feu déchirèrent le silence de mort qui régnait dans la région. Les zombis, occupés à se remplir la panse de pauvres victimes, se levèrent tous d’un coup. Malgré leur absence d’intellect et leur compréhension du monde inférieur à celle de Prince, ils tentèrent tant bien que mal de comprendre d’où provenant ce vacarme assourdissant les gênant dans leur diner.

Aussitôt, sans crier garder, des hommes investirent la petite ville assiégée. Les zombis, prit de panique et limités par leur absence d’intellect, n’eurent le temps de comprendre la soudaineté de l’attaque qu’ils furent violement terrassés. En même temps, les zombis avaient la fâcheuse tendance de mettre dix minutes à comprendre la nature du bruit, et encore dix minutes à y répondre. Cela laissait largement le temps à des hommes sérieux et préparés, tout le contraire de nos zéros, d’en venir à bout.

 

Et ce soir ne dérogea pas à la règle. Les zombis tentèrent tant bien que mal de répondre à l’attaque mais leur lenteur causa leur perte.

Les nouveaux arrivants les tuèrent un à un. Le tout avec une précision impressionnante. Chaque soldat savait parfaitement quoi faire, comment le faire et surtout à quel moment. Pas comme Magic qui prenait une balle pendant un dialogue scripté avec le boss. Ou bien Dan qui avait décidé de maquiller la lâcheté de son suicide dans une attaque n’ayant pas la moindre chance d’aboutir.

Nos deux héros avaient de quoi apprendre. Malheureusement, ils étaient tous deux au tapis. Magic était beaucoup trop proche de la mort pour n’avoir ne serait-ce que le moindre intérêt pour le talent guerrier de ses sauveurs.

- Non ! Encore eux ! Grogna le général plus mort que vivant, dans un rictus de rage qui déformait encore plus son visage cadavérique. RETRAITE !

Voyant ses fidèle soldats tomber un à un, le général décida de sonner la retraite. Ainsi, il tira dans les airs avec son énorme fusil et fit apparaître une vive lumière émeraude qui illumina la région de toute sa splendeur. Les zombis mirent beaucoup de moins de temps à comprendre le signal de la retraite qu’à comprendre qu’ils étaient attaqués. L’instinct de survie du nazi était parfaitement aiguisé. Des années qu’ils parvenaient à échapper à la Grande Faucheuse dans le monde des morts, et aux exorciseurs dans le monde des vivants.

Ces mecs-là savaient se barrer à temps.

Alors que les sauveurs vérifiaient l’étendue des dégâts, leur chef vint inspecter les deux loques encore présentes sur le champ de bataille. D’un lent geste de sa botte, il tâta le corps des deux hommes et comprit aussitôt qu’ils n’étaient pas encore complètement partis dans l’autre monde. L’un d’eux ne bougeait plus et avait légèrement pris une teinte d’alcool dépassé. L’odeur confirmait cette dernière impression.

- Des queues de Phoenix ici !

Un jeune soldat arriva en courant avec une large bourse dans la main puis il la tendit aussitôt à son supérieur. Ce dernier farfouilla quelques instants dans la bourse avant d’en tirer deux plumes irradiant d’un millier de couleur différentes. Puis il les lança délicatement dans les airs. Celles-ci virevoltèrent gracieusement avant d’entrer en contact avec les deux presque-morts.

A leur contact, les corps furent complètement engloutit par une aura de lumière chaude avant d’être nettoyé de toutes les blessures et tirer des griffes de la Mort et de toutes ses copines.

Magic se leva lentement, se massa le ventre comme s’il cherchait à retrouver la balle qui l’avait transpercé quelques minutes auparavant. Mais que s’est-il passé ? se demanda Magic, véritablement et avec un désagréable gout de liqueur de banane périmée dans la bouche. Hmhmhmhmh. Ca me rappelle des mauvaises soirées ou je revenais à moi sans savoir ce qu’il m’était arrivé. De son côté, Dan reprit conscience et faillit défaillir lorsqu’il vit dans quel état était sa tenue swaggy du soir. Deux soldats durent l’attraper par les bras et l’aider à marcher tant il paraissait abattu par son swag ruiné.

- Qui êtes-vous ? Questionna Magic, curieux de connaitre l’identité des nouveaux venus.

L’homme en question se tourna vers les deux survivants. De toute sa hauteur, il observa les deux héros luttant contre les effets secondaires de leur presque mort et se demanda si ces derniers avaient un cerveau. N’importe qui à leur place aurait fuis la ville et laisser ses habitants à leur triste sort. Alors qu’eux non. Ils avaient décidés de prendre les armes et de tenter, malgré leur talent incertain, d’enrayer la menace zombis nazi.

- Je suis Thomas III de Leagane, se présenta le leader, visiblement fier de son nom. Nous sommes la compagnie NightBot.

- NightBot ? répéta Dan, arrivé à leur hauteur. Je ne sais pas pourquoi je n’aime pas trop ce nom.

 - J’avoue que moi aussi, admit Magic. Et vous faites quoi ici ? Je veux dire, ce n’est pas vraiment le coin pour aller aux champignons, hein.

La blague n’eut pas le succès escomptée. En même temps, depuis le début de l’aventure, peu de blague réalisée par Magic avait un succès. Celle des deux grands-mères pirates avait même conduit le tenancier d’une random taverne à lui faire payer sa choppe deux fois plus chère. Malheureusement il ne comprenait pas que son humour était trop « sophistiqué » pour la masse.

- Vous n’y êtes pas, notre mission est de timeout ou de bannir les forces des ténèbres de nos contrées, énonça-t-il, fière, le torse bombé. Sachez que nous avons été avertis de l’apparition du Général Godwin et de ses sbires ! Nous avons fait aussi vite que possible pour intervenir et sauver la ville.

- Ah bah bravo ! Vous vous êtes pas foulé, râla Dan, chafouin depuis sa presque mort. Vous avez une p’tin de demi-heure de retard !

Le chef des NightBot regarda le jeune adepte du swag avec de grands yeux interrogatifs avant de sévir. Il ne pouvait laisser un si jeune garçon lui manquer de respect ainsi. Aussitôt, il claqua des doigts et Dan n’eut plus la moindre voix et ne pouvait donc plus parler.

Il avait beau se débattre comme un beau diable, il n’y avait pas la moindre bribe de son qui émanait de sa bouche.

- Incroyable votre pouvoir, admit Magic.

- C’est le Timeout. Très utile pour corriger ou simplement avoir la paix, dit-il avec un certain amusement.

- J’aimerais bien avoir le même pouvoir.

- Il faut être Grand Modérateur, malheureusement, prévit Leagane, toujours les bras croisés. Que faites-vous ici ?

Magic essaya de faire le tri dans son esprit. Mais c’était tellement le bordel, qu’il avait du mal à se souvenir de pourquoi et de comment lui et Dan avaient pu se retrouver dans une telle situation.

- Eh bien, moi et mes compagnons, on est venu ici pour se reposer mais les gardes du coin nous ont demandés de leur filer un coup de main pour les tours de garde. On a accepté d’aider, évidemment. Mais on ne s’attendait pas à tomber sur une telle opposition : des morts-vivants...

- Nazi, précisa Dan, soudainement libéré de son enchantement de mutisme. Oh !  Je peux parler !

- En effet, il s’agit de l’un des derniers fléaux de notre communauté, précisa le chef de la compagnie NightBot. Les zombis nazis sont très compliqués à éradiquer étant donné que personne n’a encore réussi à défaire ce fichu général ! Sans lui, les zombis ne seraient qu’une simple formalité. Mais il en recrée toujours plus et surtout, il arrive toujours à s’enfuir avant que quelqu’un ne vienne à bout de lui.

- C’est donc pour ça que la plupart des zombies ont disparus, comprit Magic, les bras croisés, imitant le sérieux et la classe de Leagane, sans y arriver cependant.

- Oui, mais ils vont revenir dans quelques temps...

- C’est bien mais nous on s’en fout complètement, hein, coupa Dan, toujours aussi désagréable. On voulait juste nous reposer nous, hein ! Et pas se faire menacer par des zombies socialistes et autoritaires ! Ou à leur chef, à moitié fou, et d’une puissance dépassant l’entendement hein ! Donc on va se trouver une chambre et on va dormir !!

Leagane regarda Magic pour savoir s’il devait à nouveau timeout son équipier, mais ce dernier répondit négativement de la tête. En même temps, elle a raison la fraise tagada, nous on s’est pointé ici dans l’espoir de se reposer après plusieurs de marches et voilà qu’on se fait roxer comme des noobs par des zombis nazi, se dit Magic en écoutant le coup de gueule de son jeune équipier. Ce combat était bien trop violent pour nous ! On est des tanches dans les duels en FPS, et surtout on n’avait pas le niveau pour leur faire face.

- Il a raison, on est venu ici pour se reposer. Et on a faillis clamser comme des nazes, admit Magic, sonné.

- Je comprends, dit Leagane, concerné. Reposez-vous, vous avez été les seuls à vous lever contre cette attaque, vous avez été vaillant, vous êtes de vrais héros !

- Ouais, on va se reposer hein, répondit Dan finalement, fatigué par la soirée et n’ayant que faire d’être du pseudo-statut de héros.

Nos deux héros, lessivés par leur presque-mort, défoncés par un général zombie, avaient le moral dans les chaussettes et n’avaient qu’une seule envie : dormir et oublier cette soirée cauchemardesque. En même temps, c’était l’une des leçons de la vie d’aventuriers, il arrivait de tomber sur des ennemis bien plus puissants que prévu et de se prendre une sévère branlée. Et ce soir, ils venaient tous les deux de prendre une véritable dérouillée et n’avaient plus qu’une chose à faire : la digérer et avancer.

 

Leur dure vie d’aventurier commençait ce soir.

Ajouter à mes favoris Commenter (13)

Signaler
Insolite

Nos trois compagnons écumaient les routes en direction de la première grande ville sur leur chemin. Après avoir traversé de nombreux bourgs et villages en tout genre, certains ayant d’ailleurs été assez hostiles envers nos héros. En effet, Prince avait pris d’une folie meurtrière et fut donc l’auteur du premier génocide de poule de l’Histoire. Cette dernière ne retiendra pas cette page assez tragique de notre jeune héros perturbé, mais il impressionna néanmoins ses équipiers par la vivacité avec laquelle il tuait les volailles.

Magic et Dan décidèrent de réfléchir à la possibilité d’utiliser ce don pour le moins particulier en combat.

Après plusieurs jours de marche, ils arrivèrent finalement dans la ville de Reikhburg. Un petit coin perdu qui ne devait sa survie qu’à sa proximité avec l’énorme forêt Kokiri. C’est pourquoi le pourcentage de nain-lutins aux oreilles pointues augmentait drastiquement dans les alentours de la paisible ville.

Elle avait tout du cadre idyllique. Un grand moulin dont les pales tournoyant lentement au gré du vent. De petites maisons parfaitement alignés autour d’une place centrale classique. Une fontaine avec des enfants jouant joyeusement autour. Une cadre vraiment classique. La seule petite particularité des lieux était l’immense bâtiment quelques mètres derrière l’imposant moulin. Cela ressemblait à une sorte de caserne abandonnée depuis bien trop longtemps pour qu’elle puisse abriter quoique ce soit d’intéressant.

- C’est quoi c’te ville de merde ?!

Dan avait eu pour habitude de bougonner à l’approche des villes n’ayant pas pour coutume d’exhiber leurs échoppes de frusques en tout genre.

- Ne commence pas, hein.

- Gné !!!

Prince secoua la tête en clignant des yeux trois fois de suite. La signification de ce dernier signal restait un mystère pour ses compagnons. Comme beaucoup d’autres choses, d’ailleurs.

- Bouclez-la !

Les trois héros avancèrent en direction de l’entrée de la ville, suivant de nombreux passants ou vagabonds qui empruntaient le même chemin. Enfin la civilisation, pensa Magic, pressé de s’arrêter dans une auberge et d’y prendre un repos bien mérité. Après les escales dans les bouges minables remplis d’alcoolique notoires et de psychopathes, nous allons enfin pouvoir nous poser tranquillement sans risque de nous faire crever un ½il... ou bien dépouiller.
Cependant, avant même d’entrer dans la ville, le petit groupe fut surprit de voir une présence militaire aussi importante. De nombreux gardes patrouillaient. A croire qu’il se prépare pour une attaque, pensa Dan, le manche de son épée le démangeant subitement. Peut-être s’attendent-ils à une catastrophe durant la nuit ? Ou peut-être sont-ils simplement prudent ? De toute façon, je m’en fou ! Je veux juste trouver un pieu et y ronfler comme un gros Ronflex complètement beurré.

«  Hey ! Vous ! »

Le groupe s’arrêta sur place. Sauf Prince évidemment qui continua en direction de la ville : il n’avait pas compris qu’on s’adressait à lui. Ses compagnons le laissèrent partir en avant. Après tout, il ne servait à rien lorsque la situation requérait autre chose qu’une violence brutale imprévisible et électrique.

Un garde accourut dans leur direction.

Dan porta la main à son épée. Magic le gronda du regard avant d’accueillir le garde avec un sourire poli transpirant le mensonge.

- Vous setes des saventuriens ? 

- C’est quoi c’t’accent de merde ? Ponctua Dan, avec son tact désormais légendaire.

- Pardon ?! s’indigna le garde, choqué.

- Ta gueule, lança Magic, furibond. Désolé, il ne pense malheureusement que trop rarement. Que pouvons-nous faire pour vous ?

Le garde ne comprit pas ce que voulut dire Magic, mais il s’en contenta et entreprit d’expliquer ce qui l’avait amené.

- Eh bien, foulez-fous nous aider à déffendre la file ?

L’accent était plus qu’étonnant. C’était bien la première fois qu’il entendait ce genre de changement dans la langue commune.

- Excusez-moi, vous voulez qu’on vous aide à quoi ?

- Deffendre la file !

- Défendre la vile ! Oh ! Excusez-moi, je ne suis pas habitué à ce genre d’accent, dit Magic, essayant de son possible de ne pas froisser le garde. Evidemment, que devons-nous faire ?

- Mais c’t’accent de merde sérieux, ricana le jeune adepte du swag, appuyé contre une petite haie en bois délimitant le territoire de la ville.

- Mais tu vas la boucler ? Gronda le pseudo leader.

- Roooh !! Si on ne peut rien dire...

- Alors ? reprit Magic, impatiente que le garder en finisse. Evidemment, on veut bien vous aider mais ce n’est pas gratuit quoi. Faut bien payer les services d’une compagnie aussi prestigieuse que la nôtre...

- Ah bon ? S’esclaffa Dan, plus qu’amusé par les tentatives assez grotesques de son compagnon de soutirer quelques piécettes au garde. Depuis quand on a du prestige ? Un mec jaune qui ne sait dire que « Gné » et qui fait frotte-frotte avec tous les arbres de la région. Un leader qui noie son foie sous des litres d’alcool à chaque taverne et qui est suffisamment doué pour confondre notre seule carte et un mouchoir... Dois-je parler de la dérouille que t’as prise face à la grand-mère dans l'auberge de Tonkulroux?

- Ça va ça va, gronda-t-il à nouveau. Boucle là où j’en finis avec toi, avant d’en finir avec lui !

- Oh je dirais plus rien moi.

Dan s’en alla en riant à gorge déployée. D’une part, il ressentait une profonde joie à l’idée d’avoir suffisamment emmerder son leader pour la journée. D’autre part, il n’avait aucune envie d’énerver ce dernier. Déjà qu’il me balance des flèches en combat, alors que je n’ai rien fait, se souvint-t-il en regrettant amèrement le trou dans sa sublime casquette NYC. Alors là ?! Je risque d’en prendre une dans le derrière et de pleurer ma mère !

- Désole pour le comportement de mon collègue, il est né avec une boucle de ceinture Armani a place du cerveau... Donc comment voulez que l'on vous aide ?

- Eh bien fous foulez bien surveiller la place centrale pour nous ? demanda-t-il simplement avec cet accent si particulier, si drôle à l’écoute.

- Nous afons beaucoup affaire ce soir. Des rodeurs trainent la nuit et feulent nous filer nos biens. D’après ce que nous safons, ils feraient partis d’une grande compagnie de malandrins qui viendrait de l’Orient.

- Oh je vois ! admit Magic, qui n’avait aucune idée de ce dont le garde était en train de parler. Nous vous aideront folontiers... Euhhhhh volontiers, je voulais dire !

Le garde serra la main de Magic et s'empressa de rejoindre la patrouille qu'il avait délibérément quittée. Heureusement pour lui que son commandant ne l’avait pas surpris sinon il aurait été aussitôt punis à un mois de nettoyage des latrines du bar de la ville : le Bonze Coulant.

Magic se rendit compte qu'il avait complètement oublié de demander ce que lui et ses camarades désiraient en guise de récompense. Merde, regretta-t-il en regardant les voyageurs passer leur chemin alors qu'ils semblaient tous éreintés. Il voyait déjà les mines renfrognées de ses partenaires lorsqu’il leur expliquerait leur petite mission de la nuit. Et surtout l’inexistence de récompense. Je vais encore me faire gueuler dessus... Et puis zut. Faut savoir être généreux de temps en temps. Pourquoi ne s’arrête-t-il pas? Cette ville ma l'air très charmante... Peut-être qu’ils n’ont pas les moyens de se payer une nuit dans l’une des auberges.

Oubliant ce dernier détail, il décida de rejoindre ses compagnons à l’auberge. Sauf que Magic fut aussitôt frappé par un léger détail : ni Prince, ni Dan, n’avaient dit où ils allaient. Ces derniers s’étaient contentés de le laisser en plan avec le garde à l’accent germanique pour aller se balader. Aucun des deux n’avait révélés quoique ce soit sur leurs possibles destinations.

 - Eh c’est parti pour chercher deux glands au milieu d’une ville de bouseux, conclut-il, subitement dépourvu forces. P’tin. Mais qu’est-ce que j'ai fait à Saint Chivas pour mériter ça.

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Insolite

ATTENTION EXCLU !

Des photos volées par un reporter très très très courageux du premier prototype des Chroniques ! Dans les terres du Nord (vers Winterfell, chez les mecs qui se font tous tués ! ) eh bien, notre HODOR national a ouvert sa propre maison d'édition ! 

Eh oué ! Et après moultes et moultes négociations en Hodor autour du premier gros livre à paraitre, les premières infos ont commencés à fuitées sur l'internet mondial.

Enjoy.

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Insolite

Cérémonie du WTF d'Or

Catégorie : Littérature particulière.

Nominés :
- Dan et Ses Chroniques de Gameblog.
- La saveur alcoolisée de Magic.
- Cinquante nuances de Gné par Prince.
- La piraterie pour les Nuls de Cinemax.

Vainqueur: 
- Dan et Ses Chroniques de Gameblog.

Oh les amis ! Je ne sais que dire en cette journée sombre et pluvieuse. Me voilà. Nous voilà, devrais-je dire ! Les chroniques de Gameblog en HOME ! Le croyez-vous? Au début, cela n'était que quelques affiches fichetrement bien foutues (merci Photoshop, poto, si tu m'écoutes...) et petit à petit cela a changer. Nourris de cette magnifique communauté que nous sommes aujourd'hui, les chroniques ont finis par devenir un texte, une aventure, une quête épique et loufoque digne de notre quotidien cosmique au sein de la C&B.

Evidemment, j'ai énormément de remerciements à faire ! Tout d'abord, JulienC et toute la rédaction de Gameblog qui m'ont bien assuré avoir reçu mes gros chèques (evidemment, ceci est une blagounette, n'allez pas me permaban maintenant alors que ma gloire stalinienne commence à peine...).
Bien sûr, je veux remercier la communauté toute entière hein ! Que ce soit Critobulle pour ses magnifiques aventures de Mr.Ragondin, ou bien le Gamer pour son combat acharné contre les monstres du forum (again, une blague, veuillez lâcher votre bombe agricole monsieur !) ou bien encore tous les dramas, les délires, les combats de gif violent et épique, et tout ce qui fait de nous THE BEST COMMUNITY of THE FREE WORLD !
Voilà ! Une petite crotte de nez pour GKult et Jvidéos.com  au passage !
Mais plus particulièrement Prince Valium et Magic Pie, deux connards sans nom qui sont d'une importance capitale dans l'existence de ces fameuses chroniques. Et evidemment toutes les personnes de Gblog qui participent à nos Brainstorming géant de conneries et de stupidités sur Twitter, sans cela, je n'aurais jamais eu autant d'idées à la con pour faire autant d'épisodes.

Sinon, bah cette magnifique aventure va bientôt sortir en format papier chez HODOR Editions ! Alors, n'hésitez pas à nous engraisser histoire qu'on puisse gagner suffisamment et racheter Gameblog à ses propriétaires. Voilà.

Le message est passé.
Merci pour tout.

Humblement.

Cordialement.

Avatarement.

Dan.

Ajouter à mes favoris Commenter (12)

Signaler
Insolite

Après la péripétie alcoolisée, nos trois vaillants héros décidèrent de se lancer. En même temps, cela faisait déjà un jour qu’ils avaient été assignés à cette nouvelle mission, il fallait qu’ils se décider à se bouger le derrière un moment ou à un autre.

Gallia était désormais derrière eux. Ses boissons, ses femmes, ses échoppes, ses caniveaux, pour Magic seulement, tout cela leur manquait déjà. Du moins à deux d’entre eux. Car Prince continuait de gnéter à longueur de journée sans que personne ne le comprenne. Mais tant qu’il ne mettait pas la vie d’autrui en péril, ses deux compagnons le laissaient vaquer à ses « occupations ».

Dan et Magic avaient échangés quelques insultes fleuries sur la manière dont ils avaient gérés la fuite de la taverne. D’une part, le premier se plaignait du manque de bijou de famille du second alors que la « bande de trou d’uc à moitié beurré » se foutait d’eux. D’autre part, le second reprochait à son camarade de s’être arrêté en pleine fuite simplement pour observer une échoppe de bonnets et d’écharpes.

- Sale gay ! lança-t-il, concluant ainsi leur petite querelle.

- Azy fous-moi la paix ! Abandonna le plus swag des trois en vérifiant que sa casquette NYC ne s’était pas dégueulassée pendant la fuite. On se dépêche de trouver ces foutus badlads et on rentre à la maison.

- Japfags, bordel !

- Ouais, pareil.

- Gné, commenta Prince, étrangement concerné.

Magic soupira longuement. Entre la lopette se prenant pour un arc-en-ciel vivant et le teubé jaune qui se frottait à chaque arbre qu’il croisant, Magic commençait déjà à ressentir les premiers signes de lassitude. L’aventure risque d’être longue, regretta-t-il tout en regrettant de ne pas avoir eu le temps de finir sa BenderBrö. Qu’est-ce que j’aimerais me refaire une petite bière là... Bon sang ! Qu’est-ce qu’elle était bonne la BenderBrö. Ah ! Ça c’est de la putain de bière quoi ! Si ce crétin de jaune n’avait pas fait un doigt d’honneur au tavernier, on aurait pu tranquillement terminer nos boissons... Et éviter de commencer notre mission avec des dettes et des ennemis. Quel con !

Perdu dans ses pensées, Magic n’eut le temps d’observer avec attention le sentier. Sachant qu’il s’agissait là de son rôle d’éclaireur, le petit groupe avançait dans la petite plaine de Gros’Keue sans se douter du danger qui guettait. Prince continua de se frotter aux arbres et Dan entretenait un long monologue avec sa casquette souillée.

Soudain un projectile mortel jaillit de nulle part. Complètement perdu dans leur petit monde, le petit groupe continua sa route sans même remarquer la sournoise attaque. Dan remarqua cependant que le sentier était bouché par deux vils gobelins. Malgré son manque total de connaissance sur le monde extérieur, le jeune apprenti du swag reconnaissait le manque total de grâce et les quelques morceaux de tissus servant de « costumes » aux deux créatures. D’après leur niveau négatif de swaggytude, Dan en conclut qu’ils avaient affaire à des gobelins.

Aussitôt il empoigna sa lame et la tira de son fourreau.

- Des Gobelins ! hurla-t-il, aussi viril qu’un poney rose.

- Merde !  s’écria Magic, oubliant ses rêves de bières éternelles. Formation de combat !

Ce dernier ordre resta sans réponse.

Dan n’avait aucune idée de ce qu’était la formation de combat à adopter face à deux vieux gobelins moisis. Magic ne se souvenait pas avoir discuté de stratégie avec ses deux coéquipiers. Et enfin Prince ne comprenait pas la signification de « Formation de combat » et se contenta de baver par terre avec un sourire d’imbécile heureux.

- Qu’est-ce tu racontes ?! Râla une nouvelle fois le jeune swagman, prêt à tailler des gobelins.

- Rien ! On va les dérouiller ! Se défendit Magic, saisissant son arc et une flèche.

- GNEEE ! hurla Prince, visiblement et étrangement concerné par la situation.

La marave approchait. Le premier combat. Les différents membres du groupe ressentaient l’excitation prenante de l’approche du premier affrontement. Même si deux gobelins pouvaient être aisément tués par un gamin de cinq ans avec un lance-pierre...

Mais cela restait un combat !

Voyant que le groupe était prêt à maraver, les gobelins quittèrent leurs positions et s’élancèrent en direction de ces derniers. Puis s’arrêtèrent tous deux à une dizaine de mètre du groupe. Sans aucune raison apparente ils bougeaient sur place. Ils paraissaient prisonniers d’une boucle sans fin. Une animation singulière survenait toutes les deux à trois minutes venant briser la répétions de leurs mouvements.

Puis les membres du groupe se retrouvèrent dans la même situation.

- C’est quoi c’te merde, encore ?! Gronda Dan, perturbé.

Ce dernier exécutait des mouvements amples sur place. D’une grâce tout sauf masculine, une main caressant la visière de sa casquette tandis qu’il tenait sa lame rose dans l’autre. Le derrière se déhanchant beaucoup trop pour que sa posture puisse être considérée comme normale.

- Mais crétin, tu ne t’es jamais battu ?! Pesta Magic, prenant conscience de la nullité abyssale de ses compagnons.

Le chef naturel de ce groupe de bras cassé, se tenait avec une certaine classe, l’arc dans les mains, une flèche prête à l’emploi. Le regard braqué vers l’horizon, son animation spéciale consistait en un rot d’une puissance phénoménale et passablement alcoolisé. De quoi réduire à néant son début de charisme.

- Bah non ! Je suis un adepte du swag moi ! Pas un bourrin digne de chez Mistigrif !

- Laisse tomber ! Lorsqu’un combat commence, on entre dans un univers totalement différent, tenta d’expliquer le pseudo-chef de groupe, désabusé.  Tu vois, le temps est ralenti dans cet univers ! On a tous une barre dite TAB, ou Temps d’Activité en Bataille, qui se remplie au fur à et à mesure que le combat se déroule. Elle dépend de notre niveau de vitesse. Rapidité égale barre de TAB qui se remplie plus rapidement. Compris ?

- Ouais !

- Gné !

Magic jeta un regard méfiant à son collègue jaune. Le fait d’être dans un combat l’avait coincé dans une position tellement étrange qu’il avait du mal à la qualifier. Entre le derrière levé vers le ciel, la queue bougeant de gauche à droite telle une pendule inversée, et les grognements étranges, Magic ne pouvait s’empêcher d’imaginer quelque chose de salace derrière cette posture de combat. Sans parler des quelques « Pika » sans aucune logique qu’il criait toutes les dix secondes.

- DONC ! reprit-il, se concentrant du mieux qu’il pouvait. Au-dessus de la tête des ennemis se trouvent leur barre de TAB aussi ! N’oubliez jamais de la vérifier car vous pourrez ainsi utiliser votre tour d’action de manière efficace : se mettre en garde ou bien contrer une attaque adverse ! Compris ?

- Ouais ! Je vais les violer ces sales verts !

- Gné ! Gné !

- Attendez... Ce n’est qu’un combat d’entrainement, hein ! N’allez pas utiliser vos compétences sur de simples gobelins, hein ! prévint-il, espérant qu’au moins l’un de ses camarades allait retenir le conseil.

- Allez ! On commence cette baston ! s’écria le jeune Dan, s’empressa de lancer l’affrontement.

 « Le Combat commence ! »

Une voix divine apparue de nulle part. Puis quelques secondes plus tard, le temps se défigea, par un quelconque moyen mystique, et les barres de TAB apparurent au-dessus de chaque participant alors que le combat était sur le point de débuter.

- On va les défoncer ! lança Dan, motivé.

Les barres se remplirent petit à petit. Celle de Prince était de loin la plus rapide et il fut donc le premier à pouvoir attaquer. Parmi ses possibilités, le loufoque combattant avait le choix entre :

- Gné : capacité de crier Gné.
- Gnéé : capacité de crier Gné encore plus fort.
- Gné Gné : capacité inconnue.

  Aussitôt, il se lança dans une intense réflexion pour définir la meilleure action.

- Bah qu’est-ce qu’il fout ?! s’écria Magic, voyant que son coéquipier n’attaquait pas.

Alors que tout le monde, même les deux ennemis regrettant amèrement d’avoir attaqué des noobs de la marave, attendait que Prince se décide à attaquer, ce dernier se fendit d’un large sourire débile avant de jeter un regard plus que taquin à ses deux camarades.

« Prince passe son tour. »

- Mais quel con !

Magic ne put cacher sa colère. Il était à deux doigts de laissa sa colère l’emporter et d’utiliser son tour pour attaquer son partenaire.

- On s’en tape, dit Dan, sérieux comme jamais. On se charge d’eux, avec ou sans ses conneries !

Ce fut au tour des deux gobelins d’attaquer.

Le premier s’élança maladroitement et se crouta sur le sol avant d’arriver jusqu’à sa cible. Un malaise envahit la zone de combat alors que le petit combattant vert se releva tout aussi maladroitement pour reprendre sa position initiale.

« Echec Critique »

Le second, décidé à venger l’honneur bafoué de son frère, jongla avec son épée avant de trancher Prince d’un coup direct.

« Prince perd 2HP. »
« Il reste 28HP à Prince. »

 Ce fut au tour de Dan d’attaquer. Malgré son inexpérience flagrante du combat et son niveau un assez ridicule, le jeune adepte du swag possédait une palette impressionnante de coups et compétences. Hmhmhmhm ! Mon premier combat, réfléchit le jeune homme, tenant sa lame rose avec une grâce de tantine. Je suis toute chose à l’idée de démonter mes premiers ennemis ! Alala ! Je dois choisir parmi mes nombreuses attaques. RAH ! C’est pas simple de choisir !

- Attaquer : porter un coup normal à un adversaire.
- Garde : se protéger pendant un tour.
- Avatars : changer de skin.
- Double Pinky Strike : double coup.
- Bieber’s Will : implorer la volonté de Justin.

Dan prit quelques secondes pour réfléchir. Il n’avait jamais essayé la moindre de ses techniques et se décida à faire celle qui lui paraissait la plus swag.

- Allez ! Double Pinky Strike ! cria-t-il, l’épée vers le ciel.

Soudain un halo rose recouvrit sa lame lui donnait des airs d’objet de plaisir d’ordinaire réservé aux femmes. Il l’a fit tournoyé dans sa main droite avant de se lancer vers le pauvre gobelin ayant été pris pour cible. Deux coups d’une violence rare furent portés avant qu’une explosion trop swag de rose et d’orange fluo ne surgisse de nulle part.

« Le Gobelin A perd 20HP. »
« Le Gobelin A est défait. »

 - Trop de skills, bordel ! Se vanta Dan, en revenant à son animation initiale.

Alors qu’il continua de se vanta, une vive fatigue envahit le jeune adepte de la casquette sur le téco. Bordel ! s’écria-t-il, perdu devant le soudain changement. Qu’est-ce qui m’arrive ?! J’ai l’impression de me sentir aussi lourd et moche qu’un pouyeux de bas étage ! 

- Abruti ! Tu as consommé tous tes MP ! Gronda Magic, désormais certains de l’absence totale de cerveau de ses partenaires.

- MP ?! Mais qu’est-ce tu m’parles de messages privées, je suis juste à côté de toi, boulet !

La lassitude du pseudo leader de la compagnie venait d’atteindre un nouveau palier.

- Magic Point, co****rd !

- Ah merde ! remarqua Dan, en souvenant d’une mention « MP » à côtés de certaines compétences. Bon bah ce n’est pas grave ! Finit le boulot, poto !

Ce fut au tour de Magic de profiter de son tour.

Sûr d’en terminer avec le gobelin, Magic se décida à utiliser la technique la plus rapide et la moins couteuse. Après tout, les gobelins ne possèdent même pas 10HP, se souvint Magic, alors que les souvenirs incertains de ses cours de « Monstrologie » lors de ses années alcoolisées au sein de l’Académie de Gallia. Bon voyons voir ce que j’ai en stock pour me débarrasser de ce mob.

- Attaquer : porter un coup normal à un adversaire.
- Garde : se protéger pendant un tour.
- Binouze Spirit : convertir l’alcool en MP.
- Drunken Shot : Flèche hasardeuse mais violente.

 Après une brève réflexion, Magic empoigna son arc et se contenta d’une simple attaque physique pour venir à bout de son adversaire. Ça va être facile, pensa-t-il en s’apprêtant à attaquer. Espérons seulement qu’ils n’ont pas d’autres copains cachés dans les environs. Alors qu’il préparait la flèche, il bafouilla le dernier geste sans comprendre comment ni pourquoi et l’envoya sur Dan qui tripotait encore et toujours sa casquette.

« Dan perd 5HP. »
« Il reste 11HP à Dan. »

 - Mais ça va ou quoi ?! S’emporta le disciple de Justin, la flèche traversant sa casquette de part en part. C’est quoi ton skill de tanche là ?! Tu veux que je me serve de ma lame pour te tailler en carpaccio, sale alcoolique !!

- Ça va, ça va, calmes-toi, s’excusa Magic, qui se rendit compte que sa poisse et son manque de talent naturel ne l’avaient toujours pas quitté.

 - Ouais t’as pas intérêt à recommencer ! Tu me dois une potion ! Continua Dan, furibond après cette fourberie de la part de son propre coéquipier.

Reprenant le cours du combat, les deux coéquipiers se concentrèrent sur leur ennemi restant. Ce dernier n’avait pas imaginé une seule seconde pouvoir vivre aussi longtemps. Voyant qu’il avait une unique chance de s’enfuir, le gobelin se retourna et se mit à courir sur place tout en couinant sans cesse comme une peluche Vanille détraquée.

- Qu’est-ce qu’il fout ? demanda Dan, perdu.

- Il tente de s’enfuir ! Fumons-le !

- Mais faut attendre que les barres se remplissent vu que t’as foiré ton attaque comme un gros naze !

Magic sentit la honte l’envahir. Et ça recommence, regretta-t-il, voyant sa pseudo aura de chef s’évanouir.

- GNE !!! hurla Prince, énervé comme jamais.

Complètement oublié de tous, Prince pu à nouveau attaquer. Après avoir gaspillé un tour pour des motifs inconnus, Prince se décida à utiliser efficacement cette nouvelle chance. Alors qu’il n’arrivait pas à faire la différence entre ses compétences, lui-même avait du mal avec ses propres « Gné », il plaça tous ses espoirs dans le hasard.

Prince se redressa, leva les bras au ciel, fermé ses yeux capricieux, s’arrêta de se baver dessus et se plongea dans une intense phase de concertation. Soudain des nuages couvrirent la zone de combat. La pluie commença à tomber avant de subitement redoubler d’intensité. Le tonnerre gronda. Puis un éclair d’une violence incroyable vint s’écraser sur le pauvre gobelin courant sur place dans l’espoir de s’enfuir. La terre trembla. Le monstre hurla de douleur alors que son corps était parcouru par des millions de volts.

Puis il tomba lamentablement sur le sol.

« Overkill. Le Gobelin est mort. »

Alors que la météo capricieuse disparue, Magic et Dan, restèrent sur leur séant devant le déchainement de puissance dont venait de faire preuve leur camarade. Ce dernier était pourtant le même que d’habitude, ses yeux continuaient de s’envoyer paitre, sa bave de couler le long de son menton.

Pourtant, pendant un très court instant, ils crurent voir un autre homme. Je dois rêver, pensa Magic, encore sous le choc devant l’étonnante démonstration de force de son étrange équipier. Cette chose avoir une telle puissance ? Comment est-ce possible ? Enfin de gaspiller une telle attaque sur un simple gobelin montre qu’il est toujours aussi stupide... Mais peut-être qu’il pourra nous être utile, au final.

- Cette attaque trop swag quand même, admit Dan, impressionné lui aussi. Je savais bien que ce mec devenait bien avoir au moins une qualité ! Bah la voilà ! C’est un monstre de puissance !

- Ouais, ouais, j’attends de voir hein.

Alors que les deux créatures étaient mortes, une musique étrangement joyeux et rythmée résonna dans la zone de combat. Aussitôt les trois vainqueurs se laissèrent aller à une petite animation plein de classe et de charisme : Dan s’empressa de jouer avec sa lame avant de la placer derrière son dos, Magic se contenta de regarder l’horizon les bras croisés, et Prince laissa libre court à sa puissance électrique dans une pose d'un grostesque digne du célébrissime Blanka.

Leur premier combat se soldat par une victoire écrasante. Même si tout n’avait pas été parfait, ils s’en sortaient sans trop de dégâts et avaient tous montrés qu’ils avaient largement le niveau pour continuer leur mission.

Après le combat, il était temps de faire un petit bilan : les différents membres du groupe s’étaient partagé les points d’expérience. Une dizaine d’XP seulement. Ne parlons même pas des butins qui étaient inexistant. Même pas une petite potion ou même un bouclier fendu ou ne serait-ce qu'un pauvre casque de fer, rouillé et inutilisable. RIEN. En même temps, ils venaient d’équarrir deux pauvres gobelins et ne pouvaient pas s’attendre à agrand chose face ) une opposition aussi ridicule.

- C’est pas bien folichon, tout ça, ronchonna Dan.

- Deux gobelins hein, ce n’est pas grand-chose en termes d’opposition, commenta Magic, n’ayant pas quitté sa posture de vainqueur.

- Gné ! Gné ! Gné Gné...

- Ça va ça va, coupa Magic, lassé d’entendre autant de Gné à la suite. On se dépêche ! D’après nos ordres de missions, on doit se rendre dans les marais des Forums !  Autant dire qu’on a une petite trotte à faire avant d’arriver.

 La compagnie se congratula néanmoins une dernière fois après leur vaillant combat et décida de reprendre la route. Bien évidemment aucun de nos trois héros ne retint la leçon : Dan continua d’évaluer la puissance de son swag, Magic se prendrait en songe alcoolisé tandis que Prince continuait de déclarer son amour vicié au moindre arbre qu’il trouvait sur sa route.

Mais après tout, pouvait-il en être autrement avec ces trois clampins ? 

Ajouter à mes favoris Commenter (13)

Signaler
Insolite

Ajouter à mes favoris Commenter (8)

Signaler
Insolite




Dans un immense couloir reliant l’entrée et la salle de conférence de l’immense château de Gallia, des soldats trainaient et braillaient sans se préoccuper de l’image qu’ils renvoyaient. Après tout, ils avaient l’habitude d’être qualifiés d’alcoolique notoire et de bons à rien. Ils n’allaient pas se faire ch**er à essayer de bien se comporter. D’une part, ils ne savaient pas comment faire. Et d’autre part, leur taux d’alcoolémie était beaucoup trop élevé pour qu’ils puissent réfléchir plus de quelques secondes.

- Poussez vot’ gros derrière et amenez-vous ! Beugla le lieutenant, l’air mauvais.

Les quelques courageux soldats s’exécutèrent tout en se demandant s’ils avaient un si gros derrière. Trois d’entre eux paraissaient plutôt serein. On ressentait l’aura spéciale qui semblait les entourer. En même temps, trois personnes banales au milieu d’une bande d’ivrognes complètement torchés jours après jours et n’ayant de soldat que le titre, cela détonnait forcément.

Les soldats s’avancèrent dans les longs et étroits couloir du château. J’ai l’impression d’être dans FFXIII, pensa un des soldats en remarquant qu’il venait de passer plus de deux heures coincés avec ses camarades dans ces foutus couloirs. Bon au moins, y’a pas de couineuses dans le coin... C’est déjà ça.

Suivant leur supérieur, seulement en grade car il n’était rien de plus qu’un ivrogne de classe supérieure, les soldats s’avancèrent jusqu’à atteindre la salle de conférence. Une sorte de salon complètement vidé de tout ameublement. Il n’y avait qu’une gigantesque table au centre, avec un modèle miniature assez impressionnant du monde de la Communauté.

On pouvait retrouver les monts gelées du Nord, ou bien l’énorme continent désertique encore inexploré. L’ensemble du monde était parfaitement détaillé et retranscrit. Même les coins les plus obscurs. Un véritable bijou. La maquette était très impressionnante. Mais ce n’était rien comparé à l’homme qui vint à leur rencontre.

Le président. Les murmures se levèrent. Il n’était pas du genre à apparaitre souvent. C’était un homme bon, droit, mais plutôt discret. Ce qui frappait surtout, c’était ce brushing incroyable. Rien qu’en posant ses yeux dessus, n’importe qui semblait aussitôt habité par une admiration sans borne envers ce brushing. Les légendes urbaines laissaient penser que ce fameux brushing présidentiel avait des pouvoirs spéciaux.

Derrière sa paire de lunette orangée d’un style incroyable, le président analysait ses troupes. Une once de déception semblait se lire sur son visage.

- Mes chers hommes, commença-t-il, les bras croisés sur son torse. Je vous ai convoqué aujourd’hui pour vous faire part d’une menace grandissante. Vous êtes la crème de la crème des forces de Gallia. C’est pourquoi, je vais vous révéler l’existence d’une menace que l’on croyait disparue à jamais...

Il s’avança en direction de la table et posa délicatement sa main droite gantée sur une zone de la carte. Cela ressemblait au marais des Forums. Une zone particulièrement nauséabonde que seuls les fous ou les membres les plus endurcis de la communauté osaient s’y aventurer.

Les soldats déglutirent lorsqu’ils virent la zone désignée.

« Je comprends votre inquiétude. Les pires créatures vivent là-bas. Et encore, il en existe des dizaines et des dizaines que nous n’avons encore jamais découvertes. Mais n’ayez crainte, vous ne serez pas envoyés là-bas.

Un soulagement général envahit la salle.

« Cependant, étant donné que vous êtes les meilleurs, je vais vous demander d’enquêter sur cette nouvelle menace.

Un homme arriva dans la salle de conférence. Il se déplaçait avec de grandes difficultés et semblait ressembler comme deux gouttes d’eau à une otarie.

Certains soldats ne purent contenir leur rire moqueur.

« Conseiller, je vous laisse la parole.

Ce dernier s’avança vers la table. Son costume d’une grande valeur contrastait complètement avec sa nature. Une otarie de grande classe, tout simplement.

- Soldats !  Un terrible fléau vient de réapparaitre dans notre magnifique Communauté.

Le soulagement fut aussitôt remplacé par une crainte générale.

« Que savez-vous des japfags ?

Le président et son conseiller eurent tout le loisir d’observer le vide intellectuel des troupes. Aucune réponse. Pire encore, aucune bribe d’idées. Ils commencèrent à craindre pour la réussite de la mission.

L’otarie toussota pour se redonner un peu de contenance.

« Le japfag n’est autre qu’un individu touché par une maladie très violente et dangereuse que l’on connait sous le nom de Fanboyite. Il existe par le passé dans notre magnifique histoire, des cas connus de Fanboyite, qui ont profondément bouleversé notre communauté. La crise des Forums de Square-Enix par exemple, avec sa horde de fanboy déchainés. Mais passons... le japfag est le côté le plus obscur de cette maladie. L’individu se prend à apprécier les petites filles en petites tenues ou bien les poitrines si opulentes qu’elles en touchent le sol...

Un soldat laissa échapper un commentaire bien graveleux sur son goût pour les principaux arguments du sexe féminin. Une foule de rire mêlant alcool et beaufferie suivirent.

Le président resta impassible. Son conseiller hésita à foutre des claques avec ses larges palmes pour corriger ses imbéciles qui lui servaient de soldat.

« Nous avons trouvés non-loin des marais, une dizaine de cas de japfag... Ces pauvres malheureux ressemblaient à des zombies et ne prononçaient que des expressions de leur animés tendancieux préférés. Autant dire que le danger est grave ! Déjà que la moyenne intellectuelle de la communauté est assez basse, nous ne pouvons-nous permettre de lancer progresser un tel fléau. Imaginez-vous touché par cette maladie, à errer sans but, à aller de perversité en perversité, le tout en vous bavant dessus...

L’assemblée d’idiots de soldats laissa échapper un « oh » d’horreur.

« Soldats ! Vous ne vous doutez pas de votre importance. La Communauté a besoin de vos talents et de votre dévouement pour combattre ce nouveau fléau !

Les soldats se mirent au garde à vous. Certains avec un léger retard : les restes d’alcool et la stupidité en étaient les principales causes.

Le président reprit la parole.

- Merci Conseiller. Soldats ! Tout Gallia compte sur vous !

A l’unisson les soldats beuglèrent.

« Gloire et Levure ! »

 A Suivre dans l'Episode 2...


Et voilà ! Le premier épisode de la Première Chronique. Je suis ému bordel ! 
N'hésitez pas à proposer des idées, des délires de la C&B histoire d'alimenter ce petit projet qui pourrait être fort symapthique.

Bonne soirée à la Communauté.

Bise à tous !

Ajouter à mes favoris Commenter (23)

Signaler
Insolite




La plupart des soldats venaient de recevoir leur assignement de la part du Président. Après avoir encouragés ses troupes de son divin brushing, l’homme le plus connu de tout Gallia s’intéressa aux derniers soldats restants. Les trois pauvres bougres qui auraient pour lourde responsabilité d’éradiquer la source du retour des japfags.

Une mission suicide digne de celle du Chevalier John Shepard.

- Alors, alors, alors, dit le conseiller en épluchant rapidement la liste des soldats qu’il avait sous les yeux. Monsieur le Président, voici... Dan, Prince Valium et Magic Pie, c’est bien cela ?

- Les tirets, pour moi.

- Magic et Pie, c’est attaché.

Le conseiller toussota légèrement, faisant comprendre que ce n’était pas le moment pour ce genre de plaisanterie douteuse. Puis tout le monde s’attendit à voir le troisième larron se fendre d’une remarque tout aussi stupide et désobligeante que ses deux camarades.

Mais ils n’eurent droit qu’à un sobre :

- Gné ?

Après un léger écoulement de bave pathétique, ils se rendirent compte que ce dernier avait comme particularité de ne pas avoir de cerveau. Le conseiller, à présent en plein doute concernant le choix des hommes pour cette fameuse mission suicide, s’éclaircit la voix pour se donner un peu de contenance. Ce n’était pas tous les jours que l’on rencontrait la « crème de la crème » des forces de Gallia.

- Quelles sont vos spécialités ?

Les soldats échangèrent un regard interrogatif. D’une part ils ne s’étaient jamais attendus à une telle question. D’autre part, ils n’avaient aucune idée de la réponse qu’ils pouvaient donner. Après tout, les soldats de Gallia n’étaient pas vraiment connus pour leurs talents... A moins que le concours de rots dans la taverne de Biketto ou bien la plus longue trainée de galettes faisaient désormais parties des spécialités recherchées par l’armée.

Dan se décida à briser le silence.

- Soldat de classe E, spécialisé en tant que Tank, commença-t-il, au garde à vous. J’utilise lame courte, longue et double-lame, aussi même si cela représente un « danger non-négligeable » pour mes camarades, selon mon instructeur. Et Je ne suis pas mauvais en camouflage.

Le Président analysa le soldat en question de son regard implacable. Il n’en croyait pas ses présidentielles oreilles. Un soldat se baladant avec un bandana magenta et une sorte de casquette de bouseux orange au design d’un mauvais goût certain lui annonçait avoir un quelconque sens du camouflage. Prudemment il jeta un coup d’½il à la coupe devant lui et s’assura qu’il s’agissait bien d’eau plate et non pas d’un tord-boyaux piqué au cuisine.

- Vraiment ? Insista le conseiller, lui aussi dubitatif.

- Vraiment, j’ai la particularité de pouvoir me changer d’apparence à une vitesse incroyable.

Je ne sais pas ce qu’il prend, mais j’en veux bien aussi, pensa le Président, visiblement amusé.

- Et toi ? demanda le conseiller, pressé d’en finir et d’aller se goinfrer de poisson dans son bureau.

Le deuxième, Magic, s’avança d’un pas. Droit comme un i, il donnait l’impression d’être le plus classique des trois. Pas trop grand, pas trop maigre, une barbe négligé, des lunettes de hippie laissant planer de sérieux doute sur son bon goût. Mais il restait tout de même assez classique. Et pour cause, entre un Matt Pokora moyenâgeux et un jaune baveur au vocabulaire limité à « Gné », n’importe qui, même le plus loufoque des individus, devenait tout de suite incroyablement banal.

- Soldat de classe E, spécialisé dans le tir à l’arc et la reconnaissance, dit-il, lui aussi au garde à vous. Et je suis troubadour à la base, monsieur.

- Utile, ponctua Dan, moqueur.

- Gné, renchérit le dernier.

- Taisez-vous, soldats, lança le conseiller, qui en avait plein les bottes de voir défiler des cas sociaux. Mais encore ?

- Eh bien, je suis plutôt doué dans la confection de tarte et tartiflette en tout genre, monsieur.

Un silence pesant s’empara de la salle de conférence.

- Très bien, soldat. Et vous ?!

Le conseiller voulait en terminer. N’importe qui de moins consciencieux que lui se serait contenté de leur demander d’aller se faire empaler sur le premier ennemi venu. Mais non. Pas le conseiller Waldo. Le fidèle bras-droit du Président. Le cerveau du Royaume de Gallia. Le recordman du gobage de sardine tout en étant beurré. Cela suffit pour classer cet homme parmi les légendes de la Communauté. Mais lui, aimait le travail bien fait. Et puis c’était toujours amusant de voir passer devant soi les pires éléments de l’armée. Même les plus grands boulets de Jivécé, un autre continent célèbre pour sa population particulièrement stupide et agressive, n’atteignaient pas le niveau de la Communauté.

Le troisième soldat resta immobile.

L’espace d’un instant, ils furent tous suspendus à ses lèvres, espérant découvrir les spécificités de ce soldat si mystérieux. Enfin, les « autres » spécialités. Certains étaient déjà clairement visibles : comme sa peau qui tirait très clairement vers le jaune vif ou bien encore que ses yeux se déclaraient sans cesse la guerre. Sans oublier son incapacité à garder sa bave dans sa bouche plus de deux à trois minutes. Ce qui, il faut bien l’admettre, faisait déjà beaucoup trop de « particularités » pour un seul homme.

 - Prince. Gné. Gné. Gné, répéta-t-il, son ½il gauche en train de dire merde à son homologue de droite.

La lassitude l’emporta.

Le Président ajusta son brushing présidentiel et regretta effectivement de ne pas avoir de l’alcool plutôt qu’une coupe d’eau plate. Le conseiller, lui, préféra fermer les yeux, inspirer un bon coup, histoire de se donner un peu de courage. Même si sur le moment, il n’avait qu’une envie : se débarrasser des trois cas sociaux et aller se prendre une bonne cuite dans la taverne la plus proche.

- Euh conseiller, je pense que Prince est un ... mage, tenta Dan, en essayant de comprendre les « Gné » de son partenaire. Surement spécialisé dans la foudre... et euh... C’est tout.

Prince, le dit soldat, regarda successivement ses partenaires et ses supérieurs. Il ne comprenait pas pourquoi tout le monde le regardait avec ce même air de dépit.

- Gné...

- C’est très bien ! Coupa le Conseiller, qui ne cachait plus son désarroi devant une telle équipe de branquignole. Une équipe de bons soldats, si je puis résumer, très bien ! Alors, écoutez-moi ! Vos talents, si je puis m’exprimer ainsi, vont être mis à rude épreuve durant votre prochaine mission : les japfags sont des ennemis très dangereux. La perversion qu’ils parviennent à faire naitre dans le c½ur des gens est bien plus dangereux que le Côté Obscur de Star Wars !

Les trois soldats restèrent sur le séant. Quelque chose de plus vicieux et de plus dangereux que le côté obscur de la Force ? Autant dire que même les trois plus grands crétins de la Communauté parvinrent à saisir la gravité de la menace.

Même si Prince semblait lutter encore avec un peu avec son intellect. En même temps, traduire les longues phrases du conseiller en une nuance complexe de « Gné » demandait un effort mental épuisant... Ce que son pauvre cerveau de Pikachu atrophié ne pouvait se permettre trop longtemps. Sous peine de ne plus fonctionner. Ou plus de fonctionner encore moins bien.

- Comment pouvons-nous les combattre ?

- Tout d’abord, vous devez trouver la source de leur pouvoir, dit le conseiller Waldo, pressé d’en finir. D’après certaines rumeurs, une chronique incendiaire sur « Neptunia », un de leurs dieux, serait à la base de leur retour. Evidemment tout cela reste encore à confirmer. Et je compte sur vous pour cela ! Est-ce clair ?!

Le président se leva tranquillement, passant ses mains dans son divin brushing, un éclat de beauté et de magnificence semblait émaner de ce fameux brushing.

- Soldats ! Le royaume de Gallia place tous ses espoirs sur vous, commença-t-il, d’un air si solennel que les soldats faillirent en pleurer. Ne l’oubliez pas jamais. Nous servons le fameux peuple de Gallia ! Nous servons la Grande Boulangère et la Divine Levure ! Sans elles nous ne serions que des barbares écumant les terres des Forums à la rechercher de victime pour assouvir notre instinct les plus sordides !

Les soldats avaient la larme à l’½il.

« Soldats ! Gloire et Levure !

Aussitôt, ils se mirent au garde à vous avant d'entamer à leur tour :

"Gloire et Levure, Président !"

A Suivre dans l'Episode 3...

Ajouter à mes favoris Commenter (19)

Le Danonicromicon

Par -Dan- Blog créé le 14/06/11 Mis à jour le 23/09/14 à 15h44

BOOMBOOM !TATATATATA !! BOOOM !! ARGGH !!

Bienvenu dans l'espace d'expression de mes nombreuses personnalités.
Choisissez vos préférées et suivez-nous.

Une bise.

Ajouter aux favoris

Édito

Le Danonicromicon  is back !!! 

C'est la rentrée mes coquins !!! Beaucoup de choses qui vont changer et naître dans ce magnifique blog ! 

 

Vous verrez bien ! Allez ! Je vous aime mes grosses coquines ! 

 

 Jeux en cours:




Archives

Favoris