>
>
>
Mirror's Edge ou Le reflet comme représentation suggérée (part 1)
est à vous

Mirror's Edge ou Le reflet comme représentation suggérée (part 1)

1ère Partie
Signaler
Par Alastorgz - publié le
Image
L'idée est ici, non pas d'analyser, mais d'apporter par touches successives quelques commentaires et interprétations libres sur l'œuvre à la manière des peintres impressionnistes pour que, en prenant du recul et en additionnant les différentes parties, le tableau nous suggère une peinture différente

 

 

 

Agenouillé au bord de la rive, un jeune homme contemple amoureusement un visage, corps basculé en avant, comme pour tendre amoureusement ses lèvres vers les siennes, au dessus du fleuve qui s’écoule lentement. Il trouve ce jeune homme beau, il l’aime. Plus rien n’existe autour. Le silence semble régner, tous deux n’attendent et n’entendent plus que les mots de cet autre. L’attention est là. L’intensité aussi. Il voudrait prendre ces lèvres, étreindre ce corps, irrésistiblement attiré par ce visage si désirable. Malheureusement pour Narcisse, cet autre n’est que lui-même. Le reflet d’un amour illusoire qui renvoie une image d’union impossible.

 

narcisse

 Narcisse - Caravage (1598)

Le geste est lent. Le fleuve noiera bientôt cet amour propre. De cet abandon naitra une fleur qui porte encore son nom, narcisse, témoignage sans doute des nymphes(1) qui lui portaient un amour sans mesure. Peut-être le reflet de Narcisse s’écoule encore sur ces rivages, fleurissant ses terres, nous rendant cette nature si belle.

 

Le mythe de Narcisse

Fils du Dieu-Fleuve Céphise, fleuve grec dont il tient le nom, et de la nymphe Liriopé, déesse enchanteresse et amoureuse, il est l’un des rares enfants à être aimé des nymphes. Narcisse a beau grandir, sa beauté ne le quitte pourtant pas. Il est si beau qu’il suscite le désir de nombres de jeunes filles et parfois aussi de jeunes hommes. Imbus de lui-même, il les repousse en ne leur manifestant que mépris et dédain. Il préfère dés lors fuir ces adulatrices passionnées et ennuyeuses dont il ne comprend pas la fougue, pour passer le plus clair de son temps avec ses amis chasseurs dont il sait qu’ils ne l’ennuieront pas avec son apparence physique.

 

Un jour, alors qu’il se promène seul dans la forêt, une nymphe l’aperçoit, et, ravie par son irrésistible beauté, en tombe immédiatement amoureuse. Cette nymphe, c’est Echo. Malheureusement pour elle, incapable de s’exprimer avec ses propres mots, punition reçue de la déesse Héra qui la condamna pour l’éternité à ne pouvoir que répéter ce qu’elle entendrait, la nymphe des montagnes n’a d’autres choix que d’approcher Narcisse en répétant mot pour mot ce que celui-ci dit. D’abord dissimulée dans les épais feuillages, Echo, essayant d’être maligne, ne répète que les mots de Narcisse qui font sens pour l’aborder. Narcisse commence à s’inquiéter de cette ombre qui parle, répète, mais ne se montre pas en ce lieu devenu inquiétant et dépeuplé. Echo, désespérée, sentant que l’objet de son amour risque de s’en aller, finit par sortir de la forêt, les bras tendus en avant. Narcisse, pris d’incompréhension et peut-être peu intéressé, la repousse, et s’enfuit. Echo, en larmes, se sentant délaissée, déambule alors dans la forêt. Reprenant ses esprits, pleine de son chagrin amoureux, elle invoque et demande alors à Nemesis, déesse de la vengeance, de punir Narcisse en le condamnant à un amour qui ne puisse avoir d’objet.

 

Quelque temps plus tard, alors qu’il se promène nonchalamment le long du fleuve, Narcisse se penche au dessus de l’eau pour l’observer de plus près. Stupéfait, il découvre les traits d’un visage parfait, d’une beauté accaparante. D’abord la surprise le remplit, puis le désir et enfin, il en tombe amoureux. Il ne peut plus quitter ce visage des yeux. S’agenouillant sur le bord de la rive, il se rend compte qu’il ne peut étreindre l’objet de son amour. Une larme coule le long de sa joue, et tombe dans le fleuve déformant alors le reflet. Pris de panique de voir disparaitre l’objet de cet amour, il se précipite à l’eau et tombe à tous jamais dans les limbes de son adoration.

Arrivé en enfer, il continuera à rechercher inlassablement les traits de ce visage dans le Styx (fleuve des enfers) sans jamais l’apercevoir.

 

L’eau est le miroir. L’interface qui sépare le monde connu des hommes de celui inconnu des bas fonds et qui nous renvoie une image nécessairement déformée du réel. En deçà le réel, au-delà l’imaginaire. Mais l’image n’existe que pour celui qui interprète. En traversant la frontière, Narcisse se perd. Il recherche même jusque dans les limbes non un objet réel mais une représentation mentale. C’est l’utilisation commune du miroir. Au fond, dans le miroir, nous ne voyons pas ce qui est, avec nos yeux, de manière objective, mais nous interprétons la forme qui apparait pour la rendre cohérente. Le processus est le même que les objets animés ou inanimés que nous croyons reconnaitre dans les formes des nuages. A bien regarder notre visage dans le miroir, le-voyons nous tel qu’il est ? Ou tel que notre entourage et nos expériences nous le font voir ? Narcisse se fourvoie par la ruse de Nemesis, et indirectement, comme par réflexion, par celle d’Echo.

 

Représentation suggérée : la ville

Mirror’s edge (« Le bord du miroir ») part du même principe. La société, pleine de citoyens en désaccords, se divise en de nombreux groupes, dont certains, souvent minoritaires, ne détenant pas le pouvoir, exclus, mais subissant de pleins fouets les avantages des ayants droit, deviennent menaçant pour le pouvoir en place. Les tensions augmentent et voilà qu’apparaissent les premiers reflets d’une société qui devient potentiellement dangereuse. Il ne faut pas beaucoup plus pour qu’une majorité accepte des lois restrictives, contraignantes, et délaisse peu à peu sa liberté au profit de sa sécurité. Voila l’apparition de la nouvelle ville blanche, immaculée d’innocence, de Mirror’s edge.

 

La ville, incarnant symboliquement la société et ses habitants, se regarde dans le miroir et aperçoit le reflet que les dirigeants ont construit dans son esprit. La ville est blanche, propre, pleine de caméras de surveillance, apaisée… en tout cas plus sécurisée que si les habitants n’avaient fait ces choix, les messages radios dans le jeu, jouant sur le spectaculaire, renvoyant périodiquement des  messages laissant entendre que la bataille n’est pas gagnée et que le danger est encore présent (le dernier message radio à la fin du jeu , lors des crédits, suggérant que rien ne change après l’aventure de Faith). La représentation est en cours de route devenue appropriation.

 

Faith, une figure de neutralité engagée

C’est dans ce cadre que Faith, l’héroïne, joue le rôle de coursier en quelque sorte entre les dissidents (« qu’ils restent », puisqu’il est fait mention que la plupart ont abandonné la résistance), puisque toutes les autres formes de communications officielles sont surveillées. D’ailleurs, comme ces coursiers ne se préoccupent pas a priori du contenus des colis qu’ils transportent, on peut aussi imaginer que des gens pas très honnêtes utilisent ce type de transport pour passer leurs marchandises « illicites»…

Mais ce n’est pas le rôle du messager que de s’enquérir du contenu. Et c’est pour cela aussi que Faith est sur « le bord, la frontière du miroir », sur l’interface qui sépare air et eau. Elle ne prend pas partie (même si elle déplore ces choix sociétaux). Etant et se déplaçant sur cette interface, aucune image ne peut se créer dans le miroir (pour les scientifiques, un objet ne peut avoir une image que s’il appartient à l’espace objet, hors plan du dioptre). Dit autrement, la frontière entre deux pays n’appartient à personne. Faith est donc « neutre », ce qui est consubstantiel à la fonction de messager. Si nous envoyons une lettre par la poste, ou un message via un email, nous ne voulons pas que son contenu soit altéré. C’est la garantie de celui qui porte le message.

 

Mais Faith va se retrouver embarquée malgré elle dans une histoire dont elle se serait sans doute bien passée. De fait, pourtant, sa vision du monde et ses convictions personnelles faisaient que cette confrontation  était sans doute inévitable sur le long terme. Elle ne pouvait rester en marge éternellement, tout système dans lequel nous vivons étant nécessairement en interaction avec nous et nous obligeant à faire des choix à un moment donné ou à un autre. Comme le disait Sartre dans l’existentialisme, vivre c’est choisir, même si l’on choisit de ne pas choisir puisque c’est encore un choix (le renoncement ou l’abandon étant encore des choix). Son destin était en fait déjà écrit, sa trajectoire déjà tracé sachant d’où elle venait, les forces qui la tiraillaient et qui s’exerçaient sur elle, les lois physiques étant fixées. Sans doute dans son choix d’exercer le métier de coursier germait déjà la gronde silencieuse de la révolte à venir ; toute la préparation physique liée aux techniques du parkour, un plaisir, mais aussi un choix de mode de vie déjà en contradiction avec les règles de la ville qu’elle habite.

 

Cette première décision d’agir est liée à un évènement qui la concerne directement puisque sa sœur, Kate, est accusée, à tort nous assure-t-on mais l’identification du joueur au personnage de Faith nous en convainc, d’avoir tué un futur candidat à la Mairie. Ce candidat se trouve être l’ami des deux sœurs depuis qu’elles sont toutes petites, même s’ils ne ses ont pas vus depuis de nombreuses années. Evidemment, ce futur maire aurait changé beaucoup de choses dans la ville s’il avait été élu, ce pour quoi, on le devine, il est assassiné.

 

Comparaison entre Faith et Kate

Il est intéressant de noter que Kate et Faith sont sœurs jumelles. L’une, Kate est policière : son travail consiste, essentiellement à faire régner l’ordre. A l’inverse, Faith représente le désordre : elle n’emprunte pas les chemins balisés mais passe « n’importe où », son travail est « illégal » puisqu’il ne passe pas par les circuits officiels,  celui-ci crée des flux (d’information ou autre) non désirés et perturbateurs, etc. L’une semble être le contraire de l’autre, le contrepoint… le reflet. Ce jeu de miroir est encore vrai si  l’on considère leur personnalité : Kate ne peut s’être engagée dans les forces de l’ordre si elle ne partage pas un minimum les valeurs de cette société ; Faith est évidemment en marge de la société, ne croyant pas en ses valeurs. Il est intéressant aussi de noter les prénoms. Le prénom Kate provient de Catherine qui dérive de « kataros » en grec et qui signifie « pure ». Tandis que Faith signifie en anglais tout  la fois « confiance », "conviction" et « en bonne santé » (faith healer, healthy). Si l’on considère que la ville et la société se porte « mal » comme cela nous est dit en présentation de l’histoire, on comprend aisément le jeu de miroir entre Kate et Faith. Si Kate travaille pour un gouvernement corrompu, c’est que sa pureté, sa naïveté l’a amené à se tromper, à être trahie par le discours qu’elle a « avalé ». Faith à l’inverse amène « la bonne santé », ce qui implique, par reflet toujours, que la ville est en mauvaise santé ; Faith est la « confiance », "la conviction" dans le changement tout autant que la confiance en soi et des autres qui a due quitter depuis longtemps ceux qui se surveillent en permanence et mutuellement dans un univers Orwelien.

narcisse

 

Mais si l’on considère le cas de Narcisse et de son reflet, le cas des sœurs, rappelons-le jumelles, devient autrement intéressant. En effet, dans le pur cadre du reflet, on ne peut considérer l’image comme « réel », par rapport à l’objet, que dans un univers imaginaire, « parallèle ». Sinon, nous pourrions le prendre, le toucher, ce ne serait plus un reflet. Mais alors, l’image de cet objet se confond avec l’objet puisqu’il le représente, de la même manière que le reflet du visage de Narcisse se confond avec son vrai visage : l’objet réel et sa représentation parle de la même essence, ils sont tous deux le visage de Narcisse mais dans deux univers différents. Par essence, ils ne font qu’un, c'est-à-dire « le visage de Narcisse ». On peut voire leur liaison d’une autre façon : si l’un n’existe pas, alors l’autre non plus. Si on parle de reflet, les deux objets se lient… et par n’importe comment : dans leur condition d’existence.

On pourrait donc être amené à dire que Kate et Faith sont la même personne, une seule et même personne même, mais dans deux univers différent. C’est là aussi où l’on peut faire une connexion avec Matrix, puisque Néo est la même « personne » dans le monde réel dévasté par les machines et dans la matrice, mais sous forme d’esprit, « d’avatar » aussi pour se référer au film de Cameron qui relève en fait du même mécanisme. Evidemment cette représentation es symbolique puisque Kate et Faith s’enlace au début du jeu et se retrouve un peu plus tard. Sûrement… sauf si l’on considère l’interface entre monde réel et monde imaginaire juste entre les deux personnages… le miroir placé entre les deux protagonistes : rien n’empêche de parler à son double, de « se parler » dans le miroir…voire de s’embrasser comme Narcisse embrasse son image, au risque de se perdre dans les limbes du fleuve ; la destruction d’un système.

 

Tout le problème est alors de savoir qui est le reflet de qui ? Est-ce Kate qui est réel et qui joue à Néo dans un univers virtuel en sautant de toit en toit ? Ou est-ce Fatih qui se rêve intégrée dans un système ordonné en jouant à la petite fille bien rangée ? Ce qui sûr c’est que les actions de l’une ont des conséquences directes pour l’autre et que les deux sœurs jumelles n’envisagent pas leur vie sans leur double ; c’est même la raison qui pousse Faith à déjouer le complot, ne pouvant envisager sa vie sans sa sœur.

 

On peut également rajouter que, tout comme le reflet ne nous renvoie jamais une image que l’on interprête objectivement telle qu’elle est, Faith et Kate se voient sûrement telle que la société veut qu’elles se voient. Ce qui transpire dans le premier dialogue du jeu entre les deux protagonistes.

 

Etat des lieux

A la ville qui a donc son reflet, en négatif d’ailleurs comme dans une photographie, inversé aussi, les personnages ont aussi leur double, également en négatif, au sens photographique mais aussi morale.

C’est vraie aussi géométriquement, si l’on pense au déplacement dans l’espace. Tandis que Kate doit passer le plus gros de son temps en patrouille, à pied ou en véhicule, à l’horizontale, Faith escalade les murs et les façades, agrippée à des tuyaux ou aux cordes reliant deux immeubles, à la verticale donc.  Ce sont deux routes, horizontale et verticale, perpendiculaires (dans ce cas) , qui ne se croisent qu’en un point, à l’intersection, au carrefour, et en un point unique. Si l’on pense au miroir, en effet, le rayon lumineux issu de l’objet réel et celui issu de l’objet image, ne se rencontre qu’en un point, unique dans le plan du miroir. Du coup l’ensemble des intersections des trajets des deux sœurs indiquent sans doute le plan du (ou des) miroir de leur relation (voire de la ville, tant leur métier respectif est imbriqué dans les activités en reflet de la ville).

optique géométrique

La suite dans la prochaine partie ici.

 

 

Note :

1.(Déesses de la nature, bien que mortelles, les nymphes sont les esprits féminins de la Nature, nymphe signifiant en grec « jeune fille en âge d’être mariée », « fiancée », « vierge ». Elles personnifient les forces productives de la Nature, la fertilise aussi. Esprits bienfaisants, elles protègent les jeunes fiancés qui se plongent dans leur source, inspirent les poètes et guérissent les hommes de leurs maux.  Généralement amoureuses des dieux, leurs rares unions avec les hommes donnent naissance à des « héros » ou « des demi-dieux ».)

 

PS : je vous invites à lire sur le même jeu l'article de Numérimaniac, Franchir, c'est s'afranchir

Top ventes

Casque de réalité virtuelle Sony Playsta…
Neuf : 399,99 €
Console Sony PS4 Pro 1 To
Neuf : 399,00 €
Console Microsoft Xbox One S 500 Go Blan…
Neuf : 268,98 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go
Neuf : 289,99 €
Pack Microsoft Xbox One S Battlefield 1 …
Neuf : 270,84 €
Pack Console Sony PS4 Slim 1 To Noire +…
Neuf : 349,90 €
Console Sony PS4 Slim 1To + Watch Dogs +…
Neuf : 349,90 €
Console Sony PS4 Slim 1 To + Call of Dut…
Neuf : 330,00 €
Console Microsoft Xbox One S 1 To Blanc …
Neuf : 324,00 €
Console Sony PS4 Slim 1 To + Call of Dut…
Neuf : 349,00 €
Console Nintendo New 3DS XL Bleu Métalli…
Neuf : 189,95 €
Console Nintendo Wii U Mario Kart 8 Pack…
Neuf : 279,90 €
FIFA 17 PS4
PlayStation 4
Neuf : 54,94 €
Pokémon Soleil 3DS
Nintendo 3DS
Neuf : 35,90 €
Console Sony PS4 Slim 1 To + Call of Dut…
Neuf : 349,00 €
7 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (7)