est à vous

Crash Team Racing

Signaler
Par SocioPads - publié le
Image
Je vous propose de vivre de l'intérieur, le récit d'un type qui vous replonge dans cet oldies ayant marqué son temps.

De BrokenElfen

 

La moustache inspire.

Mario second ?

Petit voyage dans le temps, hop, vous voici en 1999. Le studio de développement Naughty Dog est en forme, notamment grâce à la série Crash Bandicoot, déjà célèbre jeu de plates-formes sur la console de Sony. Garni de trois opus très appréciés aussi bien par la critique professionnelle que par les joueurs, le studio décide de changer quelques ingrédients de la recette du marsupial tourbillonnant. D’un coup, la lumière fut. Pourquoi la mascotte de Sony n’avalerait pas le même bitume que son homologue « Nintendien » ? Notre célèbre moustachu a voyagé de la plate-forme à la course/action avec un franc succès critique et commercial. Il y a de quoi donner de bonnes idées, non ? Et paf, ça a fait des Chocapic. Enfin, Crash Team Racing. Plusieurs studios ont tenté l’aventure et ont crevé leurs pneus. C’est la raison pour laquelle ce titre est perçu d’un mauvais œil de prime abord, et qu’un relatif « Hum, faut voir » est de mise. Et bien, je vous propose ici de voir cela en détails justement. Let’ssss gooooooo !

 

Drame & révélations

Crash Team RacingLa galette est insérée dans notre cher four grisonnant. On se demande s’il nous ont massacré ou non cette série qui est si chère à tant de joueurs. L’introduction rassure : l’humour et l’invraisemblance, le rendu coloré et la moue débile du héros restent intacts. L’extra-terrestre Nitrous Oxide ou N. Oxyde pour les intimes est très joueur. Il lance un défi aux plus grands coureurs de kart de la Terre et annonce que s’ils échouent, il fera de notre planète bleue un parking géant. Le plus dur était d’y penser, je présume. Crash, Coco et leurs amis répondent à l’appel. Attention, ils ne sont pas les seuls. Mesdames, messieurs, pour la première fois à l’écran, les supers vilains Neo Cortex & Cie vont collaborer avec les marsupiaux face à l’ennemi commun. Hé oui, Cortex se demande comment il pourra conquérir le monde s’il appartient déjà à quelqu’un et surtout, si ce monde n’est qu’un vaste parking. Ainsi, vous voilà libre d’incarner qui vous souhaitez pour boucler le mode Aventure et montrer à Oxyde qu’il n’est qu’une tanche.


Ce que le moteur a dans le ventre

Crash Team Racing

Écran titre. Direction le mode Aventure. A ce niveau, on remarque que les personnages n’ont pas les mêmes caractéristiques. En fait, il existe quatre profils différents. Les petits personnages très maniables sont néanmoins les moins puissants. Le strict inverse se retrouve chez les lourdauds. Ensuite, Coco et N. Gin ont les karts dotés de la meilleure accélération mais d’une puissance et d’une maniabilité moyenne. Plus précisément, lorsqu'on prend un virage, le degré d'angle varie selon les personnages. Enfin, l’inévitable juste milieu à la chose, la Suisse de cet opus est symbolisée par Crash et Cortex avec leur kart aux caractéristiques moyennes dans les trois domaines. Le mode Aventure est sensiblement pompé sur Diddy Kong Racing de la Nintendo 64. Vous allez devoir terminer premier de toutes les courses d’une zone pour avoir accès à la zone suivante. Une fois votre impartiale suprématie exercée sur l’ensemble des parcours, Oxyde daignera poser le regard sur vous et vous proposera le duel qui scellera le destin de la planète… Mais non, n’ayez pas la pression, tout va bien se passer. Ce mode propose différents défis. Après avoir terminé une zone, il est possible de refaire les circuits de la dite zone afin de débusquer les lettres C, T et R et d’empocher par cette occasion un jeton coloré. L’autre défi est une course contre la montre made in Crash 3 avec des caisses à détruire qui permettent de geler le chrono, indispensable pour obtenir la version platine ou même dorée de la relique. Premier circuit. On chauffe le kart pour ne pas louper le traditionnel départ canon et c’est parti. C’est coloré, c’est narquois, c’est rigolo et c’est fichtrement intéressant à jouer. Je m’explique. Visuellement d’abord, on retrouve la patte graphique et le level design des précédents opus pour notre plus grand plaisir et ce n’est pas si vilain. Ainsi, si pour vous, les environnements enneigés, la jungle, la plage, les châteaux, les égouts et j’en passe vous manquent, « viendez » donc ! Les circuits font également directement échos aux personnages comme le Col Polar ou la Pyramide Papu (Papu Papu est un boss du premier opus).

 

A l’assaut ! 

Crash Team RacingOn roule et on entend le rire sadique de l’adversaire venant de nous doubler. Vite, esquivez cette caisse de nitroglycérine prête à vous exploser au museau, malheureux ! Mesquin me direz-vous ? Voilà pourtant un des intérêts du concept. On se ne contente pas de tracer la route, tête baissée, pour doubler tout le monde, non mes chers amis. Il faut aussi et surtout entraver la route des adversaires, user de roquettes à tête chercheuse, de bombes mais aussi déposer subrepticement et intelligemment des fioles empoisonnées ou autres explosifs sur le parcours. Je vous conseille de déposer votre colis sur un accélérateur ou juste derrière une caisse bonus, effet garanti. L’objectif étant de ralentir l’adversaire pour améliorer sa propre place. C’est presque philosophique. Le petit détail bien pensé est que les objets récupérables dans les caisses bonus parsemées sur le parcours s’adaptent à la place que l’on occupe dans le classement. Imaginez que vous êtes dernier au moment où vous roulez sur une caisse bonus (ne perdez pas espoir, il reste deux tours). A cet instant, il est très probable que vous obteniez un item réveil qui est une des meilleures armes du jeu car elle ralentit absolument tous les autres participants durant quelques secondes. De quoi revenir aisément dans le classement. Une telle arme n’apparait jamais si vous êtes premier. Notez que sur le parcours, un autre type de caisse fournit des pommes. Collectées jusqu’au nombre de dix, ces pommes permettent d’améliorer les objets. Ainsi, la durée d’action du réveil sera allongée, les roquettes seront plus rapides, les bombes auront une déflagration plus étendue, etc.

 

La recette de la victoire 

Crash Team RacingCommençant à voir Tiny s’installer confortablement sur son fauteuil de premier, je me dis qu’il est temps de réagir autrement que part les armes. Que ce kart nous montre de quoi il est capable ! En effet, si l’on se contente de négocier les virages gentiment et d’utiliser uniquement les bonus pour avancer, vous vous apercevez que les niveaux moyen et difficile vont être très corsés. J’use et abuse des dérapages contrôlés afin de mieux négocier les virages et on remarque qu’à ce moment là, une jauge en bas de l’écran se remplit d’abord de vert puis déborde en rouge. Moyennant un petit réflexe très rapidement assimilable (appuyer sur L1 ou R1 quand la jauge est rouge ou quand la fumée du kart est noire, peu importe le repère), il est possible de bénéficier de boosts gratuits et triples ! Ce système vient directement de Mario Kart mais il s’avère ici, plus efficace, plus identifiable et plus facilement réalisable. C’est bien simple, ce système est pour moi LE détail qui fait que le jeu possède un superbe gameplay. Comprenez par là que si le jeu n’intégrait pas cette triple accélération, on s’endormirait avant d’avoir terminé ne serait-ce qu’un circuit. Le but du jeu est de placer un maximum de ces boosts sur chaque virage. Une fois cette technique assimilée, le jeu gagne sensiblement en tactique et en sensation. En effet, avec la vitesse engrangée par ces accélérations, de nombreux raccourcis vous sont désormais ouverts. Voilà que vous gagnez en vitesse avec ces boosts et qu’en plus de cela, vous allez pouvoir prendre des raccourcis, ce qui va davantage faciliter votre avancée. Elle n’est pas belle la vie ? Rajoutez à cela, l’accélération apportée par les flèches sur le sol de nombreux tracés, celle donnée par les items bonus ou encore le surplus de vitesse obtenu à l’atterrissage d’un saut (en appuyant sur L1 ou R1 au sommet d’un tremplin). Vous obtenez alors un jeu de course vraiment dynamique, le tout restant servi avec une animation ne souffrant d’aucune baisse de framerate. Saupoudrez le tout avec l’action et la tactique évoquée plus haut par le biais des armes et des pièges. Il n’y a plus qu’à déguster. Cerise sur le gâteau, l'environnement sonore agrémente la vitesse par des sons de moteur semblables à des voitures téléguidées. Les musiques sont dans la veine des précédents Crash, rythmées et rigolotes comme tout.

 

C’est encore meilleur à plusieurs 

ICrash Team Racingmaginez un tel potentiel amputé d’un mode multijoueur. Je vous rassure, ils n’ont pas osé. Au contraire, nous sommes gâtés et nous bénéficions de ce qui se fait de mieux en la matière. On ne remerciera jamais assez Mario Kart. Jusqu’à quatre joueurs, le titre permet de se tirer la bourre sur les circuits des modes solo. On peut choisir de jouer entouré de l’ordinateur (si on est deux, pas plus) ou de rester entre amis. La petite perle du multijoueur s’appelle le mode Bataille. Il s’agit de véritables combats à quatre maximum durant lesquels il va falloir canarder et/ou piéger l’adversaire plus de fois que lui ne se dépatouille contre vous. Ces terribles affrontements ont lieu dans des arènes fermées, elles aussi thématisées selon l’univers Crash. Ce mode est très paramétrable : choix des armes disponibles durant la bataille (les triples roquettes à tête chercheuse sont une honte sans nom !), conditions de victoire (nombre de coups portés ou le temps), la couleur des personnages et le lieu de l’enterrement. Pour peu que vous ayez un ami motivé, ce mode permet d’honnêtes parties de franches camaraderies. Simulation :

- « Haha, tu vas te prendre ma roquette qui te fonce droit dans ta face ! T’vas regretter d’être né, moi j’te le dis. »

- « Hé non t’es owned car j’utilise Aku Aku, le masque qui me rend invincible et comme ça, je te fonce dessus. Serre les fesses mon pote.»


- « Même pas. Ton masque ne dure pas éternellement, et voilà que tu t’es pris la fiole que j’avais déposée derrière cette caisse. S’pèce de noob ! »


La note du chef

Crash Team Racing est vraiment un bonne pioche. Irrésistiblement fidèle à l’univers de la série, le soft bénéficie d’une durée de vie plus qu’honorable si on souhaite bousculer les pourcentages du mode Aventure et surtout grâce au multijoueur étoffé de deux modes de jeu distincts. Une fois les dérapages et les boosts maitrisés, le gameplay révèle toute sa profondeur, ce qui propose au joueur de nouvelles perspectives, de meilleures sensations et finalement, un plaisir de jouer accrue. Bravo à Naughty Dog car rares sont les copies de Mario Kart aussi bonnes que l’original. Nous regretterons simplement que la société n’ait pas agrémenté cette recette bien rodée d’éléments vraiment nouveaux.

Broken Elfen, rédacteur de sociopads.com

Top ventes

Console Sony PS4 Pro 1 To
Neuf : 399,00 €
Casque de réalité virtuelle Sony Playsta…
Neuf : 399,99 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go + Fifa 17
Neuf : 369,80 €
Console Microsoft Xbox One S 500 Go Blan…
Neuf : 270,74 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go
Neuf : 289,99 €
Pack Console Sony PS4 Slim 1 To Noire +…
Neuf : 349,90 €
Pack Microsoft Xbox One S Battlefield 1 …
Neuf : 270,84 €
Pack Fnac Console Xbox One S 500 Go + Ma…
Neuf : 329,90 €
Console Sony PS4 Slim 1To + Watch Dogs +…
Neuf : 349,90 €
Console Sony PS4 Slim 1 To + Call of Dut…
Neuf : 338,28 €
Console Nintendo Wii U Mario Kart 8 Pack…
Neuf : 299,90 €
Console Microsoft Xbox One S 1 To Blanc …
Neuf : 324,00 €
Console Microsoft Xbox One S 500 Go Blan…
Neuf : 249,00 €
Pokémon Soleil 3DS
Nintendo 3DS
Neuf : 35,90 €
Final Fantasy XV Day One Edition PS4
PlayStation 4
Neuf : 50,68 €
10 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (10)