>
>
>
[Avis du jour] End of Watch de David Ayer par Vincent N.Van
est à vous

[Avis du jour] End of Watch de David Ayer par Vincent N.Van

"I love you my brother"
Signaler
Par Madealone - publié le
Image
Chaque jour, Brian Taylor et Mike Zavala, jeunes officiers de police, patrouillent dans les rues les plus dangereuses de Los Angeles. À travers les images filmées sur le vif, on découvre leur quotidien sous un angle jamais vu...

 

Introduction :

Depuis les années 2000, l'ex officier des Marines David Ayer s'est trouvé une véritable reconversion au sein du 7ème art. A la base scénariste, Ayer s'est beaucoup inspiré de son enfance et des quartiers chauds de South Central dans lesquels il a grandi pour écrire ses scénarios. Un parcours atypique qui lui a valu une véritable renommée dans l'univers des polars musclés. C'est tout de même grâce à lui qu’une franchise comme Fast and furious en est là où elle est aujourd’hui. Sans oublier la carrière d'Antoine Fuqua (Shooters, Un tueur pour cible...) qui a décollé ainsi que celle de Denzel Washington qui au passage raflait son tout premier oscar en tant que meilleur acteur grâce à son rôle de flic ripou qu’il incarne dans Training Day. Passé depuis peu à la réalisation, Ayer confirme une fois de plus avec End of Watch tout le talent qu’on lui connait et peu pourquoi pas prétendre à embrasser une carrière de grand cinéaste à l’avenir. Marchant sur les pas d’un certain Michael Mann pour qui il porte une affection toute particulière, Mann est pour Ayer un véritable père spirituel et est pour lui sa principale source d’inspiration.

In the street :

Malheureusement avant de pouvoir arriver à une tel consécration, David Ayer devra encore patienter un petit peu mais le réalisateur/scénariste est bien sur la bonne voie, nous y reviendrons. Commençons d’abord par le principal problème d’End Of Watch. En réalité c’est qu’Ayer veuille absolument donner une justification à son choix esthétique qui s’est porté vers celui du « found-footage ». Effectivement c’est un petit peu la mode depuis Cloverfield et la franchise Paranomal Activity. Le procédé n’est pas du tout une mauvaise idée en soit, loin de là, car effectivement lors de certaines séquences, le rendu s’avère être suffisamment inédit (dans le contexte) pour accentuer une certaine immersion. Malgré tout, on ne peut s’empêcher de penser que si Ayer avait opté pour un procédé plus « classique », le rendu aurait eu tout autant de punch voir même plus. Le réalisateur/scénariste tombe dans le piège de « l’effet de mode » n’arrivant tout simplement pas à tenir ce concept sur toutes ses séquences, s’obligeant parfois à s’extirper du format pour tout simplement « repasser » derrière une caméra de cinéma. Là ou REC ou encore Le projet blair witch ne trichaient pas et nous faisaient voir uniquement les choses à travers un seul et unique objectif.

« I love you my brother »

Le vrai point fort d’End of Watch reste la qualité de son scénario. Foutrement bien écrit, Ayer signe une petite œuvre brute qui met en scène le quotidien de deux flics de South Central interprétés par Jake Gyllenal et Michael Peña. Le thème de « l’amitié virile » est bien entendu au centre des débats. Gyllenhaal et Peña s’effacent purement et simplement du cadre pour faire place à de vrais personnages. Non pas des personnages de cinéma mais bien de ceux qui font surement parti de ces différentes brigades qui sillonnent les quartiers chauds de Los-Angeles et parfois au péril de leurs vies. Des personnages forts qui, aux milieux d’interventions musclés, parlent de leurs familles, leurs états d’âmes, leurs rencontres ou pratiques sexuelles...Bref, tout ça aurait pu être très « bateau » et faire office de remplissage mais c’est justement sans compter sur la somptueuse plume de David Ayer que tous ces petits détails liés aux personnages fonctionnent à merveilles et sont parfaitement bien intégrés au récit.

Conclusion :

Avant d’arriver à la hauteur d’un Michael Mann, Ayer prend quand même le temps de signer avec End of watch un vrai (bon) drame humain qui met en scène des héros sans costumes ni masques où un ultime acte final reste un petit chef d'œuvre à lui tout seul. Dommage que le procédé du found foutage ne prend qu’avec parcimonie par ailleurs, ce n’est qu’à la toute fin que cette fameuse « caméra vérité » nous fous vraiment les boules. Vraiment !

Par Vincent N.Van.

Top ventes

Casque de réalité virtuelle Sony Playsta…
Neuf : 399,99 €
Console Sony PS4 Pro 1 To
Neuf : 399,00 €
Console Microsoft Xbox One S 500 Go Blan…
Neuf : 268,98 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go
Neuf : 289,99 €
Pack Microsoft Xbox One S Battlefield 1 …
Neuf : 270,84 €
Pack Console Sony PS4 Slim 1 To Noire +…
Neuf : 349,90 €
Console Sony PS4 Slim 1To + Watch Dogs +…
Neuf : 349,90 €
Console Sony PS4 Slim 1 To + Call of Dut…
Neuf : 330,00 €
Console Nintendo Classic Mini NES
Neuf : 189,18 €
Console Microsoft Xbox One S 1 To Blanc …
Neuf : 328,98 €
Console Sony PS4 Slim 1 To + Call of Dut…
Neuf : 349,00 €
Console Nintendo New 3DS XL Bleu Métalli…
Neuf : 189,95 €
Console Nintendo Wii U Mario Kart 8 Pack…
Neuf : 279,90 €
FIFA 17 PS4
PlayStation 4
Neuf : 54,94 €
Pokémon Soleil 3DS
Nintendo 3DS
Neuf : 35,90 €