est à vous

A short Amiga history

Une histoire pleine de haut et surtout de bas
Signaler
Par batteman - publié le
Image
Commençons par le début. Une société nommée Hitoro composée de passionnées d'informatique crée un prototype d'ordinateur révolutionnaire en 1984... Cette petite société ne possède pas le sous, et le Lorraine (nom de code de cette ordinateur) est voué à l'abandon.

Mais voilà une entreprise qui commercialise des ordinateurs s'intéressent fortement au Lorraine, c'est Commodore.
La société Hi-Toro se renomme alors en Amiga et produit des petits hardwares, genre le Joyboard, histoire de tenir pendant que le développement de l'Amiga 1000 (la version commerciale du Lorraine) se poursuit, quelque peu subventionné par Commodore qui a bien flairé le coup. Amiga n'a pas assez de temps pour sortir son ordinateur, et la faillite les gagne... alors Commodore les rachète (alors qu'Atari était également sur les rangs). Et c'est le début de l'histoire.

En effet, suite à ce rachat, et grâce à la popularité de Commodore mais aussi et surtout grâce à son pouvoir "marketting", la marque Amiga décolle littéralement et se propulse comme l'ordinateur révolutionnaire de ce milieu des années 80 (il avait fait forte impression lors de la présentation de l'Amiga au CES de l'époque avec le fameux "juggler" qui en avait surpris plus d'un alors qu'il avait été programmé à l'arrache pour avoir quelque chose à présenter, tout comme la fameuse balle rebondissante).



L'Amiga 1000 est alors produit en grande quantité avec sa particularité que tout amoureux de la machine et collectionneur connaît : les signatures de ces créateurs et la patte du chien de Jay Minner, le gentil Mitchy, sont gravées à l'intérieur de la coque (j'en veux un ! ^.^ ).
L'aventure Amiga se poursuit avec l'Amiga 500 qui va révolutionner la micro informatique "domestique" avec ses puces dédiés au son, à l'image, à la vidéo... Il est déjà multi-tâche préémptif, et tout cela en 1988. L'aventure continue avec les sortie de l'A2000, A3000, A500+, A600, A1200 et A4000, et avec aussi l'essai de console/media center que fut le CDTV.
Malheureusement, la gestion de Commodore laisse à désirer, et la faillite semble proche alors que les ventes sont au beau fixe... un comble. Mais la sortie de la première console CD et 32 bits rassure quelque peu les Amigaïstes, il s'agit de la CD-32. En fait, il s'agit ni plus ni moins que d'un A1200 recarossé, voire "camouflé", avec une puce Akiko qui ne fut que très peu exploitée. À signaler tout de même qu'on pouvait adjoindre à cette console un module FMV qui vous permettait ainsi de lire les VCDs (qui a dit que Sony avait pensé à tout ? ).

Finalement, en 1993, Commodore fait faillite... mais les loups se disputent la part du gâteau et veulent racheter la technologie Amiga (qui compte quelques brevets très intéressants pour l'époque). On compte dans le rang : Commodore UK, IBM, Escom, CEI, Dell et Samsung... mais rien ne se fait... Il faudra attendre 1995 pour voir une société allemande du nom d'Escom pour que la marque soit enfin rachetée. Une nouvelle production de 100.000 A1200 est relancée et vendue (pour l'anecdote, elle sera fabriquée à Bordeaux), et un prototype à base d'A1200, de carte accélératrice et de disque dur sort des ateliers, le Walker mais n'arrive pas jusque sur les étales des commerçants... Et pour continuer dans la spirale du malheur, Escom fait faillite.... Et il faut encore attendre un rachat... Une société américaine du nom de Viscorp semble se détacher du lot puisqu'elle paye même les employés d'Amiga pendant 3 mois, mais elle se fait souffler l'affaire par le géant Gateway (numéro 2 de la vente de PC assemblés au monde à l'époque).
Mais que vient faire Gateway dans cette galère... On se le demande tous, mais ils ont du cash, et ça c'est bien. Un projet prend forme en 1999 (il était temps), le MCC ou la fameuse "Multimedia Convergence". On voit les prototypes aux différents salons Amiga qui ont lieu cette année là, mais en fait, on n'y voit que les prototypes des tours et écrans, pas de carte-mère... ça sent le gaz... Et effectivement, Gateway ne veut pas insuffler de l'argent dans ce projet et prétexte qu'il s'agit là du rêve d'un employé qu'ils ont quand même payé pour ça... Retour à la case départ...
Finalement en 2000, Amino, un groupe d'utilisateur, achète une licence d'utilisation du nom Amiga à Gateway. Ils ont des projets mais semblent réalistes... Mais après deux ans de parlottes et de beaux discours, rien ne vient, si ce n'est une carte accélératrice qui permet de passer son A1200 au G3 et ouvre les portes des nouveaux ordis... mais on ne la voit pas tourner, et cela se révèle plus être un lego qu'une solution viable. Bref, on tourne en rond...

Enfin, à côté de tout ça Phase5, une société allemande qui commercialise depuis 1990 des cartes accélératrices de très bonnes factures, notamment les fameuses Blizzard et Cyberstorm pour les A1200 et 4000, continue son projet de cartes accélératrices dites PowerUP, avec PowerPC, en accord avec Amiga (accord signé en 1995). Bien qu'Escom ait coulé, Phase5 a poursuivit le projet jusqu'à son terme et on peut alors acheter en 1997 les premières cartes PowerPC pour Amiga, un grand bond dans l'évolution de la machine qui passe du 68060 à 50 MHz (voire 80 pour les plus fous) au 604e à 240 MHz (280 pour les plus fous, comme d'habitude).
Cette société avait aussi décidé de faire, toujours en accord avec Amiga à l'époque, la transition de l'AmigaOS vers le PPC. Cela aboutit à l'époque de la sortie de ces cartes à des "bibliothèques" PPC qui permettent d'utiliser le PPC mais aussi le 68000 pour permettre une compatibilité totale. Malheureusement, encore et toujours, Phase5 coule en 2000...
Toutefois, bPlan est créé peu de temps après par des membres de Phase5 qui reprennent le projet de Phase5, c'est à dire sortir un ordinateur PPC et un OS compatible Amiga sur cet ordinateur PPC. MorphOS 0.1 sort pour les possesseurs d'Amiga PPC et ne se sert plus du tout du 68000 intégré. Les versions 0.2 et 0.4 suivent et apportent une émulation du 68000 pour continuer d'utiliser les anciennes applications.
En Novembre 2001, le Pegasos (l'ordinateur de bPlan à base de G3) et MorphOS (l'OS Amiga totalement réécrit pour le PPC) sont présentés au salon de Cologne. Tout le monde veut y croire. La sortie est prévue pour Mars 2002, mais les aléas de l'informatique sont impénétrables... et bPlan semble battre de l'aile. C'est à ce moment là que Thendic France (oui oui, France ! ^o^ ) apparait et propose un partenariat avec bPlan... et devinez qui est à la tête de Thendic France ? Bill Buck, l'ex patron de Viscorp qui avait payé les employés d'Amiga de sa poche en 1996. Comme quoi le monde est petit.
Les phases de BetaTest de la machine et de l'OS commence en août 2002, et les premiers Pegasos sont en vente pour les initiés (oui, faut connaître un peu, sinon c'est un peu chaud quand même) en décembre 2002. Je reçois le mien en Janvier 2003, et je peux vous dire que ça tue, c'est comme mon Amiga (même soft, oui oui, avec l'émulation du 68000, mais pas d'Aga ni de Paula, donc il faut des logiciels qui soient programmés propres et qui ne tapent pas dans les puces customs de l'Amiga), mais c'est rapide, rapide, rapide. L'utilisation est identique et le feeling est le même, enfin pour moi.
Un nouveau Pegasos est annoncé et sort fin 2003. Appelé sobrement Pegasos II, il apporte le G4, la mémoire DDR et trois ports ethernet dont un gigabit. Ce dernier sort suite à un soucis avec le northbridge (puce de contrôle de pas mal de trucs...). Il a donc un nouveau northbridge, plus puissant, plus mieux.

De l'autre côté, Amiga Inc. a pondu le projet d'AmigaAnywhere qui est en fait un OS capable de se lancer de partout et qui permet ainsi une compatibilité des logiciels AmigaAnywhere partout (enfin, ça tourne en surcouche de Windows CE). À côté de cela, les droits ont été cédés à deux entreprises, Eyetech (pour le hardware) et Hyperion (pour l'OS). Ces deux sociétés ont concocté l'AmigaOne et l'AmigaOS4.0. L'AmigaOne apparaît en 2002 dans divers salons, il s'agit en fait d'une carte Teron (pour les initiés) qui ressemblent fortement à celle du Pegasos. Quant à l'OS4.0, c'est un AmigaOS 3.9 amélioré à la sauce PPC (un peu comme MorphOS finalement, avec la même compatiblité et les mêmes limitations, sauf que celui-ci a le nom et sort deux ans plus tard). Malheureusement, Eyetech n'est plus désormais (ils ont connu les mêmes soucis de northbridge vu qu'ils utilisaient le même que sur le Pegasos, et a fini par fermer ses portes courant 2006) mais ils auront quand même sorti les AmigaOne et les MicroAOne (des AmigaOne au format Mini-ATX). AmigaOS 4.0, tout comme MorphOS, sont désormais disponible pour les Amiga Classic équipés de cartes PPC et leur développement continue leur bonhomme de chemin.

MorphOS est arrivé en version 2 avec une véritable couche 3D pour l'affichage du bureau et se permet même de tourner sur les Mac Mini PPC (les anciens modèles donc) et Hyperion annonce une nouvelle machine, l'Amiga X1000 ! L'histoire de l'Amiga continue de s'écrire aujourd'hui, comme quoi !

L'Amiga est mort depuis longtemps, mais certains tentent toujours de le faire vivre. C'est beau non ! Et il y a encore des amoureux de ces vieilles machines.

Pour ceux qui voudraient rejouer à leurs vieux hits Amiga, sachez qu'un clone d'A500 est désormais disponible à la vente, qu'il se branche sur un écran VGA, qu'il lit les cartes SD sur laquelle vous placez la rom du 500 (que vous avez acheté dans Amiga Forever) et vos disquettes au format ADF, et à vous les joies de l'Amiga retrouvé ! De plus, une version "clone" de l'A1200, le NatAmi ou "Native Amiga", est également en cours de réalisation. Bref, il aura fallu attendre 2008 et des passionnés pour faire ce qu'Amiga Inc. n'a pas su faire : nous faire rêver de nouveau.

 

--

/me est un nostalgeek amigaïste, vous l'aurez sans doute compris

Top ventes

Console Sony PS4 Pro 1 To
Neuf : 399,00 €
Casque de réalité virtuelle Sony Playsta…
Neuf : 399,99 €
Console Microsoft Xbox One S 500 Go Blan…
Neuf : 270,74 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go
Neuf : 289,99 €
Pack Microsoft Xbox One S Battlefield 1 …
Neuf : 270,84 €
Pack Console Sony PS4 Slim 1 To Noire +…
Neuf : 349,90 €
Console Sony PS4 Slim 1To + Watch Dogs +…
Neuf : 349,90 €
Console Sony PS4 Slim 1 To + Call of Dut…
Neuf : 330,00 €
Console Microsoft Xbox One S 1 To Blanc …
Neuf : 358,28 €
Console Sony PS4 Slim 1 To + Call of Dut…
Neuf : 349,00 €
Console Nintendo New 3DS XL Bleu Métalli…
Neuf : 189,95 €
Console Nintendo Wii U Mario Kart 8 Pack…
Neuf : 279,90 €
FIFA 17 PS4
PlayStation 4
Neuf : 55,06 €
Final Fantasy XV Day One Edition PS4
PlayStation 4
Neuf : 49,99 €
3 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (3)