>
>
>
Duke Nukem Forever : On a failli attendre...
est à vous

Duke Nukem Forever : On a failli attendre...

1997 - 2011 : La traversée du désert d'une arlésienne
Signaler
Par Punch - publié le
Image
On a tous, un jour dans notre vie, dû se justifier pour un retard. Ainsi, on a tous eu l'idée de balancer une excuse plus ou moins boiteuse. Mais arriveriez-vous à expliquer un retard de 14 piges? Non... Figurez-vous que Duke, lui non plus. Pourtant, le gaillard aura mis le paquet.

Si Duke Nukem  Forever  a subit 14 ans de développement, il ne restera qu’une dizaine d’heures dans la console des joueurs, le temps de rincer la campagne solo, et de brièvement s’essayer au multi. Un rapport exagéré pour un jeu au personnage abusement caricatural, au développement sur-prolixe mais paradoxalement inachevé.

Beaucoup (dont moi) s’insurgeaient contre Polyphony Digital quand ces derniers retardaient la sortie de Gran Turismo 5 tous les deux  jours. Cependant, face à DNF, le soft de course n’a l’allure que d’un jeune padawan armé d’une misérable épée de bois. Le King indétrônable des vaporware, le Seigneur incontestable des jeux dont la date de sortie a été repoussée jusqu’à la moelle, le champion du changement d’éditeurs et de moteurs croulé sous les récompenses  bien avant de tourner dans nos consoles. En 2000 déjà (!!!), le FPS se voit décerné la médaille d’argent par Wired en atteignant la seconde marche du podium des vaporware. Aujourd’hui, notre Duke se traine une brouette de distinctions peu glorieuses.

Parait-il qu'on tourne en rond dans le désert? Il n'empêche que le blondinet ne s'est pas seulement amuser à imiter la mine d'un compas.

Avant d'arriver à son point Omega, Duke, véritable Phileas Fogg vidéoludique, se voit revenir plusieurs fois sur la ligne de départ. En 1997, le studio 3D Realms amorce le développement du soft sur le moteur de Quake II. A l'époque, ce moteur est sur le déclin. Ainsi, en 1998, Epic Games met au point l'irréel Unreal Engine. Les téméraires développeurs de DNF, conquis, décident de repartir de zéro afin de taffer sur ce tout nouveau bijou technologique. Cette année 1998 sonne le début d'un développement chaotique. 

Les groupies de Duke ne contiennent plus leur frénétique impatience et veulent des informations sur la sortie de DNF. 3D Realms envoie aussitôt du lourd via le site officiel du soft :

"When it's done" ("Le jeu sortira quand il sera fini")

"Ok les gars, rassurez moi quand même, vous avez déjà entendu parler de Duke Nukem Forever?"

Un an plus tard, l'éditeur, GT Interactive, jette l'éponge et transmet le flambeau à GoD. Néanmoins, la flamme est toujours présente. 

GoD communique peu et, depuis belle lurette, les joueurs s'inquiètent sur le réel avancement du projet. Le second éditeur ne sera guère plus patient que son prédécesseur. En 2001, GoD abandonne DNF. 

En 2002, alors que Take Two a repris l'édition du logiciel fantôme avec de nouvelles ambitions (sortir une version Xbox 360), rebelote! La bande de vices coquins que sont les salariés de 3D Realms récidivent. Le développement du jeu recommencé 4 ans auparavant tombe en panne sèche et DFN est revu de fond en comble. Le titre s’enfonce inlassablement dans les oubliettes et le studio américain semble se concentrer davantage sur son autre vaporware, Prey, projet démarré lui aussi en 1997 (pour, finalement, sortir en 2006). 

 

Les fans sont furieux, ainsi, 3D Realms, phénomène de ponctualité, joue la carte de l'humour et annonce sereinement dans un post laconique : 

« And yes, we know the game has taken a long time. There's no possible joke you could make about the game's development time that we haven't already heard. » 

Traduction à la lettre : 

"Oui, nous avons conscience que le développement du jeu s'éternise. Il n'y a aucune plaisanterie que vous puissiez faire au sujet de la durée du développement du jeu que nous n'ayons pas déjà entendue." 

Mais attendez, je vois des inscriptions entre les lignes : 

"C'est bon les mecs là, vous êtes relous. Continuez à vous foutre de nos gueules, vous ne payez rien pour attendre, la vengeance est un plat qui se mange froid"

Il se trouve que le plat, on l'a carrément consommé périmé.

Mais le clone capillaire de Guile n'a pas dit son dernier mot. Après deux ans de dure glandouille, on apprend que la réalisation du soft se poursuit tant bien que mal sur un nouveau moteur physique, inconnu au bataillon, le Meqon.

De son côté, Take Two n'a pas spécialement envie de faire de l'humour. Entre 2001 et 2009, l'éditeur injectera la somme 12 millions d’euros dans la réalisation de DNF sans pour autant avoir la certitude que le titre sortira. Ni une ni deux, Take Two colle Apogee Software (fondateur de 3D Realms) devant les tribunaux en leur reprochant, grosso modo, leur incapacité à respecter le contrat.

Entre temps, une rumeur cours comme quoi le développeur compte mettre la clé sous le paillasson. Sans tarder, l'intéressé dément mais affirme ne plus s'occuper du développement de DNF. Dans cette affaire abracadabrante, 3D Realms ne perd, toutefois, pas tout. En 2010, le juge donne tort à Take Two. Très vite après, le troisième éditeur claque, définitivement, la porte.

A ce moment-là, on est tenté de se dire qu'il faudrait un coup de théâtre improbable pour qu'un jour DNF sorte du désert.

Ce fameux coup de théâtre se produira avec deux bons acteurs du moment, 2k Game dans le rôle de l’éditeur et Gearbox dans celui du développeur. Les deux protagonistes récupèrent ce qui de loin ressemble à un FPS. Vite fait. Un titre raccommodé, rafistolé, par des bricoleurs du dimanche. Le genre de bricoleurs qui pose son carrelage directement sur la moquette miteuse ou qui peint son mur sans enlever la tapisserie qui se décolle.

Pour autant, hors de question pour Gearbox de se retaper intégralement le développement de DNF. Le but est d’envoyer au plus vite le Duke remplir les linéaires des magasins. Le studio va maquiller le soft à coup de techniques cosmétiques pour, autant que faire se peut,  épargner nos rétines.Nonobstant des fondations ultra-bancales, le fumiciel fonctionne, on ne sait par quel miracle, mais il fonctionne.

En 2011, le 10 juin très exactement, Duke Nukem Forever trouve sa place dans les rayons. La presse vidéoludique peut désormais décharger le dégout accumulé pendant près de 15 longues années. Criblé de notes piteuses et bradé dès sa sortie, ce fruit de la science exact (comme dirait Victor Hugo), s’avèrera être, au final, une mauvaise blague exceptionnelle. Car si les GT5, Alan Wake et consorts ont tardé à se pointer, il se trouvait que ces derniers étaient, dans les grandes lignes (graphismes, gameplay, scénario, multi), globalement terminés lors de leur sortie. DNF, quant à lui, s’apparente à un titre développé à l’arrache en un an. Un unique comble quand on connait la phrase qu'afficher l'écran final de Duke Nukem 3D, tenez vous bien :

« Look for a Duke Nukem 3D sequel soon »" ("Attendez-vous à une suite de Duke Nukem 3D bientôt")

 

Top ventes

Casque de réalité virtuelle Sony Playsta…
Neuf : 399,99 €
Console Sony PS4 Pro 1 To
Neuf : 399,00 €
Console Microsoft Xbox One S 500 Go Blan…
Neuf : 268,98 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go
Neuf : 289,99 €
Pack Microsoft Xbox One S Battlefield 1 …
Neuf : 270,84 €
Pack Console Sony PS4 Slim 1 To Noire +…
Neuf : 349,90 €
Console Sony PS4 Slim 1To + Watch Dogs +…
Neuf : 349,90 €
Console Sony PS4 Slim 1 To + Call of Dut…
Neuf : 330,00 €
Console Nintendo Classic Mini NES
Neuf : 191,19 €
Console Microsoft Xbox One S 1 To Blanc …
Neuf : 328,98 €
Console Sony PS4 Slim 1 To + Call of Dut…
Neuf : 349,00 €
Console Nintendo New 3DS XL Bleu Métalli…
Neuf : 189,95 €
Console Nintendo Wii U Mario Kart 8 Pack…
Neuf : 279,90 €
FIFA 17 PS4
PlayStation 4
Neuf : 54,94 €
Pokémon Soleil 3DS
Nintendo 3DS
Neuf : 35,90 €