>
>
>
Dématérialisation : pourquoi en avoir peur ?
est à vous

Dématérialisation : pourquoi en avoir peur ?

Retour sur le sujet incontournable du moment
Signaler
Par Tiris - publié le
Image
Sujet passionnant au possible, la dématérialisation est au cœur des débats depuis un moment maintenant, Gameblog ne faisant d’ailleurs pas exception vu que le sujet à déjà été abordé dans plusieurs podcasts et a été le centre du numéro 127 : « Faut-il avoir peur de la dématérialisation ? ».

 

Les arguments en faveur et en défaveur de la dématérialisation sont à présent connus par toute personne intéressée par le sujet mais je suis souvent surpris de voir le poids qui leur est généralement donné.

En effet, certains arguments comme l’impact écologique ne sont souvent traités que comme des seconds couteaux par des gens qui sont devenus les premiers « parents gamers » et qui devraient peut-être du coup commencer à se préoccuper plus de laisser une planète propre à leurs enfants plutôt qu’une collection de boites et de DVD.

 

Le jeu vidéo parle écologie, à quand le jeu vidéo écologique ?

 

Après avoir vu encore récemment le film « Home » ( film écologique visionable gratuitement en HD ici : http://www.youtube.com/watch?v=NNGDj9IeAuI), la fibre écologique en moi ne peut que vibrer à la pensée du bien que la dématérialisation ferait à notre planète. En effet, la pollution engendrée par les services dématérialisés est vraiment minime par rapport au coût  en matières premières d’un packaging de jeu et d’un disque optique additionnés à la pollution du transport du produit de l’usine aux stocks, des stocks vers chaque petit magasin puis des magasins à votre salon. Bien des déchets et de la consommation de carburant pourraient être évités grâce à la dématérialisation.

 

Si la suppression totale de ces transports, entrepôts et magasins serait une bouffée d’oxygène pour notre planète et nos enfants, certains rétorqueront aussi que socialement, ce sont des emplois qui vont disparaitre par la même occasion. Il faut tempérer ces propos en y opposant le fait que la dématérialisation va aussi œuvrer pour la création de nouveaux emplois. Certes, le nombre de personnes requises pour faire tourner un service comme Steam est bien moins important que le nombre d’employés chez Micromania par exemple, mais il ne faut pas oublier un des autres arguments majeurs en faveur de la dématérialisation : le retour en force du développement Indépendant. Et ce mouvement indie, lui aussi commence à générer de l’emploi pour des gens en soif de créativité.

Outre ce bonus social, l’opportunité offerte par la dématérialisation aux indies de produire des jeux à coût ultra réduit nous a surtout permis à nous, joueurs, de découvrir des jeux originaux, différents, et cela en grand nombre. A l’époque des supers productions vidéo ludiques où la prise de risques coûte trop cher, l’économie que représente la dématérialisation est la bienvenue.


World of goo, jeu indie à succès

 

Car oui, il ne faut pas oublier que la dématérialisation c’est aussi une énorme économie qui à terme devrait permettre soit d’avoir une baisse de prix des jeux, soit d’amener plus d’argent aux développeurs. Développeurs, qui du coup se permettront des plus grosses prises de risques et pourront cibler plus précisément certains marchés niches. Aujourd’hui, en effet, pour être sûr d’être rentables, les développeurs visent de plus en plus le mass market et le fameux casual player au détriment des autres.

En parlant d’économie, n’oublions pas aussi que la dématérialisation pourrait devenir la solution à l’épineux problème du piratage, un autre bonus bienvenu. D’autant plus que depuis toujours une des raisons mise en avant pour justifier le piratage a été de pouvoir « tester un jeu » avant de l’acheter ou de pouvoir bénéficier d’un produit « import ». Hors, avec un service dématérialisé tel que celui proposé par Microsoft avec le Xbox Live, le joueur peut désormais tester chaque jeu proposé avant de l’acheter. Quant à l’import, nul doute qu’il sera bien plus accessible dans le futur grâce à la dématérialisation qu’il ne l’est aujourd’hui. Il faut dire que le simple achat d'un jeu « classique » est devenu un jeu d’enfant grâce aux produits dématérialisés : Envie d’un petit jeu multi sympa un dimanche parce que des potes sont passés à l’improviste ? Pas de souci, en quelques minutes vous pouvez en tester quelques uns puis en acheter un et en profiter directement.


Le "Games on demand" sur le Xbox-live

 

Coté économique, il faut aussi parler de la concurrence, car le dématérialisé a pour caractéristique d’être ouvert complètement sur l’international, un jeu ne vous coutera pas plus cher à télécharger sur un serveur islandais que sur un serveur qui serait à quelques centaines de mètres de chez vous, fini donc de payer 10 euros plus cher votre jeu parce qu’un revendeur a le monopole de la distribution sur votre région.

 

Bon, et les défauts alors ? Bien sûr, il y en a, mais à mon avis ils sont minimes et à relativiser en vue des avantages.

Un des points négatifs souvent mis en avant est la disparition du marché de l’occasion. Je pense que cet argument ne tient pas la route car là où certains voient une disparition, je pense qu’en fait on va plutôt assister à une transformation. L’occasion permettait aux joueurs ne souhaitant pas posséder un jeu à jamais de le revendre et donc de jouer pour moins cher. C’est la location qui désormais permettra de jouer à un jeu en ne le possédant qu’un laps de temps limité. Location qui prend réellement son essors depuis l’avènement du dématérialisé et de sites tel que Metaboli et qui remplace avantageusement la location de disques optiques dont l’état pouvait nous réserver de malheureuses surprises.

Metaboli, site de location de jeux vidéo

 

Pour conclure à propos de ce marché de l’occasion, notons aussi que la motivation principale que les joueurs trouvent dedans, le gain économique, est au final un des plus gros avantages du dématérialisé. D’ailleurs, on l’a vu encore il y a peu avec les offres Steam, les « vieux » jeux peuvent grâce à la dématérialisation trouver une vraie seconde vie commerciale, pour le plaisir des joueurs et des développeurs. Il faut dire aussi que les boutiques en ligne peuvent se permettre de proposer un nombre infini de jeux nouveaux ou anciens alors que les bacs des revendeurs classiques eux ne pourront jamais en accueillir qu’un nombre très limité, n’assurant de la visibilité qu’aux plus grosses productions.

Les anciens jeux trouvent parfois une seconde jeunesse à petits prix sur le steam store

 

Reste le plus gros argument contre la dématérialisation : L’avantage de posséder un objet, l’amour de la boite et de la collection.

C’est sûr, il n’y a pas le même plaisir à posséder un disque optique que d’avoir un jeu installé sur son disque dur. Si tout le monde n’est pas prêt à se séparer de cette envie de possession pour préserver notre planète, il y a sûrement moyen de trouver une substitution qui pourrait d’ailleurs également assurer la transition entre notre époque et le tout dématérialisé. Cette substitution pourrait simplement prendre la forme de packagings collectors, boites remplies de goodies divers et qui abriteraient aussi le code permettant le téléchargement du jeu. 

Reste la peur qu’ont certains qu’un jour, le service qui leur a vendu leur jeu disparaisse et qu’ils perdent ce jeu donc. Difficile d’aborder actuellement pleinement le débat sur ce problème car coté dématérialisé, le problème ne s’est jamais encore présenté, par contre, le problème de durée de vie des médias matériels est lui connu.

On ne parle pas ici de vos disques optiques rayés par votre enfant mais plutôt de la disparition des K7 à bandes magnétiques par exemple. En effet lire un jeu ou un film stocké sur support magnétique aujourd’hui relève de plus en plus de l’exploit, d’abord à cause de la durée de vie du format, mais vous pourriez rétorquer qu’aujourd’hui la durée de vie d’un disque optique est largement plus grande, mais surtout à cause de l’appareil qui permet de lire ce média. En effet, posséder encore une K7 vidéo en état d’être lue est plus simple que d’avoir encore un magnétoscope capable de la lire.

Et on en fait quoi maintenant de nos K7 vidéo ?

 

Avec le tout numérique, ce risque devient inexistant et seul le logiciel en lui-même devient sensible à son « lecteur ». C’est un peu ce qu’il se passe avec le PSN où vous pouvez trouver FFVII par exemple pour votre PSP. Actuellement, il faut acheter à nouveau un jeu que l’on possédait peut-être déjà, mais dans le futur, une fois que l’on aura acheté le jeu (ou plutôt le droit de le télécharger) on pourra aussi bien y jouer sur sa console de salon, sa console portable ou même un autre lecteur comme un PC doté d’un émulateur pour quand les consoles ne seront plus produites qui sait ?

 

Un autre problème technique est celui de la vitesse de téléchargement très limitée encore chez certains providers. Vu à quel point nous pouvons être en retard sur certains pays (comme la Suède ou le Danemark en Europe), on pourrait simplement penser que si la demande grandit pour le dématérialisé (et là on parle aussi de la « video on demand »), les providers devront s’aligner pour offrir des débits appropriés. En attendant ces changements, il existe déjà des jeux jouables en streaming qui se téléchargent en même temps que vous y jouez comme World of Warcraft ou encore la technique de Onlive qui lui ne vous envoie que le flux vidéo (le jeu est joué sur un serveur qui vous envoi l’image toute calculée) !

Onlive permettrait de jouer à un jeu de plusieurs terra sur une connexion bas-débit

 

Le seul gros problème donc reste cette fameuse fermeture possible d’un service, il faudra voir de ce coté si des solutions ne peuvent pas être envisagées, si légalement l’utilisateur pourrait en être un minimum protégé par exemple ?

 

Vous l’aurez compris, je suis un fervent défenseur de la dématérialisation, et pour moi, plus la transition se fera vite et mieux ce sera pour les joueurs et notre industrie, mais aussi et surtout pour notre planète.

La plus grande inconnue est sûrement maintenant de savoir dans combien de temps l’industrie basculera vraiment vers cette dématérialisation. Si les chiffres progressent vite et bien du coté de Steam, on note que le pouvoir des revendeurs reste énorme, il suffit de voir les pressions que subissent les éditeurs qui sont forcés d’appliquer des prix rédhibitoires aux jeux qu’ils publient sur des services dématérialisés (on pense au « Games on demand » du Xbox-Live) sous peine de voir leur jeu obtenir une mauvaise visibilité en rayon ou encore le boycott du même genre dont a été victime la pauvre PSP GO qui a le mérite d’ouvrir le chemin.

La très jolie PSP GO, le futur entre nos mains ?

 

Cette année ne sera sans doute pas encore  l’année charnière qui verra les services en ligne prendre le dessus sur les revendeurs classiques, mais j’espère qu’elle verra les joueurs marquer leur soutient au dématérialisé encore plus qu’en 2009  pour accélérer cette révolution en marche.

La rédaction vous recommande

Top ventes

Console Sony PS4 Pro 1 To
Neuf : 399,00 €
Casque de réalité virtuelle Sony Playsta…
Neuf : 399,99 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go + Fifa 17
Neuf : 369,80 €
Console Microsoft Xbox One S 500 Go Blan…
Neuf : 270,74 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go
Neuf : 289,99 €
Pack Console Sony PS4 Slim 1 To Noire +…
Neuf : 349,90 €
Pack Microsoft Xbox One S Battlefield 1 …
Neuf : 270,84 €
Pack Fnac Console Xbox One S 500 Go + Ma…
Neuf : 329,90 €
Console Sony PS4 Slim 1To + Watch Dogs +…
Neuf : 349,90 €
Console Sony PS4 Slim 1 To + Call of Dut…
Neuf : 338,28 €
Console Nintendo Wii U Mario Kart 8 Pack…
Neuf : 299,90 €
Console Microsoft Xbox One S 1 To Blanc …
Neuf : 324,00 €
Console Microsoft Xbox One S 500 Go Blan…
Neuf : 249,00 €
Pokémon Soleil 3DS
Nintendo 3DS
Neuf : 35,90 €
Final Fantasy XV Day One Edition PS4
PlayStation 4
Neuf : 50,68 €
8 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (8)